Fremeaux.com
BARBOZA RAUL
Installé en France depuis 1987, l’accordéoniste argentin Raúl Barboza est cette force tranquille qui a su y importer le « chamamé », fleur des champs longtemps restée dans l’ombre du tango. Une « Anthologie » conte aujourd’hui les riches aventures de cet exilé heureux.

bis_barboza2984.jpgDans l’appartement situé près du Panthéon, des lumières d’automne s’engouffrent par bouffées. Le visage de Raúl Barboza, lui, ne cesse de s’éclairer. Les sourires, chez cet homme, s’ouvrent comme les bras d’un frère : ce sont autant d’accolades dont vous éprouvez  physiquement l’intensité. Certaines mémoires ne libèrent que des eaux usées, grises d’une inépuisable nostalgie ; celle de l’Argentin préfère remonter l’onde claire des allégresses et des rencontres. Comme lorsqu’elle nous reconduit douze ans en arrière, à l’époque pourtant pas si tendre où l’accordéoniste et sa femme Olga posaient le pied sur le sol français. « J’avais dans la poche une lettre de recommandation signée Piazolla. C’est elle qui, à Paris, m’à ouvert les portes des Trottoirs de Buenos-Aires. Les gens avaient du mal à comprendre : quel était ce drôle de type qui ne jouait pas du bandonéon mais de l’accordéon, qui n’interprétait pas de tangos mais des ‘chamamés’- des musiques rurales peu connues, y compris en Argentine ? »

Celui qui, gamin, gagna le surnom de Raúlito le Magicien aura ainsi semé de l’étonnement un peu partout sur son passage. Certaines occurrences vous prédisposent à déranger les évidences. Par exemple lorsque le destin vous fait naître à Buenos-Aires de parents d’origine guarani. Vos pieds battent le pavé de la capitale, mais votre cœur, lui, bat plus au nord : du côté de la province de Corrientes, dans l’encoignure que forme la frontière avec le Paraguay et le Brésil, aux marches oubliées d’un pays aux profondeurs de forêt. Au lieu d’épouser le tango, votre pouls se calque sur les syncopes du chamamé, cet amalgame d’influence africaines et de polkas, valses et mazurkas européennes. Vos mains brûlent de travailler cet or brut, remonté jusqu’aux Indiens guaranis par les rivières, refondu dans leur imaginaire, soudé à la musique et aux rythmes naturels du vent, de l’eau, des animaux. A l’âge de 8 ans, vous rencontrez Ernesto Montiel, souverain incontesté du genre. Votre souffle s’accorde à celui de l’accordéon diatonique, qui depuis l’entre-deux-guerres a supplanté dans les campagnes violons ou mandolines. Votre père, ouvrier et guitariste, vous guide dans vos premières notes, tandis que votre mère vous ouvre à l’immense champ spirituel de vos ancêtres. Voilà, c’est aussi simple que ça : vous entrez très tôt, très vitre et très brillamment en musique.

Sur la table du salon, Olga a déplié quelques affiches jaunies de la fin des années 40. Epoque des concerts avec l’orchestre de papa. Des enregistrements à la radio, aussi, entre lesquels l’oreille découvre Gardel, le jazz, la musique de l’Ancien Monde. Epoque où une jeunesse se forge un métier et aiguise son génie en toute ingénuité, « comme ces enfants qui traversent tranquillement la rue sans regarder, sous l’œil horrifié de leurs parents, et auxquels il n’arrive rien ». En 1964, Barboza sort un premier album sous son nom. D’autres disques suivent, qui explorent la grammaire du chamamé comme pour en annoncer l’irrésistible rénovation. Au mitan des années 70, l’homme gagne sa liberté en imageant davantage sa musique (il y incorpore percussions et appeaux) et en s’initiant aux premiers vertiges de l’improvisation. « Certains ont considéré que je bafouais la tradition. Mais de quoi parlaient-ils ? Quand les Boliviens et les Péruviens jouent encore sur les instruments légués par les Mayas et les Incas, eux, utilisent l’accordéon, la guitare, le bandonéon : des outils d’importation européenne et arabe ! En intégrant des percussions, je crois m’être rapproché plus qu’on ne l’a dit d’une musique originelle : les premiers hommes ont fabriqué des tam-tams pour communiquer et s’exprimer… De toute façon, la question de la tradition ne m’obsède pas. Je prends la musique jouée par mes ancêtres et j’essaie d’en faire mon langage. »

A Paris, Barboza peaufine son art à la fois aérien et tellurique de la fugue poétique, musicien mouvant et émouvant qui trouverait toujours à s’évader sur le fil de l’air et de la mémoire. Mais il n’est pas tout seul, Raúl. D’autres Indiens l’attendent en bord de Seine, qui aiment trinquer à la secrète fraternité des nomades au long cours. Il y a là Azzola, Privat, Parisi, Perrone et bien d’autres : une généreuse théorie de caïds, qui a sauvé l’accordéon de l’étouffoir des clichés. Avec eux, Barboza partagera maintes fois un butin musical dont seuls les amateurs de grandes largeurs peuvent savourer l’usufruit. Un lien clandestin unit swing correntino et swing-musette. Des amours communes le renforcent, comme le « Que nadie sepa mi sufrir » d’Angel Cabral (soit, en VF, « La Foule »), cette fleur mélodique que tant d’hommes auront effeuillée, dans la pampa argentine comme sur le bitume parigot. Parmi les « anges de chair et d’os » que Barboza croise alors sur son chemin, Patrick Tandin, initiateur notamment du projet Paris-Musette, occupe un rang particulier. Car c’est lui qui, en accueillant le Sud-Américain sur son label La Lichère, l’aide à faire rayonner le chamamé, trésor oublié d’une Argentine où la flamme de la culture guarani, mouchée par trop d’indifférence, semble promise à une lente extinction. Succès critiques et publics, les deux premiers disques « français » de l’accordéoniste – « Raúl Barboza » (1992) et « La Tierra sin mal » (1995) – transcrivent fidèlement la relation privilégiée que l’accordéoniste entretient avec son héritage musical. On y entend comment, d’une main aussi tendre que déterminée, ce doux colosse étreint la tradition pour mieux l’entraîner dans ses voyages, comment il la soumet à une multitude de transports amoureux. Sans jamais l’égarer, il la promène aux frontières du jazz et de la musique savante, l’embellit au contact d’arrangements aux étoffes étrangères, où l’accordéon – diatonique ou chromatique – confond ses motifs à ceux d’une harpe, d’une guitare et d’une contrebasse. Il en tire un récit à la fois intime et épique, intérieur et sans limites, qui au plus fort de ses élans lui arrache des éclats de voix, qui de sont instrument peut faire surgir les respirations de ses ancêtres, d’un cheval au galop, d’un train rugissant, d’une fête villageoise, d’un homme au seuil de son ultime voyage. C’est cette pleine aventure que célèbre aujourd’hui une « Anthologie » (produite et présentée par Frémeaux & Associés, propriétaire du catalogue La Lichère) sans temps morts, où l’on retrouve l’intégralité des deux albums studio, une jolie poignée de raretés et un ébouriffant concert. Ajoutée aux récents dialogues improvisés avec le guitariste Juanjo Dominguez, elle dresse le riche portrait d’un musicien trop intègre pour renier l’humble extraction de son art, et trop amoureux pour ne pas vouloir en réléver l’immense noblesse. « J’essaie de concilier la simplicité et la profondeur. Sur ce plan, Piazzolla et Yupanqui m’ont beaucoup appris. Astor, malgré l’immense richesse de son savoir, n’a jamais fait compliqué. Quant à Atahualpa, il lui suffisait de glisser une seule note sur sa guitare pour raconter le vent, le vol d’un aigle, un puma buvant à l’eau d’un lac… Quelqu’un m’a dit un jour ‘Si tu joues beaucoup de notes, c’est que tu caches quelque chose !’ Cette phrase nourrit tout mon travail. Regardez Compay Segundo sur scène : quand il esquisse un simple déhanchement, le public émerveillé voit une danse ! Cet homme a le génie de la synthèse : de trois notes il fait une symphonie. Pour atteindre un tel pouvoir d’évocation, il faut se laisser pénétrer par les choses. Ma seule aspiration, c’est de continuer à laisser ma fenêtre ouverte. Que le soleil comme le froid puissent entrer chez moi, que je puisse voir l’envol d’un oiseau ou même entendre le bruit d’une moto dans la rue… Ne comptez pas sur moi pour me fermer un jour à la vie. »
Richard ROBERT – LES INROCKUPTIBLES

A paraître chez Zig-Zag Territoires (distribution Harmonia Mundi) "Invierno in Paris" : Raul Barboza & Horacio Castillo

Management concert : Denis Leblond - Tempo Spectacles

EN VIVO EN LA ARGENTINA
EN VIVO EN LA ARGENTINA Concert live ! le dernier album de Raul Barboza

Raúl Barboza, arrivé à Paris il y a 15 ans, devait, avec...
 EN VIVO EN LA ARGENTINA
RAUL BARBOZA
RAUL BARBOZA “Etes-vous indien ? demande quelqu’un dans l’assistance. Je me suis regardé dans la glace, et tout...
 RAUL BARBOZA
RAÚL BARBOZA & JUANJO DOMINGUEZ - QUE NADIE SEDA MI SUFRIR
RAÚL BARBOZA & JUANJO DOMINGUEZ - QUE NADIE SEDA MI SUFRIR
Raúl décide de gagner la France, où il débarque en 1987, “sans...
 RAÚL BARBOZA & JUANJO DOMINGUEZ - QUE NADIE SEDA MI SUFRIR
RAUL BARBOZA
RAUL BARBOZA Les vieux Guaranis se souviennent. Ils se souviennent du début des temps et de Ñanderuvusu, créateur de la...
 RAUL BARBOZA
RAUL BARBOZA
RAUL BARBOZA Raúl Barboza nous convie, avec cet enregistrement, à découvrir les chemins musicaux des indiens Guaranis. Le premier...
 RAUL BARBOZA
ILDO PATRIARCA
ILDO PATRIARCA “C’est une erreur, mais les joueurs d’accordéon, au grand jamais, on ne les met au...
 ILDO PATRIARCA
EN VIVO EN LA ARGENTINA - DVD
EN VIVO EN LA ARGENTINA - DVD Le film du concert "En vivo en la Argentina" de Raul Barboza

Raúl Barboza, arrivé à Paris il y...
 EN VIVO EN LA ARGENTINA - DVD
EL SENTIMIENTO DE ABRAZAR
EL SENTIMIENTO DE ABRAZAR
Ce film trace le portrait de l'accordéoniste Argentin Raul Barboza dans divers aspects de sa vie...
 EL SENTIMIENTO DE ABRAZAR
RAUL BARBOZA
RAUL BARBOZA L’anthologie officielle d’une des plus grandes révélations World Music de cette décennie. Le...
 RAUL BARBOZA

Fremeaux


Je suis :

Un particulier Un libraire

Un disquaire Une bibliothèque
 meublenatureok.gif

Catalogue Frémeaux
Catalogue Frémeaux
Je souhaite recevoir
le catalogue
Catalogue Frémeaux
Catalogue Frémeaux

Les livres sonores à l'écoute
templatefrmeaux_correc16.jpg
Fremeaux
Grand prix In Honorem
de l'Académie Charles Cros
pour son oeuvre d'éditeur

Fremeaux

T-BONE WALKER
T-BONE WALKER
T-Bone Walker a connu un énorme succès après la guerre, marquant de façon déterminante...

SUMMIT MEETINGS
SUMMIT MEETINGS
Pendant une douzaine d’années, de 1939 à 1951, les revues américaines METRONOME et ESQUIRE...

RÉSISTANCE INTÉRIEURE - PARCOURS DE RÉSISTANTS
RÉSISTANCE INTÉRIEURE - PARCOURS DE RÉSISTANTS
Témoignages de résistants sur 3 CD produit par Paroles Images et Sons coédité par...

PEROU CORDILLERES NOIRE ET BLANCHE ENREGISTREMENTS IN SITU PAR FRANCOIS JOUFFA
PEROU CORDILLERES NOIRE ET BLANCHE ENREGISTREMENTS IN SITU PAR FRANCOIS JOUFFA
Ce disque donne à entendre des musiques et des chants collectés par François Jouffa, au...

ORCHESTRE NATIONAL DE JAZZ 2000 O.N.J
ORCHESTRE NATIONAL DE JAZZ 2000 O.N.J
Ce Deep Feelings, c’est l’invitation faite à l’incomparable chanteuse noire Jeanne Lee qui...

MUSIC ON THE GYPSY ROUTE VOL 1
MUSIC ON THE GYPSY ROUTE VOL 1
L’aboutissement de 40 ans de recherche de Deben Bhattacharya, sur l’origine des Tziganes et de leur...

MARLENE DIETRICH
MARLENE DIETRICH
“Un nom qui commence comme une caresse et qui s’achève comme un coup de cravache.”
Jean Cocteau

LOUIS ARMSTRONG - QUINTESSENCE VOL 3
LOUIS ARMSTRONG - QUINTESSENCE VOL 3
Croyant pour de bon mettre leurs traits en valeur, il a transfiguré C'est si bon, La vie en rose, Kiss Of Fire : cet homme...

LE MONDE DES SINGES - AFRIQUE, ASIE, AMERIQUE & MADAGASCAR
LE MONDE DES SINGES - AFRIQUE, ASIE, AMERIQUE & MADAGASCAR
Frémeaux & Associés présente un CD consacré aux voix des Singes et des...

HOTEL CALIFORNIA
HOTEL CALIFORNIA
La musique des Bee Gees, des Eagles ou de Supertramp entre dans le répertoire jazz avec Stan Laferrière. Un...

GROUPE FOLKLORIQUE MARTINIQUAIS
GROUPE FOLKLORIQUE MARTINIQUAIS
Loulou Boislaville (1919-2001) fut de 1966 à 1981 l’animateur du célèbre Groupe Folklorique...

CHARLIE PARKER - INTEGRALE VOL 11
CHARLIE PARKER - INTEGRALE VOL 11
«Il y avait quelque chose d’inéluctable dans la façon dont jouait Bird, quelque chose de très...

Logo Radio France  Logo INA
 
Logo RFI
Logo PUF 
 
logo-facebook.gif

Rechercher dans le catalogue Frémeaux
Toutes les catégories :
Advertisement
Titre_Nouveau_Catalogue.gif
Catalogue 2016-2017
Titre_actualites.gif
Pub Net IntDjango.jpg
Titre_nouveaute_PUF.gif
Pub Net La Bible.jpg
Titre_lucferry.gif
Philo-Mytho Ferry
Titre_Galerie.gif
Pub Net Galerie Guedon Janv2017.jpg
titre Michel onfray.gif
Pub Net Laicite.jpg
Luc Ferry
Collection Luc Ferry
Inédits
Pub Net Live in Paris 6V MJQ.jpg
Feuille Nouveautés

Dictionnaire des Artistes
Dictionnaire des Artistes
Dictionnaire des Artistes
Présentation

• Pourquoi fremeaux.com ?
• Autorisations Cinéma, TV, musées...
• Une culture d'entreprise
• Charte qualité

Mémoires et études
Edité par Fremeaux et Associés
visuinternetdompublic.gif
Le patrimoine
sonore en
danger!
Interview de
Patrick
Frémeaux

Mémoires et études


Collection Histoire de France
Collection Histoire de France
Titre_Publicite.gif
Pub Net Cat. LibSonore 200pixels.png
Philosophie | Sciences Humaines | Histoire | Livres sonores | Contes | Enfants de 2 A 5 ans | Enfants de 6 A 11 ans | Son de la nature | Collection the quintessence | Jazz
Intégrale Django Reinhardt | Blues | Country & Rockn Roll | Gospel | Chanson française | Les cinglés du music hall | World Music | Classique | Frémeaux & Ass. Télévisions
Mentions légales - Recommander ce site - Ajouter aux favoris - Nous contacter - © 2006 Frémeaux et Associés
20, rue Robert Giraudineau - 94300 VINCENNES - FRANCE - Tél : +33 1 43 74 90 24 - Fax : +33 1 43 65 24 22
templatefrmeaux_correc69.gif