Fremeaux.com
 
OCTAEDRE
Réf. : LLL330

OCTAEDRE

FRANCOIS TUSQUES PLAYS CORTAZAR

FRANCOIS TUSQUES
Direction artistique : JEAN LOUIS WIART
Label : FREMEAUX & ASSOCIES
Nombre de CD : 1
Vous pouvez acheter ce produit :

- Chez votre libraire ou maison de la presse (Frémeaux & Associés distribution)
- Chez votre disquaire ou à la Fnac (distribution : Socadisc)
- Sur lalibrairiesonore.com
- Sur librairie-audio.com Pré écoute de certains produits!
- Par téléphone au 01.43.74.90.24
Distinctions :
DISQUES DE L'ANNÉE LE MONDE / SÉLECTION JAZZ MAGAZINE / RECOMMANDÉ PAR EL PAIS / * * * * JAZZMAN
Frémeaux & Associés remet à la disposition du public le premier disque-manifeste du label AxolOtl, en hommage à Cortazar, qui avait valu à François Tusques l’enthousiasme de la presse, dont la sélection parmi les 10 meilleurs albums 1994 par le quotidien Le Monde, sous la plume de Francis Marmande : <<Cet album est un carnet de notes d’une fraîcheur inconnue… Bonheur grave et surprise insensée. Cela se nomme Octaèdre.>>

François Tusques vous invite au voyage. Autour de minuit, sa dame au gardénia qui connaît Charlie par coeur, joue le vôtre à la marelle. Suivez-là, vous n’en reviendrez pas.
Jean-Louis Wiart

As early as 1965, the name of François Tusques appeared in Europe’s adventures in free jazz, and the voice of his piano mingled with those of Clifford Thornton, Don Cherry, Anthony Braxton, Sunny Murray, Michel Portal, Bernard Vitet and Barney Wilen.
Jean-Louis Wiart

François Tusques : Piano
Avec la participation de : Isabel Juanpera, chant - César Stroscio, bandonéon - Bernard Vitet, trompette et bugle
Production Jean-Louis Wiart - label Axolotl - Frémeaux & Associés

L’auteur et son stylo trompette (F. Tusques) • Round about Midnight (T. Monk - C. Williams) • Souvenir de l’oiseau (F. Tusques) • Embraceable you (B. Powell) • Work (T. Monk) • Swing Strings (F. Tusques) • Le Moine (F. Tusques) • Koko (C. Parker) • La Femme de Sigmund Freud (F. Tusques) • La Dame au gardenia (F. Tusques) • Les Fleurs du grand Cronope (F. Tusques) • Espérance et son poisson flûte (F. Tusques) • Marelle (F. Tusques) • Octaèdre (F. Tusques) •  Ce solo là, je l’ai déjà joué demain (F. Tusques) • Nostalgie rue des Lombards (F. Tusques ) • Sur (A. Troilo - H. Manzi) • Voix de Cortazar (document).

Droits : Axolotl - frémeaux & Associés.
Liste des articles de presse consacrés à ce CD :
- "Tusques trouve chez Cortazar le terrain idéal au jeu des correspondances" par Jazz Mag-Jazzman
Cet enregistrement de 1994, auquel le label Frémeaux vient offrir une seconde vie, fut à l’origine du label AxolOtl fondé par Jean-Louis Wiart, et se présente comme un hommage à l’écrivain argentin Julio Cortazar. Jacques Chesnel rappelle dans le livret combien la musique jalonne la trajectoire et marque en profondeur l’univers de Cortazar. Le jazz (même si l’écrivain se déclarait « vieux jeu » en la matière) s’offre à lui comme un modèle de vitalité et d’invention dont François Tusques, en lecteur éclairé, se fait le reflet et l’expression vivante. On retrouve, en parcourant ces dix-sept miniatures, un entrecroisement des thèmes chers à l’écrivain ou empruntés à son œuvre, et ceux qui ont façonné la poétique du pianiste : les figures d’Earl Hines, Bud Powell, Monk, la présence tenace de Bird (Souvenir de l’oiseau, enregistré dès 1965 dans l’historique « Free Jazz », mais aussi une audacieuse version de Koko). Anti-virtuose, joueur et défricheur infatigable, Tusques trouve chez Cortazar le terrain idéal au jeu des correspondances qu’il affectionne, et se fond avec délices dans les prétextes disséminés par l’écrivain (Marelle, Octaèdre). Le tango est là, rehaussé par la voix d’Isabel Juanpera et le bandonéon de César Stroscio (Sur), mais aussi par le souffle – trop rare, et d’autant plus poignant – de Bernard Vitet, inséparable compagnon de route du pianiste (la dame au gardénia). Autant de raisons de saluer cette réédition.
Par Vincent COTRO – JAZZMAG-JAZZMAN
- "Plusieurs registres émotionnels qui sont sollicités." par Paris-Move
L’écoute d’un disque estampillé Frémeaux & Associés n’est jamais quelque chose d’anodin, bien au contraire, car ce sont toujours plusieurs registres émotionnels qui sont sollicités. Au simple bonheur de l’écoute musicale viennent s’ajouter le plaisir de l’acquisition de nouvelles connaissances de l’Histoire d’un genre musical particulier et le sentiment d’appartenance à une caste qui ne se contente pas de consommer des disques les uns après les autres, par boulimie, mais qui, au contraire, préfère la qualité à la quantité. Avec Frémeaux & Associés vous passez d’auditeur gourmand à gourmet mélomane, en quelque sorte. Pianiste français émérite, François Tusques lie indubitablement son nom à celui du Free Jazz en Europe et en France, plus particulièrement. Il convient d’ailleurs de lui associer immédiatement quelques grands noms tels le trompettiste et tromboniste Clifford Thornton, fidèle compagnon de route d’Archie Shepp, le cornettiste et pianiste Don Cherry, le compositeur-saxophoniste-clarinettiste-flutiste et pianiste Anthony Braxton, le batteur Sunny Murray ou le saxophoniste et clarinettiste Michel Portal. Et il en manque bien d’autres, de ce côté ci ou de l’autre de l’Atlantique, mais les lister tous deviendrait vite rébarbatif, vous en conviendrez, et les artistes non cités m’excuseront, j’en suis sûr,… car je dispose également d’une place limitée pour cette chronique. Revenons à l’année 1994, année pendant laquelle un mélomane passionné de jazz se propose de créer un nouveau label qui s’appellera AxolOtl, du nom d’une nouvelle de l’écrivain argentin Julio Cortazar, lui-même grand amateur de Jazz. Admirateur passionné par l’écrivain en question et par le tango sud américain, François Tusques est tout de suite séduit par le projet et c’est peu de temps après qu’est effectué l’enregistrement studio de ‘La muse en circuit’.
Douze compositions sont écrites par l’artiste, auxquelles viennent s’ajouter un morceau de T. Monk et un autre cosigné T. Monk et C. Williams, un de Bud Powell et un dernier de C. Parker en ce qui concerne le Jazz, sans oublier, pour finir, un tango célèbre d’A. Troilo et H. Manzi et un bref entretien oral dans lequel Cortazar parle du jazz. La plupart des pièces musicales sont jouées par le seul pianiste mais nous n’omettrons pas de citer Isabel Juanpera au chant sur ‘La Dame au Gardénia’, en compagnie de Bernard Vitret à la trompette, tout comme César Stroscio, fondateur du célèbre Quarteto Cedron, au bandonéon sur ‘Nostalgie rue des Lombards’, en compagnie de Bernard Vitet au bugle et d’Isabel Juanpera au chant.
Ce que le journal Le Monde qualifiait en 1994 de ‘…carnet de notes d’une fraîcheur inconnue…’ avant de le sélectionner parmi les 10 meilleurs albums de l’année 94, nous revient dans les enceintes tel un boomerang en 2011, nous invitant à demeurer vigilant à toutes les rééditions de qualité de la maison Frémeaux & Associés. Et en voici une qui mérite d’être mise à l’honneur !
par Dominique BOULAY - PARIS ON THE MOVE
- "Incontournable" par Jazz Magazine
A qui connaît Cortázar (les autres ont le reste de leur vie – et ça commence tout de suite – pour réparer cette immense lacune), l’association de sa mémoire et de son œuvre avec la musique de François Tusques apparaît a postériori comme, disons, incontournable. (Y penser a priori reste moins évident et le mérite en revient aux producteurs intelligents et avisés de cet excellent enregistrement). L’écrivain argentin qui introduisit le flou et l’aléatoire dans le carré (« Marelle ») et admirait l’Oiseau (« L’homme à l’affût » in « Les armes secrètes ») et le pianiste amoureux de la forme qui fut le seul (ou quasiment) spécialiste français des quatre-vingt-huit touches (ça fait combien à la racine carrée ?) à être associé au mouvement free étaient de tout temps faits pour se rencontrer, y compris à titre semi-posthume. C’est donc une théorie d’ombres tutélaires et familières – les trois Charlie (Christian, Parker, Mingus), « Fatha », Duke, Billie, Bud, Thelonious… (on peut appeler les ombres par leur prénom et même les tutoyer quand on rend hommage à un homme qui commençait ainsi une de ses nouvelles : « là-bas, au fond il y a la mort. Mais n’ayez pas peur. » (« instructions pour remonter une montre in « Cronopes et Fameux » - Gallimard) que Tusques convoque sur son clavier, sollicitant au passage l’esprit du tango et du blues pour un « maté para dos » (tee for two chez les Cronopes, on l’aura deviné) qui se termine, après un splendide « Sur » à quatre sur la voix nue de l’écrivain disparu parlant de jazz et de littérature. Savourez ce disque en lisant ou relisant Cortázar et vous verrez : la faucheuse fantomatique qui nous attend tous, là-bas, tout au fond, vous n’en aurez plus peur.
Par Thierry QUENUM – JAZZ MAGAZINE
- "Bonheur grave et surprise insensée. Cela se nomme Octaèdre" par Le Monde
Octaèdre, un hommage à Cortázar. Après tout, rien n’interdit de commencer l’écoute d’un disque par son point de fragilité, Round Midnight, par exemple. Tusques le commente : « C’est l’époque où j’apprenais le piano en regardant presque tous les soirs les doigts de Bud Powel s’aligner sur le clavier au Blue Note ». Nous sommes, comme dirait Cortázar, « dans la nuit primitive et délicate de Thelonious Monk ». Il le joue avec la touche de celui qui a beaucoup joué et sait recommencer. Cet album est un carnet de notes d’une fraîcheur inconnue. Le piano sonne bien. Les derniers instants de chaque pièce sont autant d’instants justes. On finit par un tango métaphysique que Julio eût aimé – avec Isabel Juanpera, Cesar Stroscio au bandonéon et Bernard Vitet – et par quelques mots de sa voix. Bonheur grave et surprise insensée. Cela se nomme Octaèdre.
Par F.M. – LE MONDE
- "Le pianiste travaille en architecte musical" par Jazzman
François Tusques poursuit son « bonhomme de chemin » en marge des modes. Peu préoccupé par la brillance des surfaces qui semble accaparer ses contemporains, il va, tout simplement à l’essentiel avec expérience(s) et bagage(s) et se contente de dire des choses importantes. Le pianiste et compositeur rencontre ici l’univers de Julio Cortázar au travers de pièces originales (augmentées de quelques thèmes-clés) où transparaissent les musiciens qu’aimait l’écrivain argentin et que fait vivre Tusques dans sa musique : Earl Hines, Bud Powel, les trois Charlie (Parker, Christian et Mingus), Billie Holiday et Duke Ellington…et le tango originel. Ennemi de la surenchère et de la démonstration, le pianiste travaille en architecte musical, mais la construction resterait sèche s’il ne savait faire tournoyer, rebondir, éclairer, chanter la note ; s’il n’enrichissait pas la structure par l’amour du texte et de la musique, par la joie et la jubilation. Pour accompagner ses solos, François Tusques a convié parfois Bernard Vitet et sa trompette, Cesar Stroscio et son bandonéon, Isabel Juanpera dont le chant sonne beaucoup plus juste dans le tango que dans l’hommage à Billie Holiday. Enfin, la voix de Cortázar lui-même, extraite d’une interview de Jacques Chesnel naguère publiée dans Jazz Hot, apporte s’il en était besoin la conclusion d’un beau disque.
Par Jean BUZELIN – JAZZMAN
- "C’est assez sidérant" par Le Nouvel Observateur
Longtemps éloigné de la scène du jazz, on avait fini par oublier ce grand pianiste français. Il revient au premier plan avec « Octaèdre », un exceptionnel hommage musical à Julio Cortázar, écrivain jazzophile. « Je vous rassure, je travaillais beaucoup pour la télévision. C’était bien payé et j’avais une liberté totale », répond malicieusement le pianiste François Tusques quand on s’enquiert de ses moyens de subsistance lors de sa trop longue absence du petit monde du jazz. Il a ainsi signé, entre autres collaborations, les musiques de divers projets de Jean-Denis Bonan (dont un consacré à Isabelle Eberhardt récemment diffusé par « Métropolis », magazine d’Arte), ou celle des quinze épisodes de la série télévisée « Génération », tirée du livre de Patrick Rotman et Hervé Hamon sur Mai-68. […] Cette année, François Tusques revient directement en première ligne avec « Octaèdre », son plus beau disque à ce jour, dont le prétexte est toujours littéraire puisqu’il s’agit cette fois d’une rencontre avec l’œuvre du grand écrivain argentin Julio Cortázar. […] Jean-Louis Wiart travaille dans une association de formation professionnelle pour adultes, et cultive une passion dévorante pour le jazz et la littérature. « Un jour, j’ai dit à François : puisque personne ne s’occupe de toi, je vais produire ton prochain disque. Il m’a traité de fou, mais j’ai quand même fondé le label AxolOtl », titre d’une nouvelle de Cortázar (in « Les Armes secrètes », où l’on croise, dans « l’Homme à l’affût », l’ombre d’un certain Charlie Parker). Correspondances encore : « Il y a quelques mois, se souvient François Tusques, le Passage du Nord-Ouest m’avait demandé de participer à un hommage à Charles Mingus. J’y jouais déjà « la femme de Sigmund Freud ». […] Le rapport avec Cortázar ? On y vient : « On parle souvent de Buenos Aires, où Cortázar eut la révélation du jazz, comme de la ville aux deux mille psychanalystes, poursuit Jean-Louis Wiart. François a depuis longtemps le projet d’un spectacle de tango avec sa compagne, Isabel Juanpera. Cortázar, c’était donc à la fois le tango, le jazz et la littérature. L’idée d’un disque autour de lui s’est imposée d’elle-même. » CQFD. « Il faut toujours avoir une raison de faire les choses, glisse doucement François Tusques. Ce disque m’a permis d’enregistrer un tango, mais aussi de rejouer des thèmes comme « Round about Midnight », « Koko » ou « Embraceable You ». » Heureusement pour nous. On les a rarement entendus repris avec autant d’honnêteté, de clarté et de force. Tusques manifeste d’ailleurs une telle compréhension de la musique de Thelonious Monk, Bud Powell ou Charlie Parker que certaines de ses compositions, comme « le Moine » ou « Souvenir de l’oiseau », ont l’air d’inédits de ces géants du jazz. C’est assez sidérant. Tusques, qui aime le jazz d’amour fou, entretient très logiquement avec lui des relations complexes. En 1965, avec François Jeanneau, Michel Portal, Bernard Vitet, Beb Guérin et Charles Saudrais, il enregistre pour les disques Mouloudji « Free Jazz », le premier manifeste made in France de cette « nouvelle chose » que le petit monde du jazz n’a toujours pas digérée. Il joue avec les grands noms comme Sunny Murray ou Clifford Thornton, enregistre son premier album solo (« Piano Dazibao ») et tourne aussi avec la chanteuse Colette Magny. « C’était incroyable, se souvient-il avec une nostalgie amusée, on remplissait les plus grandes salles de France. Nous représentions vraiment quelque chose pour les gens qui venaient nous entendre. » Ce « quelque chose », c’était l’esprit de rébellion qui allait accoucher de Mai-68. Durant les années « gauchistes », François Tusques travaille beaucoup avec le Parti communiste révolutionnaire, un groupuscule marxiste-léniniste. « Je n’en ai jamais été membre, même si pendant deux ans je n’ai pratiquement donné que des concerts militants. » Du coup, on lui colle l’étiquette de « musicien d’extrême gauche », qu’il a payée au plus fort. Les patrons de boîtes, les programmateurs de festivals l’évitent. « Sans faire de parano ça a dû jouer, mais pas tant que ça, même si à l’époque je faisais peur. Vers 1972, je me suis senti en porte-à-faux par rapport au jazz. Pour des raisons personnelles, j’ai quitté Paris pour aller vivre en Bretagne. Je jouais avec Diaouled Ar Menez (les Diables de la montagne), un groupe de musique traditionnelle. » C’est encore son bon plaisir (« je n’ai jamais eu de démarche politique par rapport à la musique ») qui le conduira à réunir plus tard dans l’Intercommunal Free Dance Music Orchestra le saxophoniste guinéen Jo Maka, le tromboniste togolais Ramadolf Adolf Winkler, le trompettiste occitan Michel Marre et le percussionniste algérien Guem, pour ce qui apparaît aujourd’hui comme une très involontaire esquisse de la future « world music »… L’idée l’amuse une seconde, et il ajoute : « Aujourd’hui, j’ai juste envie que l’on sache que je rejoue en solo. » on passe bien volontiers le message.
Par Bernard LOUPIAS – LE NOUVEL OBSERVATEUR
- "L’engagement sans compromis et la pugnacité d’un pianiste trop méconnu."par Cuturejazz
"Certes, ce disque n’est pas totalement en piano solo (à quatre plages près) convenons-en ! Il doit cependant figurer ici car c’est un véritable monument aux multiples facettes (plus qu’un octaèdre sans doute). Cet hommage à l’écrivain Julio Cortazar permet de retrouver un pianiste aussi mythique que mystérieux que beaucoup auront hâtivement rangé, voire enfermé, dans la catégorie "free-jazz". Grave erreur ! Écoutez, réécoutez Octaèdre et vous y entendrez un pianiste au discours marqué en profondeur par l’histoire du jazz qui sait restituer toute la dimension vivante, humaine (voire humaniste) de cette musique. Dans sa chronique du disque pour le magazine Jazzman lors de la première édition, Jean Buzelin écrivait : "Ennemi de la surenchère et de la démonstration, le pianiste travaille en architecte musical, mais la construction resterait sèche s’il ne savait faire tournoyer, rebondir, éclairer, chanter la note ; s’il n’enrichissait pas la structure par l’amour du texte et de la musique, par la joie et la jubilation.". Il définissait le cadre de ce disque en soulignant que "Le pianiste et compositeur rencontre ici l’univers de Julio Cortázar au travers de pièces originales (augmentées de quelques thèmes-clés) où transparaissent les musiciens qu’aimait l’écrivain argentin et que fait vivre Tusques dans sa musique : Earl Hines, Bud Powel, les trois Charlie (Parker, Christian et Mingus), Billie Holiday et Duke Ellington…". Grâce au travail toujours remarquable et exemplaire du label Frémeaux et Associés, un éditeur qui a le sens du détail et travaille en profondeur, cet enregistrement (le premier, à l’époque, du label AxolOtl) est à nouveau disponible. On ne saurait passer à côté pour saluer l’engagement sans compromis et la pugnacité d’un pianiste trop méconnu."
par Thierry GIARD - CULTUREJAZZ.NET
- "A crucial figure in the development of the music in his sector " The New York City Jazz Record
"It is somewhat ironic that the country with the closest ties to vanguard American jazz in the ‘60s has been almost wholly left out of the modern picture. France has produced quite a few world-renowned improvisers, but the architects of France’s ‘New Thing’ have been summarily left by the wayside over the course of the music’s history. Pianist François Tusques, while almost unknown outside his native France, is a crucial figure in the development of the music in his sector of the continent and can lay claim to recording the first true French free jazz album."
by Clifford ALLEN - THE NEW YORK CITY JAZZ RECORD
Liste des crédits sur ce CD :
François Tusques, Thelonious Monk, George Gershwin, Charlie Parker, Troilo, A.julio Cortazar
CDPisteTitreArtiste principalAuteurDuréeEnregistré en
11L'auteur et son stylo trompette François Tusques 00:03:031994
12Round about midnight François Tusques 00:06:221994
13Souvenir de l'oiseau François Tusques 00:02:241994
14Embraceable you François Tusques 00:04:561994
15Work François Tusques 00:02:401994
16Swing strings François Tusques 00:02:261994
17Le moine François Tusques 00:03:391994
18Koko François Tusques 00:02:321994
19La femme de sigmund freud François Tusques 00:04:061994
110La dame au gardenia François Tusques 00:04:421994
111Les fleurs du grand cronope François Tusques 00:02:421994
112Espérance et son poisson flute François Tusques 00:04:171994
113Marelle François Tusques 00:02:421994
114Octaedre François Tusques 00:02:121994
115Ce solo la, je l'ai déjà joué demain François Tusques 00:03:081994
116Nostalgie rue des lombards François Tusques 00:02:431994
117Sur François Tusques 00:04:511994
118Voix de cortazar A.julio Cortazar 00:02:571994

:

3-5d.gif




Vous pouvez acheter ce produit :
- Chez votre disquaire (distribution Socadisc), chez votre libraire (distribution Frémeaux & Associés) ou par téléphone au 0143749024
- Sur lalibrairiesonore.com Acheter ce produit
- Sur librairie-audio.comAcheter ce produit Pré écoute possible de certains produits!

Egalement disponible aux éditions Frémeaux & Associés :

HUMANIDADE - PATRICK FAVRE TRIO
   
HUMANIDADE - PATRICK FAVRE TRIO
"Une musique qui n’est pas constamment en contraste, nuancée avec le silence, n’est...
HUMANIDADE - PATRICK FAVRE TRIO
GUARANA
   
GUARANA
La rencontre historique de Lee Konitz avec Cesarius Alvim organisée par Jean Louis Wiart pour son label Axolotl....
GUARANA
CESARIUS ALVIM - EDDIE GOMEZ - ERIC LE LANN
   
CESARIUS ALVIM - EDDIE GOMEZ - ERIC LE LANN
Vous voulez parler musique ? Sauf votre respect, je vous dis : silence.
Silence, réceptacle...
CESARIUS ALVIM - EDDIE GOMEZ - ERIC LE LANN


Dernière mise à jour :: 30-03-2017 02:51
Fremeaux


Je suis :

Un particulier Un libraire

Un disquaire Une bibliothèque
 meublenatureok.gif

Catalogue Frémeaux
Catalogue Frémeaux
Je souhaite recevoir
le catalogue
Catalogue Frémeaux
Catalogue Frémeaux

Les livres sonores à l'écoute
templatefrmeaux_correc16.jpg
Fremeaux
Grand prix In Honorem
de l'Académie Charles Cros
pour son oeuvre d'éditeur

Fremeaux

YOCHK’O SEFFER
YOCHK’O SEFFER
Coffret 2 CD avec livret 40 pages et 35 photos
accompagnée d'une lithographie originale.

La...

TRIBUTE TO THE PIANO GREATS
TRIBUTE TO THE PIANO GREATS
Dedicated to 12 jazz pianist.

Claude Bolling présente 12 thèmes de sa composition dédiés...

RODOLPHE RAFFALLI EN AMÉRIQUE LATINE
RODOLPHE RAFFALLI EN AMÉRIQUE LATINE
Rodolphe Raffalli, formidable explorateur du grand répertoire, revient ici à son...

LES SIX ET DEMI - TOI MA VIE
LES SIX ET DEMI - TOI MA VIE
Produits par Yves Chamberland, accompagnés par les meilleurs musiciens de la scène hexagonale...

LATCHO DROM - LIVE 2001
LATCHO DROM - LIVE 2001
Live 2001 révèle la quintessence de l’art de Latcho Drom.
Ce florilège des...

GREAT BLACK MUSIC (1927-1962) ROOTS
GREAT BLACK MUSIC (1927-1962) ROOTS
COFFRET OFFICIEL DE L’EXPOSITION « GREAT BLACK MUSIC » À LA CITÉ DE LA MUSIQUE DU 11 MARS AU 24...

GADJO COMBO - À BRÛLE POURPOINT
GADJO COMBO - À BRÛLE POURPOINT
Deuxième album du groupe Gadjo Combo, « À brûle pourpoint » continue d’explorer la formule...

DJANGO REINHARDT - L'EDITION DU CENTENAIRE - SAISON 1
DJANGO REINHARDT - L'EDITION DU CENTENAIRE - SAISON 1
Cette boîte regroupe les coffrets de 1 à 7.
Egalement disponible :
-Intégrale...

CAMPING SWING
CAMPING SWING
Camping Swing est le nouvel opus de Paho Saga, la formation créée par le guitariste Pascal...

BEAT GENERATION L’ANTHOLOGIE MUSICALE 1936-1962
BEAT GENERATION L’ANTHOLOGIE MUSICALE 1936-1962

Ce mouvement littéraire s’est construit autour de la culture jazz souterraine, qui exprimait la...


AL LIRVAT AND HIS CIGAL'S BAND - PARIS 1955
AL LIRVAT AND HIS CIGAL'S BAND - PARIS 1955
"1955. La Brasserie de la Cigale ou Harlem à Paris. Entre Dixieland, Middle Jazz et Rhythm n’ Blues, le sextet...

A GEORGES BRASSENS VOL 1
A GEORGES BRASSENS VOL 1
“Quand on écoute les chansons de Georges Brassens, explique Rodolphe, c’est une...

Logo Radio France  Logo INA
 
Logo RFI
Logo PUF 
 
logo-facebook.gif

Rechercher dans le catalogue Frémeaux
Toutes les catégories :
Advertisement
Titre_Nouveau_Catalogue.gif
Catalogue 2016-2017
Titre_actualites.gif
Pub Net IntDjango.jpg
Titre_nouveaute_PUF.gif
Pub Net La Bible.jpg
Titre_lucferry.gif
Philo-Mytho Ferry
Titre_Galerie.gif
Pub Net Galerie Guedon Janv2017.jpg
titre Michel onfray.gif
Pub Net Laicite.jpg
Luc Ferry
Collection Luc Ferry
Inédits
Pub Net Live in Paris 6V MJQ.jpg
Feuille Nouveautés

Dictionnaire des Artistes
Dictionnaire des Artistes
Dictionnaire des Artistes
Présentation

• Pourquoi fremeaux.com ?
• Autorisations Cinéma, TV, musées...
• Une culture d'entreprise
• Charte qualité

Mémoires et études
Edité par Fremeaux et Associés
visuinternetdompublic.gif
Le patrimoine
sonore en
danger!
Interview de
Patrick
Frémeaux

Mémoires et études


Collection Histoire de France
Collection Histoire de France
Titre_Publicite.gif
Pub Net Cat. LibSonore 200pixels.png
Philosophie | Sciences Humaines | Histoire | Livres sonores | Contes | Enfants de 2 A 5 ans | Enfants de 6 A 11 ans | Son de la nature | Collection the quintessence | Jazz
Intégrale Django Reinhardt | Blues | Country & Rockn Roll | Gospel | Chanson française | Les cinglés du music hall | World Music | Classique | Frémeaux & Ass. Télévisions
Mentions légales - Recommander ce site - Ajouter aux favoris - Nous contacter - © 2006 Frémeaux et Associés
20, rue Robert Giraudineau - 94300 VINCENNES - FRANCE - Tél : +33 1 43 74 90 24 - Fax : +33 1 43 65 24 22
templatefrmeaux_correc69.gif