Fremeaux.com
 
CONTRE-HISTOIRE DE LA PHILOSOPHIE VOL. 19 - MICHEL ONFRAY
Réf. : FA5319

CONTRE-HISTOIRE DE LA PHILOSOPHIE VOL. 19 - MICHEL ONFRAY

ALBERT CAMUS, GEORGES POLITZER, PAUL NIZAN

MICHEL ONFRAY
Direction artistique : PATRICK FREMEAUX
Label : FREMEAUX & ASSOCIES
Nombre de CD : 13
Vous pouvez acheter ce produit :

- Chez votre libraire ou maison de la presse (Frémeaux & Associés distribution)
- Chez votre disquaire ou à la Fnac (distribution : Socadisc)
- Sur lalibrairiesonore.com
- Sur librairie-audio.com Pré écoute de certains produits!
- Par téléphone au 01.43.74.90.24
ALBERT CAMUS, GEORGES POLITZER, PAUL NIZAN

Avec les conférences de la Contre-histoire de la philosophie, Michel Onfray s’est assigné comme finalité la réhabilitation des penseurs congédiés injustement par les idéologies dominantes.
Cette réforme historiographique se poursuit par la mise en évidence d’intellectuels résistants du XXe siècle français, Georges Politzer, Paul Nizan et Albert Camus, qui se sont tous trois illustrés par leur combat contre les totalitarismes rouge et brun.
Patrick Frémeaux
 
« Chaque génération, sans doute, se croit vouée à refaire le monde. La mienne sait pourtant qu’elle ne le refera pas. Mais sa tâche est peut-être plus grande. Elle consiste à empêcher que le monde se défasse. »
Albert CAMUS recevant le prix Nobel - Stockholm, 1957

PRODUCTION : RADIO FRANCE / FRANCE CULTURE (Marie Annick Huet), GROUPE FREMEAUX COLOMBINI SAS (Augustin Bondoux et Patrick Frémeaux), UP de CAEN (Dorothée Schwartz).
DROITS : FREMEAUX & ASSOCIES en accord avec MICHEL ONFRAY (INTERTALENTS - François Samuelson et Séverine Bâcle) et Dorothée Schwartz, GRASSET & FASQUELLE (Olivier Nora et Christophe Bataille), RADIO FRANCE (Olivier Poivre d'Arvor).
Liste des articles de presse consacrés à ce CD :
- « Albert Camus : la contre-enquête de Michel Onfray » par le Magazine Littéraire
Qu’est-ce qu’une vie philosophique ? Comment penser l’existence d’un homme, son engagement, la formation d’un regard sur le monde, vif et singulier ? Michel Onfray répond : «Le philosophe pense pour vivre et mieux vivre, il réfléchit pour conduire son action, il médite dans le but de tracer une route existentielle, il lit, écrit, afin de mettre en forme un chaos cartographié par le verbe. Pour lui, le verbe se fait chair, acte, action.»
La vie philosophique de Camus est brutalement interrompue le 4 janvier 1960, quand la Facel Vega de Michel Gallimard percute un platane entre Champigny-sur-Yonne et Villeneuve-la-Guyard. Camus a 46 ans. Tué dans l’accident de la route, il laisse dans la serviette posée sur le siège de la voiture le manuscrit du Premier Homme – et Le Gai Savoir de Nietzsche.
Quelle est la démarche d’Onfray pour aborder celui qui,par sa disparition soudaine, apparaît parfois comme le James Dean de la philosophie ? Onfray envisage tous les écrits et les livres de Camus sans distinction : romans,essais, théâtre, chroniques, discours, carnets et réflexions.Il croise la lecture de l’oeuvre avec les correspondances publiées ou inédites de l’écrivain. De Camus, on possède quatre correspondances principales : celle avec Jean Grenier,son professeur de philosophie à Alger, rencontré en1932, qui lui fait découvrir Bergson, Verlaine, la musique, à qui Camus dédiera La Mort dans l’âme, L’Envers et l’Endroit et L’Homme révolté ; celle avec le poète d’Oran, Jean Sénac,grand admirateur de Rimbaud et de Jean Genet ; celle qu’il a entretenue avec Pascal Pia, qui recrute Camus en septembre1938 à Alger républicain, lançant ainsi sa carrière journalistique, avant qu’ils ne collaborent, plus tard, à Paris-Soir, puis à Combat ; enfin, la correspondance avec René Char, l’autre grand solitaire, qui exprime dans une superbe lettre à Camus son admiration pour L’Homme révolté : « Votre livre marque l’entrée dans le combat, dans le grand combat intérieur et externe aussi des vrais, des seuls arguments – actions valables pour le bienfait de l’homme, de sa conservation en risque et en mouvement. » Croisant ses lectures aux biographies existantes,celle d’Olivier Todd, celle de Herbert R. Lottman, Onfray nous offre son portrait de Camus, en philosophe sensible et affectueux, fidèle et généreux, parfois fragile, hésitant, peu sûr de lui. Mais, en tout cas, loin de la légende fabriquée de toutes pièces. «Camus écrivait pour être lu et compris afin d’aider à exister», écrit Onfray. Qui est donc vraiment Albert Camus ? Philosophe, écrivain, journaliste, créateur d’une langue nouvelle, lecteur passionné, anarchiste positif épris de liberté, penseur anticolonialiste, disciple de personnemême si Proudhon lui est proche : « Camus fut un philosophe hédoniste, païen, pragmatique, nietzschéen – de plus, il était fils de pauvre et fidèle aux siens. Il avait tout pour déplaire aux faiseurs de réputation, tout pour me plaire aussi – et pour plaire à tant de lecteurs aujourd’hui. »Le livre qu’il consacre à Camus signe, pour Onfray, la puissance d’une rencontre, qui invite à déconstruire la légende pour retrouver à neuf le visage, le témoignage, d’un philosophe majeur du XXe siècle.
Pour Onfray, Camus, l’un des auteurs les plus lus dans le monde, s’inscrit dans le lignage français des philosophes existentiels, mais surtout pas existentialistes. Onfray refuse l’enfermement de Camus dans cette image convenue : « Camus n’est pas le philosophe existentialiste accablé par le non-sens du monde, mais le penseur d’un réel déserté par les dieux qui offre des raisons d’espérer,notamment dans, par et pour la révolte. » Camus incarne à la fois la lucidité – le diagnostic du nihilisme européen– et le courage, à travers la volonté de dépasser ce nihilisme par une philosophie positive et affirmative. On comprend la raison pour laquelle Onfray invoque Nietzsche,l’enthousiasme de la pensée, libérée de ses peurs, de ses entraves. Par le sens de la terre, de la vie, de la lumière,Camus construit une oeuvre tonique, dynamique, qui gagne sa légèreté par profondeur. « Qui n’entend ici le chant d’un Zarathoustra venu d’Algérie ? » Une vie philosophique, selon Onfray, définit une existence dans laquelle la sagesse de l’individu qui la professe se manifeste pleinement. Elle désigne un quotidien dans lequel un être vit selon sa pensée et pense selon sa vie. De quoi est faite la vie de Camus ? Le travail, la pensée,l’écriture, la parole, l’amitié, les rencontres, les choix, les défis tissent une vie philosophique comme adéquation entre l’oeuvre et l’existence, la réflexion et l’engagement.Être fidèle à Camus, c’est revenir sur les traces de son enfance : paysage, lieu, milieu, époque, puissance des jeunes années. Onfray propose une généalogie nietzschéenne du tempérament libertaire de Camus, quand la psyché de l’enfant se forme à travers des expériences aussi douloureuses que bienheureuses et douces. Il est vrai que Camus lui même donne une clé lorsqu’il écrit, en 1945 : « L’homme que je serais si je n’avais pas été l’enfant que je fus ! » L’enfance de Camus, qui mêle la lumière, le soleil et la Méditerranée,qui s’inscrit dans la passion du sport, du théâtre et des livres, fonde la constitution organique de cette sensibilité qu’Onfray qualifie de « tempérament anarchiste, ce mot caractérisant quiconque refuse de suivre autant que de guider». Dans Noces, Camus reprend et commente l’expression de Pindare, si précieuse aux yeux de Nietzsche : « Ce n’est pas si facile de devenir ce qu’on est. » Pourtant, toute la vie philosophique de Camus est entièrement tournée vers un seul impératif existentiel : devenir ce qu’il est. Onfray nous rappelle que le thème philosophique central de l’oeuvre de Camus est la folie du meurtre. Comment comprendre la mise à mort d’un autre ou de soi ? Camus se penche, tour à tour, sur l’écrasement de la rébellion Révolte dans les Asturies, l’attentat des nihilistes Les Justes, le crime menant à l’échafaud L’Étranger, le meurtre légal dans l’histoire L’Homme révolté, la folie sanguinaire du tyran Caligula, le suicide Le Mythe de Sisyphe ou les crimes de masse du totalitarisme La Peste ou L’État de siège. Il faut y insister : « Camus n’a cessé de réfléchir sur le crime légal, l’assassinat idéologique, le meurtre de soi, de son prochain,la mise à mort programmée, légitimée. » L’Ordre libertaire,c’est donc le portrait d’un homme constamment révolté devant l’injuste, devant l’injustifiable.Camus fait preuve d’un engagement sans tremblement. Il décrit, montre et rapporte, journaliste au plus beau sens du terme, explique Onfray, lorsqu’il présentifie ce qui, sans lui, nous demeurerait lointain, vague et imprécis. Philosophe libertaire et abolitionniste ? « Camus ne pense pas avec des idées, des concepts, mais avec des vérités concrètes. Il est un philosophe de la radicalité immanente ou, si l’on veut, un penseur radical de l’immanence. » Sa fidélité est présente à chaque instant.Fidélité dans ses combats, ses amours, ses souvenirs : abolir la peine de mort, résister à la guerre,dénoncer toute barbarie, travailler à l’humanité de l’homme, lutter contre l’injustice, donner la parole aux gens privés de mots, aimer la vertu des simples, préférer l’être austère des pauvres à l’avoir insolent des riches. Onfray peint Camus en écrivain pour qui les mots sont un choix existentiel, qui relève du vieux combat de toujours, quand on écrit avec son sang :« Camus considère la langue française et le savoir comme des conquêtes et non comme un dû. » Camus, l’anti-Sartre ? Il faut se rappeler, loin des traités philosophiques, de la parodie satirique que livre Camus en 1947 : L’Impromptu des philosophes. Légère dans sa forme, cette pièce de théâtre tourne en dérision l’intellectuel accablé, Monsieur Néant,comme en écho à L’Être et le Néant, l’essai phénoménologique de Sartre de 1943.
Dans ses Carnets, Camus commente : « Être et Néant. Étrange erreur sur nos vies parce que nous essayons d’éprouver nos vies de l’extérieur » « Cahier IV ». C’est dans cette fidélité à sa vie intérieure que Camus construit sa sensibilité philosophique et politique. C’est dans sa fidélité au monde de son enfance que Camus parle à la première personne,comme Marc Aurèle, Montaigne, Pascal, Rousseau,Kierkegaard ou Nietzsche. C’est dans cette fidélité aux valeurs élémentaires l’honneur, la dignité, la simplicité, le dépouillement, la fraternité qu’il raconte les émotions et les perceptions de l’Algérie : les bruits de la ville qui entrent dans les maisons par le balcon, l’odeur de viande grillée dans les petites rues, la lumière sur la baie d’Alger, la fraîcheur du soir qui transfigure les parfums, la mélodie d’une derbouka accompagnée par une voix de femme, les cris des enfants jouant dehors. « Dans cet ordre d’idée, Camus défendra un hédonisme libertaire porté par Noces pour l’hédonisme et par L’Homme révolté pour la pensée libertaire. »
De Noces, publié avant la guerre, à L’Été, recueil de textes de1954, le thème solaire s’impose à Camus. Autant dans son acception première, immédiate, sensuelle, que dans celle prise au dernier chapitre de L’Homme révolté, « La pensée de midi ». L’innocence et la beauté du monde, il suffisait initialement de les accueillir. Il faut maintenant savoir les conquérir. Onfray saisit au plus juste ce jeu d’ombre et de lumière, au coeur de la pensée, sous forme d’une antinomie radicale : « Saint-Germain-des-Prés et Belcourt, Hegel et les Grecs, la philosophie de l’histoire et l’exercice de la vie,le philosophe institutionnel et le philosophe artiste, le christianisme et le dionysisme, Rome et Tipasa – autrement dit, l’envers à l’endroit. »
Grec et païen, charnel héritier des Lumières, Camus écrit par profusion sensuelle et sollicitation de la chair. L’Ordre libertaire d’Onfray développe la leçon philosophique d’une oeuvre qui change la vie. Camus, philosophe des cinq sens ? Voir, entendre, sentir, goûter et toucher le monde. Oui, tout ça à la fois.
Depuis Esthétique du pôle Nord, écrit il y a dix ans, en 2002, depuis ce récit de voyage en terre de Baffin avec son père, pour fêter les 80 ans de celui-ci, on savait Michel Onfray voyageur nomade. Avec L’Ordre libertaire, on le découvre marin et explorateur, loin de l’image du philosophe sédentaire des jardins d’Argentan, sa Normandie natale. Déjà,son premier livre, Le Ventre des philosophes, en 1989, rapportait l’histoire de son enfance dans ce village bas-normand de Chambois, où son père travaillait la terre dans un combat de Sisyphe contre la pauvreté. On comprend l’attachement à Camus de Michel Onfray, qui nous révèle à travers lui un autre paysage, un autre motif qui lui tient à coeur : l’eau, la mer, le bleu de la Méditerranée. Plus qu’une mer, c’est un vertige grec et romain, littéraire et géographique,l’eau d’Homère, de Pindare, de Socrate, d’Ulysse et d’Augustin. Eau d’Europe et d’Afrique. Eau d’enfance et promesse d’adulte. « Camus ne touche pas avec le bout des doigts,mais avec la totalité de son corps nu. » L’hédonisme philosophique fait de l’homme un animal marin, un être de présence,au monde élargi, total, absolu. « L’Algérie, l’Espagne, la Grèce : Camus remonte les fleuves pour parvenir à la source », écrit Onfray, pour qui Camus rêve une Algérie grecque, entre tradition et hospitalité, éternité et cosmopolitisme.De la fierté kabyle, du sens berbère de la liberté, Camus converge vers la cité grecque et vers le socialisme dionysien. En homme du peuple qu’il est resté, Camus vit avec passion, dans ce mouvement d’ouverture, son expérience du théâtre et son activité de journaliste. Théâtre ou journalisme, ces mondes exigent la fraternité. Chacun a besoin des autres. Le premier univers associe le metteur en scène, l’auteur, les comédiens,le régisseur, les costumiers, le public. Le second rassemble les hommes, du directeur du journal jusqu’au typographe, autour d’une vigilance démocratique commune,qui s’offre aux lecteurs.
Lorsqu’il intègre Alger républicain comme rédacteur en chef à l’âge de 25 ans, Camus se veut, dans son vaste reportage « Misère de la Kabylie » – onze articles entre le 5 et le15 juin 1939 –, défenseur des minorités arabes et musulmanes,critique du mécanisme colonial, farouche opposant à la justice de classe, condamnant les erreurs judiciaires et les arbitraires de tous ordres. Bref, déjà, tout entier, Camus libertaire, celui qui défend le pacifisme et la liberté de critiquer. Tout annonce L’Homme révolté, le grand livre antifasciste, antitotalitaire, anticapitaliste. Onfray précise : « Dans Alger républicain, le 18 août 1939, il met en relation la montée du nationalisme algérien avec l’accumulation des humiliations, des frustrations, de l’exploitation. »
Onfray rapproche Camus d’écrivains comme Chestov, Berdiaev, Unamuno et Ortega y Gasset, autrement dit « des oeuvres qui pensent le monde dans la perspective de produire des effets philosophiques dans l’existence ». Il faut suivre le programme existentiel du philosophe, énoncé dans Le Premier Homme, publication posthume en 1994 :« Essayer de vivre, en un mot, ce que l’on pense en même temps que l’on tâche à penser correctement sa vie et son temps. » C’est ainsi que, sur le terrain romanesque, dans La Peste par exemple, Camus puise le matériau de son roman dans sa vie, pour le transfigurer et lui donner sens par la création littéraire. Ce qu’explique Onfray : « Le déroulement de la fiction coïncide avec celui de l’Histoire concrète. »
Camus n’épargne aucune des valeurs supposées sûres de son époque. Lui qui a découvert la vérité des choses dans la lumière nette et dépouillée de son enfance, il eut pour règle la liberté de ton et le courage d’oser, « dans l’assez affreuse société intellectuelle où nous vivons, où l’on se fait un point d’honneur de la déloyauté, où le réflexe a remplacé la réflexion, où l’on pense à coups de slogans comme le chien de Pavlov salivait à coups de cloche ». Précurseur du postanarchisme d’aujourd’hui, qui, selon Onfray, « aspire à une république immanente, horizontale, contractuelle », Camus témoigne de cette sensibilité antilibérale et antitotalitaire,qui fonde l’éthique individuelle de la responsabilité, comme une force radicale de résistance. C’est le mot du discours de Suède, le 10 décembre 1957, en clôture de la remise du prix Nobel : « L’art n’est pas à mes yeux une réjouissance solitaire. Il est un moyen d’émouvoir le plus grand nombre d’hommes en leur offrant une image privilégiée des souffrances et des joies communes. » LE MAGAZINE LITTERAIRE
- "Passionnant ? Oui, même quand il irrite !" par Lire
«(…) "Ma pratique en lycée technique m’a montré à satiété combien la philosophie agit tel un prétexte pour laisser croire à la libéralité d’un système qui autorise qu’on pense, certes, mais oblige cette pensée à se couler dans un moule qui la châtre sous peine de sanctions". On comprend que Michel Onfray n’ait pas que des amis. Sa rupture avec l’Education nationale et sa création de l’Université populaire de Caen ont suscité des jalousies. Pas uniquement. Les 300 000 CD déjà vendus témoignent d’un véritable engouement pour la pensée et la personnalité de ce philosophe. Jalousie, admiration. Ainsi va le monde dont le système est depuis toujours plus injuste que celui de notre enseignement. On peut rêver de le changer en reprenant l’histoire à son début et s’atteler à ce grand dessein en s’installant dans les marges de l’institution. Utopie ? Plutôt la passion rebelle d’un philosophe aux prises avec cette pulsion de mort dont il ne peut s’empêcher d’entendre la voix à travers l’histoire de la philosophie et notre civilisation judéo-chrétienne. D’où cette contre-histoire qu’il nous propose et qui se veut une réhabilitation de l’hédonisme. Magistral ? On ne lui fera pas cette injure. Passionnant ? Oui, même quand il irrite!» Jérôme SERRI – LIRE
- « Une vie philosophique exemplaire » par César
Albert Camus écrivait en 1953 dans ses carnets : « Je demande une seule chose, et je la demande humblement, bien que je sache qu’elle est exorbitante : être lu avec attention ». « Pour lui rendre justice, croiser sa pensée et son existence, saluer une vie philosophique exemplaire, j’ai souhaité écrire ce livre après l’avoir lu avec attention » précise Michel Onfray. Où l’auteur entend mettre fin à une légende fabriquée de toutes pièces par Sartre et les siens, celle d’un Camus « philosophe pour classes terminales », d’un homme de gauche tiède, d’un penseur des petits Blancs pendant la guerre d’Algérie, Michel Onfray nous invite à la rencontre d’une œuvre et d’un destin rares. Puisque né à Alger, Albert Camus a appris la philosophie en même temps qu’il découvrait un monde auquel il est resté fidèle toute sa vie, celui des pauvres, des humiliés, des victimes. Celui de son père, ouvrier agricole mort à la guerre ; celui de sa mère, femme de ménage morte aux mots mais modèle de vertu méditerranéenne. A l’issue de quoi l’auteur entend montrer en quoi la vie philosophique d’Albert Camus, qui fut hédoniste, libertaire, anarchiste, anticolonialiste et viscéralement hostile à tous les totalitarismes, illustre de bout en bout sa morale solaire.
Par Franck TENAILLE - CESAR
Liste des crédits sur ce CD :
Michel Onfray
CDPisteTitreArtiste principalAuteurDuréeEnregistré en
11La guerre de 14-18, une saignée de l'intelligenceMichel Onfray Michel Onfray 00:04:572012
12Le futurisme, une anticipation de la barbarieMichel Onfray Michel Onfray 00:06:002012
13MarinettiMichel Onfray Michel Onfray 00:03:592012
14Le futurisme et bergsonMichel Onfray Michel Onfray 00:03:442012
15Bergson, un philosophe emblématiqueMichel Onfray Michel Onfray 00:03:352012
16Trois discours de bergsonMichel Onfray Michel Onfray 00:08:592012
17Renoncer à la philosophieMichel Onfray Michel Onfray 00:04:012012
18Une historiographie de la philosophie françaiseMichel Onfray Michel Onfray 00:12:362012
19Une thématique de la philosophie françaiseMichel Onfray Michel Onfray 00:03:552012
110La philosophie française, une arme de guerreMichel Onfray Michel Onfray 00:01:122012
21Les débutsMichel Onfray Michel Onfray 00:04:102012
22L'étudiantMichel Onfray Michel Onfray 00:06:012012
23L'anti-bergsonienMichel Onfray Michel Onfray 00:08:102012
24Critique des fondements de la psychologieMichel Onfray Michel Onfray 00:03:062012
25Une vie militante, le pcfMichel Onfray Michel Onfray 00:06:182012
26La rencontre avec maiMichel Onfray Michel Onfray 00:02:122012
27L'université ouvrièreMichel Onfray Michel Onfray 00:11:332012
28Au quotidien, de 1930 à 1938Michel Onfray Michel Onfray 00:02:332012
29Le pacte germano-soviétique et le pcfMichel Onfray Michel Onfray 00:05:412012
210Le pcf et la résistanceMichel Onfray Michel Onfray 00:02:352012
31Politzer, philosophe communiste et résistantMichel Onfray Michel Onfray 00:06:372012
32Vie concrèteMichel Onfray Michel Onfray 00:00:492012
33La revue l'université libreMichel Onfray Michel Onfray 00:04:142012
34Vers la clandestinitéMichel Onfray Michel Onfray 00:04:012012
35L'obscurantisme du xxe siècleMichel Onfray Michel Onfray 00:09:212012
36Révolution et contre-révolutionMichel Onfray Michel Onfray 00:02:492012
37Après la mort de bergsonMichel Onfray Michel Onfray 00:10:222012
38Un appel à une renaissance de la philosophieMichel Onfray Michel Onfray 00:01:282012
39La fin d'une parade philosophique, le bergsonismeMichel Onfray Michel Onfray 00:05:592012
310Le réalisme de bergson et nominalisme de politzerMichel Onfray Michel Onfray 00:06:212012
41Descartes révolutionnaireMichel Onfray Michel Onfray 00:08:512012
42Descartes spiritualiste et idéalisteMichel Onfray Michel Onfray 00:04:242012
43Heidegger, la philosophie du momentMichel Onfray Michel Onfray 00:04:142012
44Heidegger et le nazismeMichel Onfray Michel Onfray 00:06:072012
45La phénoménologie, une arme contre les lumièresMichel Onfray Michel Onfray 00:08:302012
46La contruction du mythe de freudMichel Onfray Michel Onfray 00:04:412012
47Une critique idéaliste de la psychanalyseMichel Onfray Michel Onfray 00:01:182012
48Une analyse dialectique de freudMichel Onfray Michel Onfray 00:03:102012
49La crise de la psychanalyseMichel Onfray Michel Onfray 00:06:082012
410Le freudo-marxismeMichel Onfray Michel Onfray 00:05:172012
51Une critique de la psychologie abstraiteMichel Onfray Michel Onfray 00:05:242012
52Une critique de freudMichel Onfray Michel Onfray 00:04:082012
53La sociologie psychanalitiqueMichel Onfray Michel Onfray 00:03:272012
54La psychanalyse et le nazismeMichel Onfray Michel Onfray 00:05:182012
55La psychanalyse et la bourgeoisieMichel Onfray Michel Onfray 00:02:522012
56Le freudisme et le nazismeMichel Onfray Michel Onfray 00:06:592012
57Politzer et la psychologie concrèteMichel Onfray Michel Onfray 00:06:232012
58La notion de drame et la psychologie concrèteMichel Onfray Michel Onfray 00:10:372012
59Politzer et mai, une fin tragiqueMichel Onfray Michel Onfray 00:04:322012
510Une pensée foudroyéeMichel Onfray Michel Onfray 00:03:162012
61L'analyse de nizan selon sartre, contexteMichel Onfray Michel Onfray 00:04:472012
62Une interprétation opportunisteMichel Onfray Michel Onfray 00:09:372012
63La position de sartre vis a vis du pcf et de la guerre d'algérieMichel Onfray Michel Onfray 00:02:252012
64Un nizan sartriseMichel Onfray Michel Onfray 00:08:252012
65Nizan, du dandysme au fascismeMichel Onfray Michel Onfray 00:03:162012
66L'écriture d'aden arabieMichel Onfray Michel Onfray 00:03:072012
67Nizan à l'ensMichel Onfray Michel Onfray 00:04:312012
68L'expérience de nizan à adenMichel Onfray Michel Onfray 00:02:452012
69La psyché de nizanMichel Onfray Michel Onfray 00:02:472012
610Nizan contre l homo economicusMichel Onfray Michel Onfray 00:10:422012
71Nizan, d'aden à bourg en bresseMichel Onfray Michel Onfray 00:05:052012
72Le petit soldat du pcfMichel Onfray Michel Onfray 00:02:352012
73Le journaliste prolifique et cultivéMichel Onfray Michel Onfray 00:01:252012
74Le cas jacques lacanMichel Onfray Michel Onfray 00:03:582012
75Le voyage en urss de nizanMichel Onfray Michel Onfray 00:08:252012
76Gide l'anti-nizanMichel Onfray Michel Onfray 00:04:162012
77Le voyage en urss de gideMichel Onfray Michel Onfray 00:02:342012
78Le retour de l'urss de gideMichel Onfray Michel Onfray 00:14:542012
79Nizan, lecteur de gideMichel Onfray Michel Onfray 00:02:552012
710La mort soluble dans le communismeMichel Onfray Michel Onfray 00:05:472012
81La sotériologie d'un marxisteMichel Onfray Michel Onfray 00:05:082012
82La philosophie libératriceMichel Onfray Michel Onfray 00:05:042012
83Le corps des philosophesMichel Onfray Michel Onfray 00:04:192012
84Pour une philosophie concrèteMichel Onfray Michel Onfray 00:04:462012
85La disparition du réelMichel Onfray Michel Onfray 00:08:002012
86La vie mutiléeMichel Onfray Michel Onfray 00:03:052012
87Les deux avenirs de la philosophieMichel Onfray Michel Onfray 00:02:592012
88Les matérialismes de l'antiquitéMichel Onfray Michel Onfray 00:06:252012
89Platon et epicureMichel Onfray Michel Onfray 00:04:362012
810Un communisme épicurienMichel Onfray Michel Onfray 00:09:042012
91Nizan et politzer, un duo de penseurs libresMichel Onfray Michel Onfray 00:04:222012
92Une critique de bergson soutenue par nizanMichel Onfray Michel Onfray 00:03:182012
93Une critique de la critiqueMichel Onfray Michel Onfray 00:02:162012
94Contre heideggerMichel Onfray Michel Onfray 00:05:362012
95Pour descartesMichel Onfray Michel Onfray 00:05:372012
96Un portrait réaliste socialiste de descartesMichel Onfray Michel Onfray 00:07:082012
97Descartes vu sous un filtre bolchéviqueMichel Onfray Michel Onfray 00:07:092012
98Descartes et la mortMichel Onfray Michel Onfray 00:04:172012
99La démission de nizan du pcfMichel Onfray Michel Onfray 00:08:202012
910La fin d'une vie de réfractaireMichel Onfray Michel Onfray 00:03:572012
101Camus, un socialiste libertaireMichel Onfray Michel Onfray 00:07:482012
102Un dispositif anti-camusMichel Onfray Michel Onfray 00:04:002012
103Le positivisme libertaire de camusMichel Onfray Michel Onfray 00:06:412012
104Sartre et les régimes fascistesMichel Onfray Michel Onfray 00:06:242012
105Sartre, une douce occupationMichel Onfray Michel Onfray 00:02:412012
106Sartre, une résistance fictive et une collaboration réelleMichel Onfray Michel Onfray 00:05:282012
107Camus, un communiste anticolonialisteMichel Onfray Michel Onfray 00:02:332012
108Camus, un gramscien méditerranéenMichel Onfray Michel Onfray 00:07:122012
109Camus, un résistant discret et généreuxMichel Onfray Michel Onfray 00:06:052012
1010L'après-guerreMichel Onfray Michel Onfray 00:04:402012
111Camus, l'exercice d'une psychanalyse existentielle non freudienneMichel Onfray Michel Onfray 00:02:412012
112Le fils de la nationMichel Onfray Michel Onfray 00:04:402012
113Le fils d'un père choisiMichel Onfray Michel Onfray 00:06:002012
114La mort infligéeMichel Onfray Michel Onfray 00:11:392012
115La boussole de un homme ça s'empêcheMichel Onfray Michel Onfray 00:04:382012
116Les racines maternellesMichel Onfray Michel Onfray 00:06:512012
117Le fils élu d'un professeur de philosophieMichel Onfray Michel Onfray 00:07:412012
118Camus dans les bras du pcfMichel Onfray Michel Onfray 00:02:042012
119Les contradictions de jean grenierMichel Onfray Michel Onfray 00:04:082012
1110ConclusionMichel Onfray Michel Onfray 00:01:582012
121Les révolutions russesMichel Onfray Michel Onfray 00:05:022012
122Maintenir les légendesMichel Onfray Michel Onfray 00:02:522012
123L'urss, la mise en scène de la réalitéMichel Onfray Michel Onfray 00:06:142012
124Lorsqu'une critique devient possibleMichel Onfray Michel Onfray 00:06:312012
125Une logique religieuseMichel Onfray Michel Onfray 00:04:402012
126Un bergson mal connuMichel Onfray Michel Onfray 00:02:422012
127Vitalisme et materialismeMichel Onfray Michel Onfray 00:06:492012
128Dionysisme et apollinismeMichel Onfray Michel Onfray 00:02:212012
129Le sturm and drangMichel Onfray Michel Onfray 00:05:552012
1210La phénoménologie d'heideggerMichel Onfray Michel Onfray 00:10:142012
131Un jésus et un saint-paulMichel Onfray Michel Onfray 00:06:552012
132Un marx et un lénineMichel Onfray Michel Onfray 00:02:452012
133La question de l'obéissanceMichel Onfray Michel Onfray 00:04:462012
134Les capacités de résistances au pouvoirMichel Onfray Michel Onfray 00:08:102012
135Le rôle des structures religieusesMichel Onfray Michel Onfray 00:03:582012
136La politique d'epicure et l'ataraxieMichel Onfray Michel Onfray 00:03:302012
137L'avidité du pouvoirMichel Onfray Michel Onfray 00:02:032012
138Le jardin d'epicure ou les micro-résistancesMichel Onfray Michel Onfray 00:13:082012
139Pour des révolutions moléculairesMichel Onfray Michel Onfray 00:05:162012
1310Les origines sociales des philosophesMichel Onfray Michel Onfray 00:03:552012

:

3-5d.gif




Vous pouvez acheter ce produit :
- Chez votre disquaire (distribution Socadisc), chez votre libraire (distribution Frémeaux & Associés) ou par téléphone au 0143749024
- Sur lalibrairiesonore.com Acheter ce produit
- Sur librairie-audio.comAcheter ce produit Pré écoute possible de certains produits!

Egalement disponible aux éditions Frémeaux & Associés :

L’ETRANGER - ALBERT CAMUS
   
L’ETRANGER - ALBERT CAMUS
Texte intégral lu par Albert Camus en Avril 1954
en accord avec Gallimard et l'Institut national...
L’ETRANGER - ALBERT CAMUS
LA GUERRE D'ALGERIE
   
LA GUERRE D'ALGERIE
La France et l'Algérie : 130 ans d'aveuglement - Michel Winock
Bilan d'une guerre...
LA GUERRE D'ALGERIE
AUTOUR D'ALBERT CAMUS - TABLE RONDE A L'AUDITORIUM DU MONDE,2010
   
AUTOUR D'ALBERT CAMUS - TABLE RONDE A L'AUDITORIUM DU MONDE,2010
Enregistrement organisé par Le Monde en partenariat avec La Fnac.

Jean Daniel, fondateur du “Nouvel...
AUTOUR D'ALBERT CAMUS - TABLE RONDE A L'AUDITORIUM DU MONDE,2010
CONTRE-HISTOIRE DE LA PHILOSOPHIE VOL. 20 - MICHEL ONFRAY
   
CONTRE-HISTOIRE DE LA PHILOSOPHIE VOL. 20 - MICHEL ONFRAY
L’aventure de la Contre-histoire de la philosophie, déconstruction systématique des...
CONTRE-HISTOIRE DE LA PHILOSOPHIE VOL. 20 - MICHEL ONFRAY


Dernière mise à jour :: 23-03-2017 21:14
Fremeaux


Je suis :

Un particulier Un libraire

Un disquaire Une bibliothèque
 meublenatureok.gif

Catalogue Frémeaux
Catalogue Frémeaux
Je souhaite recevoir
le catalogue
Catalogue Frémeaux
Catalogue Frémeaux

Les livres sonores à l'écoute
templatefrmeaux_correc16.jpg
Fremeaux
Grand prix In Honorem
de l'Académie Charles Cros
pour son oeuvre d'éditeur

Fremeaux

STÉPHANE HESSEL - ENGAGEZ-VOUS !
STÉPHANE HESSEL - ENGAGEZ-VOUS !
Frémeaux & Associés accueille, avec Stéphane Hessel, une expression vivante de sa...

PHILOSOPHIE DU TEMPS PRESENT - LUC FERRY
PHILOSOPHIE DU TEMPS PRESENT - LUC FERRY
Comment donner un sens à sa vie dans un monde globalisé dont, tels des apprentis sorciers, nous...

ORALITÉ, CONFÉRENCE PHILOSOPHIQUE - MICHEL ONFRAY
ORALITÉ, CONFÉRENCE PHILOSOPHIQUE - MICHEL ONFRAY
Pour rendre la raison populaire et en finir avec une culture utilisée comme marqueur social de...

L’ESPRIT FRANÇAIS - MICHEL ONFRAY (ET PATRICK FRÉMEAUX)
L’ESPRIT FRANÇAIS - MICHEL ONFRAY (ET PATRICK FRÉMEAUX)
En tant que société et en tant qu’individu, nous nous questionnons sur notre...

LE SENS DES ÂGES - UNE NOUVELLE PHILOSOPHIE DES ÂGES DE LA VIE
LE SENS DES ÂGES - UNE NOUVELLE PHILOSOPHIE DES ÂGES DE LA VIE
Parce que l’espoir d’un monde meilleur a fait place à la crainte d’un monde...

L'AMOUR - ANDRE COMTE-SPONVILLE
L'AMOUR - ANDRE COMTE-SPONVILLE
L’amour se dit en plusieurs sens, qu’on se plaît parfois à confondre et que nous...

INTRODUCTION À LA PHILOSOPHIE POLITIQUE - LES MÉTAMORPHOSES DE L’AUTORITÉ
INTRODUCTION À LA PHILOSOPHIE POLITIQUE - LES MÉTAMORPHOSES DE L’AUTORITÉ
Jamais la crise de l’autorité n’a été plus débattue...

ENTRETIEN AVEC EDGAR MORIN
ENTRETIEN AVEC EDGAR MORIN
Le Monde et Frémeaux & Associés mettent à la disposition du public l’entretien...

CONTRE-HISTOIRE DE LA PHILOSOPHIE VOL. 4 - MICHEL ONFRAY
CONTRE-HISTOIRE DE LA PHILOSOPHIE VOL. 4 - MICHEL ONFRAY
13 cours enregistrés par Michel Onfray.
D'Erasme à Montaigne.

CONFUCIUS ENTRETIENS - L'APPORT DE LA PENSEE CHINOISE
CONFUCIUS ENTRETIENS - L'APPORT DE LA PENSEE CHINOISE
L'apport de la pensée chinoise. Livret par Anne Cheng. Traduction Séraphin Couvreur.

CANDIDE OU L'OPTIMISTE - VOLTAIRE
CANDIDE OU L'OPTIMISTE - VOLTAIRE
Texte intégral en 3 CD interprété par Jean Topart.

Voltaire fut le philosophe...

PLATON : L’ENGAGEMENT POLITIQUE EN QUESTION EXPLIQUÉ PAR BENNY LÉVY - 4 DVD
 PLATON : L’ENGAGEMENT POLITIQUE EN QUESTION EXPLIQUÉ PAR BENNY LÉVY - 4 DVD

SÉMINAIRE 1996 :  L’ALCIBIADE DE PLATON

Benny Lévy, qui ne fut pas moins...


Logo Radio France  Logo INA
 
Logo RFI
Logo PUF 
 
logo-facebook.gif

Rechercher dans le catalogue Frémeaux
Toutes les catégories :
Advertisement
Titre_Nouveau_Catalogue.gif
Catalogue 2016-2017
Titre_actualites.gif
Pub Net IntDjango.jpg
Titre_nouveaute_PUF.gif
Pub Net La Bible.jpg
Titre_lucferry.gif
Philo-Mytho Ferry
Titre_Galerie.gif
Pub Net Galerie Guedon Janv2017.jpg
titre Michel onfray.gif
Pub Net Laicite.jpg
Luc Ferry
Collection Luc Ferry
Inédits
Pub Net Live in Paris 6V MJQ.jpg
Feuille Nouveautés

Dictionnaire des Artistes
Dictionnaire des Artistes
Dictionnaire des Artistes
Présentation

• Pourquoi fremeaux.com ?
• Autorisations Cinéma, TV, musées...
• Une culture d'entreprise
• Charte qualité

Mémoires et études
Edité par Fremeaux et Associés
visuinternetdompublic.gif
Le patrimoine
sonore en
danger!
Interview de
Patrick
Frémeaux

Mémoires et études


Collection Histoire de France
Collection Histoire de France
Titre_Publicite.gif
Pub Net Cat. LibSonore 200pixels.png
Philosophie | Sciences Humaines | Histoire | Livres sonores | Contes | Enfants de 2 A 5 ans | Enfants de 6 A 11 ans | Son de la nature | Collection the quintessence | Jazz
Intégrale Django Reinhardt | Blues | Country & Rockn Roll | Gospel | Chanson française | Les cinglés du music hall | World Music | Classique | Frémeaux & Ass. Télévisions
Mentions légales - Recommander ce site - Ajouter aux favoris - Nous contacter - © 2006 Frémeaux et Associés
20, rue Robert Giraudineau - 94300 VINCENNES - FRANCE - Tél : +33 1 43 74 90 24 - Fax : +33 1 43 65 24 22
templatefrmeaux_correc69.gif