Fremeaux.com

INTÉGRALE

MAHALIA JACKSON

VOL. 19
1962






« Une voix comme celle-ci, ça n’arrive qu’une fois par millénaire. »    Martin Luther King

L’Intégrale chronologique Mahalia Jackson (de même que la série consa­crée à Sister Rosetta Tharpe) offre l’œuvre exhaustive de celle qui restera l’une des plus grandes artistes de Gospel, et par la même, l’une des grandes inspiratrices de la culture noire-américaine du XXe siècle. Les disques sources, en provenance de la collection de Jean Buzelin, auteur de l’Intégrale, aidé par l’ensemble des collectionneurs des œuvres de Mahalia Jackson, font l’objet des meilleurs transferts analogiques et d’une restauration numérique utilisant les technologies les plus sophistiquées sans jamais recourir à une modification du son d’origine.    Patrick Frémeaux et Claude Colombini




“A voice like here comes along once in a millenium.”    Martin Luther King

The complete Mahalia Jackson recordings (presented chronologically as in the Sister Rosetta Tharpe series) reveal a personality who will remain one of the greatest-ever Gospel artists, a singer who filled 20th century Afro-American culture with inspiration. The source of this vital music is the collection of Jean Buzelin, the author of this anthology, together with the aid of collectors of Mahalia Jackson’s work; all these recordings have been restored with the best analog transfers and most sophisticated technology available, to avoid any alteration of the original sound.



INTÉGRALE MAHALIA JACKSON - VOL. 19 – 1962

Par Jean Buzelin

Les six premiers titres de ce nouvel opus de l’intégrale Mahalia Jackson complètent la séance d’enregistrement du 23 mars 1962 dont les cinq premiers titres clôturaient notre volume 18, le tout étant réuni à l’origine dans l’album “Make a Joyful Noise Unto the Lord”.
Accompagné par une excellente petite formation dirigée par le pianiste Edward C. Robinson, l’un de ses musiciens familiers, à laquelle s’ajoute sur la plupart des morceaux une chorale mixte conduite par le chef afro-américain Thurston Frazier, la chanteuse, très en verve, bénéficie d’un environnement stimulant qui lui convient à merveille.
Les six thèmes ici proposés sont tous des gospel songs qui, pour deux d’entre eux, ont séduit de nombreux chanteurs et groupes : It’s In My Heart, une gospel waltz d’Arthur Slater, chantée par Mahalia avec profondeur et sensibilité, et It Took A Miracle, un hymne du songwriter évangéliste blanc John W. Peterson – on lui doit environ un millier d’œuvres – composé en 1948 ; James Cleveland, notamment, a enregistré ces deux chants. Les autres sont plus rares ou plus récents : Without God I Could Do Nothing, autre valse gospel, composée par Beatrice Brown en 1959, a été enregistré par les Raymond Rasbury Singers et le sera, dans quelques mois, par la Black Home Choir (émanation de la Greatest Harvest Baptist Church). I Couldn’t Keep It To Myself, d’Alex Bradford, solidement rythmé, sera enregistré début 1963 par un sextette d’enfants, les Gospel Chords. le negro spiritual Lord, Don’t Let Me Fail vient d’être arrangé par Kenneth Woods et Margaret Aikens ; Mahalia semble en avoir eu la primeur et l’interprète avec beaucoup de punch. Enfin, No Other Help I Know de Roberta Martin, à nouveau sur un rythme à trois temps très marqué typique de la compositrice, est l’une des dernières créations des Roberta Martin Singers1.
Ce bel album de gospel sortant des sentiers battus, et qui ne semble pas avoir fait l’objet d’une réédition complète par Columbia en CD2, est malheureusement un peu pris en étau entre les ambitieux “Great Songs of Love and Faith”3 et “Songs for Christmas” que la chanteuse va réaliser dans quelques mois. Et pourtant, on constate depuis quelques temps un nouvel intérêt pour la musique gospel. L’héritage des chants religieux et ses racines apparaissent clairement dans les musiques noires les plus appréciées au tournant des années 60, tant dans le jazz funky et le hard bop, véhiculés notamment par les disques Blue Note, que dans la soul music avec les labels Atlantic, Stax, et bien d’autres. De nombreux groupes, chanteurs et chanteuses de gospel se produisent sur les scènes profanes, théâtres et night clubs, tournent en Europe et rencontrent de nouveaux publics. Ainsi le spectacle “Black Nativity”, écrit par le grand poète afro-américain Langston Hughes, est bâti sur un répertoire de negro spirituals et de chants de Noël traditionnels. La troupe se compose de Marion Williams et les Stars of Faith, du Professor Alex Bradford (immense vedette à l’époque) et ses Bradford Singers, et de la chanteuse Princess Stewart. Créé à New York en décembre 1961, il voyagera à travers l’Europe (Théâtre des Champs-Élysées à Paris en janvier 1963).

Est-ce à cause du succès et du rayonnement de ce spectacle, ou plus prosaïquement parce qu’un album de « chants de Noël » est un exercice « obligé » que l’on impose aux grandes vedettes du chant et de l’art lyrique, que Mahalia Jackson se soumet, de bonne grâce sans aucun doute, à la commande ? Rappelons qu’il y a un an, elle en avait chanté plusieurs pour la télévision4 et, en remontant plus loin, elle avait déjà sacrifié à cet exercice en 1955 avec l’album “Sweet Little Jesus Boy”5. Décidément en faveur auprès du producteur Irving Townsend et probablement de la chanteuse elle-même, c’est le jeune et talentueux Johnny Williams qui est chargé une nouvelle fois de bâtir un écrin musical autour des dix chants de Noël choisis. Pour ce faire, il va privilégier les arrangements vocaux, mettant en avant la chorale alors que l’accompagnement instrumental restera discret. Le répertoire choisi n’a rien d’original, et il n’est pas fait pour ça. Destiné au grand public, il doit répondre à l’attente des petits et des grands. Mahalia reprend six chants (plages 7, 8, 9, 11, 12, 16) qui figuraient dans le disque de 1955, et quatre ont été filmés l’an passé à la fin de sa série “Mahalia Jackson Sings” (plages 9, 12, 15, 16, avec un simple accompagnement piano-orgue, ce qui permet d’intéressantes comparaisons)4. Parmi ces chants, nous constatons que seul Go Tell It On The Mountain, souvent chanté par Mahalia, est un negro spiritual authentique ; nous y ajouterons Sweet Little Jesus Boy, de Robert McGimsey, pour la tonalité gospel. Quant à la plupart des autres morceaux, s’ils ne viennent pas de la tradition afro-américaine, les chanteurs et groupes de la communauté noire se les sont appropriés depuis longtemps : Joy To The World ou Silent Night ont été maintes fois enregistrés, plus rarement O Little Town Of Bethlehem (Marion Williams), O Come All Ye Faithful (Marie Knight), Hark ! (James Clevenad, les Blind Boys of Alabama, les Ward Singers entre autres). Et trois sont inclus dans le spectacle “Black Nativity” que nous évoquions plus haut : Joy To The World, O Come All Ye Faithful et Sweet Little Jesus Boy. Enfin, Mahalia semble avoir été la première chanteuse de gospel à avoir enregistré What Can I Give, Christmas Comes To Us et A Star Stood Still (une première fois déjà en 1956)6. Mais ne cherchons pas plus loin la légitimité afro-américaine de l’entreprise, ce disque s’inscrit, comme “Great Songs of Love and Faith”, dans le champ de la grande variété américaine. Mahalia chante admirablement et avec foi et une certaine majesté ces thèmes parfois un peu grandiloquents. De l’album 33 tours “Silent Night – Songs for Christmas” que le magazine Cashbox, qualifie de superbe.et qui sera mis sur le marché (de Noël!) le 30 novembre 1962, sera tiré un 45 tours, ce qui était devenu rare, comprenant Go Tell It On The Mountain, qui sera un hit, un immense succès, couplé avec Joy To The World sur l’autre face.

Parmi les activités notables de Mahalia Jackson durant cette période, notons sa participation à la National Baptist Convention en septembre. Le même mois, tandis qu’un échange culturel est envisagé avec la Russie, le président Kennedy lui demande de participer aux cérémonies du centenaire de la proclamation de l’émancipation le 22 septembre. Cette célébration crée malgré tout une polémique, et est boycottée par certaines organisations dont le SCLC .(Southern Christian Leadership Conference) de Martin Luther King. Mahalia y chante The Star-Spangled Banner et le président la fait féliciter pour sa participation. Quelques jours plus tard, 3500 invités se pressent à l’Ambassador’s Embassy Room de Los Angeles pour rendre honneur à Nat King Cole. Lorsque Mahalia Jackson paraît, elle reçoit une standing ovation. Elle souhaite chanter The Lord’s Prayer mais le comité d’organisation tique. Elle se rabat finalement sur Elijah Rock. Le 10 octobre, elle chante au nouveau Philharmonic Hall de New York.
La loi européenne sur l’exploitation du domaine public ne nous permet pas de poursuivre la publication des enregistrements de Mahalia Jackson après 1962. Aussi, avec ce dix-neuvième chapitre, s’achève notre intégrale, une histoire, une saga, commencée il y a vingt ans, en 1998, souhaitée et encouragée par Patrick Frémeaux. À moins que la recherche de documents inédits ne nous permette de réaliser un 20e volume-surprise en bonus.

Dix albums de la chanteuse paraîtrons chez Columbia entre 1963 et 1969 :
- “Mahalia Jackson’s Greatest Hits” (1963), un choix de ses grandes chansons réenregistrées, avec Edward Robinson (piano), Billy Preston et Albert Goodson (orgue)
- “Let’s Pray Together” (1963) avec We Shall Overcome ; chœur et orchestre dirigés par Marty Paich
- “Garden of Prayer” (1965/66)
- “Mahalia !” (1965)
- “My Faith” (1965), avec un orchestre dirigé par Richard Hazard
- “Mahalia Jackson in Concert” (1967), au Philharmonic Hall, avec Edward Robinson (piano) et Charles Clemcy (orgue)
- “A Mighty Fortress” (1968), avec un orchestre dirigé par Marty Paich, et la dernière apparition de Mildred Falls
- “Christmas with Mahalia” (1968), troisième album de chants de Noël
- “Mahalia! Right Out of the Church” (1969)
- “What the World Needs Now” (1969), avec Abraham, Martin and John, orchestre et chœur dirigés par H.B. Barnum
+ un LP Caedmon “The Life of Sing About”.
S’ajouteront de nombreuses compilations.

Parmi les événements marquants de la vie de la chanteuse après 1962, nous citerons bien évidemment sa participation remarquée et essentielle à la grande marche de Washington – nous en avons parlé dans notre volume 12 lors du cinquantenaire de cette manifestation historique7. Nous n’oublierons pas l’assassinat du président John Kennedy quelques mois plus tard. En 1964, la chanteuse effectue une nouvelle tournée en Europe ; un concert filmé à Londres par la télévision le 5 septembre la montre accompagnée par Mildred Falls (piano), Edward Robinson (orgue), Fitzroy Coleman (guitare) et Rupert Nurse (contrebasse).
Le 26 mars 1967, un “Easter Sunday” exceptionnel a lieu au Philharmonic Hall du Lincoln Center en présence de Martin Luther King. Suite à l’arrivée d’un nouvel organiste, Charles Clemcy, et à cause des problèmes d’arthrite dont souffre Mildred Falls, Edward Robinson est devenu le pianiste titulaire. Le concert sera édité en disque. Une nouvelle tournée européenne s’annonce…
En ces années agitées (lutte pour les droits civiques, émeutes raciales, revendications de la jeunesse, guerre du Vietman…), Mahalia Jackson fait preuve d’un engagement réel. L’année 1968 est marquée évidemment par l’assassinat de Martin Luther King le 4 avril à Memphis. Elle chantera Take My Hand, Precious Lord lors de la cérémonie des obsèques de son ami de longue date. Le 6 juin, Robert Kennedy, le frère de John, sera assassiné à son tour. Cet été 1968, les 21 et 25 juillet, Mahalia est programmée au festival d’Antibes-Juan-les-Pins8.
En 1969, elle effectue un nouveau périple européen : Londres, Stockholm, Paris, Berlin, Hambourg, Zurich, Vienne… sont quelques-unes des villes qui la reçoivent.
Constamment sollicitée pour des récitals, des congrès, des shows TV et autres manifestations de tous ordres, Mahalia Jackson doit « tenir son rang » et répondre à quantités d’obligations mondaines, sa vie privée n’étant pas non plus de tout repos. Cela lui occasionne beaucoup de fatigue qu’accentuent des complications diabétiques et des problèmes cardiaques. Malgré sa faible santé, elle chante pour la première fois au Japon et en Inde en 1971. En été elle est en Suède, en Norvège… puis se rend à Palerme, à Tel-Aviv… et rentre chez elle. Elle reprend l’avion au mois d’octobre mais, à peine arrivée en Allemagne, elle tombe gravement malade et doit être hospitalisée avant d’être rapatriée à Chicago le 23 octobre. Son état se dégradant inexorablement, Mahalia Jackson meurt le 21 janvier 1972 à la suite d’une attaque cardiaque. Elle n’avait pas 60 ans.
Des obsèques solennelles ont lieu dans son église, la Greater Salem Baptist Church de Chicago, en présence de Coretta King, la veuve de Martin, du maire Richard J. Daley, et de nombreux artistes parmi lesquels Sammy Davis Jr, Ella Fitzgerald, Gertrude et Clara Ward, Sallie Martin, Thomas Dorsey, Robert Anderson qu’accompagne Mildred Falls, J. Robert Bradley, Delois Barrett-Campbell… qui chantent ou interviennent tour à tour pour rendre hommage à la plus grande chanteuse de gospel de tous les temps. C’est Aretha Franklin qui reprendra Precious Lord9. Le témoin est transmis, les chants sacrés n’ont pas fini de résonner à travers le pays et le monde entier, et l’aura de Mahalia Jackson de briller au firmament pour l’éternité.
Jean BUZELIN
© Frémeaux & Associés 2021



Jean Buzelin est l’auteur de Negro Spirituals et Gospel Songs, Chants d’espoir et de liberté (Ed. du Layeur/Notre Histoire, Paris 1998) ; il collabore à la Gospel Discography de Cedric J. Hayes & Robert Laughton (rubriques Mahalia Jackson, Sister Rosetta Tharpe, Golden Gate Quartet, etc.).


Notes :
(1) Voir Roberta Martin Singers (3 CD FA5737)
(2) Seuls quelques titres figurent su diverses compilations
(3) Voir Complete Mahalia Jackson Vol. 18 (FA 1328)
(4) Voir Complete Mahalia Jackson Vol. 17 – Mahalia Sings Part. 4 (FA 1327)
(5) Voir Complete Mahalia Jackson Vol. 6 (FA 1316)
(6) Voir Complete Mahalia Jackson Vol. 7 (FA 1317)
(7) Voir Complete Mahalia Jackson Vol. 12 (FA 1322)
(8) Mahalia Jackson, Live in Antibes, 1968 (Esoldun FCD 122) avec E. Robinson et C. Clemcy; extraits des concerts des 21 et 25 juillet enregistrés par l’ORTF
(9) Une seconde cérémonie funéraire aura lieu à la Nouvelle-Orléans, sa vie natale, avec la participation de sa “payse”, la grande chanteuse Bessie Griffin

Ouvrages consultés :
Laurraine Goreau , Mahalia (Lion Pub. UK 1975 - 2e édition 1976)
Mahalia Jackson with Evan McLeod Wylie, Movin’ on up (Hawthorn Books, NY 1966)
Jules Schwerin, Go To Tell It - Mahalia Jackson Queen of Gospel (Oxford University Press, NY 1992)
Anthony Heilbut, The Gospel Sound (Limelight Ed., NY 1971 - 4e édition 1992)
Cedric J. Hayes & Robert Laughton, Gospel Discography 1943-1970 (Eyeball Productions Inc., 2007)
Photos & collections : Jean Buzelin, CBS, X (D.R.)




COMPLETE MAHALIA JACKSON - VOL. 19 – 1962

By Jean Buzelin

The opening six titles of this further volume of our Complete Mahalia Jackson complete the recording session on 23 March 1962, the first five titles of which closed our preceding Volume 18, all of which appeared on the album “Make a Joyful Noise Unto the Lord”.
Backed by an excellent group led by pianist Edward C. Robinson, one of her regular musicians, plus the presence on most of the titles by a mixed choir conducted by Thurston Frazier, the singer is really on form in an environment that suited her perfectly.
These six titles are all Gospel songs, two of which had been popularized by other groups and singers, notably James Cleveland: It’s In My Heart, a Gospel waltz by Arthur Slater and It Took A Miracle, a 1948 hymn by the prolific white evangelist composer John W. Peterson. The others, rarer or more recent: Without God I Could Do Nothing, another Gospel waltz, composed by Beatrice Brown in 1959, had already been recorded by the Raymond Rasbury Singers and a few months later by the Black Home Choir of the Greatest Harvest Baptist Church. Early in 1963 the upbeat I Couldn’t Keep It To Myself by Alex Bradford was recorded by a children’s sextet, the Gospel Chords. Mahalia appears to have been the first to interpret Lord, Don’t Let Me Fail, in a new arrangement by Kenneth Woods and Margaret Aikens. Finally, No Other Help I Know, in triple time typical of composer Roberta Martin, was one of the last by the Roberta Martin Singers1.
A complete version of this album, a little off the beaten track, was apparently never reissued by Columbia on CD2 and was, unfortunately overshadowed by “Great Songs of Love and Faith”3 and “Songs for Christmas” recorded a few months later. However, for some time there had been a renewed interest in Gospel music. The most popular black music in the early 60s, whether funky jazz or hard bop, and soul music had echoes of its religious roots, and numerous Gospel groups and singers were appearing in secular venues, theaters and night clubs, toured Europe and attracted a new audience. “Black Nativity”, a show written by Afro-American poet Langston Hughes, was based on Negro spirituals and traditional Christmas songs. Starring Marion Williams and The Stars of Faith, Professor Alex Bradford (a huge star at the time) and his Bradford Singers and the vocalist Princess Stewart, after premiering in New York in 1961, the show toured throughout Europe in 1963.
Was it due to the brilliant success of Black Nativity or simply because every great popular singer at the time was expected to produce a Christmas album that Mahalia gave in to public demand? After all, a few years before, she had performed several Christmas songs on TV4 and had already recorded the album “Sweet Little Jesus Boy”5. A favorite of producer Irving Townsend and probably of Mahalia herself, the young and gifted Johnny Williams was again entrusted with the musical arrangements. He emphasized the choral parts, leaving the instrumental accompaniment more in the background. The chosen repertoire deliberately included nothing new as it had to please a wide audience. Mahalia reprised six songs (tracks 7,8,9,11,12,16) which had featured on the 1955 record, and four others filmed the previous year at the end of her “Mahalia Jackson Sings” (tracks 9,12,15,16 with a simple piano/organ accompaniment which makes for an interesting comparison)4. Only Go Tell It On The Mountain is an authentic Negro spiritual, although Robert McGimsey’s Sweet Little Jesus Boy does have Gospel echoes. While most of the remaining titles may not be traditional Afro-American, they had long been appropriated by black groups and vocalists: Joy To The World and Silent Night had been recorded countless times, less often Oh Little Town Of Bethlehem (Marion Williams), Oh Come All Ye Faithful (Marie Knight), Hark! (James Cleveland, the Blind Boys of Alabama and the Ward Singers among others). Three were included in “Black Nativity”: Joy To The World, Oh Come All Ye Faithful and Sweet Little Jesus Boy. Mahalia seems to have been the first Gospel singer to record What Can I Give, Christmas comes To Us and A Star Stood Still (already in 1956)6. However, whether truly Afro-American or not, this album alongside “Great Song of Love and Faith” remains an important part of American musical history on which Mahalia is in superb voice. From the 33r.p.m. album “Silent Night – Songs for Christmas”, which came on the market on 30 November 1962 (just in time for Christmas!) a now rare 45 was issued with Go Tell It On The Mountain (which became a hit) backed by Joy To The World.
During this period Mahalia also participated in the National Baptist Convention in September and then, when a cultural exchange was being considered with Russia, President Kennedy invited her to take part in the Emancipation Centenary celebrations on 22 September. This ceremony aroused mixed feelings and was boycotted by some organizations including Martin Luther King’s SCLS (Southern Christian Leadership Conference). However, Mahalia sang The Star-Spangled Banner to the delight of Kennedy. A few days later 3,500 guests were at the Embassy Room in Los Angeles to pay homage to Nat King Cole and Mahalia was greeted with a standing ovation. She had wanted to sing The Lord’s Prayer but the organizers objected so she chose Elijah Rock instead. On 10 October she sang yet again at the Philharmonic Hall in New York.

European law prevents us publishing recordings of Mahalia Jackson after 1962. So this 19th CD will probably bring to an end our Complete Mahalia Jackson which, with the encouragement of Patrick Frémeaux began in 1998, unless the discovery of unissued tracks enables us to produce a 20th bonus CD.

Columbia issued ten albums by Mahalia between 1963 and 1969:
- “Mahalia Jackson’s Greatest Hits” (1963), with Edward Robinson (piano), Billy Preston and Albert Goodson (organ)
- “Let’s Pray Together” (1963) with We Shall Overcome ; choir and orchestra led by Marty Paich
- “Garden of Prayer” (1965/66)
- “Mahalia !” (1965)
- “My Faith” (1965), with an orchestra led by Richard Hazard
- “Mahalia Jackson in Concert” (1967), at the Philharmonic Hall, with Edward Robinson (piano) and Charles Clemcy (organ)
- “A Mighty Fortress” (1968), with an orchestra led by Marty Paich, and the last appearance of Mildred Falls
- “Christmas with Mahalia” (1968), third album of Christmas songs
- “Mahalia ! Right Out of the Church” (1969)
- “What the World Needs Now” (1969), with Abraham, Martin and John, orchestra and choir led by H.B. Barnum
+ one LP Caedmon “The Life of Sing About”.
Plus numerous other compilations.

Several other events marked the life of the singer after 1962: her participation in the Washington march7 and the assassination of John Kennedy several months later. In 1964 she again toured Europe, including a London concert on 5 September filmed for TV, with Mildred Falls (piano), Edward Robinson (Organ), Fitzroy Coleman (guitar) and Rupert Nurse (double bass).
26 March 1967, an exceptional “Easter Sunday” concert (later issued on disc) took place in the Lincoln Center, attended by Martin Luther King, featuring a new organist Charles Clemcy and, as Mildred Falls was suffering from arthritis, Edward Robinson on piano. This was the era of the civil rights movement, racial upheaval, the Vietnam War protests – all of which Mahalia was engaged in. Following the assassination of Martin Luther King on 4 April 1968, Mahalia sang Take My Hand Precious Lord at his funeral. Then 6 June saw the assassination of Robert Kennedy. A month later Mahalia appeared at the Jazz Festival in Antibes-Juan-les-Pins8. Another European tour in 1969 included London, Stockholm, Paris, Berlin, Hamburg, Zurich and Vienna.
A constant stream of recitals, concerts, TV show etc. exhausted her, further complicated by her diabetes and heart problems. In spite of this, she managed to give her first concerts in Japan and India, then on to Sweden, Norway, Palermo, Tel-Aviv... In October she flew to Germany but, soon after her arrival, was hospitalized and flown back to Chicago on 23 October. She died of a heart attack on 21 January 1972, aged 60.
Her funeral took place in her church in Chicago, the Greater Salem Baptist Church. The mayor of Chicago Richard R. Daley and Martin Luther King’s widow Coretta were present. Sammy Davis Jr., Ella Fitzgerald, Gertrude and Clara Ward, Sallie Martin, Thomas Dorsey, Robert Anderson, J. Robert Bradley, Delois Barrett Campbell also sang or spoke in homage to the greatest Gospel singer ever. Aretha Franklin sang Precious Lord, thus taking up the baton and ensuring that Mahalia’s legacy would never be forgotten9.

Adapted from the French text of Jean Buzelin
by Joyce Waterhouse

© Frémeaux & Associés 2021


Jean Buzelin is the author of Negro Spirituals et Gospel Songs, Chants d’espoir et de liberté (Ed. by Layeur/Notre Histoire publ. Paris 1998) ; he collaborated on the Gospel Discography by Cedric J. Hayes & Robert Laughton (sections on Mahalia Jackson, Sister Rosetta Tharpe, Golden Gate Quartet etc.).

Notes :
(1) See Roberta Martin Singers (3 CD FA5737)
(2) Only a few titles appear in various compilations
(3) See Complete Mahalia Jackson Vol.18 (FA1328)
(4) See Complete Mahalia Jackson Vol.17 Mahalia Sings Part 4 (FA1327)
(5) See Complete Mahalia Jackson Vol.6 (FA1316)
(6) See Complete Mahalia Jackson Vol.7 (FA1317)
(7) See Complete Mahalia Jackson Vol.12 (FA1322)
(8) Mahalia Jackson, Live in Antibes 1968 (Esoldun FCD 122) with E. Robinson and C. Clemcy; excerpts of the 21 and 25 July concerts recorded by ORTF
(9) A second funeral service took place in her birthplace New Orleans with the participation of Bessie Griffin, who was also born there

Works consulted:
Laurraine Gorreau: Mahalia (Lion Pub. UK 1976 – 2nd edition).
Mahalia Jackson with Evan McLeod Wylie, Movin’ on up (Hawthorn Books, NY 1966)
Jules Schwerin: Got To Tell It: Mahalia Jackson Queen of Gospel (O.U.P, NY 1992).
Anthony Heilbut, The Gospel Sound (Limelight ED., NY 1971 – 4th edition 1992)
Cedric J. Hayes & Robert Laughton, Gospel Discography 1943-1970 (Eyeball Productions Inc., 2007)

Photos & Collections : Jean Buzelin, CBS, X (D.R.)



WITH EDWARD ROBINSON
1. LORD, DON’T LET ME FAIL (Trad. - arr. K. Woods Jr - M. Aikens)
2. I COULDN’T KEEP IT TO MYSELF (A. Bradford)
3. IT’S IN MY HEART (A. Slater)
4. IT TOOK A MIRACLE (J. Peterson)
5. NO OTHER HELP I KNOW (R. Martin)
6. WITHOUT GOD I COULD DO NOTHING (B. Brown)
SONGS FOR CHRISTMAS WITH JOHN WILLIAMS
7. JOY TO THE WORLD! (L. Mason - I. Watts) HCO 70872
8. O LITTLE TOWN OF BETHLEHEM (P. Brooks - L. Redner) HCO 70873
9. O COME, ALL YE FAITHFUL (ADESTE FIDELES) (J.F. Wade - J. Reading - F. Oakeley) HCO 70874
10. WHAT CAN I GIVE (M. Smith) HCO 70875
11. GO TELL IT ON THE MOUNTAIN (Trad.) HCO 70876
12. SILENT NIGHT, HOLY NIGHT (F.X. Grüber - J. Mohr) HCO 70878
13. HARK! THE HERALD ANGELS SING (F. Mendelssohn - C. Wesley) HCO 70877
14. CHRISTMAS COMES TO US ALL ONCE A YEAR (F. Arquilla) HCO 70879
15. A STAR STOOD STILL (SONG OF THE NATIVITY) (B. Ruth - J. Broderick) HCO 70880
16. SWEET LITTLE JESUS BOY (R. McGimsey) HCO 70881

Mahalia Jackson (vocal), with:
(1-6) Orchestra cond. by Edward Robinson; Edward C. Robinson (p), Albert A. Goodson (org), Al Hendrikson (g), Joe Mondragon (b), Sheldon “Shelly” Manne, or Johnny Williams on some tracks (dm); Chorus under the direction of Thurston Frazier (except 1, 4). Hollywood, CA, 22/03/1962.
(7-12) Orchestra & chorus cond. by Johnny Williams. Hollywood, 24/07/1962.
(13-16) Same. Hollywood, 25/07/1962.



Vous pouvez acheter ce produit :
- Chez votre disquaire (distribution Socadisc) ou chez votre libraire (distribution Frémeaux & Associés) ou par téléphone au 01 43 74 90 24.
- Sur lalibrairiesonore.com Acheter ce produit
- Sur librairie-audio.comAcheter ce produit

Fremeaux


Je suis :

Un particulier Un libraire

Un disquaire Une bibliothèque
 meublenatureok.gif

Catalogue Frémeaux
Catalogue Frémeaux
Je souhaite recevoir
le catalogue
Catalogue Frémeaux
Catalogue Frémeaux

Les livres sonores à l'écoute
templatefrmeaux_correc16.jpg
Fremeaux
Grand prix In Honorem
de l'Académie Charles Cros
pour son oeuvre d'éditeur

Fremeaux

TORI ROBINSON WITH THE VINTAGE JAZZMEN
TORI ROBINSON WITH THE VINTAGE JAZZMEN
“New Orleans Gospel” est non seulement une expérience du métissage profane-religieux...

THE SPIRIT OF GOSPEL - LE FILM DVD
THE SPIRIT OF GOSPEL - LE FILM DVD
« Cet excellent documentaire, aux images fluides et rythmées, réussit à nous communiquer la ferveur qui...

THE PALATA SINGERS
THE PALATA SINGERS
A l'occasion de la parution de leur nouveau disque avec Jean-Jacques Milteau chez Dixiefrog,...

THE HEAVENLY STARS
THE HEAVENLY STARS
Recommandé par Jacque Périn de Soul Bag, cette production de la Nouvelle Orléans de Gary Edwards...

THE GOLDEN GATE QUARTET - DVD NTSC
THE GOLDEN GATE QUARTET - DVD NTSC
DVD - 96 MINUTES - 4/3 - TOUT PUBLIC

Un ensemble vocal dont le son est immédiatement...

THE GOLDEN GATE QUARTET
THE GOLDEN GATE QUARTET
« Clyde Wright, Terry François, Paul Brembly, Franck Davis (Livret : Jean Buzelin).

Créé en...

THE GOLDEN AGE OF GOSPEL 1946-1956
THE GOLDEN AGE OF GOSPEL 1946-1956
La décennie qui suivit la fin de la guerre représente la quintessence de la longue histoire du gospel. C’est...

SEGAN - TRIBUTE TO MAHALIA JACKSON
SEGAN - TRIBUTE TO MAHALIA JACKSON
Le répertoire de Mahalia Jackson, “Reine du Gospel”, interprété par l’une de ses meilleures...

SEGAN - TO MY LORD
SEGAN - TO MY LORD
Le premier disque de la célèbre chanteuse de gospel Segan' qui présente le répertoire classique : To...

SEGAN - I BELIEVE
SEGAN - I BELIEVE
Segan’ présente dans ce deuxième disque de Gospel traditionnel des arrangements vocaux qui témoignent...

ROOTS OF SOUL 1928-1962
ROOTS OF SOUL 1928-1962
En fusionnant l’émotion et les mélodies du gospel avec les arran gements et la...

REV. CLAY EVANS
REV. CLAY EVANS
La grande révélation du gospel aux USA (N°1 des ventes au billboard en 1997) a été...

POLYA JORDAN
POLYA JORDAN
Bien connue des amateurs de jazz traditionnel pour son association avec le vaillant saxophoniste nonagénaire Benny Waters,...

N’TEMO GOSPEL
N’TEMO GOSPEL
L'une des plus grandes chorales gospel de france dirigé par Marcel Boungou, leader de la formation Palata.
Disque...

NEGRO SPIRITUALS
NEGRO SPIRITUALS
Brillamment servis par des solistes et des ensembles vocaux talentueux, dans des arrangements raffinés, les negro...

LES CHANTRES MUSICIENS
LES CHANTRES MUSICIENS
“Good News” est une bonne nouvelle pour le répertoire du Negro Spirituals. Une belle interprétation...

JOHNNY THOMPSON SINGERS
JOHNNY THOMPSON SINGERS
Wake up est l'un des meilleurs disques du célèbre groupe américain "Johnny Thompson Singers". 3...

INTÉGRALE VOL. 15 - 1961 - MAHALIA SINGS PART 2
INTÉGRALE VOL. 15 - 1961 - MAHALIA SINGS PART 2
Les quatre volumes « Mahalia Jackson Sings » que nous vous présentons dans le...

INTÉGRALE MAHALIA JACKSON VOL. 17 - 1961
INTÉGRALE MAHALIA JACKSON VOL. 17 - 1961
Les quatre volumes « Mahalia Jackson Sings » que nous vous présentons dans le cadre de...

HARRY PHARAON
HARRY PHARAON
Révélation du festival Gospel de Paris, Harry Pharaon est l'expression nouvelle du Gospel antillais.
Narcisse...

GOSPEL 1930 - 1941
GOSPEL 1930 - 1941
Les premiers grands gospels de Louis Armstrong avant le Good Book de 1958. « L’idée d’offrir un premier...

GOLDEN GATE QUARTET
GOLDEN GATE QUARTET
Considérée comme la meilleure réédition de la formation par la presse. cette anthologie était...

ELLINGTON MOODS
ELLINGTON MOODS
Pour cette ellingtonisation qui ne laisse personne intact mais force chacun à se décanter, Claude Tissendier...

COMPLETE SISTER ROSETTA THARPE VOL 7
COMPLETE SISTER ROSETTA THARPE VOL 7
Notre intégrale peut s’arrêter avec ce septième volume, la voix et la guitare...

COMPLETE SISTER ROSETTA THARPE Vol 4
COMPLETE SISTER ROSETTA THARPE Vol 4
La cérémonie du mariage de Sister Rosetta Tharpe, enregistrée en direct devant plus de 20000 personnes, est...

COMPLETE SISTER ROSETTA THARPE Vol 3
COMPLETE SISTER ROSETTA THARPE Vol 3
Lorsqu’ils sont chantés avec autant de foi et de rythme, “personne ne peut résister à la...

COMPLETE MAHALIA JACKSON VOL 9
COMPLETE MAHALIA JACKSON VOL 9
Avec sa bouleversante interprétation de Trouble of the World dans le film “Mirage de la vie“, Mahalia...

COMPLETE MAHALIA JACKSON Vol 7
COMPLETE MAHALIA JACKSON Vol 7
La - Plus Grande Chanteuse de Gospel du Monde -, telle qu’elle est à présent...

BLACK HARMONY
BLACK HARMONY
Enregistré au Blue Sound, Zorrino et Macadam, Paris 1996. Le disque le plus funky des chorales de gospel.
Narcisse...

ACCORD SINGERS
ACCORD SINGERS
Né en 1982, le groupe Accord est parmi la génération de groupes de Negro Spirituals et de Gospels en...

Logo Radio France  Logo INA
 
Logo RFI
Logo PUF 
 
logo-facebook.gif

Rechercher dans le catalogue Frémeaux
Toutes les catégories :
Advertisement
Titre_integrale_onfray.gif
Net Cosmos + Decadence.jpg
Titre_Nouveau_Catalogue.gif
net_cat_202021.jpg
Titre_Legrand.gif
Net Legrand.jpg
Titre_Galerie.gif
net_expo_orsay__galerie_fa.jpg
Titre Noel 2018.jpg
NET Proust.jpg
Titre Figure de l'histoire.gif
Pub Net Figures Histoire.jpg
Inédits
net_live_in_paris_6v_coltrane.jpg
Feuille Nouveautés

Dictionnaire des Artistes
Dictionnaire des Artistes
Dictionnaire des Artistes
Présentation

• Pourquoi fremeaux.com ?
• Autorisations Cinéma, TV, musées...
• Une culture d'entreprise
• Charte qualité

Mémoires et études
Edité par Fremeaux et Associés
visuinternetdompublic.gif
Le patrimoine
sonore en
danger!
Interview de
Patrick
Frémeaux

Mémoires et études


Titre_Histoire.gif
Collection Histoire de France
Titre_Publicite.gif
Pub Net Cat. LibSonore 200pixels.png
Philosophie | Sciences Humaines | Histoire | Livres sonores | Contes | Enfants de 2 A 5 ans | Enfants de 6 A 11 ans | Son de la nature | Collection the quintessence | Jazz
Intégrale Django Reinhardt | Blues | Country & Rockn Roll | Gospel | Chanson française | Les cinglés du music hall | World Music | Classique | Frémeaux & Ass. Télévisions
Mentions légales - Recommander ce site - Ajouter aux favoris - Nous contacter - © 2006 Frémeaux et Associés
20, rue Robert Giraudineau - 94300 VINCENNES - FRANCE - Tél : +33 1 43 74 90 24 - Fax : +33 1 43 65 24 22
templatefrmeaux_correc69.gif