Fremeaux.com
NICE CÔTE D’AZUR
1930-1951










D’après le QUID, le nom de “Côte d’Azur” a été lancé en 1888 par Stéphen LIEGEARD et cette appellation faisait référence aux côtes de la Provence maritime.

Toujours d’après le QUID, la Côte d’Azur est divisée en quatre parties :
• De Cassis – La Ciotat à Giens
• De Giens à Fréjus
• De Fréjus à Nice
• De Nice à Menton

La Riviera s’étend d’Antibes à Menton et comprend la Baie des Anges, Nice, le Cap Ferrat, Villefranche, le Cap d’Ail, Monte-Carlo et le Cap Martin.

Si l’on se réfère au Guide Michelin, la Côte d’Azur s’étend de Marseille à Menton, et ses quatre divisions sont :
• De Marseille à Toulon, avec Cassis et La Ciotat
• De Toulon à Saint-Raphaël, avec Hyères, Le Lavandou, Cavalaire, Saint-Tropez et Sainte-Maxime
• De Saint-Raphaël à Cannes, avec Agay et La Napoule
• De Cannes à Menton, avec Juan-les-Pins, Antibes, Nice et Monte-Carlo.

Parcourons donc ce littoral méditerranéen sur toute son étendue, de Marseille à Menton.

Marseille est fondée par les Phocéens (Grecs d’Asie Mineure) en 600 avant Jésus Christ, vingt-six siècles qui en font la première en date des villes françaises. Son port a été des plus florissants au XIXe siècle, et pendant la première partie du XXe siècle. La basilique de Notre-Dame de la Garde, en haut de la colline dominant le Vieux-Port, est le symbole de la ville. La Canebière, dont le nom ne s’appliquait, en 1900,  qu’à la portion comprise entre le Vieux-Port et le Cours Belsunce, doit sa renommée et sa célé­brité au fait qu’elle n’était bordée que de cafés et de brasseries. La célèbre Corniche, qui serpente sur 4000 mètres le long du littoral, était autrefois le lieu de promenade rêvé des Marseillais.

Au large de la Corniche, les îles du Frioul et d’If, avec son château-prison. Ce dernier doit certainement sa célébrité au roman d’Alexandre Dumas “Le Comte de Monte-Cristo”. Il faut dire que ce roman, de par son écriture et ses plus petits détails racontés avec tant de précision, se déroule au fur et à mesure de sa lecture comme un véritable fait divers, une véritable reconstitution historique d’un épisode ayant réellement existé. Il est difficile d’imaginer que ses héros sont des personnages de fiction. C’est tellement vrai qu’à Marseille, il y a une rue Edmond Dantès, une rue Monte-Cristo, une rue Abbé Faria. Allez chercher cela dans une autre ville ou avec un autre roman. Dans les années cinquante, époque où le tourisme n’était pas encore débridé comme de nos jours, le Château d’If était le troisième site le plus visité de France, après la Tour Eiffel et le Château de Versailles.

Les nombreuses calanques pittoresques entre Marseille et Cassis ont à quelques encablures les îlettes chères au Commandant Cousteau, qui y fit ses premières recherches sous-marines.

Marseille a été une pépinière d’artistes de naissance ou d’adoption (lyriques, dramatiques, cinématographiques, compositeurs, peintres, sculpteurs, écrivains…) qui ont fait rayonner le nom de leur ville dans la France entière.

Cassis, petit port de pêche produit un excellent vin blanc. De nombreux peintres y ont séjourné : Dufy, Matisse, Vlaminck, Derain. Le comédien Henri Crémieux y a fini ses jours.

Une des plus larges baies de la Côte d’Azur se situe entre La Ciotat et la Madrague de Saint-Cyr-Les Lecques. La Ciotat a longtemps été un siège de constructions navales très important. C’est à La Ciotat que les frères Lumière ont tourné le premier film cinématographique.

Bandol, pittoresque port de plaisance, est davantage fréquenté que par le passé grâce à la mise en valeur de l’île de Bendor. Propriété Ricard, cette île est l’île touristique par excel­lence. Il y a même un théâtre – le Théâtre Vincent Scotto.

Sanary et tous ses environs sont d’agréables lieux de promenades. On part des gorges d’Ollioules jusqu’au Cap Sicié avec, à l’ouest, Six-Fours, Le Brusc et l’île des Embiez, et à l’est, La Seyne, les Sablettes et Tamaris.

Toulon, que domine le Mont Faron, est le premier port militaire français ; le moment le plus dramatique de son histoire fut le sabordage de soixante navires le 27 novembre 1942. Sont nés à Toulon l’auteur du roman “Maurin des Maures” Jean Aicard, le comédien Raimu et les chanteurs Gilbert Bécaud et Félix Mayol, dont le stade municipal porte le nom. La comédienne Andrée Turcy est également née à Toulon. L’acteur comique Tramel, lui, est né entre Toulon et Hyères.

Hyères est célèbre par ses palmiers, mais aussi pour ses fruits et ses fleurs. La presqu’île de Giens, bordée de marais salants, se termine à la Tour Fondue, d’où partent les navettes pour l’île de Porquerolles. Au large de l’immense baie d’Hyères au Cap Bénat, il y a les îles de Port-Cros et du Levant. Pour aller sur ces îles, on part du Lavandou, joli port avec une plage de sable fin. C’est au Lavandou que s’était retiré à la fin de sa vie, le compositeur Ernest Reyer.

Bormes-les-Mimosas se trouve à l’entrée de la forêt du Dom. Tous les ans, il y a un défilé de chars fleuris. Après l’immense plage de Cavalaire, nous trouvons Ramatuelle où se trouve la tombe du comédien Gérard Philipe, puis, entre le Cap Camarat et le Cap Pinet, il y a la célèbre plage de Pampelone.

En continuant, nous arrivons au carrefour menant à trois villes proches l’une de l’autre : Cogolin, où se trouve le musée Raimu, Grimaud, village perché à cinq kilomètres de la mer mais à cent mètres d’altitude (y sont inhumés Henri Desgranges, créateur du Tour de France, et Didier Pironi, pilote automobile tué dans un accident) et Saint-Tropez, mondialement connue, où est né le Bailli de Suffren en 1726. Jusque dans les années cinquante, Saint-Tropez n’était qu’un village de pêcheurs comme il y en a tant. Seul fait notable, la fête du pays, qui s’appelait “La Bravade”, consistait en un défilé dans les rues, ponctué de coups de tromblons (inoffensifs). C’est Brigitte Bardot avec sa propriété de “La Madrague” qui fit de Saint-Tropez une station à la mode. Au cimetière de Saint-Tropez reposent le peintre André Dunoyer de Segonzac et son épouse, la comédienne et chanteuse Thérèse Longo-Dorni, dite Thérèse Dorny.

A l’opposé de ce golfe, Sainte-Maxime qui a été longtemps la station chic et mondaine de cette partie de la Côte d’Azur. Fréjus et Saint-Raphaël se confondent dans leur délimitation de territoire. Ces deux villes se situent entre les Maures et l’Estérel. L’écrivain Alphonse Karr et le compositeur Charles Gounod ont séjourné à Saint-Raphaël. C’est à Fréjus – Saint-Raphaël que nous empruntons la Nationale 7 qui nous mènera jusqu’à Menton.

Après Agay, Miramar, Théoule et La Napoule, nous arrivons à Cannes, par une route des plus pittoresques jouxtant la Méditerranée. La notoriété de Cannes date de 1834. Lord Henry Brougham, Chancelier d’Angleterre, ne pouvant se rendre à Nice où sévissait une épidémie de choléra, s’installe à Cannes, petite ville de pêcheurs. L’endroit lui plaît, il fait construire et y reste trente-quatre ans, jusqu’à sa mort. L’aristocratie anglaise, suivant son exemple, délaisse les brumes de Londres pour ce coin de la Côte d’Azur. Cannes, qui a trois casinos, organise des batailles de fleurs, des concours de régates, des tournois de tennis et de golf. Chaque année se tient le Festival International du Film au Palais des Festivals qui attire l’élite du cinéma mondial. Avec le centre de Cannes proprement dit, notons la Croisette, Super-Cannes, Le Cannet et Cannes-la-Bocca, où Maurice Chevalier avait sa villa. De nombreuses personnalités sont inhumées à Cannes : Lord Brougham, l’écrivain Prosper Mérimée, le biologiste Jacques Monod, la cantatrice Lily Pons, le maître de ballet Marquis de Cuevas, le cinéaste Jean Mineur, la comédienne Martine Carol, le peintre Jean-Gabriel Domergue, la chanteuse et artiste de revue Suzanne Chevalier.

Au large de Cannes, les îles de Lérins. L’île Sainte-Marguerite est séparée du continent par un détroit de 1100 mètres. C’est dans la forteresse de cette île que fut enfermé de 1687 à 1698 le célèbre “masque de fer”, et en 1874 le Maréchal Bazaine. L’île Saint-Honorat abrite un monastère.

A peu de distance de Cannes (cinq kilomètres), sur la Nationale 7, se trouve Golfe Juan et sa magnifique plage. C’est à Golfe Juan que Napoléon débarqua le 1er mars 1815 de son retour de l’île d’Elbe. Dans l’arrière pays, jouxtant Golfe Juan, nous trouvons Vallauris, célèbre pour ses poteries artistiques.

Juan-les-Pins se trouve à quatre kilomètres de Golfe-Juan. Cette agréable et élégante station d’hiver et d’été est située dans le magnifique golfe entre le Cap de la Croisette et le Cap d’Antibes.

A deux kilomètres : Antibes. La région d’Antibes est un des plus grands centres européens de production florale, avec sept cents entreprises qui exploitent trois cents hectares de châssis et de serres.

En poursuivant la Nationale 7, légèrement en retrait de quatre kilomètres, se trouve le village de Biot, connu pour ses poteries. Il abrite aussi le musée Fernand Léger. Le peintre est inhumé tout près de ce musée.

Si la production florale d’Antibes est surtout la rose, celle de Cagnes-sur-Mer est l’œillet. Cagnes-sur-Mer comprend le haut de Cagnes et le Cros de Cagnes. Le château-musée abrite des collections de Chagall, Seyssand, Brayer, Kisling. Il y a également à Cagnes-sur-Mer le musée Renoir. A Cagnes-sur-Mer sont inhumés la chanteuse Suzy Solidor et le comédien Henri Vilbert.

Nice, capitale de la Côte d’Azur, reine de la Riviera. De nombreuses fêtes se succèdent sans interruption de janvier à mai : hippisme, régates, batailles de fleurs, courses automobiles, critérium cycliste, lâchers de pigeons, semaine philatélique, fête du printemps, championnats de tennis et surtout, bien sûr, le Carnaval. La “Promenade”, qui est le parcours de Sa Majesté Carnaval, a lieu le samedi, dix jours avant le Mardi Gras. Les samedis et dimanches qui s’intercalent entre ces deux dates comportent toutes sortes de réjouissances : le défilé des chars avec toute une foule costumée et trépidante, batailles de fleurs, cortèges, confettis, bals masqués, musiques, orchestres, feux d’artifice. Dans les divers cimetières de Nice sont inhumés l’auteur René Goscinny, le fondateur de Moulinex Jean Mantelet, la chanteuse Lucienne Delyle, le ténor José Luccioni, l’auteur de Rouletabille et de Chéri-Bibi Gaston Leroux, l’écrivain Roger Martin du Gard, les peintres Raoul Dufy et Henri Matisse, Léon Gambetta, Joseph Garibaldi et la comédienne Gaby Morlay.

Entre Villefranche et Beaulieu se trouve la presqu’île de Saint Jean Cap Ferrat, magnifique station estivale autant qu’hivernale. En continuant, à environ trois kilomètres, nous arrivons à Eze, curieux village isolé en nid d’aigle. Bien qu’au bord de la mer, son sommet est à 420 mètres d’altitude, et l’on y jouit d’un panorama splendide. Il faut laisser la voiture en dehors du village et se promener à pied : petites rues, escaliers, l’ancien château, le château Barlow, la chapelle des Pénitents blancs, le musée et le jardin exotique. C’est à Eze que repose le comédien Francis Blanche.

Avant d’arriver à Monaco, nous passons au Cap d’Ail. Pendant des années, de son mariage avec Yvonne Printemps (1919) jusqu’à sa mort (1957), Sacha Guitry venait s’y détendre (je n’écris pas : se reposer, il ne se reposait jamais) dans sa villa “Les Funambules”, loin de la trépidante vie parisienne. C’est au Cap d’Ail que repose la chanteuse Colette de Glarélial, dite Colette Deréal.

Nous arrivons à la Principauté de Monaco, et sa ville Monte-Carlo, site universellement connu. On a dit, on a écrit de Monaco que c’est un pays de rêve. Les principales attractions et curiosités sont le jardin exotique, le Festival du Cirque et le Musée Océanographique, avec son aquarium, le plus beau d’Europe. Pour Monte-Carlo, c’est bien sûr son Casino et ses salles de jeu. L’Opéra de Monte-Carlo a accueilli pendant des décennies les plus grands artistes de bel canto. La chanteuse Joséphine Baker et le chanteur Léo Ferré reposent à Monaco. Beausoleil, en territoire français, ne forme avec Monte-Carlo qu’une seule agglomération. Le 19 avril 1956 est une date historique pour la Principauté : c’est le jour où le Prince Rainier épouse Grace Kelly, grande star du cinéma américain, une des interprètes favorites d’Alfred Hitchcock. Le couple princier aura trois enfants : Caroline, Albert et Stéphanie.

A six kilomètres de Monte-Carlo, en suivant toujours le littoral, nous trouvons Roquebrune Cap Martin. Roquebrune est un village perché à 300 mètres au-dessus du niveau de la mer. Le donjon est tout à fait remarquable.

Nous sommes partis de Marseille et nous avons suivi le littoral méditerranéen. Nous arrivons au bout de la Nationale 7 avec Menton, bien abritée des vents du nord, et qui passe pour être la ville la plus clémente de la Côte d’Azur. Menton possède un musée. L’Hôtel de Ville est en plein centre, la salle des mariages a été décorée par Jean Cocteau. Le Casino se trouve sur le front de mer, avenue George V.

Les chansons sur la Côte d’Azur de Marseille à Menton ont été fort nombreuses. Le choix et la sélection ont été difficiles. La même chanson a été enregistrée par plusieurs artistes différents, suivant les marques de disques. Nous allons maintenant vous présenter les interprètes de ce double C.D.

A tout seigneur tout honneur, ALIBERT. Il est né à Carpentras le 03 décembre 1889. Il commence à chanter en amateur à l’âge de quinze ans. En 1908, il débute à Paris en professionnel. Après ses succès parisiens, il passe en vedette à l’Alcazar de Marseille en 1913, il n’a pas encore vingt-quatre ans. Mobilisé en 1914 et démobilisé en 1917, il va triompher sur toutes les scènes à Paris comme en province. Les plus grands music-halls parisiens l’accueillent : l’Eldorado, le Concert Mayol, l’Olympia, l’Empire, les Folies-Bergère, l’Européen… Après son succès de la Revue Marseillaise au Moulin de la Chanson, le 26 avril 1932, ALIBERT va créer chaque année son opérette marseillaise, dont la musique est de son beau-père Vincent SCOTTO : “Au pays du soleil” (octobre 1932), “Trois de la Marine” (décembre 1933), “Zou le Midi bouge” (décembre 1934), “Un de la Canebière” (septembre 1935), “Les gangsters du Château d’If” (novembre 1936), “Le roi des galéjeurs” (septembre 1938). En 1939, avec les heures sombres de la guerre, ALIBERT va jouer dans quelques opérettes et revues : “Ma belle Marseillaise”, “Qué coup de Mistral”, “C’est tout le Midi”, “A la Marseillaise”, “Les plaisirs de Marseille”, “De Paris au Midi”. En 1945, une nouvelle opérette avec Vincent SCOTTO : “Les gauchos de Marseille”. C’est ensuite la création de “César” (rôle de Marius) au Théâtre des Variétés le 14 décembre 1946. Puis, entre 1947 et 1950, ce sont encore quatre opérettes-revues : “Paris en plein soleil”, “C’est tout Marseille”, “Voilà Marseille”, “Hier contre aujourd’hui”. Outre sa carrière de chanteur, ALIBERT a été auteur, artiste de cinéma et directeur de théâtre : Les Variétés, La Lune Rousse, Les Deux Anes. Après un accident de voiture et de graves problèmes de santé, ALIBERT meurt à Marseille dans sa villa de la Corniche, le 23 janvier 1951.

PRIOR est né à Marseille le 09 juin 1895. Il débute juste après la guerre 1914-1918 comme chanteur fantaisiste. Il passe en vedette au Palais de Cristal de Marseille en juillet 1923. Il va chanter dans tout le Midi, de Marseille à Nice. En 1927, il est à Paris et il va triompher dans tous les grands music-halls : l’Olympia, la Fourmi, Bobino, l’Empire, le Petit Casino, l’Alhambra, l’Européen… En 1938, il fonde une troupe de jeunes artistes : Les Cigalounettes de Paris et il fait débuter ainsi Charles AZNAVOUR et sa sœur Aïda. Pendant la guerre, il revient régulièrement chanter à Marseille au Colisée, à Mazenod, à l’Eden. Il jouera aussi dans des opérettes-revues avec ALIBERT. En 1953, il joue dans “Rose-Marie” au Théâtre Mogador. PRIOR est décédé à Paris le 15 décembre 1969.

Robert BURNIER est né à Paris le 19 mai 1897. Il débute en 1920. Il est à la fois comédien et artiste lyrique. Il va jouer et chanter dans de nombreuses revues et opérettes : “Coup de roulis”, “A la mode de chez nous”, “La dame qui rit”, “La Madone du promenoir”, “Une femme par jour”, “Mam’zelle Nitouche”, “Rose-Marie”, “Boulard et ses filles”, “Madame de Pompadour”, “You-You”, “La quincaillière de Chicago” (avec Jane SOURZA), “La grosse valse” (avec Louis de FUNES). Il se produit à Marigny, aux Nouveautés, à Mogador, à l’A.B.C., aux Capucines, à l’Apollo, aux Bouffes Parisiens, aux Variétés, à la Gaîté-Lyrique, au Théâtre de Paris. Robert BURNIER a eu une importante carrière cinématographique. Il était marié avec la chanteuse et comédienne Nina MYRAL. Il est décédé à Paris le 24 avril 1974.

Michel CAREY dans les années cinquante était à l’Opéra de Monte-Carlo. Il a été dans la distribution de nombreuses œuvres : “Tristan et Yseut”, “Le Barbier de Séville”, “Faust”, “Les Noces de Figaro”... Il n’a jamais enregistré pour une marque commerciale ; les seuls disques que nous ayons de cet interprète sont des enregistrements d’ordre privé.

DARCELYS est né à Anduze (Gard) le 12 décembre 1900. Il vient très jeune à Marseille, et il n’a pas encore quinze ans qu’il chante en amateur dans des concerts. En 1919 et jusqu’en février 1920, il chante à Tours, à Saint-Etienne, à Nantes, à Roanne, à Dijon, à Nancy, à Epinal, à Belfort, à Toul, à Orléans. En mars et avril 1920, il fait tout le littoral méditerranéen : Perpignan, Narbonne, Marseille, Toulon , Cannes, Nice, Menton, et en mai il chante en Belgique. Après son service militaire, il s’oriente peu à peu vers la chanson fantaisiste puis la chanson marseillaise. En 1928, il est à Paris. Il se produit à la Cigale, à l’Olympia, à l’Empire, au Petit Casino, à l’Européen, à Bobino, à la Fourmi, au Trianon. DARCELYS revient souvent chanter à Marseille, notamment à l’Alcazar mais aussi à l’Odéon, au Château des Fleurs, au Mondial et à Mazenod, où il joue dans des revues et opérettes : “Sous le ciel de Cassis”, “Zou viens-y”, “En plein boum”, “Sian pouli”. Il tourne aussi dans quelques films : “Angèle”, “Les bleus de la Marine”. Après la guerre, en 1946, il joue dans “Les gauchos de Marseille”. En 1950, DARCELYS entre dans la Maison Ricard (le vrai pastis de Marseille). Il anime toutes les manifestations de cette marque (rencontres sportives, courses cyclistes, concours de boules, championnats en tous genres…). En avril 1955, à l’Olympia, DARCELYS fait ses adieux au public parisien. En 1956, il est dans la tournée d’été de MARIE-JOSE et Pierre MALAR. Le 19 juillet 1957 au Palais du Pharo de Marseille pour le festival Vincent SCOTTO, DARCELYS chante pour la dernière fois en public. Malade pendant plusieurs années, DARCELYS décède à Marseille le 21 novembre 1973.

Line MARLYS est née à Tonnerre le 14 août 1895. Elle a chanté pendant trente ans dans tous les grands music-halls de Paris et de province : Olympia, Alhambra... Elle est décédée à la Maison de Retraite des Artistes lyriques de Ris-Orangis le 22 juin 1965.

PERCHICOT est né à Bayonne le 09 août 1888. Il débute comme coureur cycliste. En 1912, il est premier au championnat de France (vitesse) et deuxième au championnat du monde à New-York. En 1913, il bat le record du kilomètre lancé en 1’9’’2/5. Le 1er juin, il obtient le maillot tricolore et il est troisième au championnat du monde de Leipzig.

Il est grièvement blessé pendant la guerre de 1914 et fait sept mois d’hôpital. Dans l’impossibilité de poursuivre une carrière sportive, il pense se lancer dans la chanson. Il concrétise un conseil de Félix MAYOL : un film montre une course cycliste avec à l’arrivée un gros plan sur PERCHICOT. A l’instant même où ce film s’arrête, PERCHICOT est sur scène les jambes écartées comme s’il était encore à califourchon sur son vélo. Le public est conquis et lui fait un triomphe avant même une première chanson. C’est donc à Toulon qu’il débute ainsi en novembre 1919. Toujours avec ce même procédé attractif, PERCHICOT passe à Marseille puis dans les music-halls des grandes villes du sud : Toulouse, Bordeaux, Montpellier, Nîmes, et un an plus tard, il est à Paris. D’emblée il est une grande vedette de la chanson. Il a une très bonne diction, il s’est constitué un répertoire de bonnes chansons fantaisistes. A Paris, il triomphe à l’Alhambra, aux Ambassadeurs, à l’Olympia, à Concordia, à l’Européen, à l’Empire, à Bobino, à l’A.B.C., à Boul-var-dia. Il fait des tournées, il joue dans des revues. Il termine sa carrière en 1947 au Petit Casino et se retire dans le sud-ouest. PERCHICOT est décédé à Bayonne le 03 mai 1950.

DIERDY est né au Creusot le 24 mai 1900. Très jeune, il fait partie de la maîtrise de la cathédrale Saint-Vincent de Chalon-sur-Saône. Pendant la guerre de 1914, il chante dans les salles de spectacle de Chalon, il prête son concours dans les fêtes de charité pour les premiers blessés revenant du Front. Après la guerre, il participe à des tournées qui le mèneront de Brest à Bruxelles. DIERDY vient à Paris en 1924 et se produit dans plusieurs music-halls : le Petit Casino, Bou-var-dia. Il s’associe avec le compositeur aveugle Max STERN pour fonder sa propre maison d’édition au 232 rue Saint-Denis. Il est décédé subitement à Dijon le 27 décembre 1965 dans le train qui le ramenait à Paris après avoir passé les fêtes de Noël chez ses sœurs à Chalon-sur-Saône.

Berthe DELNY est née à Angers le 18 juin 1875. Excellente diseuse, elle débute à Paris en 1908. Elle chante au Palais du Travail, à Bobino, à la Fauvette, à l’Européen, à Chanteclair, à Fantasio. Dans les années 1930, Berthe DELNY chante à la Gaîté-Lyrique. Elle est décédée à Paris le 08 février 1963.

Tino ROSSI est né à Ajaccio le 29 avril 1907. Ténorino à la voix gracieuse, il chante pour la première fois à Aix-en-Provence et quelques jours plus tard il débute avec grand succès à l’Alcazar de Marseille le 03 mars 1933. L’année suivante, il est au Casino de Paris dans la revue “Parade de France”. Son succès ne va plus se démentir. D’autres revues vont suivre et surtout le tour de chant. Tino ROSSI a joué dans quatre opérettes à succès : “Méditerranée” (Châtelet 1955), “Naples au baiser de feu” (Mogador 1958), “Le Temps des guitares” (A.B.C. 1963), “Le marchand de soleil” (Mogador 1970). Son dernier spectacle s’effectue au Casino de Paris en novembre 1982. Entre 1934 et 1970, il tourne dans trente et un films. Tino ROSSI est décédé à Neuilly le 27 septembre 1983.

Fils de Charles GARASSU, de la Comédie Française, et de Césarine LIGIER, chanteuse lyrique, Henry GARAT, né à Paris le 03 avril 1902, débute au music-hall en 1918. Entre 1920 et 1930, il va faire du théâtre et jouer dans des revues (Marigny, Moulin Rouge, Casino de Paris). Il joue aussi dans des opérettes : “L’amour masqué” (Edouard VII, 1923), “Princesse d’amour” (Bruxelles, 1924), “Un soir de réveillon” (Bouffes Parisiens, 1932, puis Ambigu, 1934), “Florestan 1er, Prince de Monaco” (Variétés, 1933), “Simone est comme ça” (Bouffes Parisiens, 1936). A l’avènement du parlant et tout en continuant à se produire dans un tour de chant au music-hall (Folies-Wagram, Empire, Ambassadeurs, Européen, Bobino), Henry GARAT s’oriente vers le cinéma. Entre 1930 et 1953, il tourne dans quarante films, dont beaucoup sont des opérettes filmées (“Le congrès s’amuse”, “Il est charmant”, “Un soir de réveillon”, “Au soleil de Marseille”, “Le chemin du Paradis”...). Il termine sa carrière au cirque Francki en 1958, mais, malade, il ne peut terminer la tournée. Henry GARAT est décédé à Hyères le 13 août 1959.

Berthe SYLVA, née à Lambezellec (Finistère) le 07 février 1885, débute modestement comme divette aux Ambassadeurs en 1910. Après sa prestation au Palais de Cristal de Marseille en 1912, puis à l’Alcazar de Marseille l’année suivante, elle commence à se faire un nom. Sa rencontre avec l’accordéoniste Léon RAITER va être décisive pour sa carrière. Ce compositeur lui écrit quelques chansons qui vont la propulser au premier plan de la scène et surtout du disque : “Bonhomme Noël”, “Prière des petits gueux”, “Soir de Florence”, “Tango d’Adieu”, “On n’a pas tous les jours vingt ans”, “Les roses blanches”... Pour les disques, Léon RAITER l’accompagne lui-même à l’accordéon, et dans les années 1930, avec la propagation et la vulgarisation de la radio, le nom de Berthe SYLVA est connu de tout le monde. Elle s’installe à Marseille et chante régulièrement à l’Alcazar, qui est à cent mètres de son domicile. Après un dernier passage à ce mythique Alcazar en 1940, elle meurt le 24 mai 1941.

Jean LUMIERE est né à Marseille le 20 août 1895. Juste après la guerre de 1914-1918, il est figurant ou a de petits rôles dans les opérettes des Variétés-Casino de Marseille. En 1925, il commence à se constituer un répertoire de romances et il chante à Marseille et dans diverses villes de la région : Aubagne, Aix-en-Provence, Cavaillon, Avignon..., sous son véritable nom, Jean ANEZIN. En 1929, il prête son concours à l’Opéra de Marseille à un gala de bienfaisance. La chanteuse Esther LEKAIN, qui est présente, est séduite par ce jeune chanteur qui est pratiquement inconnu, et elle lui dit : “Il ya de la lumière dans tes yeux, dans ta voix ; prends le nom de Jean LUMIERE”. Esther LEKAIN le fait venir à Paris, et c’est ainsi que Jean LUMIERE débute en vedette à l’Européen en mars 1930. Rien qu’à l’Européen, entre 1930 et 1946, Jean LUMIERE sera quinze fois en tête d’affiche. Il se produit également à l’A.B.C., à Bobino, aux Folies-Belleville, au Trianon, au Concert Pacra, à l’Alhambra. C’est à l’Alhambra qu’en mars 1942 il est la vedette de la revue “Paris-Lumière” aux côtés de Raymond CORDY, Mona GOYA, Laure DIANA, Fernand RAUZENA, Roméo CARLES, Pierre DESTAILLES et Roger PREGOR. Après la guerre, Jean LUMIERE donne des cours de chant. Il chante encore à Marseille et ses environs (Aix-en-Provence et Gémenos, où il a sa résidence d’été). Jean LUMIERE est décédé à Paris le 02 avril 1979.

Edouard DULEU, né à Wattrelos le 21 avril 1909, a été pendant plus de cinquante ans un accordéoniste de grand talent. A onze ans, il s’inscrit à la Société des Accordéonistes du Laboureur, dans laquelle son père est musicien. Au Conservatoire de Roubaix, il travaille le basson et la flûte. A l’accordéon, il devient une vedette régionale, et il lui arrive de remplacer DEPRINCE ou V. MARCEAU lorsque ceux-ci ont un empêchement. IL va à Paris, il anime des bals et se produit aux Cascades, brasserie du boulevard Rochechouart. Il est surnommé “l’accordéoniste qui fait danser”. En 1939, il commence à enregistrer des disques. Il passe à Radio-Lille, à Radio-Paris, à Radio-Ile-de-France, à Radio-Toulouse, à Radio-Andorre. Mobilisé en 1939, il se retrouve à Toulouse après la débâcle de 1940. En 1945, il retourne à Paris. Il passe à l’A.B.C. En 1954, il obtient le Grand Prix du disque. Très attaché à la région toulousaine, il achète une propriété à Gauré, à l’est de Toulouse. Edouard Duleu a été président de l’Union des Accordéonistes de 1959 à 1973. A quatre-vingt-dix ans, il animait encore l’émission “Accordéon mon ami” sur les antennes de Sud Radio. Edouard DULEU est décédé à Gauré le 27 octobre 2001.

Fred GOUIN est né au Mans le 26 avril 1889. A onze ans, au Quai du Point du Jour et au Viaduc d’Auteuil, il chante des rengaines tout en vendant des petits formats de chansons. On l’avait surnommé le Môme Marjolaine. A dix-huit ans, il chante au Faubourg du Temple. En 1925, il est toujours chanteur ambulant et vend les partitions par poignées. Son succès est grand, sa voix au timbre clair, aux amples résonances, fait impression sur la foule. Dans Paris, on parle fort de ce chanteur qui “gaspille” ainsi sa voix, tant et si bien que cela vient aux oreilles du directeur des disques Odéon, qui se l’attache par contrat. En cela, il fut bien inspiré. Fred GOUIN fut une réussite comme on en voit peu. En 1929, il se vend trois cent mille disques du “Temps des cerises”. En 1930, un million sept cent mille disques enregistrés par Fred GOUIN sont vendus sur le marché. Fred GOUIN fait peu de scène : Concert Max Trébor, Renaissance, Olympia, Mutualité, Alcazar de Marseille (mars 1933 – novembre 1935). En 1937, Fred GOUIN doit abandonner la chanson pour raison de santé. Rhumes sur rhumes, bronchites sur bronchites, il se retrouve avec de l’asthme. En dix ans, il a enregistré près de quatre cents chansons. Il monte alors une guinguette à Jouy-le-Moutier, “Les Fins Pêcheurs”, où l’on peut danser, boire un bon petit vin blanc et manger de la friture. La guerre de 1939-1945 le ruine, son établissement avait été réquisitionné. En 1945, il repart à zéro en devenant marchand de frites forain. Fred GOUIN est décédé à Niort le 18 février 1959.

Max REJEAN est né à Lille le 31 mai 1897. En 1913 et 1914 il chante à Fantasio (Concert Pacra). Après la guerre, il est aux Bouffes du Nord, jouant revues, pièces et opérettes. En octobre 1922, il est au Concert Mayol puis à l’Empire. En octobre 1924, au Trianon, il joue dans “Le petit Duc”. En 1925, Max REJEAN dans les tournées BARET joue dans les villes d’eau et les plages. En 1927, il chante à l’Empire. En 1928 au Théâtre Moncey il joue dans l’opérette “Comte Obligado” avec MILTON et URBAN. En 1929, aux Capucines, il est dans “Couchette n°3” avec Jeanne CHEIREL, puis en novembre à l’Eldorado dans “Pochette-surprise”, avec PRINCE-RIGADIN. En 1930, Max REJEAN tourne dans le film “Un caprice de la Pompadour” (cela rappelle qu’à Bruxelles, en novembre 1921, il jouait dans “Le coucher de la Pompadour”). Toujours en 1930, il produit son tour de chant à Bobino. Max REJEAN est décédé à Paris le 23 janvier 1934.

MARCELLY est né dans la banlieue de Rouen le 19 mars 1882. Il aime la musique et le chant et entre au cercle Boïeldieu de Rouen. Il fréquente la société de gymnastique et devient moniteur.
Il s’essaye dans la chanson. Il chante à Parisisana en octobre 1900.

Moniteur de gymnastique, il est tout désigné pour faire son service militaire aux Pompiers de Paris..
Revenu à la vie civile, MARCELLY peut affronter les scènes de café-concert. Il débute aux Buttes Chaumont avec un cachet de cinq francs par soirée. Il passe ensuite au Petit Casino, puis en 1908 il signe un contrat de cinq ans à la Gaîté-Rochechouart.

La même année, il commence à enregistrer pour Pathé, qui lui signe un contrat d’exclusivité pour quinze ans. Dès lors et jusqu’en 1928, il ne va plus cesser d’enregistrer. En vingt ans, sa discographie est impressionnante.

Libéré de son contrat à la Gaîté-Rochechouart, MARCELLY passe en vedette à l’Alcazar de Marseille. En 1913 il chante à l’Empire.

En août 1914, MARCELLY est mobilisé et part pour le Front. Il est blessé et réformé en 1917. Il reprend immédiatement son métier d’artiste et en juillet il est sur la scène de l’Européen. En septembre, il est le premier artiste à enregistrer la célèbre “Madelon”.

MARCELLY entreprend de grandes tournées, tant en France qu’à l’étranger. Il enregistre ses disques à Paris et sa discographie, dans les années 1920, peut témoigner, en ombres chinoises, de ses dépla­cements. A l’automne 1918, il est dans le Midi, puis dans le sud-ouest. En octobre, il obtient un triomphe aux Nouveautés de Toulouse, devant un public réputé connaisseur en matière de bel canto. Au printemps 1919, MARCELLY est dans l’Ouest, en avril, il chante à l’Alcazar de Brest.
A l’automne il est dans le Dauphiné, en octobre, il passe au Kursaal de Grenoble pour, le mois suivant, retrouver les studios Pathé.

En janvier 1920, il chante au Palais de Cristal de Marseille puis dans de nombreuses villes du sud-est.

En 1921, après son tour de chant au Palais Montparnasse MARCELLY entreprend des tournées qui le mènent en Belgique, en Roumanie, en Russie, en Afrique du Nord. Il perçoit des appointements de 25 000 francs par mois.

Afin de profiter de ses temps libres, et il commence en avoir beaucoup, MARCELLY s’achète une villa entre Cassis et La Ciotat. Il y dispose d’un canot automobile. Il reçoit ses amis artistes.

Les mois d’été on ne voit plus guère MARCELLY ni sur une scène parisienne, ni dans les studios Pathé.

En hiver (décembre ou janvier), il chante régulièrement à Marseille au Palais de Cristal ou au Capitole. Il chante aussi au Maroc où il a beaucoup de succès.

En 1928, il grave ses derniers phonogrammes.

En janvier 1930, il se produit encore à Boul-var-dia, puis sur une scène de ses débuts, la Gaîté-Rochechouart.

En 1932, MARCELLY abandonne le métier. Il revient à Rouen avec un assez joli pécule. Il y reprend l’affaire d’un de ses oncles, qui est entrepreneur de peinture en bâtiment. Comme il l’a dit lui-même, de cigale il s’est transformé en fourmi.

Jusqu’à la guerre, il chante encore quelques fois pour des œuvres de bienfaisance.

MARCELLY est décédé le 14 février 1966 à Sainte-Marguerite-sur-Mer.

Léo DANIDERFF s’appelait Ferdinand NIQUET. Son nom d’artiste est l’anagramme de son prénom ; il a donc été surnommé “le faux russe”. Il est né à Angers en 1878. Il a été chansonnier à la Maison du Rire, au Cabaret Bruant, à l’Ane Rouge, au Cabaret de la Purée, au Grillon. Il a fait des tournées avec Eugénie BUFFET et Yvette GUILBERT en Allemagne, en Autriche, en Angleterre. Il a été chef d’orchestre aux Mathurins, à la Lune Rousse, aux Noctambules, au Carillon, aux Quat’z’Arts. Il a écrit des centaines de chansons, des revues (“A la Royale”, “Du bout des Lèvres”...), des opérettes (“Les bijoux indiscrets” (1921), “Madame Persée” (1921), “Françoise” (1930), “Casanova” (1935)...). Il a chanté ses chansons à l’Empire, à l’Européen, au Club du Faubourg. Sa chanson “Je cherche après Titine” a été prise pour thème par Charles Chaplin dans son film “Les Temps modernes”. Léo DANIDERFF est décédé le 24 octobre 1943.

GESKY est né à Lyon le 25 avril 1885. Paul GESKY débute à Paris en 1910. Il n’a pas encore un grand nom lorsque éclate la guerre. Il est mobilisé. Sitôt démobilisé, il entre aux Folies-Bergère en mai 1918 dans la revue “Quand même”. Jusqu’en 1943 il ne va plus quitter les scènes de music-hall : Château d’Eau, Européen, Casino Saint-Martin, Fantasio, la Fauvette, Zénith, Kursaal, Palais du Travail, Concert du Temple, Olympia, Empire, Apollo, Bobino, la Fourmi, le Petit Casino, Théâtre Montrouge, Alhambra. GESKY chante aussi en province : Nouveautés de Toulouse, Eldorado de Nice, Palais de Cristal de Marseille, Casino des Fleurs de Vichy, Casino d’Alger... Après 1943, il tourne dans quelques films. GESKY est décédé à Paris le 26 mars 1974.

MALLOIRE est né à Chalindrey le 11 janvier 1889. Il n’y a pas grand chose à dire de cet artiste. A part ses prestations de bienfaisance, comme au Théâtre de Verdure de la Maison de Retraite des Artistes de Ris-Orangis, on ne l’a guère vu sur des scènes de music-hall. En revanche, dès la création de la radio dans les années 1920, MALLOIRE a été jusqu’à la guerre omniprésent dans les studios des nombreuses stations émettrices. Il était souvent accompagné au piano par son épouse MALLOIRETTE. MALLOIRE a aussi fourni une importante production phonographique pour plusieurs marques de disques. En 1935 et pendant plusieurs années, il a été répétiteur au Cours Vincent Scotto, 3 passage de l’Industrie. MALLOIRE est décédé à Paris le 24 janvier 1959.

DREAN est né à Marseille le 12 novembre 1884. Il débute en 1898 dans le genre tourlourou. A Marseille, il passe dans plusieurs établissements, puis enfin en 1906 au célèbre Alcazar. Il est à Paris en 1913. Il abandonne peu à peu le képi de tourlourou pour la chanson fantaisiste. Il passe au Petit Casino, à la Gaîté-Montparnasse, à l’Empire, au Concert-Mayol, à la Gaîté-Rochechouart, aux Ambassadeurs, aux Folies-Belleville, au Concert-Senga, aux Folies-Bergère. Le 12 novembre 1918, il crée aux Bouffes-Parisiens le rôle du Pirée dans “Phi-Phi”, aux côtés d’URBAN, Alice COCEA, Yvonne VALLEE et Pierrette MADD. Il garde ce rôle huit mois. En juillet 1919, aux Variétés-Casino de Marseille, il joue dans “Le filon”. En novembre au Casino de Paris, il est dans “Paris qui danse”, puis dans “La Revue Nouvelle”, et, en mai 1920, dans “Cache ton piano”. En octobre 1920, DREAN est à Marseille au Grand Casino dans “Compagnie Bonjour !”., puis en mars 1921, il joue dans “Les Saltimbanques”. En novembre, il est aux Bouffes-Parisiens dans “Dédé”, avec Alice COCEA et Maurice CHEVALIER. En 1922, après l’Alhambra, en juin, il reprend du service aux Bouffes-Parisiens de nouveau dans “Phi-Phi” jusqu’en décembre. Après “La dame qui rit”, “La Revue très olympique”, “La Revue y en a”, en décembre 1924 DREAN est au Moulin Rouge dans la grande revue “New-York – Montmartre”. Il reste au Moulin Rouge jusqu’en 1927, jouant dans “Mieux que nue”, “La Revue MISTINGUETT” et “Montmartre aux nues”. En 1927, DREAN est au Théâtre Mogador dans “Rose-Marie” avec Cloé VIDIANE, Robert BURNIER, Félix OUDART et Cécilia NAVARRE. En octobre 1929, il joue dans l’opérette “Halléluia” puis dans “Zou”. En juillet 1933, aux Bouffes Parisiens, c’est une reprise de “Phi-Phi”. En janvier 1934, DREAN est à Bobino puis à l’Alcazar de Marseille. Il termine l’année à Marigny dans “La Créole” avec Joséphine BAKER, Rose CARDAY, URBAN et Adrien LAMY. Après plusieurs passages à l’Européen et à l’A.B.C., DREAN est en 1937 à l’Alcazar de Paris dans “ça c’est Marseille” avec Marguerite CHABERT, FOR­TUNE Aîné, Rina MAY, Renée CHAMFLEURY, Henri VARNA, Albert BOSSY, ARMANDEL, Lou VILLARD et RAIMU. A partir de 1938, DREAN se produira à l’Européen, à Bobino (revue “Y a d’ l’amour”), au Casino Montparnasse, à l’Odéon de Marseille (revue “En plein bonheur” et opérette “Ce coquin de soleil”). En 1941, après un passage à l’A.B.C., DREAN est au Concert Pacra puis au Théâtre des Optimistes dans “A ta santé Paris”. En 1942 au Palace, c’est une reprise de “Phi-Phi” puis les tournées Jean VALMY dans “A ta santé la France” (dans le sud, en zone non occupée). En 1943, DREAN est à l’Alhambra (“La revue joyeuse”), à la Lune Rousse (“La lune n’a pas tort”), au Théâtre de l’Etoile, à l’Ambigu (“Aventure en mer”). Par la suite, DREAN est à l’Alhambra (“Paris-Paname”), au Théâtre de l’Etoile (“Paris revient”), à l’Alhambra (“Le Maharadjah”), à Bobino (“Monsieur Bourgogne”). En 1957, aux Bouffes-Parisiens, c’est une ultime reprise de “Phi-Phi”. En 1958, DREAN est aux Folies-Bergère dans “Folies de Paris”, revue qui ensuite part en tournée à travers la France. DREAN termine sa carrière à l’Alcazar de Marseille en 1961, d’abord en mars, puis en octobre et novembre. Il a soixante-dix-sept ans, il est plein de vitalité, il obtient un triomphe. DREAN est décédé à Corbeil le 08 mars 1977.

Jean CYRANO est né à Saint-Fiacre-sur-Maine le 05 mai 1902. Il débute en 1924. C’est un excellent chanteur fantaisiste. En juin 1925, il passe déjà en vedette à l’Européen. Entre 1925 et 1940, Jean CYRANO sera à l’Européen quinze fois tête d’affiche. Entre 1926 et 1936, il sera sept fois tête d’affiche à l’Empire et huit fois à Bobino entre 1932 et 1938. Jean CYRANO se produit également plusieurs fois à la Fourmi, au Roxy, à l’Etoile, et à l’Alhambra. Il chante aussi dans des casinos de province. De 1928 à la guerre, Jean CYRANO est le chanteur attitré de l’orchestre Frédo GARDONI. Entre 1933 et 1937, il tourne dans huit films. Il semble avoir abandonné la chanson en 1944. Jean CYRANO est décédé à Bargemon (Var) le 18 juillet 1967.

Louis et Michel PEGURI. Fils de l’accordéo­niste Félix PEGURI, et lui-même accordéoniste, Louis PEGURI débute en 1919. C’est lui qui fait sortir l’accordéon de son contexte musette, populaire et folklorique. Il l’impose comme un instrument de musique à part entière. Il accompagne MISTINGUETT au Casino de Paris. En 1962 à la salle Pleyel, Louis PEGURI interprète un concerto pour accordéon et orchestre de Jean WIENER avec l’orchestre des Concerts Lamoureux. Outre son frère Michel avec qui il a enregistré des disques chez Polydor, Parlophone, Columbia, Perfectaphone, Louis PEGURI avait un autre frère lui aussi accordéoniste : Charles. Louis PEGURI est décédé en 1972.

Lucienne DELYLE (Lucienne TRINQUIER) est née à Paris le 16 avril 1915. En 1938, elle débute en vocal dans l’orchestre de l’accordéoniste Gus VISEUR pour les disques Columbia. En 1939, elle obtient le premier prix au concours d’amateurs organisé par Radio-Cité en chantant “Le fanion de la Légion”. Elle se fait appeler Lucienne DELYNE jusqu’en mai 1939 puis Lucienne DELYLE à partir de juin. En décembre 1939 Lucienne DELYLE se produit à l’Européen et en février 1940 à Bobino. En 1941 elle passe en vedette à l’A.B.C., à l’Européen, à Bobino, à l’Alhambra. Entre 1940 et 1960 elle sera quatorze fois en tête d’affiche à Bobino et entre 1940 et 1946 huit fois en tête d’affiche à l’Européen. Donc, de 1940 à 1948, ce sont régulièrement des passages à l’Européen, à Bobino, à l’A.B.C. et à l’Alhambra. Le 8 juin 1946 à Paris, Lucienne DELYLE se marie avec le trompettiste et chef d’orchestre Aimé BARELLI. En 1948, Lucienne DELYLE est au Central de la Chanson et en 1951 elle est à Marseille aux Variétés-Casino. Puis avec Aimé BARELLI, ce sont de grandes tournées : Belgique, Suisse, Italie, Etats-Unis, Canada, Amérique du Sud. Lucienne DELYLE fait sa rentrée à l’Olympia en février 1954. Elle revient sur cette scène l’année suivante puis l’année d’après elle est à Bobino. Pour la saison 1956-1957 avec Aimé BARELLI, elle est dans la tournée “Parade de Paris”. En 1957, Lucienne DELYLE obtient le Grand Prix du disque avec “Java” d’Aimé BARELLI mais c’est cette année-là qu’elle ressent les premières atteintes du mal qui allait l’emporter. Elle chante encore quatre fois à Bobino puis un ultime passage en 1961. Lucienne DELYLE est décédée à Monte Carlo le 10 avril 1962. Elle était la maman de Minouche BARELLI.
Adrien ECHE

Je remercie pour leur aide : André BERNARD, Olivier CICCOLI, Marc MONNERAYE, Maurice BARRIER, Pierre ECHINARD, Jean AUDIC, Gérard DECORET, Madeleine NEE.
© FRÉMEAUX & ASSOCIÉS/GROUPE FRÉMEAUX COLOMBINI SA, 2004

Let’s take a sunny stroll along the Côte d’Azur, the French Mediterranean coastline running from Marseilles to Menton.  Marseilles was founded by the Phocaeans in 600 B.C. and was one of the most flourishing ports in the 19th and the first part of the 20th centuries.  The Basilica of Notre-Dame de la Garde stands proudly above the old port, and La Canebière, stretching from the Vieux-Port to the Cours Belsunce is lined with cafés and bars.  The famous Corniche, winding its way along the coast used to be a prized walking place for the locals.

Opposite the Corniche lie the islands of Frioul and If with its prison.  The latter most certainly owes its renown to Alexandre Dumas’ novel, ‘The Count of Monte-Cristo’.   Characters from this novel have even lent their name to some of the streets in Marseilles – rue Edmond Dantès, rue Monte-Cristo and rue Abbé Faria.  In the fifties when tourism was far from being the whirlwind of today, the Château d’If was France’s third most popular tourist site after the Eiffel Tower and the Château of Versailles.

Close to the numerous picturesque creeks between Marseilles and Cassis are the small islands, so dear to the heart of Jacques-Yves Cousteau as there he began his deep-sea exploration.

Marseilles was also a haven for artists of all kinds (lyric, dramatic, in the movie world, composers, painters, sculptors, writers etc.) who added to their towns’ repute.

Cassis, a small fishing port also attracted many painters including Dufy, Matisse, Vlaminck and Danain.  Actor Henri Crémieux spent his last days there.

One of the biggest bays on the Côte d’Azur is that between la Ciotat and the Madrague de Saint Cyr Les Lecques.  For a long while, La Ciotat housed a large shipyard.  It was here that the Lumière brothers shot their debut film for the silver screens.

The pretty port, Bandol has become a tourist attraction in more recent times with its nearby island, Bendor which even boasts its own theatre.

There are also many pleasant places to visit in and around Sanary, going from the gorges of Ollioules  to Cap Sicié.

Toulon is France’s leading naval port.  It is the hometown of the author Jean Aicard, the actor Raimu and singers Gilbert Bécaud and Félix Mayol, not forgetting the actress Andrée Turcy and the comic actor, Tramel was born between Toulon and Hyères.

Hyères is well-known for its palm trees, fruit and flowers.  Close by are the islands of Port-Cros and Levant.  To reach these islands, one has to take a boat from the pretty port, Lavandou where the composer Ernest Reyer spent his last years.

Bormes-les-Mimosas is located near the forest of Dom.  After Cavalaire’s huge beach we discover Ramatuelle where the actor Gérard Philipe is buried, then between Cap Camarat and Cap Pinet is the famous Pampelone beach.

If we continue, we reach a crossroads leading to three towns:  Cogolin with the Raimu Museum, Grimaud perched above the sea and Saint Tropez.  Today, Saint Tropez is an internationally known resort due to Brigitte Bardot and her famous home, ‘La Madrague’, but until the fifties, it was simply a fishing village among many others.  Its cemetery is the final resting place for artist André Dunoyer de Segonzac and his wife, the actress and singer Thérèse Longo-Dorni, otherwise known as Thérèse Dorny.

On the other side of the gulf lies Sainte Maxime and then Fréjus and Saint Raphaël are situated between the Maures and the Estérel.  Writer Alphonse Karr and composer Charles Gounod sojourned in Saint Raphaël.  From here we can take the National 7 road, leading us to Menton.

After Agay, Miramar, Théoule and La Napoule, we drive along one of the most picturesque roads to Cannes.  Cannes became famous in 1834 when Lord Henry Brougham, England’s chancellor settled there instead of in Nice where there was an outbreak of cholera.  He had a house built there and stayed for thirty-four years until his death.  The English aristocracy followed suit, leaving foggy London for this part of the Riviera.  The town is now particularly known for its annual film festival, attracting international icons of the silver screens.  Around the centre of Cannes itself are the Croisette, Super-Cannes, Le Cannet and Cannes la Bocca where Maurice Chevalier had a villa.  Many well-known personalities were buried there:  Lord Brougham, the writer Prosper Mérimée, the biologist Jacques Monod, the cantatrice Lily Pons, the marquis de Cuevas of ballet fame, the film director Jean Mineur, actress Martine Carol, artist Jean-Gabriel Domergue and singer Suzanne Chevalier.

Opposite the coast are the Lérins Islands.  The man in the iron mask was imprisoned in the fortress of the Ile Sainte Marguerite in the 17th century.

Near Cannes, we find the Golfe Juan with its magnificent beach.  Napoleon landed here in 1815 after his sojourn on Elba.  In the back-country is Vallauris, famous for its pottery.

Juan les Pins, a pleasant winter resort is four km away from the Golfe Juan.  Next, we arrive in Antibes, housing seven hundred companies specialising in flowers, and nearby is Biot, a village reputed for its pottery where we can also discover the Fernand Léger Museum. 

Whereas Antibes concentrates on roses, Cagnes sur Mer’s speciality is the carnation.  Its museum displays works by Chagall, Seyssand, Brayer and Kisling and there is also the Renoir Museum.  Here, singer Suzy Solidor and actor Henri Vibert were buried.

Nice is the capital of the Côte d’Azur, the queen of the Riviera.  Among its numerous annual events is its famous Carnival.  In the towns cemeteries are the graves of writer René Goscinny, singer Lucienne Delyle, the tenor José Luccioni,, artists Raoul Dufy and Henri Matisse, Léon Gambetta, Joseph Garibaldi and actress Gaby Morlay.

Between Villfranche and Beaulieu is the wonderful resort, Saint Jean Cap Ferrat.  Some three km further on is Eze, a village perched high above the coast.  One has to leave the car outside the village and discover the winding lanes on foot.  This is the resting place of actor Francis Blanche.

Cap d’Ail lies just before Monaco, where Sacha Guitry used to retire to relax.  Monaco, with its internationally known town, Monte Carlo boasts an exotic garden, a circus festival and Europe’s most beautiful aquarium, not forgetting the Casino.  Monte Carlo’s opera house has billed some of the greatest artists.  Singers Josephine Baker and Léo Ferré were buried here.  Prince Rainier married Grace Kelly on 19 April 1956 and the couple were blessed with three children – Caroline, Albert and Stéphanie.

Six km after Monte Carlo is another highly-perched village, Roquebrune Cap Martin, with its remarkable dungeon. 

We finally arrive in Menton, a town which is said to have the mildest climate on the Côte d’Azur.
So many songs have been written about this coastline from Marseilles to Menton, but we hope you will enjoy our selection on this double album featuring the following artists:

ALIBERT:  Alibert was born in Carpentras on 3 December 1889 and began singing at the age of fifteen.  In 1908 he made his professional debut in Paris.  He then starred at Marseilles’ Alcazar in 1913.  He was successful on all the Parisian stages as well as those in the provinces.  He triumphed in the Revue Marseillaise in April 1932, after which he created a Marseilles operetta each year, with music written by his father-in-law, Vincent Scotto:  ‘Au Pays du Soleil’, ‘Trois de la Marine’, ‘Zou le Midi bouge’, ‘Un de la Canebière’, ‘Les Gangsters du Château d’If’ and ‘Le Roi des Galéjeurs’.  In 1939, Alibert appeared in a few operettas and revues:  ‘Ma belle Marseillaise’, ‘Qué Coup de Mistral’, ‘C’est tout le Midi’, ‘A la Marseillaise’, ‘Les Plaisirs de Marseille’ and ‘De Paris au Midi’.  In 1945 another operetta was signed by Vincent Scotto, ‘Les Gauchos de Marseille’.  After this, ‘César’ was billed in the Théâtre des Variétés in 1946.  The 1947 to 1950 period saw four new operettas/revues:  ‘Paris en plein Soleil’, ‘C’est tout Marseilles’, ‘Voilà Marseille’ and ‘Hier contre aujourd’hui’.  Alibert died in Marseilles in his villa on the Corniche in 1951.

PRIOR:  Born in Marseilles on 9 June 1895.  He debuted after World War I as a singer, then topped the bill at Marseilles’ Palais de Cristal in 1923.  He performed all along the SE coast, from Marseilles to Nice, then set off for Paris in 1927 where he triumphed in all the prestigious music halls.  In 1938, he founded the Cigalounettes de Paris and assisted Charles Aznavour and his sister Aïda during their musical debuts.  Prior passed away in Paris on 15 December 1960.

Robert BURNIER: Born in Paris on 19 May 1897.  This singer and acted appeared in many revues and operettas:  ‘Coup de Roulis’, ‘A la Mode de chez Nous’, ‘La Dame qui rit’, ‘La Madone du Promenoir’, ‘Une Femme par Jour’, ‘Mam’zelle Nitouche’ ‘Rose-Marie’, ‘Boulard et ses Filles’, ‘Madame de Pompadour’, ‘You-You’, ‘La Quincaillière de Chicago’ and ‘La grosse Valse’.  He was married to singer and actress Nina Myral, and passed away in Paris on 24 April 1974.

Michel CAREY:  During the fifties, he was billed in Monte-Carlo’s Opera house and appeared in ‘Tristan et Yseut’, ‘Le Barbier de Séville’, ‘Faust’ and ‘Les Noces de Figaro’ among other performances.  He never recorded for a commercial label so we can only appreciate his private recordings.

DARCELYS:  Born in Anduze (Gard) on 12 December 1900, he moved to Marseilles when young and began singing in concerts in his early teens.  From 1919 to February 1920 he sang in many French towns, then in spring 1920, he toured the Riviera:  Perpignan, Narbonne, Marseilles, Toulon, Cannes Nice and Menton.  After his military service, he gradually adopted the Marseilles-style song.  In 1928, he could be found in Paris, though regularly returned to Mareilles where he appeared in revues and operettas:  ‘Sous le Ciel de Cassis’, ‘Zou viens-y’, ‘En plein boum’ and ‘Sian pouli’.  He was also in a few films:  ‘Angèle’ and ‘Les Bleus de la Marine’.  Following World War II, in 1946, he was given a role in ‘Les Gauchos de Marseille’.  In 1950, Darcelys joined the Maison Ricard and hosted the various activities linked with the company.  In July 1957, in Marseilles’ Palais du Pharo, he sang for the last time.  He died in Marseilles on 21 November 1973.

Line MARLYS:  Born in Tonnerre on 14 August 1895, Line sang for thirty years in all the reputed music halls in Paris and the provinces.  She left us on 22 June 1965.

PERCHICOT:  Born in Bayonne on 9 August 1888, he debuted as a cyclist.  Wounded in World War I, he had to abandon his sports career and opted for song.  His first appearance was in Toulon in 1919, before going on to Marseilles followed by other music halls in the south:  Toulouse, Bordeaux, Montpelier, Nimes and he then left for Paris.  He was immediately appreciated as a singer and triumphed on the Parisian stages.  He retired in 1947 and settled in the south-west of France.  Perchicot died in Bayonne on 3 May 1950.

DIERDY:  Born in Le Creusot on 24 May 1900.  During World War I, he sang in Chalon and participated in charity events for the wounded.  After the war, he toured France and Belgium then headed for Paris in 1924 where he was billed in various music halls.  He died suddenly on 27 December 1965 in Dijon.

Berthe DELNY:  Born in Angers on 18 June 1875, she debuted in Paris in 1908.  She passed away in Paris on 8 February 1963.

Tino ROSSI:  Born in Ajaccio on 29 April 1907, he first sang in Aix en Provence and was then very successful in Marseilles’ Alcazar in March 1933.  The following year found him in the Casino de Paris in the revue, ‘Parade de France’.  Other revues were to follow.  Tino Rossi appeared in four successful operettas:  ‘Méditerranée’, ‘Naples au Baiser de Feu’, ‘Le Temps des Guitares’and ‘Le Marchand de Soleil’.  His final show was in the Casino de Paris in November 1982.  Between 1934 and 1970, he participated in thirty-one films.  He died in Neuilly on 27 September 1983.

Henry GARAT:  Born in Paris on 3 April 1902, he debuted in the music hall in 1918.  As from 1920 he appeared in revues and operettas:  ‘L’Amour masqué’, ‘Princesse d’Amour’, ‘Un soir de Réveillon’, ‘Florestan 1er, Prince de Monaco’, and ‘Simone est comme ça’.  From 1930 to 1953, he was in forty films, many of which were filmed operettas.  His career came to a close in 1958 in the Francki circus.  He passed away in Hyères on 13 August 1959.

Berthe SYLVA:  Born in Lambezellec on 7 February 1885, Berthe debuted in 1910, but began to be famous after appearing in Marseilles’ Palais de Cristal in 1912 and in the Alcazar in 1913.  The composer and accordion player Léon Raiter wrote her a few songs, highly adding to her success:  Bonhomme Noël, Prière des petits Gueux, Soir de Florence, Tango d’Adieu, On n’a pas tout les Jours vingt Ans and Les Roses blanches.  In the thirties, and thanks to the radio, her name was known by all.  She settled in Marseilles and regularly sang in the Alcazar.  She died on 24 May 1941.

Jean LUMIERE:  Born in Marseilles on 20 August 1895, he held small roles in operettas after World War I.  By 1925, he had his own repertory and sang in Marseilles and other towns in the region, using his true name, Jean Anezin.  Singer Esther Lekain suggested the name ‘Lumière’ and brought him to Paris where he starred in the Européen in 1930.  He also performed on other Parisian stages and in 1942 starred in the revue ‘Paris-Lumière’.  After World War II, he gave singing lessons, but continued to sing in and around Marseilles.  He passed away in Paris on 2 April 1979.

Edouard DULEU:  Born in Wattrelos on 21 April 1909, Duleu was a talented accordionist for over fifty years.  In 1939, he made his debut discs and was broadcast over several radio stations.  In 1954, he was awarded the Grand Prix du Disque.  At the age of ninety, he was still hosting the radio show, ‘Accordéon mon Ami.  He died in Gauré on 27 October 2001.

Fred GOUIN:  Born in Le Mans on 26 April 1889, he debuted at the age of eleven as a street singer, selling sheet music.  Finally spotted by the Odéon label, he became immensely successful and in 1929, sold 300 000 copies of Le Temps des Cerises.  In 1930, 1 700 000 of his discs had been sold.  In 1937, Fred Gouin abandoned singing for health reasons and opened a ‘guinguette’ which was requisitioned during World War II.  Starting from scratch, he became a chip-seller in fairgrounds.  He passed away in Niort on 18 February 1959.

Max REJEAN:  Born in Lille on 31 may 1897, he began singing in 1913 and after the war,, appeared in revues, plays and operettas.  In 1930, he was given a role in the movie, ‘Un Caprice de la Pompadour’ and sang on the Bobino stage in the same year.  He died in Paris on 23 January 1934.

MARCELLY:  Born in the outskirts on Rouen on 19 March 1882, he debuted as a singer in 1900.  In 1908 he signed an exclusive 15-year contract with the Pathé label and constantly recorded until 1928.  After a 5-year contract on the Gaîté-Rochechouart stage, he starred in Marseilles’ Alcazar and in 1913, sang at the Empire.  Marcelly toured France and abroad, where he could be found in Belgium, Romania, North Africa and in Russia.  In 1932, Marcelly quit his career as a singer but until World War II he still occasionally participated in charity events.  He died on 14 February 1966 in Sainte Marguerite sur Mer.

Léo DANIDERFF:  Ferdinand Niquet, known as Léo Daniderff was born in Angers in 1878.  He toured Germany, Austria and England with Eugénie Buffet and Yvette Guilbert and also acted as band leader in a number of venues.  He wrote hundreds of songs, revues and operettas.  His song, Je cherche après Titine was adopted by Charlie Chaplin in his film ‘Modern Times’.  He died on 24 October 1943.

GESKY:  Born in Lyon on 25 April 1885, Paul Gesky debuted in Paris in 1910.  After the war, he appeared in the Folies-Bergère in the revue ‘Quand même’.  Until 1943, he was constantly billed in music halls throughout France.  After 1943, he appeared in a few films.  He passed away in Paris on 26 March 1974.

MALLOIRE:  Born in Chalindrey on 11 January 1889, Malloire was rarely billed in music halls.  However, he was often broadcast over the radio, frequently accompanied by his wife on the piano.  He also recorded for several labels.  He died in Paris on 24 January 1959.

DREAN:  Born in Marseilles on 12 November 1884, he debuted in 1989.  In 1906, he was billed at the Alcazar, then, as from 1913, appeared on various stages in Paris and Marseilles in many revues and operettas: ‘Phi-Phi’, ‘Le filon’, ‘Paris qui danse’, ‘La Revue Nouvelle’, ‘Cache ton Piano’, ‘Compagnie Bonjour!’, ‘Les Saltimbanques’, ‘Dédé’, ‘La Dame qui rit’, ‘La Revue très olympique’, ‘La Revue y en a’, ‘New York-Montmartre’, ‘’Mieux que nue’, ‘La Revue Mistinguett’, ‘Montmartre aux Nues’, ‘Rose-Marie’, ‘Halléluia’, ‘Zou’, ‘La Créole’ ‘Ca c’est Marseille’, ‘Y a d’l’Amour’ ‘En plein Bonheur’, ‘Ce coquin de Soleil’, ‘A ta Santé Paris’, ‘A ta Santé la France’, ‘La Revue joyeuse’, ‘La Lune n’a pas tort’, ‘Aventure en Mer’, ‘Paris-Paname’, ‘Paris revient’, ‘Le Maharadjah’, ‘Monsieur Bourgogne’ and ‘Folies de Paris’.  He died in Corbeil on 8 March 1977.

Jean CYRANO:  Born in Saint Fiacre sur Maine on 5 May 1902, he debuted in 1924 as an excellent singer.  In 1925, he starred at the Européen, a venue where he topped the bill fifteen times from 1925 to 1940.  He also topped the bill many times at the Empire and on the Bobino stage.  He also sang in provincial casinos.  From 1928 until the war, Cyrano was the regular singer for Frédo Gardoni’s orchestra.  From 1933 to 1937, he appeared in eight films.  He died in Bargemon (Var) on 18 July 1967.

Louis and Michel PEGURI:  Son of the accordionist Félix Meguri, Louis Peguri was also an accordionist and debuted in 1919.  He accompanied Mistinguett in the Casino de Paris.  He recorded with his brother Michel for Polydor, Parlophone, Columbia and Perfectaphone, and had another accordionist brother, Charles.  Louis Peguri passed away in 1972.
English adaptation by Laure WRIGHT
© FRÉMEAUX & ASSOCIÉS/GROUPE FRÉMEAUX COLOMBINI SA, 2004


DISCOGRAPHIE / DISCOGRAPHY
CD 1
1. Robert BURNIER
Partir pour la Côte d’Azur
 2’21
(Charles Borel-Clerc ; Saint-Granier Marc-Hély) du film “Côte d’Azur”
avec accompagnement d’orchestre
Pathé X 94159 (N 203350)  11 janvier 1932

2. PRIOR Entre Marseille et Toulon 3’16
(Charles Borel-Clerc ; Vincent Telly)
de la revue “Parade de France”
orchestre sous la direction de Roger Guttinguer
Idéal 12735 (AN 1044)  Ca 04 octobre 1934

3. PERCHICOT Au Château d’If 2’53
(Georges Matis ; Georges Merry)
orchestre sous la direction de G. Fossé
Ultraphone AP 1139 (P 76624) Fin nov. 1933

4. Michel CAREY, de l’Opéra de Monte-Carlo
La Ciotadenne
 2’23
avec accompagnement de piano
Disque Artem-Pyral non commercial Vers 1948

5. DARCELYS A Toulon 2’52
(Vincent Scotto ; René Sarvil)
de l’opérette “Trois de la Marine”
orchestre sous la direction d’Albert Valsien
Odéon 250599 (Ki 6430-2) Janvier 1934

6. Lyne MARLYS Riviera 2’30
(Charles Borel-Clerc ; Vincent Telly)
orchestre sous la direction de Pierre Chagnon
Columbia DF 14 (WL 1979) Janvier 1930

7. ALIBERT Des Sablettes à Tamaris 2’48
(Vincent Scotto ; Raymond Vincy, Marc-Cab, Philippe Loriol)
du film “L’Affaire du Grand Hôtel”
orchestre sous la direction d’André Tildy
et avec Mireille BARD
Pathé PG 160 (CPT 5962-1) 29 juin 1945

8. DIERDY  2’32
Sous le ciel de Juan le Pins
(Paula Chabran ; Charlys)
avec accompagnement d’orchestre
Pathé X 94391 (E 204027) Ca 28 juin 1933

9. Les Frères PEGURI A Juan les Pins 2’47
(Silbermann, Georges Krier ; Leblond,
Henri Lemarchand)
avec chant (René BAUDIN)
et accompagnement d’orchestre
Perfectaphone 3453 (OW 532) Fin sept. 1932

10. Berthe DELNY  2’45
Sur la rive enchantée
(Louis Bénech ; Ernest Dumont)
avec accompagnement d’orchestre
Gramophone K-2120 (BS 1006-1) 12 juin 1923

11. Tino ROSSI De Nice à Monte-Carlo 3’13
(Vincent Scotto ; Jean Rodor, Géo Koger)
orchestre sous la direction de Marcel Cariven
Columbia DF 2564 (CL 6975) 22 février 1939

12. Berthe SYLVA Monte-Carlo 2’41
(Léon Raiter ; Géo Koger)
avec accompagnement d’accordéon
par Léon RAITER et Albert HUARD
Odéon 250260 (Ki 5116) Ca 10 déc. 1931

13. Jean LUMIERE
Une nuit à Monte-Carlo
 2’51
(Werner Richard Heymann ; Jean Boyer)
du film “Le Capitaine Craddock”
orchestre sous la direction d’Albert Valsien
Odéon 250116 (Ki 5128-1) Début déc. 1931

14. DARCELYS
Dans les jardins de la Riviera
 2’52
(Tuerlinx ; J. Romani)
avec accompagnement
par l’orchestre musette GUERINO
Odéon 166789 (Ki 6660-1) Fin avril 1934

15. Lucienne DELYLE
Monte-Carlo
 2’55
(Aimé Barelli ; Henri Contet)
orchestre Aimé Barelli
Pathé PG 404 (CPT 7747) Juin 1950

16. MARCELLY et Léo DANIDERFF
Sur la Riviera
 3’00
(Léo Daniderff ; Marcel Bertal, Emile Ronn)
avec accompagnement d’orchestre
Pathé 4617 (1434) Octobre 1913

17. ALIBERT
Ma Niçoise
 2’51
(Georges Sellers ; Raymond Vincy,
Philippe Loriol)
orchestre Georges Sellers
Pathé PA 1288 (CPT 3462) 13 octobre 1937

18. Henry GARAT Amusez-vous 3’11
(Werner Richard Heymann ; Albert Willemetz)
de l’opérette de Sacha GUITRY “Florestan 1er, Prince de Monaco”
orchestre sous la direction de Victor Alix
Salabert 3398 (SS 1819A) 6 décembre 1933


DISCOGRAPHIE / DISCOGRAPHY
CD 2
1. Edouard DULEU et son ensemble
Le Corso blanc
 3’13
(H. Tellan ; Antonin Louis)
Philips P 70007 H (1437-2-ACP) 14 juin 1951

2. PERCHICOT
Pan, Pan, Pan
 2’39
(chanson du Carnaval de Menton 1929)
(F. Tamburini)
avec accompagnement d’orchestre
Pathé X 3672 (N 201518) Janvier 1929

3. ALIBERT Nice la belle  2’43
(Marche du Carnaval de Nice)
(Vincent Scotto ; René Sarvil)
de l’opérette “Le Roi des Galéjeurs”
avec chœurs et le Jazz Marseillais
direction Georges Sellers
Pathé PA 1490 (CPT 3866-1) 23 mars 1938

4. TOMAS et ses Merry Boys  2’31
Nissa la bella
(Ménica ; Louis Unia)
avec accompagnement d’orchestre
Odéon 250 555 (KI 6291) Novembre 1933

5. DIERDY Nice la jolie 3’15
(Max Stern ; Dierdy)
avec accompagnement d’orchestre
Hebdo Disque H 428 (10577)
 Début des années 30

6. ALIBERT Tralala !!  3’06
(chanson du Carnaval de Nice 1928)
(H. Tarelli ; Théo Martin)
avec accompagnement d’orchestre
Pathé 3581 (201043) Janvier 1928

7. Max REJEAN Ah ! Ah !  3’08
(chanson du Carnaval de Nice 1929)
(H. Tarelli ; C. de Richter)
avec accompagnement d’orchestre
Pathé 3668 (201501) Décembre 1928

8. GESKY  2’37
Carnaval y a bon
(chanson du Carnaval de Nice 1930)
(Mario Delvar ; Théo Martin)
avec accompagnement d’orchestre
Gramophone K-5807 (BF 2703-1) Janv. 1930

9. ALIBERT Pi… ouit  2’53
(chanson du Carnaval de Nice 1931)
(P. Harold ; D. J. Mari)
avec accompagnement d’orchestre
Pathé 3940 (202791) Fin décembre 1930

10. Fred GOUIN Tralala !!  2’19
(chanson du Carnaval de Nice 1928)
(H. Tarelli ; Théo Martin)
avec accompagnement d’orchestre
Odéon SP 1690 (SP 1690-2) Vers déc. 1927

11. ALIBERT Mistigri  2’34
(chanson du Carnaval de Nice 1932)
(Sander Hyans ; D. J. Mari)
avec accompagnement d’orchestre
Pathé X 94153 (N 203323) 20 déc. 1931

12. Jean CYRANO  3’06
E vaga d’aqui, é vaga d’aia
(chanson du Carnaval de Nice 1935)
(A. de Pierlas ; D. J. Mari)
avec l’orchestre Frédo GARDONI
Pathé PA 461 (CPT 1692) 11 déc. 1934

13. ALIBERT Ris !! Ris !!  2’39
(chanson du Carnaval de Nice 1934)
(Jo Trave ; Pierre Porte, D. J Mari)
avec accompagnement d’orchestre
Pathé PA 87 (E 204276) 29 décembre 1933

14. DREAN Fa-la-balla  2’53
(Marche officielle du Carnaval de Nice 1933)
(Mario Delvar ; J. Lemont)
avec accompagnement d’orchestre
Pathé X 94312 (N 203799) 5 janvier 1933

15. Jean CYRANO Faites un sourire  2’34
(chanson du Carnaval de Nice 1936)
(Louis Raspini ; René Lecourt)
avec l’orchestre Frédo GARDONI
Pathé PA 802 (CPT 2424) 17 janvier 1936

16. MALLOIRE Ris !! Ris !!  2’34
(chanson du Carnaval de Nice 1934)
(Jo Trave ; Pierre Porte, D. J Mari)
orchestre sous la direction de Pierre Chagnon
Columbia DF 1402 (CL 4626) Ca 4 janv.1934

17. José RIVÉRA Carnaval à Toulon 2’17
(Fernand Bonifay)
orchestre Bepi Fontana
Welp EP 2212  

18. Musique de la GARDE REPUBLICAINE
Le Corso blanc
 2’53
(H. Tellan)
Idéal 5725 Vers 1910

Nice Côte d’Azur est à l’origine du rêve touristique, de l’exotisme à la française, auquel le répertoire de la chanson rend hommage. Juan-les-Pins, Monte-Carlo, le Carnaval de Nice : la musique festive de la Riviéra...

French song pays tribute to the Côte d’Azur, the epitome of Gallic exoticism. Juan-les-Pins, Monte-Carlo and the Nice Carnival: festive music from the Riviera.

CD NICE COTE D'AZUR 1930-1951 © Frémeaux & Associés 2004 (frémeaux, frémaux, frémau, frémaud, frémault, frémo, frémont, fermeaux, fremeaux, fremaux, fremau, fremaud, fremault, fremo, fremont, CD audio, 78 tours, disques anciens, CD à acheter, écouter des vieux enregistrements, albums, rééditions, anthologies ou intégrales sont disponibles sous forme de CD et par téléchargement.)

Vous pouvez acheter ce produit :
- Chez votre disquaire (distribution Socadisc) ou chez votre libraire (distribution Frémeaux & Associés) ou par téléphone au 01 43 74 90 24.
- Sur lalibrairiesonore.com Acheter ce produit
- Sur librairie-audio.comAcheter ce produit

Fremeaux


Je suis :

Un particulier Un libraire

Un disquaire Une bibliothèque
 meublenatureok.gif

Catalogue Frémeaux
Catalogue Frémeaux
Je souhaite recevoir
le catalogue
Catalogue Frémeaux
Catalogue Frémeaux

Les livres sonores à l'écoute
templatefrmeaux_correc16.jpg
Fremeaux
Grand prix In Honorem
de l'Académie Charles Cros
pour son oeuvre d'éditeur

Fremeaux

TÊTES DE CHIEN - PORTRAITS D’HOMMES
TÊTES DE CHIEN - PORTRAITS D’HOMMES
“ Penser global, chanter local” pourrait être la devise de ce groupe, parisien (comme son...

LUCIENNE DELYLE
LUCIENNE DELYLE
La voix de Lucienne Delyle est de celles qui flattent les sens et dépassent l’intelligence. Revenue...

LES ZAZOUS - SWING OBSESSION 1938-1946
LES ZAZOUS - SWING OBSESSION 1938-1946
Clin d’œil à ces gentils effrontés qui eurent le goût de chanter sous l’Occupation :...

LES PLUS BELLES VALSES MUSETTE
LES PLUS BELLES VALSES MUSETTE
Les plus belles valses musette par leurs plus grands interprètes, Paris 1930-1943 avec Viseur, Peguri, Vacher,...

LES HARICOTS ROUGES
LES HARICOTS ROUGES
Ambassadeurs du jazz New Orleans à la française depuis 1963, et ce dans le monde entier, les Haricots Rouges ont...

LES FRERES JACQUES
LES FRERES JACQUES
Ce coffret de 3CDs exceptionnels présente 12 titres, dont La Belle Arabelle, totalement inédits et deux...

LÉO FERRÉ ET SES INTERPRÈTES 1947-1956
LÉO FERRÉ ET SES INTERPRÈTES 1947-1956
Figure atypique et engagée, Léo Ferré fait partie des plus grands artistes du patrimoine...

LA MARELLE - QUINTETTE A CAPELLA CONTEMPORAIN POUR CHANSONS TRADITIONNELLES
LA MARELLE - QUINTETTE A CAPELLA CONTEMPORAIN POUR CHANSONS TRADITIONNELLES
« Aborder maintenant le chant monodique de tradition populaire, décider de...

LA FETE FORAINE ET LE CIRQUE
LA FETE FORAINE ET LE CIRQUE
La magie de la fête foraine et du cirque n’opère pas sans l’onirisme sonore propre à ces univers....

L' ARGENT
L' ARGENT
Coffret 2 CD avec livret 32 pages et 20 photos.

Les plus grands artistes de music-hall se dépensent pour vous...

JULIETTE GRECO
JULIETTE GRECO
Le travailleur de la plume qui trace sur le papier des signes ternes et noirs finit par oublier que les mots ont une beauté...

JACQUES BREL
JACQUES BREL
Jacques Brel est l’une des plus illustres figures de la chanson française. Ces...

INTÉGRALE NATHALIE JOLY CHANTE YVETTE GUILBERT - YVETTE ! YVETTE ! YVETTE !
INTÉGRALE NATHALIE JOLY CHANTE YVETTE GUILBERT - YVETTE ! YVETTE ! YVETTE !
Cette intégrale regroupe les trois albums : « Je ne sais quoi » (2008), « En...

HENRI SALVADOR - MES INÉDITS : JANVIER-JUIN 1958
HENRI SALVADOR - MES INÉDITS : JANVIER-JUIN 1958
Daniel Filipacchi et Franck Ténot ont créée « Pour ceux qui aiment le...

HENRI SALVADOR - INTEGRALR - VOL 4
HENRI SALVADOR - INTEGRALR - VOL 4
« Il aimait mon côté un peu fou, un peu burlesque… Du reste, ce couple que nous...

HENRI SALVADOR - INTEGRALE - VOL 2
HENRI SALVADOR - INTEGRALE - VOL 2
“Peut-on classer les interprètes en genre? Cela s’est fait, beaucoup (...) De nos jours, les interprètes...

GUY BÉART ET SES INTERPRÈTES 1957-1962
GUY BÉART ET SES INTERPRÈTES 1957-1962
Au panthéon de la chanson française, on le tenait volontiers pour le...

GILBERT BECAUD - ANTHOLOGIE 1953-1959
GILBERT BECAUD - ANTHOLOGIE 1953-1959
Gilbert Bécaud, “Monsieur 100 000 volts”, a contribué à révolutionner...

GEORGIUS
GEORGIUS
Sa fantaisie poétique et scénique lui donne une place privilégiée dans la production populaire. Les...

FRANCE : UNE ANTHOLOGIE DES MUSIQUES TRADITIONNELLES
FRANCE : UNE ANTHOLOGIE DES MUSIQUES TRADITIONNELLES
Grand Prix de l'Académie Charles Cros

Coffret de 10 Cds
Pour la...

DANIELLE DARRIEUX INTÉGRALE 1931-1951
DANIELLE DARRIEUX INTÉGRALE 1931-1951
“Quelle sublime comédienne. Regardez ce tendre mouvement de l’épaule... et ce sourire qui ne sourit pas...

CHARLES TRENET - INTEGRALE VOL.12- 1956-1959
CHARLES TRENET - INTEGRALE VOL.12- 1956-1959
 Charles Trenet, je t’ai vu pour la première fois à l’Olympia le 1er mai 1955...

CHARLES TRENET - INTEGRALE VOL 9 - 1952-1953
CHARLES TRENET - INTEGRALE VOL 9 - 1952-1953
Le premier auteur-compositeur-interprète français que l’on puisse dire vraiment...

CHARLES TRENET - INTEGRALE VOL 10 - 1949-1955
CHARLES TRENET - INTEGRALE VOL 10 - 1949-1955
Trenet est habillé comme les anges bleus quand ils se mettent en civil.
Une veste et un...

CHARLES TRENET - INTEGRALE VOL 1 - 1933-1936
CHARLES TRENET - INTEGRALE VOL 1 - 1933-1936
“Charles Trénet, qui a donné la vie à la poésie par sa voix et sa voix à la vie de sa...

CHARLES AZNAVOUR ET SES PREMIERS INTERPRETES
CHARLES AZNAVOUR ET SES PREMIERS INTERPRETES
Dès le début des années 1950, Charles Aznavour, déjà reconnu en tant...

CHARLES AZNAVOUR - LIVE IN PARIS - 3 AVRIL 1962
CHARLES AZNAVOUR - LIVE IN PARIS - 3 AVRIL 1962
Charles Aznavour va avoir 38 ans. Il donne un récital abouti de 22 chansons qui affirme son...

AUVERGNE ET LIMOUSIN (1913 - 1998)
AUVERGNE ET LIMOUSIN (1913 - 1998)
Auvergne et Limousin

Ce disque regroupe des enregistrements de musiques traditionnelles...

AMOUR BANANES ET ANANAS 1932 - 1950
AMOUR BANANES ET ANANAS 1932 - 1950
Un cocktail de percussions et de gaudrioles, de tapioca et de mirontons, de jeux de mots oulipiens et de vers de mirliton, de...

ALPES,NORD ET EST (1930 - 2006)
ALPES,NORD ET EST (1930 - 2006)
L’aire Franco-Provençale (Val d’Aoste, Suisse Romande, Savoie, Lyonnais…) Franche-Comté, Alsace,...

Logo Radio France  Logo INA
 
Logo RFI
Logo PUF 
 
logo-facebook.gif

Rechercher dans le catalogue Frémeaux
Toutes les catégories :
Advertisement
Titre_Nouveau_Catalogue.gif
Pub Net Cat 2018-2019.jpg
Titre_Galerie.gif
NET - Expo Chica - Galerie F&A.jpg
Titre Noel 2018.jpg
NET Proust.jpg
Titre Soul.gif
NET Soul.jpg
Titre Figure de l'histoire.gif
Pub Net Figures Histoire.jpg
Luc Ferry
Collection Luc Ferry
Inédits
Pub Net Live in Paris 6V Stan Getz.jpg
Feuille Nouveautés

Dictionnaire des Artistes
Dictionnaire des Artistes
Dictionnaire des Artistes
Présentation

• Pourquoi fremeaux.com ?
• Autorisations Cinéma, TV, musées...
• Une culture d'entreprise
• Charte qualité

Mémoires et études
Edité par Fremeaux et Associés
visuinternetdompublic.gif
Le patrimoine
sonore en
danger!
Interview de
Patrick
Frémeaux

Mémoires et études

Titre_DVD.gif

Collection Histoire de France
Collection Histoire de France
Titre_Publicite.gif
Pub Net Cat. LibSonore 200pixels.png
Philosophie | Sciences Humaines | Histoire | Livres sonores | Contes | Enfants de 2 A 5 ans | Enfants de 6 A 11 ans | Son de la nature | Collection the quintessence | Jazz
Intégrale Django Reinhardt | Blues | Country & Rockn Roll | Gospel | Chanson française | Les cinglés du music hall | World Music | Classique | Frémeaux & Ass. Télévisions
Mentions légales - Recommander ce site - Ajouter aux favoris - Nous contacter - © 2006 Frémeaux et Associés
20, rue Robert Giraudineau - 94300 VINCENNES - FRANCE - Tél : +33 1 43 74 90 24 - Fax : +33 1 43 65 24 22
templatefrmeaux_correc69.gif