Fremeaux.com
BUSSY RABUTIN
L’ESPRIT LIBERTIN DU XVIIE SIÈCLE

LETTRES ET MÉMOIRES

LU PAR MARCEL BOZONNET
Sociétaire de la Comédie Française




LE COMTE DE BUSSY-RABUTIN
Roger de Rabutin, comte de Bussy, est un officier général, écrivain et académicien français. Celui qu’on nomme Bussy-Rabutin est aussi un des plus fameux libertins du Grand Siècle. Il est né le vendredi saint 13 avril 1618 au château d’Épiry près d’Autun. On en déduisit un peu rapidement qu’il aurait une vie édifiante, comme sa parente, la future sainte Jeanne de Chantal, qui le voyait devenir «?le saint de sa race?». Après de bonnes études chez les jésuites, il apprit très jeune le métier d’officier auprès de son père à la tête d’un régiment d’infanterie. Il lui succéda à l’armée et, à sa mort, dans sa charge de lieutenant de roi en Nivernais. Il fut également nommé conseiller d’État : le plus bel avenir s’offrait à lui.

Pour autant, son peu d’assiduité au service qui conduisit Richelieu à l’envoyer méditer à La Bastille, ses duels et ses aventures galantes le rangent parmi la jeunesse indisciplinée de la fin du règne de Louis XIII. Son mariage avec Gabrielle de Toulongeon lui permit d’acquérir la charge de capitaine-lieutenant de la compagnie de chevau-légers du prince de Condé et de se distinguer au combat sous les ordres du duc d’Enghien, le futur Grand Condé. Grâce à son oncle, le grand prieur de France qui l’hébergeait au Temple, à Paris, il put mener une vie libre et joyeuse, souvent en compagnie de sa cousine Marie de Rabutin-Chantal qui venait d’épouser Henri de Sévigné. Alors qu’il acquérait de la gloire sur les champs de bataille, il devint «?honnête homme?» et conquit les salons parisiens où il brillait par son esprit caustique. Il commença aussi à se signaler par des débauches avec Condé et les officiers de sa suite.

Après la mort de sa première épouse et l’enlèvement manqué de la riche Mme de Miramion qui lui coûtera finalement fort cher, il se remaria avec Louise de Rouville alors que la Fronde venait d’éclater. D’abord fidèle à Condé et à la Cour lors de la révolte parisienne, il hésita après l’arrestation des princes puis finit par se ranger dans le camp du roi. Bussy alla dans le Nivernais contribuer efficacement au rétablissement de l’autorité royale. La reine régente Anne d’Autriche et le cardinal de Mazarin lui permirent d’acquérir la charge de mestre de camp général de la cavalerie. Il fut également promu lieutenant général des armées du roi quand il partit servir en Catalogne avec le prince de Conti. Le comte de Bussy-Rabutin était devenu un des plus importants officiers généraux du royaume.

Les campagnes qui se succédèrent ensuite en Flandre, avec le maréchal de Turenne, furent moins joyeuses. Pour une aide financière qu’elle lui refusa, il se brouilla avec sa cousine de Sévigné. Sa mésentente avec Turenne le priva d’occasions de se distinguer et, s’il s’en vengea par des chansons qui firent rire à la cour, il s’en fit un ennemi irréductible qui entravera son ascension à la dignité suprême de maréchal de France.

Une débauche à Roissy avec de jeunes écervelés, plus scandaleuse et impie que les autres à l’occasion de la semaine sainte de 1659, le condamna à un premier exil. Sa réputation de libertin était maintenant solidement établie au moment où les dévots gouvernaient la reine mère. Il profita de son séjour sur ses terres de Bourgogne pour écrire son roman satirique l’Histoire amoureuse des Gaules pour distraire sa maîtresse, Mme de Montglas. Il fut autorisé à revenir à la cour mais ne voulut pas comprendre les mises en garde de Mazarin. Son libertinage, son amitié avec Mlle de Montpensier et celle qu’on lui prête avec Fouquet, l’inimitié de Condé et de Turenne, sans oublier Colbert, et l’hostilité des cercles dévots l’empêchèrent d’obtenir les charges ou les grâces auxquelles il aspirait.

Apprécié du roi pour ses talents de plume, notamment pour ses œuvres galantes telles les Maximes d’amour, il fut reçu à l’Académie française en 1665. Mais la diffusion de son Histoire amoureuse des Gaules, dans une version plus ou moins authentique, et la crainte de voir courir des pamphlets sur la famille royale conduisirent Louis XIV à faire un exemple. Bussy-Rabutin fut arrêté, emprisonné à la Bastille puis, en 1666 envoyé en exil sur ses terres où il resta dix-sept ans. Il fut malheureux, de sa disgrâce et de l’infidélité de sa maîtresse. Il s’employa à aménager et à décorer son château de Bussy, à écrire ses Mémoires puis d’autres œuvres moins importantes, à entretenir une volumineuse correspondance avec ses amis, ses amies et sa cousine de Sévigné, dont il révéla le talent. En 1682, il fut autorisé à reparaître à la cour mais le roi, craignant toujours ses médisances, ne sembla pas disposé à lui accorder les faveurs qu’il espérait pour lui et ses enfants. Son temps était définitivement passé. Pourtant, grâce sans doute à son Discours à sa famille remis au roi qui peut avoir été convaincu du réel changement de l’ancien libertin, le monarque le gratifia d’une pension en 1691. Plus que l’argent, c’est le geste royal qui comptait pour Bussy. Il se prit à espérer un rôle, d’abord dans sa province, aux États de Bourgogne. Il mourut quelques mois après, le 9 avril 1693 à Autun.

La destinée du comte de Bussy-Rabutin ne fut pas aussi heureuse et brillante qu’il l’avait espérée. Il le doit avant tout à ses propres défauts, à son comportement libertin et à ses erreurs. Il en fut puni. Mais pour nous cette punition est heureuse. Elle l’a conduit à se dresser un monument à la postérité, fait du décor de son château de Bussy qu’on peut encore admirer, de ses Mémoires et de ses Lettres qui constituent à la fois un témoignage essentiel sur son siècle et une œuvre littéraire, aussi singulière que spirituelle.

CD 1 - LES MÉMOIRES
Roger de Rabutin, comte de Bussy, jugeant sa vie «?considérable?», a décidé de l’écrire. Entreprise lors de son emprisonnement à la Bastille, la rédaction de ses Mémoires s’est poursuivie durant les premières années de l’exil auquel Louis XIV l’avait condamné.

Les Mémoires de Bussy se distinguent par leur originalité parmi les ouvrages contemporains du même genre. Ils sont le récit plaisant, vif, coloré, quelquefois plus sombre d’une existence singulière sur fond d’événements historiques, depuis sa naissance jusqu’à son renvoi sur ses terres de Bourgogne en 1666. À l’insouciante jeunesse succèdent les exploits guerriers et les espoirs de gloire, finalement déçus, puis la disgrâce. Sur le fond d’un récit chronologique, on trouve un assemblage de petits contes, d’anecdotes, de dialogues qu’on dirait tirés d’une comédie, de lettre, de vers, de maximes d’amour, de réflexions morales voire de considérations politiques. Bussy se raconte et se peint, avec esprit. Il donne un précieux témoignage sur son temps. Mais c’est aussi une façon de s’adresser au roi, car il a l’intention de lui faire lire ses Mémoires, pour obtenir réparation des injustices commises à son égard. Ainsi, les Mémoires sont autant une réponse au malheur qu’un exercice mémoriel.

Puisqu’il se croit puni injustement, Bussy s’emploie à rétablir la vérité. Il ne manque évidemment pas de se mettre en valeur pour laisser la meilleure image de lui à la postérité dont il attend «?plus de justice?» que son siècle. Mais il lui faut d’abord être cru. Sa réputation de grand médisant est bien établie auprès de ses contemporains. C’est pourquoi il dira du bien et du mal, quand il le faudra, des autres comme de lui-même, avec sincérité. On peut toutefois constater que cette sincérité n’est pas absolue.

Les Mémoires sont un moment de sa vie et la partie centrale de son œuvre où tout le talent de Bussy s’affirme. Si, comme lui dit Mme de Sévigné : «?il importe peu, à la fin du monde, qu’il y ait eu un comte de Bussy heureux ou malheureux?», les Mémoires permettent de réévaluer l’écrivain dans l’abondante production du XVIIe siècle. Ils le mettent en bonne et juste place, celle d’un «?charmant raconteur?». Ce n’est pas si mal.

1. Entrée dans le monde 4’59
2. Devant Pesmes 3’30
3. Duel 5’19
4. Amourette 3’37
5. La hallebarde de Guise 4’15
6. Un mauvais gîte en Bourbonnais 4’30
7. Chez la comtesse de Busset 3’23
8. Au siège de Mardyck avec le duc d’Enghien 4’52
9. La momie de Lérida 5’19
10. L’enlèvement de madame de Miramion 3’33
11. L’enlèvement de madame de Miramion (fin) 4’29
12. La batailles des Dunes 3’15
13. La batailles des Dunes (fin) 3’43
14. Le jeune roi de guerre 2’01
15. Monsieur de Montglas est trop bon 0’59
16. Arrestation 2’46
17. Exil 3’52


CD 2 - LES lettres
Le comte Roger de Bussy-Rabutin est certainement le plus prolixes des épistoliers célèbres de son temps. Les loisirs forcés de son exil lui ont permis d’écrire et de conserver environ trois mille lettres : les siennes, dont il gardait le double, et celles de ses quelque cent cinquante correspondants.

Mais la Correspondance de Bussy ne vaut pas seulement par la quantité des missives, même si le nombre de ses amis et, pour certains, l’abondance des échanges donnent une place particulière à l’ancien mestre de camp général de la cavalerie dans la société de cour dont sa disgrâce aurait pu l’écarter définitivement.

La qualité des correspondants doit être soulignée. Si on laisse à part le roi, qui ne répond pas directement, on remarque des proches du monarque comme le duc de Saint-Aignan, premier gentilhomme de la chambre, la Grande Mademoiselle, de grands personnages, des gens de lettres, des académiciens, de fidèles amies et, évidemment, sa cousine de Sévigné. Certains échanges sont de pure politesse, d’autres de véritables conversations à distance, régulières et suivies.

On a, grâce à Bussy, un témoignage de première main sur son siècle. Les historiens des mœurs, de la guerre, de la société de cour ou de la littérature peuvent y puiser de précieux documents. Mais la Correspondance est aussi – et peut-être d’abord – une œuvre littéraire à part entière où l’art d’écrire du gentilhomme bourguignon se révèle pleinement, au fil du temps, au fil de la vie. Il apparaît tel que chaque lecteur veut qu’il soit, raisonneur avec les honnêtes gens, professionnel avec les militaires, galant avec les dames, gaulois à l’occasion, spirituel toujours. Il badine avec ses «?belles amies?», «?rabutine?» avec Mme de Sévigné. Il s’exprime en «malheureux», frappé d’un sort injuste qui le cloue en province, victime de ses ennemis et de l’infidélité de sa maîtresse, dont il dit se consoler en «?philosophe?». Mais il est aussi l’observateur avisé qui commente l’actualité politique, militaire ou littéraire en formulant des réflexions personnelles sur le ton de la conversation mondaine, souvent malicieuse.

Dès 1697, quatre ans après sa mort, un premier recueil des Lettres de Bussy-Rabutin sera publié par les soins de ses enfants et de son ami le père jésuite Bouhours. Une dizaine d’autres suivront.

A madame de Sévigné
Le Grand Siècle sans la spirituelle correspondance des deux cousins Rabutin serait plus terne. C’est grâce à Bussy-Rabutin que le talent littéraire de Mme de Sévigné a été révélé, d’abord au roi et à la cour, puis au public dès le début du XVIIIe siècle. Ils inventent un langage qui leur est propre, le rabutinage, fait de fierté partagée d’appartenir à la même famille, de complicité quelquefois gaillarde, d’assauts d’esprit, de piques incessantes ou d’effusions renouvelées…
1. À Valence, ce 12 avril 1648 1’22
2. À Montpellier, ce 16 juin 1654 3’36
3. Au camp devant Landrecies, ce 3 juillet 1655 2’29
4. Du camp d’Angres, ce 7 octobre 1655 1’55
5. Au camp de Blessy, ce 4 août 1657 - À Chaseu, ce 2 août 1679 0’55
6. À Forléans, ce 21 novembre 1666 2’09
7. À Bussy, ce 23 mai 1667 3’03
8. À Bussy, ce 29 juillet 1668 4’12
9. À Chaseu, ce 5 novembre 1687 1’34
10. À Chaseu, ce 2 décembre 1692 1’07

Fidèles et infidèles
• Le toujours galant
11. À la maréchale d’Humières - 12 octobre 1671 1’17
12. À madame de Sévigné - 9 août 1691 2’04
• Les amis
13. À Corbinelli - 10 octobre 1669 3’06
14. Au comte de Limoges - 18 octobre 1677 1’53
15. À l’abbé de Choisy - 27 novembre 1690 1’50
• L’infidèle
16. À mademoiselle d’Armentières - 28 octobre 1667 2’56
17. À madame de Scudéry - 10 septembre 1675 0’59
• Echos d’exil
18. À madame de Fiesque - 25 juin 1667 3’43
19. À madame de Scudéry - 10 décembre 1670 1’50
20. À madame du Bouchet  24 août 1671 2’01
21. À la comtesse de la Roche, à Chaseu, ce 28 septembre 1668  1’37
22. Au père Rapin - 24 août 1672 1’22
23. Au comte de Guiche - 7 août 1668 1’38

Le roi et la cour
La disgrâce exclut le comte de Bussy-Rabutin de la société de cour à laquelle il appartient, même si son peu de fortune l’a toujours empêché d’y briller avec autant d’éclat qu’il l’eût souhaité. Sa correspondance traduit les fluctuations de ses sentiments sur la cour telle que Louis XIV l’organise progressivement, surtout en fonction de l’espoir plus ou moins immédiat d’y retourner ou d’obtenir des récompenses. Sa position de provincial, attentif et informé, rend son témoignage précieux.

Les lettres au roi sont, dans la correspondance de Bussy-Rabutin, d’une importance particulière. Trop rapidement jugées comme de basses flatteries, qu’il faut pour en juger convenablement replacer dans le contexte de l’époque, elles ont évidemment pour but d’inspirer au roi une mesure de clémence à son égard. Mais, destinées à être rendues publiques, rassemblées dans un recueil, elles constituent une œuvre littéraire à part entière que Bussy élabore au fil des événements.
24. Au roi - 4 avril 1674 1’34
25. À madame de Sévigné - 4 juillet 1679 1’07
26. Au duc de Saint-Aignan - 16 juillet 1683 6’29
27. À la comtesse de Toulongeon - 28 avril  1690 5’09
28. À la comtesse de Dalet - 26 septembre 1691 1’16
29. Au père Bouhours - 20 octobre 1691 1’47


CD 3 - oeuvres satiriques, galantes et tardives
L’Histoire amoureuse des Gaules est l’œuvre de Bussy-Rabutin qui a le plus aisément traversé les siècles à cause de son caractère scandaleux. D’autres ouvrages, plus mineurs, méritent d’être présentés pour leur originalité comme les Maximes d’amour où Bussy invente d’une certaine manière un genre galant. Avec ses chansons, souvent gaillardes, Bussy amuse et se venge. La parodique Carte du pays de Braquerie vaut surtout pour les conditions de son élaboration, de concert avec Conti avant que ce prince ne devienne dévot. Parmi les ouvrages tardifs, comme l’Histoire généalogique de la maison de Rabutin, les Discours à sa famille sont inclassables du point de vue de l’histoire littéraire. Quant à l’Oraison à la Vierge, elle constitue un divertissement comme les nombreuses traductions d’œuvres antiques auxquelles Bussy attachait de l’importance.

Histoire amoureuse des Gaules
Le roman satirique intitulé l’Histoire amoureuse des Gaules est l’œuvre la plus connue de Bussy. Elle fut constamment rééditée. Elle est la cause directe de sa disgrâce. On a voulu y voir la peinture réaliste de l’envers du décor de la cour de Louis XIV alors qu’il s’agit de récits, plus ou moins inspirés par Pétrone, de frasques bien connues. Le roman se situe à la fin des années 1650 sous la régence d’Anne d’Autriche.
1. Portrait de madame d’Olonne - Histoire d’Ardélise 2’23
2. Une galanterie de madame d’Olonne avec Janin de Castille 4’41
3. La partie de Roissy 4’29
4. La partie de Roissy (fin) 5’02
5. Portrait de madame de Sévigné 3’57
6. Portrait de madame de Sévigné (suite) 3’51
7. Portrait de madame de Sévigné (fin) 4’46
8. Madame de Montglas 2’16
9. La fête du Temple 3’32

Maximes d’amour
Les «?questions d’amour?» étaient un jeu à la mode au milieu du XVIIe siècle, ce qui témoigne de l’évolution des mœurs vers plus de raffinement. Bussy, qui se veut expert en galanterie, compose ses Maximes d’amour. Elles circuleront en manuscrit puis seront imprimées et constitueront le recueil le plus important de l’époque. Les Maximes d’amour de Bussy sont une sorte de manuel du parfait amant, en gardant à ce terme l’ambiguïté qu’il pouvait avoir à l’époque. La première partie des Maximes s’intitule De l’amour qui espère et peut contenter les plus délicats. Mais à l’encontre des Précieux, Bussy ne se limite pas aux soupirs. Dans la seconde partie, De l’amour qui jouit, il considère le «?solide?», l’accomplissement, et pas seulement l’espérance.

Comme en écho à cette œuvre littéraire, il fera peindre des Maximes avec d’autres scènes galantes, dans un salon du château de Bussy. C’est dire l’importance qu’il leur accorde vérita-blement.
10. Maximes d’amour 2’41

Questions, sentiments et préceptes
11. De l’amour qui espère
 3’25
12. De l’amour qui jouit 3’36

Chansons
Bussy compose des chansons selon une pratique courante à son époque comme en témoigne, par exemple, le fameux Recueil Maurepas. Elles partent souvent de l’actualité et brocardent des personnes connues du cercle d’amis où elles sont composées. Elles sont élaborées sur des principes communs où dominent le mot d’esprit, l’allusion, le double sens. Comme l’écrit Vincenette Maigne : «?Au cœur de la polygraphie de Bussy, la chanson est ce qui représente de la façon la plus essentielle la manière d’être au monde, la mondanité aristocratique de son époque.»
13. Madame de la Baume 2’10
14. Le maréchal de Turenne 1’12
15. Jumeaux 0’51

Discours de Bussy Rabutin à sa famille
À la fin de sa vie, le comte de Bussy-Rabutin rédigea successivement deux Discours, en apparence des œuvres moralisatrices destinées à ses enfants. Le premier, sur le bon usage des adversités, autrement appelé Les Illustres Malheureux, visait moins à se plaindre de son sort que, selon une technique déjà utilisée notamment dans la grande antichambre de son château, à se valoriser en se plaçant au rang de grands hommes de l’histoire – en l’occurrence ceux qu’un destin malheureux avait abattus malgré leurs immenses qualités. En fait l’ouvrage a été conçu pour donner au roi, le véritable destinataire des Discours, la certitude que le comte de Bussy n’était plus le libertin qu’il avait condamné à la Bastille puis à l’exil mais qu’il s’était complètement repenti et que, par conséquent, il pouvait le recevoir à la cour et le gracier. Habilement menée, grâce aux jésuites et à Mme de Maintenon, la manœuvre réussit et le comte fut gratifié d’une pension.

Pour le second Discours, sur le bon usage des prospérités, il s’agit pour l’essentiel d’une vie du roi Louis XIV traitée en homme averti, expert des questions militaires et capable d’aborder d’une manière pertinente les grandes questions du règne, y compris les religieuses. Il s’agit maintenant pour Bussy certes d’obtenir des grâces supplémentaires mais surtout de se donner une nouvelle stature.

Mais ces Discours sont avant tout des œuvres littéraires d’un genre particulier, difficilement classable, qui révèlent un aspect tardif du talent multiforme de Bussy écrivain.
16. Le bon usage des adversités 5’04

Bussy-Rabutin veut bien avouer ses défauts mais pour les relativiser aussitôt. Et sa philosophie ultime de la vie, malgré ses affirmations, semble plus proche des maîtres de l’antiquité que des enseignements de l’Église.
17. Le bon usage des prospérités 3’05
18. Oraison à la Sainte Vierge 0’48 

Les cinq oraisons composées par Bussy à la fin de sa vie dont une à la Vierge à la demande du père Bouhours, en 1692, sont moins des témoignages d’une dévotion nouvelle que des «?amusements?» c’est-à-dire des petites pièces faites pour se divertir.
19. Epitaphe 2’47 

Le comte de Bussy-Rabutin mourut le 9 avril 1693. Sa fille Louise-Françoise fit graver cette épitaphe. L’église d’Autun où il était enterré a été détruite lors de la Révolution mais le musée Rolin conserve un fragment de la dalle funé-raire.
Daniel Henri-Vincent
© 2013 Frémeaux & Associés

Comédien et metteur en scène, professeur de théâtre, Marcel Bozonnet entre dans la troupe de la Comédie-Française en 1982 et devient sociétaire en 1986. Il dirige ensuite le Conservatoire National Supérieur d’Art Dramatique de Paris de 1993 à 2001 puis la Comédie-Française de 2001 à 2006. Il ouvre la salle Richelieu à des auteurs contemporains et fait entrer au répertoire, notamment, Marie NDiaye et Valère Novarina, et invite des metteurs en scène internationaux comme Bob Wilson, Piotr Fomenko, Anatoli Vassiliev.

Ses dernières mises en scène sont La Princesse de Clèves de Madame de La Fayette, Antigone de Sophocle, Tartuffe de Molière, Corps, mon gentil corps de Yann Fabre, Orgie de Pier Paolo Pasolini, Jackie d’Elfriede Jelinek.

En 2006, il fonde la compagnie Les Comédiens-Voyageurs en résidence à la Maison de la Culture d’Amiens et met en scène Rentrons dans la rue ! à partir de textes de Victor Hugo et Antonin Artaud autour du thème de la révolte des peuples ainsi que Baïbars, le mamelouk qui devint sultan, à partir du Roman de Baïbars, un conte de la littérature arabo-musulmane.

Après Chocolat, clown nègre d’après un texte de l’historien de l’immigration Gérard Noiriel créé en février 2012, il prépare Le couloir des exilés de Michel Agier et Catherine Portervin pour mars 2013, et Comment devenir pauvres, riches ou les deux à la fois ? de Grégoire Biseau pour la saison 2013-2014.

Il a été nommé président de la Société d’Histoire du Théâtre.

Bibliographie choisie
Œuvres de Bussy-Rabutin
• Mémoires, édition de Daniel-Henri VINCENT, Le Temps retrouvé, Mercure de France, 2010.
• Lettres in Correspondance de Mme de Sévigné, édition de Roger DUCHÊNE, Bibliothèque de la Pléiade, Gallimard, 1973-1978.
• Correspondance avec le père Rapin, édition de C. ROUBEN, Nizet, 1983.
• Correspondance avec le père Bouhours, édition de C. ROUBEN, Nizet, 1986.
• Histoire amoureuse des Gaules, édition de Jacques PRÉVOT, in Libertins du XVIIe siècle, t. II, Bibliothèque de la Pléiade, Gallimard, 2004.
• Histoire amoureuse des Gaules, édition de Jacqueline et Roger DUCHÊNE, Folio, Gallimard, 1993.
• Discours à sa famille – Les illustres malheureux, édition de Daniel-Henri VINCENT – Le bon usage des prospérités, édition de Christophe BLANQUIE, L’Armançon, 2000.
• Chansons, édition de Vincenette MAIGNE – Œuvres choisies, édition de Daniel-Henri VIN-CENT in Dits et Inédits, L’Armançon, 1993.
• Maximes d’amour in Les moralistes du XVIIe siècle, édition de Jean LAFOND, Bouquins, Robert Laffont, 1992.

Ouvrages sur Bussy-Rabutin
• VINCENT (Daniel-Henri), Bussy-Rabutin, le liber-tin puni, Perrin, 2011.
• DUCHÊNE (Jacqueline), Bussy-Rabutin, Fayard, 1992.

Bussy et son château
Le comte de Bussy-Rabutin, grand seigneur bourguignon, lieutenant général des armées du roi, brillait à la cour par son esprit – souvent un peu trop. Son libertinage incorrigible le conduisit à la Bastille et il dû subir dix-sept ans d’exil1. Il s’estimait injustement puni et décida de bâtir pour la postérité un monument qui vanterait ses qualités et lui rendrait justice. On le retrouve tout entier, à la fois sincère et vaniteux, avec beaucoup de ses contemporains dont sa cousine de Sévigné, dans son œuvre écrite – principalement ses Mémoires2 que la voix de Marcel Bozonnet fait revivre – et dans son château. Niché dans un pittoresque petit vallon de Bourgogne, ouvert toute l’année, le château de Bussy, au magnifique décor, est l’occasion d’un passionnant voyage au Grand Siècle, en compagnie d’un libertin de qualité…3


1. Pour en savoir plus : Daniel-Henri Vincent, Le Libertin puni, Perrin, 2011.

2. Mémoires du comte de Bussy-Rabutin, Le Temps retrouvé, Mercure de France, 2010.

3. Château de Bussy-Rabutin, 5 chemin vicinal, 21150 Bussy-le-Grand. Tél. 03 80 96 00 03 (bussy-rabutin.monuments.nationaux.fr)



Celui qu’on nomme Bussy-Rabutin est l’un des plus fameux libertins du Grand Siècle. Apprécié du roi pour ses qualités militaires et ses talents de plume, il fut reçu à l’Académie française en 1665.

Pour autant, son comportement avait déjà conduit Richelieu à l’envoyer méditer à La Bastille. Ses duels et ses aventures galantes le rangent parmi la jeunesse indisciplinée de la fin du règne de Louis XIII et de la Régence.

En 1666, il fut envoyé en exil sur ses terres où il resta dix-sept ans. Il s’employa à écrire ses Mémoires, à entretenir une volumineuse correspondance avec ses amis et sa cousine la marquise de Sévigné.

Le Grand Siècle sans les lettres spirituelles de Rabutin serait plus terne.
Daniel Henri-Vincent


Daniel Henri-Vincent fondateur de la Société des Amis de Bussy Rabutin a sélectionné les lettres et extraits d’œuvres où l’art d’écrire du gentilhomme bourguignon se révèle pleinement.

Marcel Bozonnet, sociétaire et administrateur de la Comédie Française, lui prète sa voix et fait revivre tout l’esprit libertin du siècle de Louis XIV. 
Claude Colombini Frémeaux

Ecouter BUSSY RABUTIN MEMOIRES LU PAR MARCEL BOZONNET (livre audio)  © Frémeaux & Associés 2013 Frémeaux & Associés est l'éditeur mondial de référence du patrimoine sonore musical, parlé, et biologique. Récompensés par plus de 800 distinctions dont le trés prestigieux "Grand Prix in honorem de l'Académie Charles Cros", les catalogues de Frémeaux & Associés ont pour objet de conserver et de mettre à la disposition du public une base muséographique universelle des enregistrements provenant de l'histoire phonographique et radiophonique. Ce fonds qui se refuse à tout déréférencement constitue notre mémoire collective. Le texte lu, l'archive ou le document sonore radiophonique, le disque littéraire ou livre audio, l'histoire racontée, le discours de l'homme politique ou le cours du philosophe, la lecture d'un texte par un comédien (livres audio) sont des disques parlés appartenant au concept de la librairie sonore. (frémeaux, frémaux, frémau, frémaud, frémault, frémo, frémont, fermeaux, fremeaux, fremaux, fremau, fremaud, fremault, fremo, fremont, CD audio, 78 tours, disques anciens, CD à acheter, écouter des vieux enregistrements, cours sur CD, entretiens à écouter, discours d'hommes politiques, livres audio, textes lus, disques parlés, théâtre sonore, création radiophonique, lectures historiques, audilivre, audiobook, audio book, livre parlant, livre-parlant, livre parlé, livre sonore, livre lu, livre-à-écouter, audio livre, audio-livre, lecture à voix haute, entretiens à haute voix, parole enregistrée, etc...). Les livres audio sont disponibles sous forme de CD chez les libraires  et les disquaires, ainsi qu’en VPC. Enfin certains enregistrements de diction peuvent être écoutés par téléchargement auprès de sites de téléchargement légal.

Vous pouvez acheter ce produit :
- Chez votre disquaire (distribution Socadisc) ou chez votre libraire (distribution Frémeaux & Associés) ou par téléphone au 01 43 74 90 24.
- Sur lalibrairiesonore.com Acheter ce produit
- Sur librairie-audio.comAcheter ce produit

Fremeaux


Je suis :

Un particulier Un libraire

Un disquaire Une bibliothèque
 meublenatureok.gif

Catalogue Frémeaux
Catalogue Frémeaux
Je souhaite recevoir
le catalogue
Catalogue Frémeaux
Catalogue Frémeaux

Les livres sonores à l'écoute
templatefrmeaux_correc16.jpg
Fremeaux
Grand prix In Honorem
de l'Académie Charles Cros
pour son oeuvre d'éditeur

Fremeaux

VERONICA ROTH - DIVERGENTE 2 - INTEGRALE MP3
VERONICA ROTH - DIVERGENTE 2 - INTEGRALE MP3
Le monde de Tris a volé en éclats. La guerre a dressé entre elle les factions qui...

UN HOMME LIBRE - PHILIPPE BOUVARD
UN HOMME LIBRE - PHILIPPE BOUVARD
Texte Intégral lu par Philippe Bouvard sur un coffret 6 CD (Direction : Claude Colombini - suivi lecture : Olivier Cohen)...

TARTARIN SUR LES ALPES - ALPHONSE DAUDET
TARTARIN SUR LES ALPES - ALPHONSE DAUDET
Dans Tartarin de Tarascon, Alphonse Daudet nous contait les aventures d’un fier-à-bras...

POLITIQUE & PHILOSOPHIE DE L’EDUCATION - LUC FERRY
POLITIQUE & PHILOSOPHIE DE L’EDUCATION - LUC FERRY
À la croisée des chemins entre philosophie et réalisme politique, Luc Ferry nous ouvre...

PETITS POEMES EN PROSE (LE SPLEEN DE PARIS) - BAUDELAIRE
PETITS POEMES EN PROSE (LE SPLEEN DE PARIS) - BAUDELAIRE
Baudelaire écrit : 'Je suis assez content de mon Spleen. En somme, c’est encore les Fleurs du...

PENSEES A MOI-MEME - MARC AURELE
PENSEES A MOI-MEME - MARC AURELE
« Marc Aurèle, Empereur des Romains de 160 à 180 après J.C., nous a transmis un...

NOUVELLES DE GUY DE MAUPASSANT SUR LES FEMMES
NOUVELLES DE GUY DE MAUPASSANT SUR LES FEMMES
« Ces quelques nouvelles témoignent de la précision avec laquelle Maupassant...

LES LETTRES DE MON MOULIN VOL 1 - ALPHONSE DAUDET
LES LETTRES DE MON MOULIN VOL 1 - ALPHONSE DAUDET
L' enregistrement historique !

Grand Prix de l'Académie du Disque en 1968.

Contient 4 nouvelles : La...

LES HOMMES DE BONNE VOLONTE 1932-1946 - JULES ROMAINS
LES HOMMES DE BONNE VOLONTE 1932-1946 - JULES ROMAINS
Les Hommes de bonne volonté, parus de 1932 à 1946, constituent l’œuvre majeure de Jules Romains. Cette...

LES ESSAIS - MONTAIGNE - Vol 1 ( Livre I)
LES ESSAIS - MONTAIGNE - Vol 1 ( Livre I)
“C’est ici un livre de bonne foi, lecteur. Il t’avertit dès l’entrée...

LE TEMPS - ÉTIENNE KLEIN
LE TEMPS - ÉTIENNE KLEIN
De la controverse entre Newton et Leibnitz à celle entre Bergson et Einstein, nombreux sont les grands...

LE RAVISSEMENT DE LOL V. STEIN - MARGUERITE DURAS
LE RAVISSEMENT DE LOL V. STEIN - MARGUERITE DURAS
Texte intégral sur 4 CD lu par Fanny Ardant (suivi lecture : Olivier Cohen) accompagné d'un livret 16 pages de...

LE DERNIER JOUR D’UN CONDAMNÉ - VICTOR HUGO
LE DERNIER JOUR D’UN CONDAMNÉ - VICTOR HUGO
« Condamné à mort ! Voilà cinq semaines que j’habite avec cette...

LE CONTRAT SOCIAL - JEAN-JACQUES ROUSSEAU
LE CONTRAT SOCIAL - JEAN-JACQUES ROUSSEAU
Le Contrat social de Rousseau, publié en avril 1762, étonne par l’évidence des...

LA POLITIQUE EST-ELLE ESCLAVE DE LA FINANCE ?
LA POLITIQUE EST-ELLE ESCLAVE DE LA FINANCE ?
Economiste néo-keynésien, Jean-Paul Fitoussi fustige la résignation devant les oukases...

LA GLOIRE DE MON PERE - MARCEL PAGNOL
LA GLOIRE DE MON PERE - MARCEL PAGNOL
Enregistrement intégral inédit en 4 CD !

"Dans les années 1960, Marcel...

LA FRANCE DU XIXE SIÈCLE DE 1814 À 1914 - UN COURS PARTICULIER DE EMMANUEL FUREIX
LA FRANCE DU XIXE SIÈCLE DE 1814 À 1914 - UN COURS PARTICULIER DE EMMANUEL FUREIX
Pour la première fois, l’éditeur des savoirs, les Presses Universitaires de France, et la...

LA CHINE DANS LES ROMANS DE PHILIPPE SOLLERS
LA CHINE DANS LES ROMANS DE PHILIPPE SOLLERS
Philippe Sollers déroule ici la voix de ses romans, en résonance accomplie avec la...

JEAN-TOUSSAINT DESANTI
JEAN-TOUSSAINT DESANTI
Ce coffret présente pour la première fois des entretiens de Jean-Toussaint Desanti (1914-2002),...

JEAN COCTEAU (NOMBREUX INEDITS)
JEAN COCTEAU (NOMBREUX INEDITS)
Coffret 4 cd accompagné d'un livret 48 pages regroupant les enregistrements parlés et musicaux de...

HISTOIRE DE ROME (COLLECTION PUF FREMEAUX)
HISTOIRE DE ROME (COLLECTION PUF FREMEAUX)
Les Presses Universitaires de France et Frémeaux & Associés...

HISTOIRE DE LA LITTÉRATURE FRANÇAISE VOL 1 (COLLECTION PUF-FRÉMEAUX)
HISTOIRE DE LA LITTÉRATURE FRANÇAISE VOL 1 (COLLECTION PUF-FRÉMEAUX)
Les Presses Universitaires de France et Frémeaux & Associés proposent des cours...

DO IT YOUR SECTE - ALBERT ALGOUD
DO IT YOUR SECTE - ALBERT ALGOUD
Texte intégral de " Comment gagner sa vie sur celle des autres" de Christophe Bertin et...

CONTRE-HISTOIRE DE LA PHILOSOPHIE VOL. 6 - MICHEL ONFRAY
CONTRE-HISTOIRE DE LA PHILOSOPHIE VOL. 6 - MICHEL ONFRAY

13 cours enregistrés par Michel Onfray.
De Gassendi à Spinoza.

CONTRE-HISTOIRE DE LA PHILOSOPHIE VOL. 14 - MICHEL ONFRAY
CONTRE-HISTOIRE DE LA PHILOSOPHIE VOL. 14 - MICHEL ONFRAY
Volume 14 "Nietzsche"

Ne sais-tu pas que dans chacune de tes actions, l‘histoire...

CONTRE-HISTOIRE DE LA PHILOSOPHIE VOL. 11 - - MICHEL ONFRAY
CONTRE-HISTOIRE DE LA PHILOSOPHIE VOL. 11 - - MICHEL ONFRAY
De Feuerbach et Darwin à Thoreau et Schopenhauer

Le grand tournant de...

CONTRE-HISTOIRE DE LA PHILOSOPHIE VOL. 1 - MICHEL ONFRAY
CONTRE-HISTOIRE DE LA PHILOSOPHIE VOL. 1 - MICHEL ONFRAY
"J’ai enseigné vingt ans dans l’éducation nationale en Lycée Technique...

COMMENT ON SE MARIE - COMMENT ON MEURT - EMILE ZOLA
COMMENT ON SE MARIE - COMMENT ON MEURT - EMILE ZOLA
Coffret 2 CD & livret 24 pages.

Comment on se marie et Comment on meurt traitent des deux...

CAROLINE LOEB LIT FRANÇOISE SAGAN - JE NE RENIE RIEN
CAROLINE LOEB LIT FRANÇOISE SAGAN - JE NE RENIE RIEN
Femme de lettre devenue icône sulfureuse et libertaire, Françoise Sagan passionne. Je ne renie...

ALAIN (EMILE CHARTIER)
ALAIN  (EMILE CHARTIER)
Alain, de son vrai nom Émile Chartier : philosophe, professeur, écrivain, militant infatigable de la...

Logo Radio France  Logo INA
 
Logo RFI
Logo PUF 
 
logo-facebook.gif

Rechercher dans le catalogue Frémeaux
Toutes les catégories :
Advertisement
Titre_Nouveau_Catalogue.gif
Pub Net Cat 2018-2019.jpg
Titre_Galerie.gif
NET - Expo Chica - Galerie F&A.jpg
Titre Noel 2018.jpg
NET Proust.jpg
Titre Soul.gif
NET Soul.jpg
Titre Figure de l'histoire.gif
Pub Net Figures Histoire.jpg
Luc Ferry
Collection Luc Ferry
Inédits
Pub Net Live in Paris 6V Stan Getz.jpg
Feuille Nouveautés

Dictionnaire des Artistes
Dictionnaire des Artistes
Dictionnaire des Artistes
Présentation

• Pourquoi fremeaux.com ?
• Autorisations Cinéma, TV, musées...
• Une culture d'entreprise
• Charte qualité

Mémoires et études
Edité par Fremeaux et Associés
visuinternetdompublic.gif
Le patrimoine
sonore en
danger!
Interview de
Patrick
Frémeaux

Mémoires et études

Titre_DVD.gif

Collection Histoire de France
Collection Histoire de France
Titre_Publicite.gif
Pub Net Cat. LibSonore 200pixels.png
Philosophie | Sciences Humaines | Histoire | Livres sonores | Contes | Enfants de 2 A 5 ans | Enfants de 6 A 11 ans | Son de la nature | Collection the quintessence | Jazz
Intégrale Django Reinhardt | Blues | Country & Rockn Roll | Gospel | Chanson française | Les cinglés du music hall | World Music | Classique | Frémeaux & Ass. Télévisions
Mentions légales - Recommander ce site - Ajouter aux favoris - Nous contacter - © 2006 Frémeaux et Associés
20, rue Robert Giraudineau - 94300 VINCENNES - FRANCE - Tél : +33 1 43 74 90 24 - Fax : +33 1 43 65 24 22
templatefrmeaux_correc69.gif