Fremeaux.com


Gefilte Swing

 - Klez N’ZAZOU 




Musique virevoltante, tant mélancolique que festive, née dans la communauté ashkénaze d’Europe de l’Est, le klezmer retrouve ici la moiteur des swing-clubs du Harlem de la Grande Dépression. Emmenés par Alexandre Litwak, les Gefilte Swing proposent un jazz festif aux confins des musiques du monde, avec des incursions pop. Ils empruntent aux Zazous leur désinvolture nonchalante, le désir de vivre, quoi qu’il en coûte, de swing et d’eau fraîche. En découle une musique hédoniste, généreuse et revigorante. Comme l’avait fait Carte de Séjour dans les années 1980, ils offrent leur version de « Douce France », écrite par Charles Trenet pendant la guerre, reprise ici en yiddish.   
Augustin Bondoux / Patrick Frémeaux

The whirling twisting music form known as Klezmer, which originated among the Ashkenazi Jews of Eastern Europe, can have a sad or festive climate. Here it has all the sweat of a swing club in Harlem during the Depression, as the Gefilte Swing band, led by Alexandre Litwak, plays its own festive brand of jazz that borders on world music, with occasional forays into the world of pop. They nonchalantly borrow from the zoot-suit subculture with a shameless desire to live for swing and the result is hedonistic, generous and invigorating. And like the Carte De Séjour group in the 80’s, they also have their own version of Douce France, which Charles Trenet wrote during the war, only this time it’s sung in Yiddish…   
Augustin Bondoux / Patrick Frémeaux

 1. Le Poste parisien vous annonce… 0’43
 2. Frankraykh Mayn [Douce France] (Charles Trenet - Léo Chauliac – 1943 © Editions Salabert - adaptation en Yiddish par Yitskhok Niborski) 3’05
 3. Benny’s Freilach [Nifty’s Freilach] (Naftule Brandwein) 4’19
 4. Freilach à la Litwak [Shtiller Bulgar - and the Angels Sing]  (Traditionnel – Ziggy Elman & Johnny Mercer) 3’12
 5. Du Shaynts Vi Di Zin (Ilia Triling & Lilian Isador – 1943) 3’27
 6. Lebedik un Freilach (Louis Gilrod & Perez Sandler - 1926) 3’31
 7. Mitsve Tentsl & Bughici Freylakhs (traditionnel) 4’24
 8. Yid Meets Goy [Freilach Yidalach] (traditionnel) 4’48
 9. Mashav (John Zorn) 4’55
10. Mayn Swingin’ Tate [A Yiddish Mame] (Lew Pollack -1925) 2’47
11. Yid Un Goy Fantasy [Oriental Hora & Freilach] (traditionnel) 4’14
12. Tchiribim, Tchiribom (Traditionnel) 6’18
13. Al Capone (Jacques Grober) 3’29


L’aventure continue !
Six ans se sont écoulés depuis notre dernier cd. De nombreux musiciens sont passés par notre orchestre, la grande majorité d’entre eux en sont repartis, mais tous ont apporté un petit quelque chose dont nous avons pu bénéficier.
2012-2018, il était temps de faire un nouveau cd. Le son, le style avaient évolué, les nouveaux venus ayant aussi apporté une nouvelle rigueur, fraicheur, écoute et des idées.

Gefilte Swing & Cie
Les deux cd précédents ne comportaient que les membres de l’orchestre. Pour celui-ci, j’ai voulu, pour une fois, y convier des musiciens dont j’apprécie autant la compagnie que le talent, qu’ils soient influencés par le swing, le rock n’roll, le klezmer ou la musique classique.
C’est pourquoi ces enregistrements mêlent d’anciens membres du groupe et des musiciens avec lesquels je travaille pour la première fois.
L’idée est de présenter des morceaux dans des sonorités et formules différentes, du trio au bigband en passant par l’orchestre régulier.

Hommage sans dommage
Mais ce cd est aussi un hommage à mon père, décédé en juin 2017. Lui, qui bien que totalement éloigné de tout travail de musicien, n’a cessé de m’aider, de me soutenir et de m’encourager dans l’ensemble de mes démarches musicales. S’enthousiasmant à chaque fois que je lui annonçais un concert, un événement privé ou un festival auquel le Gefilte Swing participait. Tout comme il était fier que cet orchestre que j’ai fondé en 1999 fût toujours actif. Cette volonté qui est mienne, de continuer à porter cet ensemble, malgré les aléas inévitables de la vie.

Quant au choix des morceaux, je cherchais de sonorités proches de celles que mon père avait entendues, aimées, des ambiances qu’il m’avait transmises avec éclat et qu’il fallait restituer, sans craindre d’y ajouter d’autres sons.

Enfin, je dois dire que ces sessions d’enregistrements ont été sujet à de belles rencontres, entre personnes qui se connaissaient ou pas, ou qui ne s’étaient pas vues depuis forts longtemps

Alexandre Litwak, Paris, Juin 2018.

PS : L’orthographe translitérée des titres des morceaux est celle qu’utilisent les Litvak… Cela allait de soit !


Frankraykh Mayn
[Douce France] (Charles Trenet - Léo Chauliac – 1943 adaptation en Yiddish par Yitskhok Niborski) : Arrangements : Alexandre Litwak.
Muriel Missirlou : Chant – Michel Bonnet & Shona Taylor : Trompette – Jean-Pierre Dumontier : Trombone – Franck Séguy, Laure Berthaume & Alexandre Litwak : Clarinette – « Jopo » : Piano - Raphaël Ducasse : Contrebasse – Clément Moraux : Batterie.
En 1942, Renée Lebas, née en France mais d’origine juive roumaine, se réfugie en Suisse où elle enregistre « De l’autre coté de la rue ». C’est elle qui en 1945 créé « La Mer » de Charles Trenet Mais durant son séjour en Suisse, elle a peut-être enregistré « Douce France » dans la langue que devait pratiquer ses parents.
L’improvisation collective qui figure dans cet enregistrement est conduite par Michel Bonnet à la trompette, contre-chantée par Franck Séguy à la clarinette et soutenue par Jean-Pierre Dumontier au trombone. Quand au couplet d’introduction, c’est un agréable moment de complicité entre « Jopo » au piano et Alexandre Litwak.

Benny’s Freilach
[Nifty’s Freilach] (Naftule Brandwein). Arrangements : Alexandre Litwak
Laurent Vassort : Trompette – Alexandre Litwak : Clarinette & arrangement – Wilfried Touati : Accordéon – Pascal Fabry : Tuba – Clément Moraux : Batterie.
« Nifty » était le surnom du clarinettiste amé­ricain, né en Galicie autrichienne, Naftule Brandwein (1889-1963). Il fut l’un des principaux clarinettistes klezmer qui influença nombre de klezmorim de la nouvelle généra-
tion, tant par ses compositions que par son jeu. Il enregistra ce morceau, très peu joué de nos jours, en 1941.
Imaginons le jeune Benjamin Goodman, futur Benny Goodman, remplaçant, avec ses potes, pour un mariage le clarinettiste klezmer Naftule Brandwein... Aussi, la composition de Naftule Brandwein, « Nifty’s Freilach » aurait pu s’appeler « Benny’s Freilach » pour l’occasion.

Freilach à la Litwak
[Shtiller Bulgar - And The Angels Sing] (Traditionnel – Ziggy Elman & Johnny Mercer). Arrangements : Alexandre Litwak
Les « Gefilte Swingsisters » : Muriel Missirlou, Mélanie Gardyn, Judith Marx (Chant) - Alexandre Litwak, Laure Berthaume & Franck Séguy : Clarinette - Jean-Pierre Dumontier : Piano - Raphaël Ducasse : Contrebasse - David Eleouet : Batterie.
A la base, ce morceau qui s’intitule Der Shtiller Bulgar est un morceau klezmer traditionnel, dont le premier enregistrement a été enregistré à New York en 1918 par Abe Schwartz et son orchestre. En 1938, le trom­pettiste « Ziggy » Elman (né Harry Finkelman) se sert de la trame musicale des deux pre­miers thèmes pour en faire un standard swing, tout en conservant un coté « klezmer » : le morceau s’appelle alors Frailich in swing. Plus tard le parolier Johnny Mercer compose des paroles et le titre devient And The Angels Sing. Le premier enregistrement eut lieu la même année avec l’orchestre de Benny Goodman, chanté par Martha Tilton et mettant en vedette Ziggy Elman.

{mospagebreak}{mospagebreak}Du Shaynts Vi Di Zin
(Ilia Triling & Lilian Isador – 1943): Arrangement : Gefilte Swing
Muriel Missirlou: Chant - David Konopnicki : Guitare électrique - Laurent Vassort : Trompette & chœur – Alexandre Litwak : Saxophone alto & chœur – Wilfried Touati : Accordéon – Pascal Fabry : Tuba – Clément Moraux : Batterie.
Composé en 1941 pour la comédie musicale yiddish américaine Leb un lakh (Vivre et rire)
Qui de nous a eu l’idée d’en faire une version « reggae » ? Sûrement pas moi ! Là aussi, chacun a trouvé sa place : Muriel nous a insufflé les chœurs, Pascal Fabry a trouvé sa propre voix de tuba et la présence de David Konopnicki nous a permis de rajouter une touche de guitare électrique. Et qui affirme que yiddish et reggae ne peuvent pas se marier ? Vous constaterez par vous-même !

Lebedik un Freilach
(Louis Gilrod & Perez Sandler - 1926). Arrangement : Alexandre Litwak
David Konopnicki : Guitare électrique - Laurent Vassort : Trompette – Alexandre Litwak : Saxophone alto – Wilfried Touati : Accordéon – Pascal Fabry : Tuba – Clément Moraux : Batterie.
Composée en 1926 sur la base d’une mélodie populaire pour une comédie musicale yiddish où figurait le célèbre ténor et acteur Aaron Lebedeff qui l’enregistra la même année. Une version plus dynamique et tota­lement instru­mentale fut enregistrée par l’orchestre d’Abe Schwartz en 1928.
« Vif et heureux »... Voilà ce que veut dire le titre de ce morceau... N’était-ce pas là l’occasion d’inviter David Konopnicki, guitariste élec­trique et éclectique ? Fondateur du groupe « AutorYno » qui fusionne les musiques klezmer et le rock n’roll.

Mitsve Tentsl & Bughici Freylakhs
(Trad.) Arrangement Alexandre Litwak / Gefilte Swing
Laurent Vassort : Trompette – Alexandre Litwak : Saxophone alto – Wilfried Touati : Accordéon – Pascal Fabry : Tuba – Clément Moraux : Batterie.
Suite musicale en deux parties, l’une en tempo modéré, l’autre en rapide.
Cette suite a été enregistrée et mise en valeur par le groupe Budowitz, arrangée par le cymbaliste et accordéoniste Joshua Horowitz, dans leur cd « Wedding without a bride ».
La première partie provient d’un livre publié à New York en 1916 par Kostakowsky : « Inter­national Hebrew Wedding Music ». Ouvrage contenant les musiques juives jouées à ce moment là dans les mariages.
Quant à la deuxième partie de cette suite, le premier thème vient du répertoire d’un des derniers grands violonistes klezmer roumain, Avram Bughici qui enregistra dans les années 70. Les deux derniers thèmes de cette partie ont été empruntés à un enregistrement de l’orchestre d’Harry Kandel qui se nomme Dus Zekele Geld [Le sac d’or]
Nous avons utilisé leur version comme base musicale, mais avons changé certaines suites harmoniques, composé une introduction et un interlude qui permettaient d’amener la deuxième partie. Chacun a su trouver sa place en fonction de ce qui devait se passer : les exposés des thèmes étaient répartis entre nous, ainsi que les moments d’improvisations.
Je voulais retrouver l’esprit des jazzmen du mouvement « West Coast », où la trompette ne joue pas automatiquement la première voix, où la sonorité du saxophone alto pouvait être feutrée et où les unissons étaient fréquents, tout en gardant un coté « traditionnel » au sein de la rythmique. Mais après tout, Hervé Roten, ethnomusicologue français, spécialiste des musi­ques juives, n’a-t-il pas dit que « la musi­que klezmer est une musique de mariage ? ».

Yid Meets Goy
[Freilach Yidalach] (traditionnel). Arrangement : Alexandre Litwak
Alexandre Litwak : Clarinette – Wilfried Touati : Accordéon – Clément Moraux : Batterie.
Dans les années 30 Benny Goodman avait monté un trio composé de lui-même et d’un pianiste noir, Teddy Wilson et d’un batteur, Gene Krupa. De même, Dave Tarras, clarinettiste klezmer jouait lui aussi régulièrement en trio : clarinette, accordéon et batterie.
L’une des compositions de Benny Goodman est Boy Meets Goy. Je me suis amusé à prendre un « standard » de la musique klezmer, Freilach yidalach, popularisé par Dave Tarras et à le jouer en trio « à la Tarras » mais avec les « petits plus » que le trio de Benny Goodman apportait (Introduction, passages arrangés, riff, soli…).

Mashav
(John Zorn) Arrangement : Alexandre Litwak
Michel Bonnet : Cornet - Alexandre Litwak : Clarinette – Jean-Pierre Dumontier : Piano – David Eléouet : Batterie.
Sorti en 1996, sous le label Tsadik, créé par le saxophoniste et compositeur John Zorn, l’album Bar Kokhba comprenait une version de Mahshav joué par le clarinettiste David Krakauer en compagnie du pianiste Anthony Coleman.
Grâce à l’écoute attentive de Lise Gutmann et d’Henri Belasiak, tous deux membres actifs du Centre Medem, où la culture yiddish y est transmise sous toutes ses formes, je découvrais que Jhon Zorg s’était emparé des deux premières mesures d’une chanson populaire ouvrière de Morris Winchefsky (1856-1932) : Di Tsukunkt (l’Avenir) pour créer sa propre composition.
Dans une interview parue dans Les cahiers yiddish, le clarinettiste David Krakauer était interviewé par Claude Hampel, Directeur de la publication. Sur la question des influences que le clarinettiste avait reçues, Claude Hampel suggérait que le clarinettiste juif, jazzman, Benny Goodman l’avait sans doute influencé. David Krakauer répondit que « oui, il avait beaucoup d’estime pour Benny Goodman mais que sa principale influence fut le clarinettiste noir américain Sidney Bechet ».
Nul ne peut prendre la place d’un Sidney Bechet et reproduire sa sonorité unique à la clarinette. Nous avons juste essayé ici de nous approprier l’esprit des petites formations des années 40 dans lesquelles Sidney Bechet avait pu jouer, avec la question « qu’aurait fait le fameux duo Bechet-Spanier, cornettiste au style New-Orleans, si leur avait été proposé au débotté d’enregistrer Mahsav ? »

Ikh Zing
(Abe Elstein & Molly Picon – 1938) : Arrangement : Alexandre Litwak
Muriel Missirlou : Chant – Laurent Vassort : Trompette – Alexandre Litwak : Clarinette – Wilfried Touati : Accordéon – Pascal Fabry : Tuba – Clément Moraux : Batterie.
Ikh Zing est une chanson écrite par le compositeur Abe Elstein en 1938 pour le film « Mamele » dans lequel figurait la vedette
yiddish Molly Picon. Mon choix s’est porté sur cette chanson car la trame mélodique et les harmonies tranchent véritablement avec les autres chansons yiddish américaines de cette période et évoquent les chansons de variétés que l’on pouvait entendre en France durant la même époque. Notre chanteuse nous offre une rare interprétation où le couplet est joué « a tempo » et non rubato, comme on peut l’entendre généralement.

Mayn Swingin’ Tate
[A Yiddish Mame] (Lew Pollack -1925). Arrangement : Alexandre Litwak
Laurent Vassort : Trompette – Alexandre Litwak : Clarinette, saxophone alto – Wilfried Touati : Accordéon – Pascal Fabry : Tuba – Clément Moraux : Batterie.
C’est vrai que l’on parle souvent de « la mère juive », il paraitrait même que l’on en a fait une chanson ! Et le père dans tout cela ? Bien qu’il chantait faux, l’influence musicale du mien a fait beaucoup dans mon parcours de musicien. Il était donc temps de détourner une chanson en sa faveur, non ?

Yid Un Goy Fantasy
(traditionnel). Introduction : Diga diga doo. Arrangement : Alexandre Litwak
Laurent Vassort : Trompette – Alexandre Litwak : Clarinette & arrangement – Wilfried Touati : Accordéon – Pascal Fabry : Tuba – Clément Moraux : Batterie.
A l’origine cette suite musicale était connue sous le nom d’Oriental Hora & Freilach. Suite musicale car l’instrument soliste commençait le morceau par une improvisation plus ou moins longue (appelée doïna), enchainait ensuite sur une danse lente à trois temps (hora) puis se poursuivait sur une autre danse prise sur un tempo vif et joyeux (freilach).
Lorsque Duke Ellington dirigeait son orchestre au Cotton Club, il lui arrivait de jouer des interludes klezmer pour les clients juifs du club. Mais les-jouait il vraiment comme les klezmorim ou comme un musicien fort de son propre style ? Nous avons tenté de répondre à cette question.
Ici, en guise d’introduction, nous jouons une chanson que l’orchestre de Duke Ellington a fait connaitre et enregistrée plusieurs fois. Nous respectons l’ordre des danses, Hora et Freilach se succèdent, mais se glisse astucieusement, dans une des horas, l’une des compositions du maître, typique de son passage au Cotton Club de Harlem et du style « jungle » : Black and Tan Fantasy. Puisque nous nous sommes amusés à détourner sa musi­que, pourquoi ne pas en faire autant avec le titre ?

Tchiribim, Tchiribom
(Traditionnel). Arrangement : Gefilte Swing
Muriel Missirlou : Chant - Laurent Vassort : Trompette – Alexandre Litwak : Clarinette – Wilfried Touati : Accordéon – Pascal Fabry : Tuba – Clément Moraux : Batterie.
Cette chanson traditionnelle et entrainante semble être arrivée en France en 1949 grâce à l’enregistrement fait pour la marque Elesdisc, par Bernard Potock, chanteur, trompettiste et chef d’orchestre dans les cabarets yiddish parisiens de l’après-guerre. Version innovante, pour l’époque, où le swing américain tenait une place prédominante et où l’on peut entendre les musiciens improviser et glisser un Kol Nidre swinguant.
L’arrangement de notre version est collective : Wilfied Touati a composé l’introduction, je me suis occupé des voix de trompette et de clarinette et la malicieuse Muriel nous a proposé un « clin d’œil » à sa chanteuse préférée, Ella Fitzgerald, s’appropriant sa version d’une composition de Duke Ellington, Rockin’in Rhythm. L’agencement des différentes parties, instrumentales ou chantées est le fruit de multiples essais de l’orchestre.

Al Capone
(Jacques Grober): Arrangement : Alexandre Litwak
Muriel Missirlou : Chant – Shona Taylor & Michel Bonnet : Cornet – Jean-Pierre Dumontier : Trombone – Alexandre Litwak, Franck Séguy & Laure Berthaume : Clarinette – « Jopo » : Piano - Raphaël Ducasse : Contrebasse – Clément Moraux : Batterie.
Jacques Grober [1951-2006] auteur, compositeur et interprète de chansons yiddish, avait imaginé un Al Capone non pas né en Sicile mais en Roumanie.
Imaginons donc le célèbre Cotton Club de New York, où, au son de l’orchestre de Duke Ellington, mélangeant le swing et l’hassidisme, un Al Capone nostalgique se remémore sa lointaine Roumanie natale.
L’arrangement ici est celui que Gefilte Swing a joué lors du concert hommage à Jacques Grober à l’Ecole Normale de Musique en 2008.
L’enregistrement bénéficie ici de la présence supplémentaire de nombreux musiciens de swing qui connaissent parfaitement le style « Cotton Club ».
Shona Taylor est la soliste au cornet et Michel Bonnet répond à Muriel Missirlou lors de son rubato.
Crédits photos
Constantin Litwak, dans le parc de Versailles.
© Collection privée d’Alexandre Litwak.
Freilach à la Litwak : Irène Romano, Constantin Litwak, Rosette Frisht et Bernard Lévy-Lettelier dans le cabinet de prothèse de l’Ecole Dentaire de Paris, 45 Rue de la Tour d’Auvergne à Paris en février 1941. © Collection privée d’Alexandre Litwak.
Al Capone : Jacques Grober, enfant, dans un costume confectionné par Pinie Grober, son père.
© Collection privée de Catherine Grober.
Photos fond cristal : © Michel Bonnet et Pierre Deloffre.


Place aux invités !
Klez N’ Zazou est né sous le signe de l’échange joyeux et de la complicité. En plus des musiciens du Gefilte Swing, dix autres ont participé à l’aventure, contribuant à enrichir cet opus dans ce qui fait l’ADN de l’équipe originelle : du klezmer, du yiddish et du swing !
Le yiddish et le klezmer ont la part belle avec les chanteuses Judith Marx et Mélanie Gardyn, le clarinettiste Franck Séguy et le guitariste électrique David Konopnicki. Sans oublier le pianiste swing Jean-Pierre Dumontier, qui pour la première fois s’est prêté au jeu de l’interprétation « à la klezmer ».
Honneur également au swing et au jazz avec les trompettistes Shona Taylor et Michel Bonnet, le contrebassiste Raphaël Ducasse et à nouveau Jean-Pierre Dumontier, cette fois au trombone.
Klez N’ Zazou , c’est aussi l’occasion de prendre des nouvelles des anciens. Le batteur David Elouet et la clarinettiste Laure Berthaume (alors également batteuse) reprennent ici du service pour notre plus grand plaisir.
Remerciements
- Murielle Levy, directrice des Productions du Golem, m’a prodigué autant de conseils que d’initiatives ingénieuses, auxquels je n’aurais pas songés.
- Andréas Lecter et « PH », ingénieurs du son du studio Montmartre Recording, aux oreilles d’or.
- Lise Gutmann pour son soutien et sa relecture des termes et titres en yiddish.
- Daniella Pinkstein pour sa relecture attentive de l’ensemble des textes de ce cd.
- Elise Goldberg pour la rédaction de : « Place aux invités ! ».
- L’ensemble des musiciens invités qui ont « joué le jeu ».
- Les membres du Gefilte Swing pour leur écoute et leur disponibilité à l’égard de ce cd.
- Catherine Grober pour l’aide à la recherche sur l’historique de certains morceaux.
- Patrick Frémeaux et Augustin Bondoux de Frémeaux & Associés qui font rentrer par ce CD le monde Klezmer dans leur catalogue.

Enregistré en mars et mai 2018 au Studio Montmartre Recording, Paris.
Prise de son : Andréas Lecter et PH / Mixage : Andréas Lecter et Clément Moraux / Mastering : Andréas Lecter.
Graphisme : © Les Productions du Golem.
Contact scène : Alexandre Litwak gefilte.swing@yahoo.fr – www.gefilte-swing.fr
Label : Frémeaux & Associés, info@fremeaux.com
Fabrication et distribution : Frémeaux & Associés.






 1. Le Poste parisien vous annonce… 0’43
 2. Frankraykh Mayn [Douce France] (Charles Trenet - Léo Chauliac – 1943 © Editions Salabert - adaptation en Yiddish par Yitskhok Niborski) 3’05
 3. Benny’s Freilach [Nifty’s Freilach] (Naftule Brandwein) 4’19
 4. Freilach à la Litwak [Shtiller Bulgar - and the Angels Sing]  (Traditionnel – Ziggy Elman & Johnny Mercer) 3’12
 5. Du Shaynts Vi Di Zin (Ilia Triling & Lilian Isador – 1943) 3’27
 6. Lebedik un Freilach (Louis Gilrod & Perez Sandler - 1926) 3’31
 7. Mitsve Tentsl & Bughici Freylakhs (traditionnel) 4’24
 8. Yid Meets Goy [Freilach Yidalach] (traditionnel) 4’48
 9. Mashav (John Zorn) 4’55
10. Mayn Swingin’ Tate [A Yiddish Mame] (Lew Pollack -1925) 2’47
11. Yid Un Goy Fantasy [Oriental Hora & Freilach] (traditionnel) 4’14
12. Tchiribim, Tchiribom (Traditionnel) 6’18
13. Al Capone (Jacques Grober) 3’29



1 Klezmorim : Pluriel de musicien klezmer.
2 Buda Music 1999.




Vous pouvez acheter ce produit :
- Chez votre disquaire (distribution Socadisc) ou chez votre libraire (distribution Frémeaux & Associés) ou par téléphone au 01 43 74 90 24.
- Sur lalibrairiesonore.com Acheter ce produit
- Sur librairie-audio.comAcheter ce produit

Fremeaux


Je suis :

Un particulier Un libraire

Un disquaire Une bibliothèque
 meublenatureok.gif

Catalogue Frémeaux
Catalogue Frémeaux
Je souhaite recevoir
le catalogue
Catalogue Frémeaux
Catalogue Frémeaux

Les livres sonores à l'écoute
templatefrmeaux_correc16.jpg
Fremeaux
Grand prix In Honorem
de l'Académie Charles Cros
pour son oeuvre d'éditeur

Fremeaux

YIDDISH
YIDDISH
De Benny Goodman à Maurice Ravel, une anthologie de l'esprit et la de culture Yiddish dans la naissance de toutes les...

GEFILTE SWING
GEFILTE SWING
Musique virevoltante, tant mélancolique que festive, née dans la communauté...

Logo Radio France  Logo INA
 
Logo RFI
Logo PUF 
 
logo-facebook.gif

Rechercher dans le catalogue Frémeaux
Toutes les catégories :
Advertisement
Titre_Nouveau_Catalogue.gif
net_cat_20192020.jpg
Titre_Galerie.gif
net_la_fabrique_du_sacre__galerie_fa.jpg
Titre Noel 2018.jpg
NET Proust.jpg
Titre Soul.gif
NET Soul.jpg
Titre Figure de l'histoire.gif
Pub Net Figures Histoire.jpg
Luc Ferry
Collection Luc Ferry
Inédits
Pub Net Live in Paris 6V Stan Getz.jpg
Feuille Nouveautés

Dictionnaire des Artistes
Dictionnaire des Artistes
Dictionnaire des Artistes
Présentation

• Pourquoi fremeaux.com ?
• Autorisations Cinéma, TV, musées...
• Une culture d'entreprise
• Charte qualité

Mémoires et études
Edité par Fremeaux et Associés
visuinternetdompublic.gif
Le patrimoine
sonore en
danger!
Interview de
Patrick
Frémeaux

Mémoires et études

Titre_DVD.gif

Collection Histoire de France
Collection Histoire de France
Titre_Publicite.gif
Pub Net Cat. LibSonore 200pixels.png
Philosophie | Sciences Humaines | Histoire | Livres sonores | Contes | Enfants de 2 A 5 ans | Enfants de 6 A 11 ans | Son de la nature | Collection the quintessence | Jazz
Intégrale Django Reinhardt | Blues | Country & Rockn Roll | Gospel | Chanson française | Les cinglés du music hall | World Music | Classique | Frémeaux & Ass. Télévisions
Mentions légales - Recommander ce site - Ajouter aux favoris - Nous contacter - © 2006 Frémeaux et Associés
20, rue Robert Giraudineau - 94300 VINCENNES - FRANCE - Tél : +33 1 43 74 90 24 - Fax : +33 1 43 65 24 22
templatefrmeaux_correc69.gif