Fremeaux.com
 
LEAUTAUD - MALLET
Réf. : FA5016

LEAUTAUD - MALLET

INTEGRALE DES ENTRETIENS RADIOPHONIQUES

PAUL LEAUTAUD
Direction artistique : EDITH SILVE
Label : FREMEAUX & ASSOCIES
Nombre de CD : 10
Vous pouvez acheter ce produit :

- Chez votre libraire ou maison de la presse (Frémeaux & Associés distribution)
- Chez votre disquaire ou à la Fnac (distribution : Socadisc)
- Sur lalibrairiesonore.com
- Sur librairie-audio.com Pré écoute de certains produits!
- Par téléphone au 01.43.74.90.24
Distinctions :
SÉLECTION TÉLÉRAMA / RECOMMANDÉ PAR BOUILLON DE CULTURE - B. PIVOT / RECOMMANDÉ PAR PHILIPPE VAL, CHARLIE HEBDO / RECOMMANDÉ PAR FRANCE CULTURE / RECOMMANDÉ PAR PHONOSCOPIES / RECOMMANDÉ PAR LE NOUVEL OBSERVATEUR / RECOMMANDÉ PAR LIBÉRATION / RECOMMANDÉ PAR LE MAGAZINE LITTÉRAIRE / RECOMMANDÉ PAR ÉCOUTER VOIR / RECOMMANDÉ PAR LE TEMPS / SÉLECTION NOËL TÉLÉRAMA / RECOMMANDÉ PAR JEAN-PIERRE BOURCIER LA TRIBUNE / RECOMMANDÉ PAR LE DAUPHINÉ LIBÉRÉ / RECOMMANDÉ PAR NOTES BIBLIOGRAPHIQUES / RECOMMANDÉ PAR LES CAHIERS D’HISTOIRE DE LA RADIODIFFUSION / RECOMMANDÉ PAR TV HEBDO / MENTION DES CAHIERS D’HISTOIRE DE LA RADIODIFFUSION
Coffret 10 CD accompagné d'un livret 40 Pages.

Ce coffret présente sur 10 CD l'intégrale des entretiens radiophoniques entre Paul Léautaud et Robert Mallet suivi des entretiens inédits de Julien Benda et Paul Léautaud réalisée sous la direction d'Edith Silve ( Chargée de la publication des oeuvres inédites de Paul Léautaud). Les entretiens Léautaud-Mallet sont considérés comme une oeuvre radiophonique qui fait référence à la fois dans le monde des Lettres et des Arts mais aussi dans l'histoire du journalisme et des média. Pour la première fois, l'INA et Frémeaux & Associés éditent, avec le concours de la Scam, l'intégrale des célèbres entretiens de Paul Léautaud avec Robert Mallet.
Patrick Frémeaux

« Un écrivain qui reçoit un prix littéraire est déshonoré. »
Paul Léautaud – Extraits des Entretiens avec Robert Mallet

Il est là dans les studios, le petit bonhomme qui avait pourtant bien dit à Robert Mallet qu'il ne viendrait pas à la radio : 'je ne suis pas un cabotin !' Il vient pour médire de tous et de tout. On dit que les rues se vident à l'heure des entretiens et que de Charles de Gaulle aux étudiants qui s'entassent dans les bars du quartiers latin, tous écoutent avec ravissement ce redoutable petit vieillard attaquer les plus illustres gloires de la littérature française.
Lequel va être la marionnette à abattre aujourd'hui ? L'émission est explosive et on surnomme Léautaud la dynamite des ondes. La dynamite à quatre-vingts ans et elle est plus active que jamais. La poésie de Valéry ? - ça ne m'intéresse pas du tout, répond Léautaud, c'est de la fabrication. Je le dis toujours, il n'y a pas, pour moi, dans toute l'oeuvre de Valéry un seul vers qui vaille celui de Verlaine : l'espoir luit comme un brin de paille dans l'étable. Et pan ! Un coup de canne sur le plancher en guise de ponctuation. Sa famille et ses maîtresses ont droit au même traitement que les gens de lettres. Sa mère ? une petite catin. Son père ? Un coureur de jupons. Ses maîtresses ? Seul le sexe compte, surtout pas de coeur dans l'affaire.
Il s'affiche comme un sans foi ni loi et ses propos sont si provocateurs qu'il faut bien, parfois, censurer ses débordements. Et pourtant, la douceur, l'amour, la tendresse sont là lorsqu'il évoque son enfance, les animaux abandonnés qu'il recueille, ou les poètes qu'il aime, comme Verlaine, Charles Guérin. Tenir son journal entouré de ses chats représente la seule forme de bonheur qu'il connaisse.
Cet écrivain qui parle à travers un masque sous lequel il dissimule sa fragilité, sa pudeur, sa peur de la mort et de l'amour, est bien un grand acteur dont les entretiens avec Robert Mallet en sont le témoignage. Les centaines de lettres qu'il reçut des auditeurs prouvent l'immense intérêt qu'il suscita en 1951. Aujourd'hui, ces entretiens font partie de notre patrimoine national.
Edith Silve

Coédition Frémeaux & Associés - INA avec le soutien de la Scam et en accord avec la SPA et Edith Silve (Chargée de la publication des oeuvres inédites de Paul Léautaud) et Robert Mallet.
Liste des articles de presse consacrés à ce CD :
- "Léautaud - Mallet" par Le Nouvel Observateur
"Cinquante ans après leur première diffusion, on réédite en dix CD les admirables interventions radiophoniques de Léautaud. Le vieillard terrible n’y mâchait pas ses mots.“La France découvrait Paul Léautaud. Dans le métro, en se rendant au travail, on échangeait ses impressions sur le Léautaud de la veille. On n’avait jamais entendu un type pareil, pareille liberté de propos, pareille vivacité. Son faire-valoir, le poète Robert Mallet, futur recteur de l’Académie de Paris, qui avait eu l’idée de ces entretiens et qui avait réussi à convaincre le solitaire, avait l’art de jouer le naïf, le conformiste, pour faire sortir Léautaud de ses gonds, et Léautaud en sortait volontiers, proférant des énormités (pour l’époque), partant d’un rire qui devint vite célèbre, trépignant, scandant ses propos de sa canne sur le plancher du studio d’enregistrement, c’était une bonne récréation. Ces fameux Entretiens, les voici parus en CD, intégralement, treize heures d’écoute. Comme le dit justement l’éditeur, ils « font partie de notre patrimoine national ». A ceux que ça tente d’en faire leur patrimoine particulier.” Delfeil de TON, LE NOUVEL OBSERVATEUR
- "Paul Léautaud" par France Culture
"Entre décembre 1950 et juillet 1951, sur les ondes du Poste National, le grand public découvre, parfois choqué, un vieux monsieur de presque 80 ans qui cogne avec sa canne, ricane, et peste contre une bonne partie de l'humanité. Misogyne, misanthrope, hilarant, exaspérant, brillant analyste de la poésie, Paul Léautaud est devenu célèbre avec cette quarantaine d'incroyables entretiens, dans lesquels il paraît parfois être le jeune libertaire, face à un Robert Mallet beaucoup plus conventionnel."    © FRANCE CULTURE
- « Les archives sonores » par Télérama
Se plonger dans des archives sonores installé dans son canapé, c´est possible ! Dans le catalogue de sa Phonothèque, l`INA propose, en CD, de nombreux enregistrements musicaux (Elisabeth Schwartzkopf, 1954 ; « Don Giovanni » à Aix-en-Provence, 1956) […]. Le catalogue en CD de Frémeaux & Associés (www.fremeaux.com), partenaire de l´INA, est lui aussi formidablement riche : lectures par Marcel Pagnol, Albert Camus, discours de Malraux, entretiens accordés par Paul Léautaud à Robert Mallet, et des anthologies sonores du socialisme, de la Grande Guerre ou des philosophes du XXe siècle…. Tout un monde à portée d´oreilles. [...]
Gilles HEURE – TELERAMA
- « Qui était Paul Léautaud ?» par Les Cahiers d’histoire de la radiodiffusion
Divers enregistrements des morceaux choisis de ses "Entretiens de Robert Mallet avec Paul Léautaud" ont été publiés au cours des trentes dernières années. Frémeaux et associés proposent à présent une version intégrale en 10 CD de la célèbre série. Qui était Paul Léautaud ? Ignoré du grand public, il était bien connu de la gent littéraire parisienne, comme critique dramatique du « Mercure de France » et de la « NRF » sous le nom de Maurice Boissard. Les fidèles ne se lassent pas d’ouvrir, au hasard  "Le journal littéraire" d’un auteur à l’expression libre de tout opportunisme. Les coups de pattes y sont fréquents. Les admirations vivement affirmées. Avec autant de subjectivité, dans les deux cas. Robert Mallet imagine en 1949 d’amener devant un micro ce témoin atypique d’un demi siècle de la vie littéraire et théâtrale parisienne. Léautaud est en effet entré en littérature par la publication en 1903 d’un ouvrage largement autobiographique "Le petit ami" qui aura le soutien d’Octave Mirebeau pour le Prix Goncourt de 1903 puis, l’année suivante, celui de Lucien Descaves. L’échec des deux démarches est une blessure. La première et la plus importante des frustrations fut l’absence d’une mère, « théâtreuse » volage. Ces deux déceptions détermineront l’existence de l’homme sensible et de l’écrivain acharné, mais sans succès, qui se réfugie dès lors dans une misanthropie provocatrice. La radio ? Il ne veut pas la connaître. N’a-t-il pas écrit en 1932 dans son «  journal » (5 juillet) « il nous faudrait une bonne guerre pour nous débarrasser de toute cette vermine à phonos et à T.S.F ». C’est par la ruse que Robert Mallet réussira à amener au micro «  l’ours » qui en méconnaît les usages et surtout la retenue de langage qu’exige la radio. Les enregistrements – dont on ignore le document brut tant les chutes de bandes ont été nombreuses  - révèlent une spontanéité qui assurera de la série. Car c’est un succès et même un grand succès. En programmant pendant plusieurs mois consécutifs des entretiens avec des auteurs, la direction de la radio instituait un genre nouveau et spécifique. Les anciens auditeurs le succès de la série radiodiffusée retrouveront la ferveur de leur écoute d’alors dans le coffret de cinq doubles albums que publie l’éditeur pour le cinquantenaire des émissions. Les plus jeunes y découvriront un auteur rare. J-J-L - LES CAHIERS DE L’HISTOIRE DE LA RADIODIFFUSION
- « L’expression spontanée de la pensée de Léautaud » par La Semaine radiophonique
Les entretiens de Paul Léauteaud et de Robert Mallet ont fait sensation. Il est bien rare d’entendre des émissions de cette qualité, de cette puissante originalité. Cela était dû, certes, à la personnalité unique de Léautaud, mais aussi à celle de «  l’interviewer ». Robert Mallet, docteur ès-lettre, docteur en droit, conseiller littéraire aux éditions Gallimard et (c’est sans doute la qualité à laquelle il tient le plus) un des poètes les plus représentatifs d’aujourd’hui. «  Je connais Paul Léauteaud depuis des années : j’ai pour lui beaucoup d’affection ; certes, je voudrais qu’il ait pour moi un peu d’amitié, mais… chaque fois que je causait avec lui, chez lui, je pensais : « Si un micro était là, et pouvait recueillir les propos de cet homme étonnant !... » C’est ainsi que l’idée m’est venue de ces entretiens. Pressentit, Paul Léautaud a d’abord été réticent, gêné par l’idée de ce mode invisible et curieux à l’écoute de ses paroles. Et puis, peu à peu, il a été pris par le miracle de la radio, qui laisse l’illusion de l’intimité… Il n’avait accepté ces conversations qu’à la condition qu’elles fussent exactement comme nos discussions habituelles. Et ce qui à fait leur charme et leur valeur c’est leur spontanéité unique de Léauteaud : elle donnait l’impression d’une conversation surprise par un porte entre-ouverte. Je préparais ma documentation dans le cadre du sujet abordé, rien n’étant établit d’avance. La discussion était aussi vive que dans le privé ; je défendais, plus ou moins sincèrement le point de vue objectif contre au sien, toujours passionnément subjectif. Cette subjectivité étant sa nature même, et la source vive de sa miraculeuse et presque provocante jeunesse. Des critiques ont prétendu plaisamment que j’étais le « vieux » face au « jeune » Léautaud… Il s’est prêt à ces entretiens avec une gentillesse parfaite, et la plus courtoise des exactitudes ; il a même accepté qu’on lui retirât sa canne avec laquelle il scandait ces affirmations. D’ailleurs, il s’est rattrapé en tapant des pieds ou des mains à l’occasion ; car la chaleur de sa pensée ne lui permet pas une objection immobile et froidement exprimée. Il n’a jamais aiguillé les choix de nos discussions: il ne savait jamais ce que j’allais lui demander. Il fallu supprimer, pour la radio, bien des moments passionnants de ces conversations. Mais leur texte intégral va paraître chez Gallimard : ce sera un document d’une vérité simple et totale, avec les hésitations, les redites mêmes : j’ai voulu qu’on y retrouvât l’expression spontanée de la pensée de Léautaud. LA SEMAINE RADIOPHONIQUE
- « Ils connurent un succès fou » par Note Bibliographique
Ce fut un événement important que d’entendre à la radio, sur « le poste parisien », de décembre 1950 à juillet 1951, les trente-huit entretiens entre Paul Léautaud et Robert Mallet. Paul Léautaud avait près de soixante-dix-huit ans. Entré très jeune aux éditions Mercure de France, Il y restera jusqu’à sa retraite, écrivain peu connu alors. Robert Mallet, jeune poète,  pendant des heures de tête-à-tête, joua les provocateurs, réussit à tirer de son interlocuteur, ce terrible « cabotin », tous ses souvenirs, ses idées, ses goûts littéraires et autres, et cela avec humour, une spontanéité, une sincérité quasi incroyables pour l’époque (certains passages furent censurés), accompagnés par un rire à la fois hululement de chouette, bruit de crécelle et caquetage de poule. A leur étonnement, ils connurent un succès fou. On salue la réussite de l’éditeur d’avoir réalisé ces dix CD constituant la reproduction intégrale de ces entretiens, tout en améliorant au mieux la qualité d’écoute. Un excellent livret de quarante pages accompagne le coffret. Certains, à juste titre, assurent qu’ils font désormais partie de notre patrimoine national. NOTE BIBLIOGRAPHIQUE
- « Mon père ne parlait jamais de lui » par Le Dauphine Libéré
Édités en compact-disque, les entretiens radiophoniques de Léautaud n’ont rien perdu de leur piquant… Il y a tout juste cinquante ans, un programme vespéral de la Radiodiffusion française déchaînait les passions jusqu’à la Chambre des députés. Egrillards, non-conformiste, les propos que tenait chaque semaine Paul Léautaud devant le micro de  Robert Mallet suscitaient tout autant d’enthousiasme que d’indignation. Les ligues de vertus criaient au scandale et les esprits libres applaudissaient à tout rompre en entendant ce vieil écrivain donner libre cours à sa verve satirique pour raconter la vie de bâton de chaise, égratigner ses éminents confrères, témoigner de son amour des  animaux ou de la piètre estime en laquelle il tenait l’humanité. « La dynamite  des ondes » tel était alors le surnom de Léautaud. Considéré comme une œuvre « radiophonique de référence, ces entretiens sont désormais disponibles en compacts-disques. Ils  avaient certes déjà fait l’objet d’une publication en livres par les éditions Gallimard. Il faut pourtant parler d’événement. Découvrir la voix de Léautaud, avec ses inflexions charmeuses et ses brusques dérapages, écouter son rire  de crécelle l’entendre pouffer d’auto-satisfaction surprendre le martèlement de sa canne au sol du studio, c’est assister à un formidable spectacle. Et puis surtout les borborygmes, les bredouillis, les railleries et les violentes dénégations qui accompagnent les propos concernant son père. C’est d’ailleurs par une évocation de ce dernier que commence que débute les entretiens : "Mon père Firmin Léautaud est né à Fours dans les basses Alpes, aux environs de Barcelonnette…C’était un vrai fils de pays. Enfant il allait garder les troupeaux." A vingt ans le berger monte à Paris : il est placé comme apprenti –bijoutier chez un vieil oncle « avare et juponnard » qui ne tarde pas à mourir. Firmin hérite du mobilier. Renonçant à toute activité commerciale, il presente le concours d’entrer au conservatoire d’art dramatique. Il y est reçu et sort sortira nantis d’un deuxième prix de comédie et d’un accessit de tragédie. Comment est née cette vocation artistique chez ce jeune ubayen, Robert Mallet pose la question à Paul Léautaud mais n’obtient qu’un cinglant ; « Mon père ne parlait jamais de lui. » Après une brève carrière sur les planches, Firmin s’illustre surtout en tant que souffleur à la Comédie Française. Le matin, il a l’habitude de se rendre au café, avec ses treize chiens et en tenant à la main un long fouet. Il s’en sert non pas pour corriger ses  bêtes mais pour harponner les passantes. « Et elles supportaient tout ça ? » S’indigne Robert Mallet. Voix d’extase de Paul Léautaud : « il avait un tel regard… personne n’avait un tel regard… personne ne pouvait lui résister… il a eu les plus jolies femmes de Paris… » Dans le livret (signé Edith Slive) qui accompagne les compact disques, on trouvera une photo de Firmin Léautaud : Il semble bien quand même plus matamore qu’enjôleur, vis-à-vis de son fils, il s’est toujours comporté en tyranneau. Paul n’en finit pas d’énumérer les avanies qu’il a dû supporter jusqu’à l’adolescence. Il explique par un sel mot : l’indifférence. Les chiens ne faisaient pas des chats. En 1903, il assistera à l’agonie de son père en prenant des notes pour un futur livre…François BILLY – LE DAUPHINE LIBERE
- « Un document inestimable » par Le Temps
En 1951, le long dialogue radiophonique de l’écrivain avec Robert Mallet remporte un succès immense. Un document inestimable sur l’homme et sa vision du monde littéraire. Plus fort que Loft story, de décembre 1950 à juillet 1951, les trente-huit entretiens radiophoniques de Paul Léauteaud avec Robert Mallet mobilisent des centaines de milliers de  Français devant leur poste. Pour les écouter on annule des dîners, on renonce à des spectacles. Peu avant sa mort Gide s’étonne : «j’en reviens pas, on ne parle que de cela.» Le vieil écrivain misanthrope est lui-même tout surpris d’éveiller autant d’intérêt, et surtout, de sympathie. Un demi siècle plus tard, on comprend l’enthousiasme que suscita cette série. A 80 ans Léautaud est un grand acteur. On dirait par instant une composition comique de vieillard hargneux. Il n’a pourtant pas été facile de le convaincre. Paul Gilson, alors directeur de la radio, programmait des grands entretiens avec des auteurs aussi célèbres que Paulhan, Gide, Collette, Claudel, Cendrars. Robert Mallet chargé d’établir le lien avec Léautaud, était convaincu de l’intérêt d’enregistrer cette parole si libre, portée par  une voix stupéfiante (de sirène, dit-on au Mercure de France !) et ponctuée par un rire qui se module  du registre de la crécelle au hululement ou au caquètement, avec des éclats qui font sursauter l’auditeur. Circonvenu par sa fidèle maîtresse Marie Dormoy, Léautaud finit par accepter de se rendre au studio pendant trois mois, et même d’y retourner pour les raccords exigés par une censure qui voulait protéger les oreilles sensibles et les jeunes esprits. «  Je ne me souviens pas du tout de ce que j’ai pu dire, plus de bêtises certainement que de choses valables » constate le bavard. Si les questions des journalistes vieillissent en général plus vite que les propos de ceux qui les interrogent, ce n’est pas le cas ici. L’excellente connaissance que Mallet a de l’œuvre de son interlocuteur et son humour établissent une véritable complicité. Entre eux, on sent le jeu : chacun assume sa place. Mallet endigue, relance, fait entendre l’avis général contre les vociférations de Léautaud, au risque de paraître bien conventionnel face au vieil écrivain toujours vert. Les entretiens suivent un axe chronologique avec des développements thématiques qui concernent aussi bien la biographie que l’œuvre, sans oublier le plus divertissant : les commentaires sur la vie littéraire française. Léautaud commence par évoquer les amours de son père avec la toute jeune femme qui deviendra sa mère et la sœur de celle-ci. De telles libertés sont inimaginables sur une radio de service public. «  J’ai dû, recommencer, réduire, diminuer, châtrer cet espèce de Don Juan paternel », se plaint l’écrivain, qui se prête pourtant à ces arrangements. Plus périlleux encore sont ses commentaires sur les intellectuelles pendant l’Occupation et à la Libération: là, on se contentera de lui demander d’éviter de nommer trop précisément. Malgré ces précautions alors que des députés communistes accusent la radio d’être au service de la bourgeoisie, tel autre de telle gauche chrétienne, s’indigne d’entendre déblatérer sur les ondes « celui qui prétendait ne se plaire que dans la compagnie des animaux ». Le débat qui s’en s’ensuit dans la presse satirique semble des plus réjouissant d’après les extraits qu’en donne l’excellente brochure qui accompagne les disques. Léautaud déteste les attendrissements, pousse des hauts cris et tape de sa canne quand Mallet essaie de lui faire avouer sa solitude de petit garçon abandonné ou ses sentiments à la mort de son père. Mais les âmes maternelles ne s’y trompent pas : l’écrivain reçoit un abondant courrier de femmes prêtes à consoler ce misanthrope, anarchiste «aristocrate».Cet immense succès l’étonne le réconforte un peu et l’attriste à la fois. Il en conçoit de l’amertume, lui qui se sent à la fin de sa vie méconnu comme auteur. Le texte intégral les entretiens paraîtra a l’automne 1951 au Mercure de France : les lecteurs sont moins fragiles que les auditeurs ! La parole de Léautaud est extrêmement construite malgré son apparente spontanéité, ses éclats de rire. La cohérence de son propos, guidé par les question de Mallet, fait de ces quelques dix heures d’écoute un témoignage humain étonnant mais aussi un document sociologique sur la vie littéraire entre la fin du XIXe siècle et la première moitié du XXe. Isabelle RUF - LE TEMPS
- « Monstrueux, hautain et pourtant sensible » par Écouter Voir
Frémeaux et associés, en collaboration avec l’INA et la SCAM, publie l’intégrale des entretiens accordés par Paul Léautaud à la radio-diffusion française, et au journaliste Robert Mallet. La première série de 38 émissions commença le 7 décembre 1950. Les émissions avaient lieu tous les lundis vers 21h15 et les jeudis vers 21h40 et duraient environ un quart d’heure. Des centaines de milliers de Français suivaient le dialogue et ce fut un franc succès. La seconde série débuta le premier dimanche de mai 1951, à 20h30 sur Paris-Inter. A peu près ignoré du grand public, le vieil écrivain, connut le succès grâce à ces émissions. On est très vite séduit par la voix veloutée de Paul Léautaud. On est surtout pris par sa manie de s’exprimer physiquement pour souligner sa pensée : il tape du pied et des mains, et cogne le plancher du studio avec sa canne. Sans complaisance, touchant, intelligent, profondément amoureux du verbe, monstrueux, hautain et  pourtant sensible : mille facettes composent le portrait de cet écrivain immense qui a parcouru le siècle avec verve et talent. Livret superbe d’Edith Slive chargée de publication des œuvres inédites de Paul Léautaud. Pour les passionnés, cette somme est à posséder. Pour les curieux à emprunter absolument en médiathèque. Lucas FALCHERO - ECOUTER VOIR
- « Un morceau d’anthologie à ne pas manquer » par le Magazine Littéraire
Voici un morceau d’anthologie à ne pas manquer sous la forme d’un coffret de CD édités à l’heureuse initiative de la Scam : de décembre 50 à juillet 51, les conversation radiophoniques de Paul Léautaud avec Robert Mallet captivèrent les auditeurs, valurent à Léautaud une avalanche de courrier, comme le raconte Edith Slive dans le riche livret qui accompagne cette édition, où elle revient sur la censure opérée sur la matière première ; vingt-deux heures ! S’ils furent édités par Gallimard dès 1951, ces entretiens sont un régal pour l’oreille : « Non, non, non ! »  vocifère le vieux Léautaud, martelant ses coups de gueule de coups de canne, n’épargnant pas son interlocuteur tenace et un peu trop respectueux sans doute, Robert Mallet. Provocante émotion, le personnage vibre tout entier à se raconter. MAGAZINE LITTERAIRE
- « Paul Léautaud radioactif » par Libération
Espiègle jusqu’au rire pincé dans les aigus, giboyeuse, piaffante, ronchonnante, emportée, miaulant comme l’un de ces chats trouvés qui accompagnèrent sa vie, roucoulant comme une cocotte, mettant des accents circonflexes sur toutes les voyelles, toujours spontanée, généreuse, jamais précautionneuse, cinglante à souhait et on ne peut plus vivante de bout en bout : la voix de Paul Léautaud fit un tabac lorsqu’elle passa sur les ondes de poste national, puis de Paris-Inter. Du jamais entendu. De décembre 1950 à juillet 1951, au fil de trente-huit émissions d’une bonne quinzaine de minutes chacune, ce sont des centaines de milliers d’auditeurs qui suivirent chaque semaine, comme un feuilleton, les jugements abrupts, les confessions sans faux cols ou les énervements d’un Léautaud octogénaire et toujours vert, face à un interlocuteur à la fois complice et faire-valoir, victime et inquisiteur, l’étonnant Robert Mallet. Et et le charme de ces entretiens beaucoup à l’équilibre de ce duo, version littérairo radiophonique du couple que forment, au cirque le clown Blanc et l’auguste. Délectation du dire. En décembre 1950, Paul Léautaud est écrivain apprécié du milieu littéraire, une plume du Mercure de France, on se souvient de ses critiques de théâtre acerbes ou fantasques, signées Maurice Boissard pendant plus de trente ans, mais les récits autobiographiques qui l’avaient fait connaître au début du XXe siècle, tel Le Petit ami (un bijou) sont alors introuvables. En fait le grand public l’ignore. En quelques semaines, il devient premier écrivain star de la radio (Truffaut et Rivette, jeunes rédacteurs des Cahiers du cinéma, vont lui vouer un culte et calquer leur célèbres entretiens au magnétophone sur ce modèle). A un point tel que Gallimard, avant même la fin de l’année 1951, presse Léautaud de publier ces entretiens. Ce n’était pas alors un lieu commun  que de coucher par écrit des propos enregistrés par un magnétophone, Léautaud accepte en maugréant. Ce livre est un régal. Mais aujourd’hui l’édition d’un coffret de dix CD, reprenant l’ensemble des émissions, multiplie notre plaisir au centuple. Ce n’était pas la première fois que des écrivains s’exprimaient longuement sur les ondes. Gide, Claudel, Breton et bien d’autres avaient précédé le moins connu Léautaud. Tous peu à l'aise avec l’improvisation de la parole, avait dresser des garde-fous : entretiens préparés, questions soumises à une réflexion préalable, voir textes lus à l’antenne… L’érudit Robert Mallet qui connaissait la verve de Léautaud  pour être souvent allé lui rendre visite dans son pavillon de Fontenay-aux-roses (Hauts-de-Seine) où il vivait parmi ses chats, sa chèvre et sa guenon, eu le génie, après les avoir énormément préparés (trop parfois), de mener ces entretiens en imposant la surprise de ses questions à un Léautaud qui se vautre sans tarder dans une sorte de délectation du dire. Peut-être parce que cet exercice du retour sur soi, son enfance, ses femmes, ses amitiés et inimitiés littéraires, ne faisait, dans le fond, que prolonger son œuvre écrite, laquelle a toujours pris sa vie, pas banale, pour source de ressourcement perpétuel. Le tout étayé par une mémoire phénoménale : « Tout ce qui m’a plu dans ma vie, je l’ai retenu. »  Tout ce qu’il a haï aussi. Et il le prouve. Horreur de la pitié. Sans jouer les pères la morale, Mallet adopte une posture un rien professorale, et il affronte un fauve prêt à bondir sur les idées toutes faites. Léautaud raconte, pour commencer, son enfance auprès d’un père, souffleur à la Comédie française, l’absence d’une mère qu’il ne verra que huit jour en tout dans sa vie ; la vieille bonne Marie Pezé qui veille sur lui, les femmes qui se succèdent dans le lit de son père, ces mois où deux maîtresses cohabitent. Cela devait être difficile, interroge Mallet. « Mais pas du tout ! » rétorque un Léautaud qui, hormis celle que lui inspire les animaux abandonnés parce qu’ils sont sans défense, a la pitié en horreur. « Non ! Je ne souffrais pas, je n’ai jamais souffert de rien du tout. » Tout de même votre père vous délaissait, lui donnait le pain blanc de ses chiens, vous n’aviez pas de pantalon à vous mettre cette pauvreté tout de même… » Je n’ai jamais souffert de la pauvreté ! » Éructe plusieurs fois le vielle écrivain en tapant avec sa canne. "Mais cette mère absente elle vous manquait psychanalyse Mallet.  « Mais non, mais non, mais non ! Impitoyable. Mallet en vient à la période où Léautaud écrivait des vers à foison. Vos sources d’inspiration » je n’en sais rien. » Ces poésie élégiaque s’adressaient bien à quelqu’un « Houp » Mallet lit quelques vers de Léautaud : «  Non, non, ça n’à aucun intérêt. » Il veut en lire encore : «  vous pourriez encore en rester là ! » Impitoyable avec lui-même, Léautaud est sans pitié avec ses confrères. Le Bateau ivre de Rimbaud ? « Fausse profondeur » « chiqué ». Racine Corneille ? «  C’est de la bouffonerie ne m’en parler pas ! » Les drames d’Henri Bataille ? Une « honte » Heredia ? « Une fabrication de vers en carton pâte. «  C’est en lisant des écrivains en carton que j’ai appris à écrire. Des gens qui puaient l’adjectif !», dira-t-il. Gide ? » « Prêt à admirer le premier venu ». Prix Goncourt ? «  Un  écrivain qui reçoit un prix est déshonoré, DESHONORE.» Mallet solliste « un peu d’indulgence »  pour les jeunes écrivains «  non je n’ai pas d’indulgence… C’est à vomir.» Et puis il y à tout ces mots que ne supporte pas Léautaud. «  Vous m’agacez avec ce mot « inspiration »que je trouve d’une Idiotie ! » Mallet ose «  état d’âme ». «  Qu’est ce qu’est cette expression ? L’âme qu’est ce que c’est que sa ? Ah ! Ah ! Ah ! »  De même que Mallet doit remballer toute notion de « sentiments » : « laisser moi tranquille avec ça ! » Dans un entretien particulièrement fort, Léautaud évoque comment il veilla son père mourant. Quatre jours et cinq nuits, crayon à la main, il prend des notes, approche parfois la bougie pour mieux voir le visage de l’agonie. Mallet risque «  sentiment étrange ». « Mais non ! Mais non ! Le cynisme n’est pas de regarder un homme en train de mourir. C’est d’en avoir fait un livre. C’est ma nature, je suis comme ça, là ! Nombre de ces propos de cet acabit seront censuré ou à l’antenne édulcoré. On demande à Léautaud de réenregistrer certains passages en étant moins cruels ou moins précis. La version publiée enregistrer restitue ces passages. Ainsi Léautaud évoque la jeune maîtresse de son père qui demande à l’enfant d’ôter son pantalon pour le raccommoder et en profite pour venir la tripoter. Pas de sa à l’antenne. On peut le lire page 24 de l’entretien (réédités au mercure de France). Léautaud considère les femmes comme des êtres inférieurs (cela passe sur les ondes), mais il dit aussi que, quand il fait l’amour il s’arrange toujours pour que sa partenaire soit satisfaite la première, ce qui est tout à fait à son honneur, mais ses propos la sont censuré. Autre passage coupé, celui ou Mallet lui demande si il est favorable au vote des femmes : » ça m’est égal », et puis : «  le vote des homme est déjà si peut brillant que les femmes ne peuvent le rendre plus mauvais. » Cependant, une comparaison des CD et des entretiens publiés montre que ces derniers édulcorent tout autant la vivacité de la parole en la banalisant dans une réécriture plus terne, par exemple en gommant un mot comme « porcheries » pour en garder «  polissonerie » («  les porcheries, je n’ai jamais écrit que ça », dit. Léautaud). Et puis, comment rendre par écrit les aléas de la conversation , le ton , les accélérations,les « ou-ou-ouh » les « vouih ! » les « ouiiii », les égosillements , toute cette éruption langagière qui vous attache à la voix de Léautaud comme une proies ; «  Mais voyons ! Qu’est- ce que vous dites là, mon ami ! Allons donc ! ». Verdeur et plumes d’oie. Les jugements, les idées de Léautaud peuvent énerver, sembler datés, voir réactionnaires. Sa prompte vivacité, son côté joueur, son instinct de bête de radio, sa franchise jusqu’auboutiste son quant à eux d’une étonnante verdeur. Et dire qu’il n’avait pas la radio chez lui: il ne s’entendit pas sauf une fois, chez sa voisine, et s’étonna dans la lettre de Roger Martin du Gard qu’on puisse être à Juan-Les-Pins et écouter vociférer sur les ondes. Cette star de la radiodiffusion écrivait encore en 1950 avec une plume d’oie, parce que « c’est épatant » et que « sa glisse ». Mallet : « Mais où vous les procurer vous ? On en trouve dans le commerce ? ». « Vous en trouvez chez n’importe quel volailler ! ».
Jean- Pierre THUBAUDAT LIBERATION
- « L’ermite de Fontenay-aux-roses » par Télérama
En 1950, à 78 ans, l’écrivain Paul Léautaud accepte de participer à une série d’entretiens radiophoniques avec le journaliste Robert Mallet. Leur diffusion connaît un succès éclatant. La verdeur des propos de l’ermite de Fontenay-aux-roses, le portrait peu flatteur qu’il fait de ses parents, ses jugement impitoyables en matière de littérature réjouissent le public, peu habitué à tant de franchise. L’affaire provoque même une amorce de débat à l’Assemblée Nationale ! On adopte son rire de chouette, on s’amuse de ses rebuffades face à l’interviewer. Certains vont jusqu’à dire : Le vieux, c’est Mallet ; le jeune c’est Léautaud. » Jusqu’alors, l’édition en disque et en cassette de ces Entretiens (dont Truffaut a toujours dit qu’ils lui ont donné l’idée de son livre sur Hitchcock) n’en reprenait que quatre heures à peine. On peut enfin s’en procurer la quasi intégralité (plus de dix heures/un régal) avec une remarquable préface d’Edith Slive, chargée de la publication de l’œuvre inédite de Paul Léautaud. Bernard GENIN - TELERAMA
- « Une merveille d’intelligence à découvrir » par L’Enseignant
Le catalogue des éditions Frémeaux recèle des trésors… Témoin, ce coffret de dix CD regroupant des heures d’entretiens avec Léautaud. Une merveille d’intelligence à découvrir. Chez le même éditeur. Les misérables, raconté aux enfants, par le grand Guy Tréjan, superbe. L’ENSEIGNANT
- "Léautaud/Mallet" par Jean Amadou, Europe 1
Merci pour ce somptueux cadeau. Les entretiens de P. Léautaud et « Les hommes de bonne volonté ». Je les ai lus naguère…je m’apprête à les écouter.  Quant à Léautaud, c’est avec un bonheur constant d’entendre ce rire. Cette gaieté féroce qui n’a plus guère d’équivalent aujourd’hui. Jean AMADOU - EUROPE 1
- « Le corps est dans la voix » par Le Nouvel Observateur
Il a écrit « Voix off » (Mercure de France), son autoportrait en avaleur de fables, pendant ses tournées, dans des chambres d’hôtel : la voix se prolongeait par l’écriture, faisait silence mais ne se taisait pas. Denis Podalydès écrivain ? On imagine mal ce fabuleux liseur s’excuser, le soir, auprès de sa bibliothèque et dire à Michelet, à Faulkner, à Montaigne : « Patience, les enfants, c’est moi, maintenant, qu’on lit ! ». C’est que le 505e sociétaire de la Comédie Française, qui confie n’aimer rien tant que les voix des écrivains, celle de Paul Léautaud, par exemple, lisant son Journal, s’est fait autant connaître pour ses rôles que pour ses lectures. « Le corps est dans la voix », dit-il. Et d’expliquer comment lui est venu ce goût des mots : « Ma famille était très bavarde. Tout le monde parlait en même temps, voire tout seul. » […] Didier JACOB – LE NOUVEL OBSERVATEUR
Liste des crédits sur ce CD :
Leautaud Paul, Mallet Robert
CDPisteTitreArtiste principalAuteurDuréeEnregistré en
11Generique debut cd1Leautaud PaulLeautaud Paul00:00:262001
12Entretien 1Leautaud PaulLeautaud Paul00:18:592001
13Entretien 2Leautaud PaulLeautaud Paul00:15:502001
14Entretien 3Leautaud PaulLeautaud Paul00:19:082001
15Entretien 4Leautaud PaulLeautaud Paul00:16:502001
16Generique fin cd1Leautaud PaulLeautaud Paul00:00:232001
21Generique debut cd2Leautaud PaulLeautaud Paul00:00:252001
22Entretien 5Leautaud PaulLeautaud Paul00:18:082001
23Entretien 6Leautaud PaulLeautaud Paul00:18:142001
24Entretien 7Leautaud PaulLeautaud Paul00:19:482001
25Entretien 8Leautaud PaulLeautaud Paul00:16:552001
26Generique fin cd2Leautaud PaulLeautaud Paul00:00:192001
31Generique debut cd3Leautaud PaulLeautaud Paul00:00:262001
32Entretien 9Leautaud PaulLeautaud Paul00:16:092001
33Entretien 10Leautaud PaulLeautaud Paul00:17:142001
34Entretien 11Leautaud PaulLeautaud Paul00:19:202001
35Entretien 12Leautaud PaulLeautaud Paul00:19:022001
36Generique fin cd3Leautaud PaulLeautaud Paul00:00:232001
41Generique debut cd4Leautaud PaulLeautaud Paul00:00:252001
42Entretien 13Leautaud PaulLeautaud Paul00:16:402001
43Entretien 14Leautaud PaulLeautaud Paul00:17:492001
44Entretien 15Leautaud PaulLeautaud Paul00:17:242001
45Entretien 16Leautaud PaulLeautaud Paul00:16:322001
46Generique fin cd4Leautaud PaulLeautaud Paul00:00:232001
51Generique debut cd5Leautaud PaulLeautaud Paul00:00:262001
52Entretien 17Leautaud PaulLeautaud Paul00:16:132001
53Entretien 18Leautaud PaulLeautaud Paul00:18:192001
54Entretien 19Leautaud PaulLeautaud Paul00:17:062001
55Entretien 20Leautaud PaulLeautaud Paul00:18:072001
56Generique fin cd5Leautaud PaulLeautaud Paul00:00:232001
61Generique debut cd6Leautaud PaulLeautaud Paul00:00:242001
62Entretien 21Leautaud PaulLeautaud Paul00:19:282001
63Entretien 22Leautaud PaulLeautaud Paul00:19:202001
64Entretien 23Leautaud PaulLeautaud Paul00:19:102001
65Entretien 24Leautaud PaulLeautaud Paul00:18:052001
66Generique fin cd6Leautaud PaulLeautaud Paul00:00:232001
71Generique debut cd7Leautaud PaulLeautaud Paul00:00:242001
72Entretien 25Leautaud PaulLeautaud Paul00:19:202001
73Entretien 26Leautaud PaulLeautaud Paul00:18:152001
74Entretien 27Leautaud PaulLeautaud Paul00:15:552001
75Entretien 28Leautaud PaulLeautaud Paul00:19:482001
76Generique fin cd7Leautaud PaulLeautaud Paul00:00:232001
81Serie 2 entretien 1Leautaud PaulLeautaud Paul00:19:292001
82Serie 2 entretien 2Leautaud PaulLeautaud Paul00:19:272001
83Serie 2 entretien 3Leautaud PaulLeautaud Paul00:18:562001
84Serie 2 entretien 4Leautaud PaulLeautaud Paul00:21:072001
91Generique debut cd9Leautaud PaulLeautaud Paul00:00:252001
92Serie 2 entretien 5Leautaud PaulLeautaud Paul00:19:072001
93Serie 2 entretien 6Leautaud PaulLeautaud Paul00:18:262001
94Serie 2 entretien 7Leautaud PaulLeautaud Paul00:18:322001
95Generique fin cd9Leautaud PaulLeautaud Paul00:00:232001
101Leautaud benda entretien 8Leautaud PaulLeautaud Paul00:20:542001
102Leautaud benda entretien 2Leautaud PaulLeautaud Paul00:19:462001
103Leautaud benda entretien 3Leautaud PaulLeautaud Paul00:23:452001
104Leautaud benda entretien 4Leautaud PaulLeautaud Paul00:14:332001

:

3-5d.gif


Vous pouvez acheter ce produit :
- Chez votre disquaire (distribution Socadisc), chez votre libraire (distribution Frémeaux & Associés) ou par téléphone au 0143749024
- Sur lalibrairiesonore.com Acheter ce produit
- Sur librairie-audio.comAcheter ce produit Pré écoute possible de certains produits!

Egalement disponible aux éditions Frémeaux & Associés :

ANTHOLOGIE SONORE DE LA PENSEE FRANCAISE PAR LES PHILOSOPHES DU XXeme SIECLE
   
ANTHOLOGIE SONORE DE LA PENSEE FRANCAISE PAR LES PHILOSOPHES DU XXeme SIECLE
La contribution majeure des archives sonores au patrimoine intellectuel français !
Coffret 6 CD...
ANTHOLOGIE SONORE DE LA PENSEE FRANCAISE PAR LES PHILOSOPHES DU XXeme SIECLE
ANTHOLOGIE DE LA POESIE DE LANGUE FRANCAISE
   
ANTHOLOGIE DE LA POESIE DE LANGUE FRANCAISE
Coffret 6 CD & livret 80 pages présentant six siècles de poésie du Moyen-Age au...
ANTHOLOGIE DE LA POESIE DE LANGUE FRANCAISE
Liste des partenaire consacrés à ce CD :
- SCAM - Société Civile des Auteurs Multimédias
La société civile des auteurs multimédias rassemble réalisateurs, auteurs d’entretiens et de commentaires, écrivains, vidéastes, photographes et dessinateurs. Ces créateurs font la richesse documentaire de la radiophonie, de l’audiovisuel et des nouveaux médias. La SCAM les représente auprès du législateur, des producteurs et des diffuseurs. Elle discute, collecte et repartit leurs droits patrimoniaux, affirme leur droit moral et négocie leurs intérêts futurs.


Dernière mise à jour :: 25-07-2017 04:41
Fremeaux


Je suis :

Un particulier Un libraire

Un disquaire Une bibliothèque
 meublenatureok.gif

Catalogue Frémeaux
Catalogue Frémeaux
Je souhaite recevoir
le catalogue
Catalogue Frémeaux
Catalogue Frémeaux

Les livres sonores à l'écoute
templatefrmeaux_correc16.jpg
Fremeaux
Grand prix In Honorem
de l'Académie Charles Cros
pour son oeuvre d'éditeur

Fremeaux

UNE AFRIQUE EN RADIO
UNE AFRIQUE EN RADIO
Le présent coffret délivre une approche sonore de l’Afrique par le biais d’une...

SOCIALISME : DISCOURS HISTORIQUES & DOCUMENTS SONORES
SOCIALISME : DISCOURS HISTORIQUES & DOCUMENTS SONORES
1 coffret de 4 CD avec livret de 200 pages.

Première mondiale pour cette Anthologie Sonore...

RÉSISTANCE INTÉRIEURE - PARCOURS DE RÉSISTANTS
RÉSISTANCE INTÉRIEURE - PARCOURS DE RÉSISTANTS
Témoignages de résistants sur 3 CD produit par Paroles Images et Sons coédité par...

POP CULTURE (LES BEATLES, LES ROLLING STONES, CLAUDE FRANCOIS(...)
POP CULTURE (LES BEATLES, LES ROLLING STONES, CLAUDE FRANCOIS(...)
Interviews et reportages de François Jouffa 1964-1970

Ce disque réunit sous forme...

PAUL CLAUDEL & JEAN AMROUCHE
PAUL CLAUDEL & JEAN AMROUCHE
Enregistrement intégral en 12 CDs !


MICHEL BOUQUET
MICHEL BOUQUET
Grand Prix In Honorem 2006 de l'Académie Charles Cros.

“C’est à...

MARC CHAGALL
MARC CHAGALL
Interview historique de Marc Chagall (INA).

Vous savez, "je ne suis pas un fabriquant de...

L’ORIGINE DES ESPÈCES - CHARLES DARWIN
L’ORIGINE DES ESPÈCES - CHARLES DARWIN
Le 24 novembre 1859 paraît à Londres L’Origine des espèces par le moyen de la sélection...

L’ESPRIT ANARCHISTE DE LA COMMUNE A MAI 68
L’ESPRIT ANARCHISTE DE LA COMMUNE A MAI 68
Du Triomphe de l’anarchie de Charles d’Avray à Ni Dieu ni maître de Léo...

LOUIS FERDINAND CELINE
LOUIS FERDINAND CELINE
Anthologie officielle en 2 CD avec Céline, Michel Simon, Arletty, Pierre Brasseur, Albert Zbinden et...

LETTRES A VICTOR HUGO - LOUISE MICHEL
LETTRES A VICTOR HUGO - LOUISE MICHEL
On croit connaître Louise Michel : c’est la « Vierge rouge » de la Commune,...

LES VOIX DE L'AVIATION (1890-1938)
LES VOIX DE L'AVIATION (1890-1938)
Véritable panorama sonore des premières heures de l’aéroplane, Les Voix de...

LÉOPOLD SÉDAR SENGHOR
LÉOPOLD SÉDAR SENGHOR
Pour la première fois, des enregistrements historiques de Léopold Sédar Senghor sont...

LEAUTAUD - MALLET
LEAUTAUD - MALLET
Coffret 10 CD accompagné d'un livret 40 Pages.

Ce coffret présente sur 10 CD...

LA SEPARATION DE L' EGLISE ET DE L' ETAT
LA SEPARATION DE L' EGLISE ET DE L' ETAT
Adoptée en décembre 1905, la loi de Séparation des Eglises et de l’Etat met fin...

LA GRANDE GUERRE Vol1
LA GRANDE GUERRE Vol1
Coffret 3 CD avec livret 60 pages.

Pour la première fois, des documents sonores...

LA GRANDE GUERRE
LA GRANDE GUERRE
Ce coffret regroupe les deux ouvrages coédités par l’Historial et Frémeaux &...

LA DÉPORTATION
LA DÉPORTATION
Documents sonores sur 4 CD recueillis par Paroles-Images et Sons sous la direction de Pierre Guérin et...

L'AFRIQUE LITTERAIRE - POETES, ROMANCIERS ET DRAMATURGES
L'AFRIQUE LITTERAIRE - POETES, ROMANCIERS ET DRAMATURGES
L’AFRIQUE DES CULTURES
Poètes, romanciers et dramaturges : 34 grands auteurs pour une...

JEAN VILAR, HOMME DE THEATRE - WILLIAM SHAKESPEARE, LES SONGES
JEAN VILAR, HOMME DE THEATRE - WILLIAM SHAKESPEARE, LES SONGES
Il nous reste les écrits et la voix de celui qui a inventé l’expression si exacte de...

JACQUES PREVERT
JACQUES PREVERT
Ecouter l'univers de Jacques Prévert en 4 CD.
L'Enfance - L'Amour - La Musique - La...

HISTOIRE DES MYTHES GRECS (COLLECTION PUF FREMEAUX)
HISTOIRE DES MYTHES GRECS (COLLECTION PUF FREMEAUX)
L’épopée des dieux et des divinités, la ruse et le courage des héros...

HISTOIRE DE LA LITTÉRATURE FRANÇAISE VOL.5 (COLLECTION PUF FREMEAUX)
HISTOIRE DE LA LITTÉRATURE FRANÇAISE VOL.5 (COLLECTION PUF FREMEAUX)
Les Presses Universitaires de France et Frémeaux & Associés proposent des cours...

GENERAL DE GAULLE
GENERAL DE GAULLE
Frémeaux et Associés, avec l'aide de l'INA et de l'IAS, présente une anthologie des grands...

FRANCOISE DOLTO - LORSQUE L'ENFANT PARAÎT VOL 3
FRANCOISE DOLTO - LORSQUE L'ENFANT PARAÎT VOL 3
Ecouter vraiment Françoise Dolto s’adressant au grand public permettra de rectifier bien des idées...

FRANCOISE DOLTO - LORSQUE L'ENFANT PARAÎT VOL 2
FRANCOISE DOLTO - LORSQUE L'ENFANT PARAÎT VOL 2
Ecouter vraiment Françoise Dolto s’adressant au grand public permettra de rectifier bien des...

FRANCOIS MITTERRAND
FRANCOIS MITTERRAND
Les éditions sonores Frémeaux et Associés ont pris l'heureuse...

ENTRETIENS AVEC MARTIN GRAY
ENTRETIENS AVEC MARTIN GRAY
Témoignage de Martin Gray (Document 1985)

Martin Gray est un survivant de l'holocauste, enfermé à...

ANDRE MALRAUX
ANDRE MALRAUX
Coffret 3 CD audio avec livret 20 pages.
CD 1 L'Histoire, La Politique CD 2 L'Art, La Culture CD 3...

11 NOVEMBRE 1940
11 NOVEMBRE 1940
87 témoignages de Maurice Schumann, Amiral Philippe de Gaulle, Gérard Calvi, Jean de Lipkowski,...

Logo Radio France  Logo INA
 
Logo RFI
Logo PUF 
 
logo-facebook.gif

Rechercher dans le catalogue Frémeaux
Toutes les catégories :
Advertisement
Titre_Nouveau_Catalogue.gif
Catalogue 2016-2017
Titre_Evenement.gif
Pub Net Caveau Huchette.jpg
Titre_Galerie.gif
Pub Net Dernieres acquisitions - Galerie.jpg
Titre_DVD.gif
Pub Net Edgar morin.jpg
Titre_actualites.gif
Pub Net IntDjango.jpg
Titre Essentiel.gif
Pub Net Proust 6V.jpg
Titre_lucferry.gif
Philo-Mytho Ferry
Luc Ferry
Collection Luc Ferry
Inédits
Pub Net Live in Paris 6V Peterson.jpg
Feuille Nouveautés

Dictionnaire des Artistes
Dictionnaire des Artistes
Dictionnaire des Artistes
Présentation

• Pourquoi fremeaux.com ?
• Autorisations Cinéma, TV, musées...
• Une culture d'entreprise
• Charte qualité

Mémoires et études
Edité par Fremeaux et Associés
visuinternetdompublic.gif
Le patrimoine
sonore en
danger!
Interview de
Patrick
Frémeaux

Mémoires et études


Collection Histoire de France
Collection Histoire de France
Titre_Publicite.gif
Pub Net Cat. LibSonore 200pixels.png
Philosophie | Sciences Humaines | Histoire | Livres sonores | Contes | Enfants de 2 A 5 ans | Enfants de 6 A 11 ans | Son de la nature | Collection the quintessence | Jazz
Intégrale Django Reinhardt | Blues | Country & Rockn Roll | Gospel | Chanson française | Les cinglés du music hall | World Music | Classique | Frémeaux & Ass. Télévisions
Mentions légales - Recommander ce site - Ajouter aux favoris - Nous contacter - © 2006 Frémeaux et Associés
20, rue Robert Giraudineau - 94300 VINCENNES - FRANCE - Tél : +33 1 43 74 90 24 - Fax : +33 1 43 65 24 22
templatefrmeaux_correc69.gif