Fremeaux.com
 
CLIFFORD BROWN - QUINTESSENCE
Réf. : FA247

CLIFFORD BROWN - QUINTESSENCE

NEW YORK - PARIS - LOS ANGELES 1954-1956

Direction artistique : ALAIN GERBER, DANIEL NEVERS, ALAIN TERCINET
Label : FREMEAUX & ASSOCIES
Nombre de CD : 2
Vous pouvez acheter ce produit :

- Chez votre libraire ou maison de la presse (Frémeaux & Associés distribution)
- Chez votre disquaire ou à la Fnac (distribution : Socadisc)
- Sur lalibrairiesonore.com
- Sur librairie-audio.com Pré écoute de certains produits!
- Par téléphone au 01.43.74.90.24
Distinctions :
* * * * JAZZMAN / INDISPENSABLE JAZZ HOT / RECOMMANDÉ PAR FRANCE MUSIQUE
L’homme tranquille qui nous en fit voir trente-six chandelles.
Gene Krupa

Les coffrets « The Quintessence » jazz et blues, reconnus pour leur qualité dans le monde entier, font l’objet des meilleurs transferts analogiques à partir des disques sources, et d’une restauration numérique utilisant les technologies les plus sophistiquées sans jamais recourir à une modification du son d’origine qui nuirait à l’exhaustivité des informations sonores, à la dynamique et la cohérence de l’acoustique, et à l’authenticité de l’enregistrement original.
Chaque ouvrage sonore de la marque « Frémeaux & Associés » est accompagné d’un livret explicatif en langue française et d’un certificat de garantie.

There will never be an ending performance for him, because his constant desire was to make every musical moment one of sincere warmth and beauty...
Quincy Jones

Frémeaux & Associés’ « Quintessence » products have undergone an analogical and digital restoration process which is recognized throughout the world. Each 2 CD set edition includes liner notes in English as well as a guarantee.

Lou Donaldson Quintet : Brownie Speaks
Tadd Dameron Orch. : Theme Of No Repeat
Clifford Brown Sextet : Easy Living • Cherokee
Clifford Brown - Art Farmer & Swedish All Star : Stockholm Sweetnin’
Gigi Gryce & His Orch. : Brown Skins
Gigi Gryce & Clifford Brown Sextet : Salute To The Band Box
Clifford Brown Quartette : I Can Dream, Can’t I ? • You’re A Lucky Guy
Art Blakey Quintet : Wee Dot
Max Roach & Clifford Brown Group : Tenderly
Clifford Brown Orch. : Joy Spring • Gone With The Wind
Clifford Brown - Max Roach Quintet : Daahoud
All Star Live Jam Session : I’ve Got You Under My Skin (With Dinah Washington)
Clifford Brown - Max Roach Quintet : Jor-Du • I Get A Kick Out Of You
Sarah Vaughan With Clifford Brown : September Song
Helen Merrill With The Quincy Jones Orch. : Falling In Love With Love
Clifford Brown With Strings : Stardust
 Jam Session : Donna Lee • Clifford Brown - Max Roach Quintet : I’ll Remember April • What Is This Thing Called Love ?
Sonny Rollins Plus Four : Valse Hot • Pent-Up House

Droits :Frémeaux & Associés.
Liste des articles de presse consacrés à ce CD :
- "Tout à fait recommandable" par Arnaud Merlin
"On salue toujours avec plaisir les réalisations de la collection "Quintessence", une collection qui paraît chez Frémeaux et qui permet de parcourir l'oeuvre d'un grand du jazz en deux disques, avec également tout un accompagnement critique : livret très complet, discographie, toujours confiés à des spécialistes. Ici, quels spécialistes en l'occurence puisqu'il s'agit d'Alain Gerber et d'Alain Tercinet ! (...) Si vous voulez découvrir les différents aspects de l'oeuvre de ce trompettiste météorite du jazz moderne : une parfaite introduction tout à fait recommandable." 
par ARNAUD MERLIN - FRANCE MUSIQUE (PAR ICI LES SORTIES !)
- "Un tour quasi exhaustif de l’oeuvre de Clifford Brown" par Citizenjazz
"L’excellente série "The Quintessence" propose ici un tour quasi exhaustif de l’oeuvre de Clifford Brown : faut-il rappeler que le trompettiste est mort en 1956, à vingt-cinq ans seulement, dans un accident de la route ? Les vingt-cinq morceaux présentés dans ce double volume révèlent l’incroyable talent de celui qui a influencé un nombre incalculable de ses successeurs. Diction instrumentale parfaite quel que soit le tempo, clarté du discours, sensibilité et finesse d’expression dans les ballades... La polyvalence et la maturité laissent rêveur. A écouter en parcourant le livret érudit (rédigé par Alain Gerber et Alain Tercinet) qui éclaire la sélection de notes biographiques détaillées et parfois anecdotiques, contribuant ainsi à redonner vie à l’artiste disparu."
par ARNAUD STEFANI - CITIZENJAZZ
- « La joie de jouer » par Jazz Man
On peut faire confiance à Alain Gerber et à Alain Tercinet pour nous proposer la « quintessence » de l’œuvre enregistrée de Clifford Brown. Tous deux sont de grands admirateurs et connaissent parfaitement sa discographie. Préfacée par l’un, commentée titre après titre par l’autre, leur sélection en deux CD ne couvre en définitive qu’une brève période (1) : Clifford fit ses premières séances de jazz en juin 1953 et mourut dans un accident de la route en juin 1956. Heureusement que les producteurs de l’époque, ceux de Blue Note et d’Emarcy, lui ouvrirent souvent les portes des studios. Sans la joie de jouer de Clifford Brown immortalisée dans la cire, le monde ne serait pas tout à fait le même – et pas seulement parce qu’à leurs débuts, Lee Morgan et Freddie Hubbard ont passé des heures à repiquer ses phrases. Cette anthologie illustre ainsi  les différents contextes dans lesquels le trompettiste fut enregistré: disque en petit comité bebop, séances impromptues en Europe, albums de l’exceptionnel quintet avec Max Roach, jam session ou accompagnement de chanteuses. Un trait domine : même dans ses moments les plus fulgurants, jamais la virtuosité du trompettiste n’occulte la musicalité de ses phrases. Qui, de nos jours ? Vincent BESSIERES – JAZZ MAN
- « Un lyrisme hors du commun » par Jazz Magazine
Rarement cette série aura aussi bien porté son nom. Même si Clifford Brown a brièvement joué dans l’orchestre de Gillespie dès 1949 puis enregistré au sein d’une formation de R&B en 1952, c’est en 1953 que sa carrière prend son essor, pour s’achever brusquement dans un accident de la route en 1956. Pendant cette courte période, cet admirateur de Fats Navarro, doté d’une technique, mais surtout d’une imagination, d’une clarté d’expression et d’un lyrisme hors du commun, aura eu le temps de marquer l’histoire de cette musique et d’influencer à son tour nombre de trompettistes. Après avoir livré de somptueux solos avec les orchestres de Lou Donaldson (Browne Speaks) et Tadd Dameron, il va rapidement enregistrer sous son nom, au sein d’un sextette (avec Gigi Gryce, Art Blakey…) puis, dès 1954, d’un fameux quintette co-dirigé par Max Roach (Tenderly, Jor-Du, I Get a Kick Out Of You), quintette auquel participera Sonny Rollins (I’ll Remember April, What is this Thing Called Love ?). Au cours de ces années, il aura également effectué une tournée (et enregistré) en Europe, accompagné avec autant de bonheur Sarah Vaughan ou Dinah Washington qu’Helen Merril, gravé un disque « with strings » et composé Joy Spring ou Daahoud. Tous ces épisodes sont documentés dans cette sélection impeccable commentée avec beaucoup de pertinence par Alain Tercinet. Patrick POMMIER – JAZZ MAGAZINE
- « Clifford Brown » par Jazz Classique
Heureusement les musiciens parlent, et bousculent les barrières artificielles installées par les critiques et les historiens du jazz. C’est ainsi que le trompettiste Wendell Brunious répète inlassablement son admiration pour Clifford Brown et avoue la dette qu’il lui doit (ce que sa musique montre à l’évidence). Il n’est pas le seul. La majorité des trompettistes actuels de la Nouvelle-Orléans, même ceux qui s’inscrivent dans le mouvement traditionnel, font de même. Mais, ce qu’il y a d’intéressant dans le cas de  Wendell Brunious, c’est qu’il s’est installé en Europe après Katrina et qu’il fait aujourd’hui, régulièrement, des tournées en France (Il reviendra d’ailleurs début février). Ces nombreux concerts ont fini par convaincre la totalité des amateurs que Wendell est aujourd’hui, sur la scène internationale, un des trompettistes les plus importants. A partir de là, s’effectue quelque remise en question et celui qui baignait depuis toujours dans la certitude qu’il n’y avait point de salut en dehors du jazz qu’il connaissait finit par avoir envie de voir de plus près ce qu’il en est des inspiration de ses musiciens favoris. Ce long préambule pour dire qu’il n’y a un public plus grand qu’il n’y paraît pour une anthologie comme celle-ci. Comme chacun sait, Cliffrod Brown disparut a vingt-cinq ans dans un accident d’automobile et sa carrière au plus haut niveau n’a duré qu’un peu plus de trois années. Ces trois années furent heureusement bien remplies et riches sur le plan de l’enregistrement, d’autant plus qu’il n’y  eut pas de période de gestations : dès sa première séance (non retenue ici), avec un ensemble de rhythm n’ blues, le trompettiste possédait un jeu abouti ; A partir de la seconde, donc, publiée sous le nom de Lou Donaldson, Alain Tercinet nous fait visiter les différentes facettes de la discographie brownienne : les séances Blue Note, celles réalisées en catimini lors de la trounée européenne du big band de Lionel Hampton, le prestation au Birdland avec Blakey, quelques jam-sessions plus ou moins préméditées, trois flirts mémorables avec Dinah Washington, Sarah Vaughan et Helen Merrill, la célébrissime quintet avec Max Roach et l’ultime session dirigée par rollins. Tiens, je croyais que la dernière trace sonore de la trompette de Cliffrod Brown provenait de la jam de Philadelphie. Sur la pochette d’un LP acheté en 1973, supervisé par Henri Renaud (spécialiste de Cliffrod Brown s’il en fut) et intitulé «  the beginning and the end » Dan Morgenstern faisait dire au batteur Ellis Tollin : “  I was such a great session, and everybody was happy and felling good when  Brownie left that night ; The next morning we heard the news. It was heard to believe.” Il paraît que cette jam du 31 mai 1955…Je le crois volontiers; je n’ai aucun avis sur la question. Je regrette seulement un peu que l’on n’ait pas choisi Walkin’ ou Night In Tunisia. Mais il y a dans ces deux interprétations de longs solos de ténors (pas toujours très palpitant) qui sont peut-être responsable du choix de Dinah, plus court et, de toute façon, époustouflante. Il est difficile de se passer de la totalité de l’œuvre enregistrée de Cliffrod Brown mais la sélection réalisée ici permettra à n’importe qui d’avoir une idée précise de sa carrière. Je ne dis pas qu’elle permettra de démontrer l’étendu de son talent car, pour cela, un seul morceau suffit. N’importe lequel, parmi les vingt-cinq contenus dans ce coffret, vous convaincra de la stupéfiante aisance rythmique de Cliffrod Brown, grâce à laquelle il swingue les ballades comme bien peu de jazzman ont su le faire, de son inspirations si constante et originale, de la beauté de sa sonorité. Et comme le fait remarquer Alain gerber dans le texte introductif du livret, malgré les années qui passent, la musique de Cliffrod Brown ne perd rien de sa fraîcheur.
Guy CHAUVIER – JAZZ CLASSIQUE
- « Motivation généreuse de jouer » Par Jazz Hot
« Il faut un livre et non pas une chronique pour analyser tous les trésors contenus dans ces trois coffrets. Et c’est pour cela que nous leurs avons consacré l’indispensable espace dans notre CD-Rom avec notamment un chapitre pour « Weather Bird », avant-gardiste dialogue trompette et piano de 1928, guère dépassé de nos jours (mobilité, décontraction de la trompette) et qui ouvre, en jazz, une formule délicate à suivre pour l’endurance du souffleur. Il ne s’agit pas d’un morceau pour trompette avec accompagnement de piano (comme me sera « Dear Old Southland ») mais d’un échange à niveau égal. Pour nous, c’est le chef-d’œuvre du vol.5 de l’Intégrale Frémeaux qui porte pour sous-titre Tight Like This, choix plus expressif que technique. C’est aussi une pièce artistique essentielle de l’œuvre de Louis mais pour l’intensité dramatique qu’il donne aux notes (un extrait mp3 figure dans notre CD-Rom). Mais nous parlons là de la crème de la crème car « St. James Infirmary » a aussi fait date. Dans « I Can’t Give You », c’est le phrasé de Louis pour exprimer une chanson qui va bouleverser la façon de faire en jazz et variétés. La note tenue (« Mahogany Hall Stomp ») ou la reprise du thème dans l’aigu (« When You’re Smiling ») sont quelques procédés que Louis impose jamais. On oubliera les critiques dont le niveau de ridicule fut aussi génial que la musique de Louis, eux qui affirment catégoriques et infaillibles que l’orchestre Luis Russell était médiocre. Il est excellent pour l’époque et pour Louis. Pour preuve cette version instrumentale de  « I Ain’t Got Nobody » où J.C.Higginbotham (tb), Charlie Holmes (as) font du beau travail pour ne rien dire de la ligne de basse de Pops Foster. Il y avait à l’époque une version instrumentale et une version chantée. Pure anecdote, sauf que grâce à cela on dispose d’interprétations différentes sur un même thème. L’exposé avec sourdine (!) de « Body and Soul » ou celle ouverte de «Memories of You» (Lionel Hampton, vib) sont parmi les choses précieuse semées sur la Côte Ouest (1930-31). Nous avons signalé dans notre CD-Rom « Peanut Vendor » car Louis est aussi influent sur les premiers stylistes cubains (Félix Chappotin en tête.) L’orchestre avec Preston Jackson (tb) et Tubbay Hall (dm) (fin du vol.5, début du vol.6) fut longtemps le préféré de Louis : « I Surrender Dear », « Sleepy Time », « Lazy River », « Stardust », « Georgia », « All of Me » ! Les lèvres de Louis s’abîment et on « entend » une émission moins centrée dans l’introduction grandiose et poignante des deux versions de « You’ll Wish You’d Never Been Born » avec Chick Webb (1932). Malgré tout, Louis garde son panache (« I Got the World on a String ») et sa mise en place princière (« High Society ») (1933). Ce vol.6 reprend les bandes sonores de « Rhapsody in Black and Blue », « You Rascal You » (1932) et « Kobbenbayn Kalundborg or » (1933). Nous pensons, et la technique le permet (cf. CD-Rom), qu’il faut garder l’image qui ajoute à l’enseignement que l’on tirera du phénoménal Armstrong. Pour Louis, une intégrale est en cours. Bien sûr, Clifford mérite lui aussi une intégrale d’autant que pour l’instant la loi le permet encore. Le choix et celui d’une sélection, quintessence, en deux CD. Tout ce qui est reconnu vaut l’écoute notamment d’incontournables faces comme « Easy Living » (disque que préférait, dit-on, Brownie), « Cherokee » (modèle qui sera très suivi), « Joy Spring » (version 12 juillet 1954 avec Shelly Manne que nous préférons aussi, mais c’est celle du quintet avec Roach qui est prise pour référence), « Stardust » (cordes), « Jor-Du » (version concert, nous comprenons que certains musiciens soient gênés par ce type de drumming… pas Brownie), « Donna Lee » (jam de mai 1955, version qui a impressionné Jon Faddis). On n’a pas oublié de faire figurer l’indispensable travail de Brownie pour les dames (Sarah Vaughan – le « September Song » -,  Helen Merril). Pour Dinah Washington, c’est l’occasion d’une bataille à niveau égal entre Clark Terry, Maynard Ferguson et Clifford Brown (« I’ve Got You Under My Skin »). Un petit regret de ne pas voir figurer une version de « A Ghost of a Chance » car, pour nous, Brownie en était l’un des meilleurs interprètes (on trouvera la version Newport dans notre CD-Rom). Maîtrise de la colonne d’air, vélocité, belle articulation (qui se bonifiera), tout cela s’impose dès « Brownie Speaks », sans parler d’une logique du propos, un sens du phrasé comme dans « Theme of no Repeat » (avec sourdine). Enfin, et surtout, le contenu de son discours est mis en valeur par un timbre et une sonorité exceptionnels ainsi qu’une motivation généreuse de jouer. Le tout fit école. On pense au regretté Freddie Hubbard qui, le mieux selon nous, prit le tempérament flamboyant (en plus exhibitionniste). Mais à un tel niveau. Louis comme Brownie, on ne fait pas dans l’économie et les risques sont réels. On sait l’état des lèvres de Louis Armstrong. On sait aussi qu’avant sa mort prématurée, Clifford Brown commençait à souffrir des lèvres. Freddie Hubbard qui, avant Wynton Marsalis, s’orienta vers une synthèse de ces deux géantes (1987) connut un dommage labial débuté en 1992 et irréversible à partir de 19996. Comme dit Roger Guérin, la trompette n’est pas seulement difficile, c’est surtout très dur ! Respect donc à ceux qui dans l’excellence se sont donnés sans compter à leur instrument et au public. »
Par Michel Laplace — JAZZ HOT
Liste des crédits sur ce CD :
Clifford Brown, Brown C. , Dameron T. , Rainger R. , Robin L., Noble C. , Jones Q. , Gryce G. , Fain S. , Kahal I., Chaplin S. , Blakey Art , Rodgers R. , Hart L., Magidson H. , Wrubel A., Porter C. , Jordan D. , Weill K. , Anderson M., Carmichael H. , Parish M., Parker C. , Raye D. , De Paul G., Rollins Sonny
CDPisteTitreArtiste principalAuteurDuréeEnregistré en
11Brownie speaksClifford Brown 00:03:491953
12Theme of no repeatClifford Brown 00:05:231953
13Easy livingClifford Brown 00:03:441953
14CherokeeClifford Brown 00:03:271953
15Stockholm sweetnin'Clifford Brown 00:05:291953
16Brown skinsClifford Brown 00:06:111953
17Salute to the band boxClifford Brown 00:05:451953
18I can dream can't iClifford Brown 00:03:021953
19You're a lucky guyClifford Brown 00:02:471953
110Wee dotClifford Brown 00:08:331954
111TenderlyClifford Brown 00:05:311954
112Joy springClifford Brown 00:03:201954
113Gone with the windClifford Brown 00:03:441954
114DaahoudClifford Brown 00:04:071954
115I've got you under my skinClifford Brown 00:05:231954
21Jor duClifford Brown 00:09:561954
22I get a kick out of youClifford Brown 00:08:431954
23September songClifford Brown 00:05:481954
24Falling in love with loveClifford Brown 00:03:551954
25StardustClifford Brown 00:03:261955
26Donna leeClifford Brown 00:06:561955
27I'll remember aprilClifford Brown 00:09:231955
28What is this thing called loveClifford Brown 00:07:431956
29Valse hotClifford Brown 00:08:391956
210Pent up houseClifford Brown 00:08:541956
Availability

Usually ships in:

3-5d.gif




Vous pouvez acheter ce produit :
- Chez votre disquaire (distribution Socadisc), chez votre libraire (distribution Frémeaux & Associés) ou par téléphone au 0143749024
- Sur lalibrairiesonore.com Acheter ce produit
- Sur librairie-audio.comAcheter ce produit Pré écoute possible de certains produits!

Egalement disponible aux éditions Frémeaux & Associés :

LIONEL HAMPTON - QUINTESSENCE
   
LIONEL HAMPTON - QUINTESSENCE
Le marsupilami de la note bleue.
Alain Gerber

Les coffrets « The Quintessence » jazz...
LIONEL HAMPTON - QUINTESSENCE
SONNY ROLLINS - QUINTESSENCE
   
SONNY ROLLINS - QUINTESSENCE
“Ce qu’il veut, il ne le sait pas encore lui-même. Mais je parie ma chemise qu’il...
SONNY ROLLINS - QUINTESSENCE
DINAH WASHINGTON
   
DINAH WASHINGTON
Dinah Washington, la “Reine du Blues“, fut la plus grande blueswoman parmi les chanteuses de jazz...
DINAH WASHINGTON


Last Updated: Monday, 14 October 2019 15:12
Fremeaux


Je suis :

Un particulier Un libraire

Un disquaire Une bibliothèque
 meublenatureok.gif

Catalogue Frémeaux
Catalogue Frémeaux
Je souhaite recevoir
le catalogue
Catalogue Frémeaux
Catalogue Frémeaux

Les livres sonores à l'écoute
templatefrmeaux_correc16.jpg
Fremeaux
Grand prix In Honorem
de l'Académie Charles Cros
pour son oeuvre d'éditeur

Fremeaux

WOODY HERMAN - THE QUINTESSENCE 1939-1962
WOODY HERMAN - THE QUINTESSENCE 1939-1962
« Sur un point précis, Woody avait tort et j’avais raison : c’était un...

WES MONTGOMERY - THE QUINTESSENCE
WES MONTGOMERY - THE QUINTESSENCE
Mon intime conviction est qu’il convient (…) d’admirer sans réserve un artiste qui,...

TEDDY WILSON - QUINTESSENCE
TEDDY WILSON - QUINTESSENCE
“Si l’on se met en quête du premier pianiste qui coïncide absolument avec l’essence même du...

STEPHANE GRAPPELLI - THE QUINTESSENCE
STEPHANE GRAPPELLI - THE QUINTESSENCE
Quand on me demande si j’étais le violoniste de Django Reinhardt, ça m’agace et...

STAN GETZ - QUINTESSENCE
STAN GETZ - QUINTESSENCE
“Tu es mon chanteur”.
(Lester young à stan getz, en janvier 1959, au Blue note de la rue...

SIDNEY BECHET - THE QUINTESSENCE VOL. 2
SIDNEY BECHET - THE QUINTESSENCE VOL. 2
« On voit bien qu’il est fou de son art, cet homme, que la musique est pour lui fonction vitale....

SARAH VAUGHAN - VOL2 - THE QUINTESSENCE
SARAH VAUGHAN - VOL2 - THE QUINTESSENCE
« Courir le risque de la perfection ? par bonheur, sarah l’effrontée sut aussi, et mieux...

SARAH VAUGHAN - QUINTESSENCE
SARAH VAUGHAN - QUINTESSENCE
"Sarah Vaughan, 'une chanteuse pour musiciens."
Dizzy Gillespie

Diffuser le meilleur de l'oeuvre des...

ROY HAYNES - THE QUINTESSENCE
ROY HAYNES - THE QUINTESSENCE
Très tôt, il a su mettre le silence de son côté. Très tôt, ses...

MICHEL WARLOP - THE QUINTESSENCE
MICHEL WARLOP - THE QUINTESSENCE
« Il y avait un étrange personnage, pâle, aux yeux délavés, qui jouait du...

MAX ROACH - THE QUINTESSENCE
MAX ROACH - THE QUINTESSENCE
On parle sans indulgence des artistes qui ont forcé leur talent : le plus grand talent de Max Roach...

MARTIAL SOLAL - THE QUINTESSENCE
MARTIAL SOLAL - THE QUINTESSENCE
Solal fut l’un des premiers non-Américains à assimiler ce principe : on ne pense avec...

LOUIS ARMSTRONG - QUINTESSENCE VOL 2
LOUIS ARMSTRONG - QUINTESSENCE VOL 2
Un vaste chantier où s'élabore avec méthode un langage inouï.
Alain Gerber

Les...

FLETCHER HENDERSON - QUINTESSENCE
FLETCHER HENDERSON - QUINTESSENCE
Il laisse dans le siècle, à défaut d'un nom gigantesque, une empreinte indélébile.
Alain...

FATS WALLER - QUINTESSENCE
FATS WALLER - QUINTESSENCE
... Son rire comme un seau d'eau sur les traces de ses illusions perdues.
Alain Gerber

Les coffrets...

ERROLL GARNER - THE QUINTESSENCE Vol.2
ERROLL GARNER - THE QUINTESSENCE Vol.2
Je ne pense pas qu’il y ait aujourd’hui dans le jazz un seul pianiste, de quelque...

ERROLL GARNER - QUINTESSENCE
ERROLL GARNER - QUINTESSENCE
"Garner? Un Fats Waller qui aurait été élevé chez Minton."
Boris Vian

ELVIN JONES
ELVIN JONES
« La recherche d’un style doit rester le cadet de vos soucis. Ce qui importe,...

DUKE ELLINGTON - QUINTESSENCE VOL 1
DUKE ELLINGTON - QUINTESSENCE VOL 1
Plus d'amour et de songe que n'en contient une vision bouddhiste...
Alain Gerber

Les coffrets...

DJANGO REINHARDT - QUINTESSENCE VOL 2
DJANGO REINHARDT - QUINTESSENCE VOL 2
Il nous groupe autour d'un feu de camp bohémien et nous enlève à nos familles spirituelles (je veux dire...

DIZZY GILLESPIE - QUINTESSENCE
DIZZY GILLESPIE - QUINTESSENCE
"Dizzy Gillespie a élevé la facture du solo de trompette à un niveau jusqu'à lui inconnu dans le...

DEXTER GORDON
DEXTER GORDON

« Dexter s’élève tel un...

COUNT BASIE - QUINTESSENCE VOL 2
COUNT BASIE - QUINTESSENCE VOL 2
“Je dirai simplement que j’étais là, et que j’essayais de faire ce que j’avais envie de...

CLIFFORD BROWN - QUINTESSENCE
CLIFFORD BROWN - QUINTESSENCE
L’homme tranquille qui nous en fit voir trente-six chandelles.
Gene Krupa

Les coffrets « The...

CHICK WEBB & ELLA FITZGERALD - QUINTESSENCE
CHICK WEBB & ELLA FITZGERALD - QUINTESSENCE
The King of the drums et 'The first lady of swing".
Alain Gerber

Les coffrets « The...

CHARLIE PARKER - QUINTESSENCE Vol 2
CHARLIE PARKER - QUINTESSENCE Vol 2
“L’aventure de ce maudit aura été exemplaire de la difficulté d’Être pour un artiste...

CHARLIE CHRISTIAN - QUINTESSENCE
CHARLIE CHRISTIAN - QUINTESSENCE
Toute une école, depuis près d'un demi siècle, cherche des idées dans ses trouvailles.
Alain...

BILL EVANS - THE QUINTESSENCE
BILL EVANS - THE QUINTESSENCE
La manière de Bill Evans n’est pas du tout volatile : elle est aérée, elle est...

ART TATUM - QUINTESSENCE
ART TATUM - QUINTESSENCE
Ce crépitement de paillettes n'avait rien d'un feu de paille.
Alain Gerber

Diffuser le meilleur de l'oeuvre...

ART BLAKEY & THE JAZZ MESSENGERS - THE QUINTESSENCE
ART BLAKEY & THE JAZZ MESSENGERS - THE QUINTESSENCE
Le jazz est notre contribution à ce monde, à nous Afro-américains, même si ce...

Logo Radio France  Logo INA
 
Logo RFI
Logo PUF 
 
logo-facebook.gif

Rechercher dans le catalogue Frémeaux
Toutes les catégories :
Advertisement
Titre_Nouveau_Catalogue.gif
Pub Net Cat 2018-2019.jpg
Titre_Galerie.gif
NET - Expo Chica - Galerie F&A.jpg
Titre Noel 2018.jpg
NET Proust.jpg
Titre Soul.gif
NET Soul.jpg
Titre Figure de l'histoire.gif
Pub Net Figures Histoire.jpg
Luc Ferry
Collection Luc Ferry
Inédits
Pub Net Live in Paris 6V Stan Getz.jpg
Feuille Nouveautés

Dictionnaire des Artistes
Dictionnaire des Artistes
Dictionnaire des Artistes
Présentation

• Pourquoi fremeaux.com ?
• Autorisations Cinéma, TV, musées...
• Une culture d'entreprise
• Charte qualité

Mémoires et études
Edité par Fremeaux et Associés
visuinternetdompublic.gif
Le patrimoine
sonore en
danger!
Interview de
Patrick
Frémeaux

Mémoires et études

Titre_DVD.gif

Collection Histoire de France
Collection Histoire de France
Titre_Publicite.gif
Pub Net Cat. LibSonore 200pixels.png
Philosophie | Sciences Humaines | Histoire | Livres sonores | Contes | Enfants de 2 A 5 ans | Enfants de 6 A 11 ans | Son de la nature | Collection the quintessence | Jazz
Intégrale Django Reinhardt | Blues | Country & Rockn Roll | Gospel | Chanson française | Les cinglés du music hall | World Music | Classique | Frémeaux & Ass. Télévisions
Mentions légales - Recommander ce site - Ajouter aux favoris - Nous contacter - © 2006 Frémeaux et Associés
20, rue Robert Giraudineau - 94300 VINCENNES - FRANCE - Tél : +33 1 43 74 90 24 - Fax : +33 1 43 65 24 22
templatefrmeaux_correc69.gif