Fremeaux.com
 
AL LIRVAT AND HIS CIGAL'S BAND - PARIS 1955
Réf. : FA5215

AL LIRVAT AND HIS CIGAL'S BAND - PARIS 1955

AL LIRVAT INCLUDED BENNY WATERS

Direction artistique : JEAN PIERRE MEUNIER
Label : FREMEAUX & ASSOCIES
Nombre de CD : 1
Vous pouvez acheter ce produit :

- Chez votre libraire ou maison de la presse (Frémeaux & Associés distribution)
- Chez votre disquaire ou à la Fnac (distribution : Socadisc)
- Sur lalibrairiesonore.com
- Sur librairie-audio.com Pré écoute de certains produits!
- Par téléphone au 01.43.74.90.24
Distinctions :
* * * * JAZZMAN / RECOMMANDÉ PAR RFI / RECOMMANDÉ PAR RFO / RECOMMANDÉ PAR FRANCE MUSIQUE / RECOMMANDÉ PAR FIP
"1955. La Brasserie de la Cigale ou Harlem à Paris. Entre Dixieland, Middle Jazz et Rhythm n’ Blues, le sextet du tromboniste guadeloupéen Al Lirvat nous offre un feu d’artifice de groove et de swing. Rare performance du saxophoniste américain Benny Waters, au meilleur de sa forme. Un document exceptionnel et historique à tous points de vue."
Jean-Pierre Meunier

"1955. The Brasserie de la Cigale was the Parisian Harlem.  Influenced by Dixieland, Middle Jazz and Rhythm ‘n Blues, the sextet led by the Guadeloupian trombonist Al Lirvat presents a pyrotechnic display of groove and swing.  A rare performance by the American saxist Benny Waters, on excellent form.  An exceptional and historic document in every way." 
Jean-Pierre Meunier

Al Lirvat (tb), Benny Waters (ts, ss, cl), Childebert Mourinet (as), Pierre Jean-Louis (p), René James (b), Harold Smith (dm), Georgie Smith (voc).

Production : Frémeaux & Associés avec le soutien d'Al Lirvat. (antilles, créole, caraîbes, biguine, french west indies).
Droits : Groupe Frémeaux Colombini SAS.
Liste des articles de presse consacrés à ce CD :
- « Tout le talent du jazzman Al Lirvat » par Le Journal du Dimanche
Il était une fois, à Paris, au cœur de Pigalle, une brasserie pittoresque où, pour le prix d’une bière pression, on pouvait déguster, sans modération, jusqu’au bout de la nuit, un jazz explosif sous l’impulsion du tromboniste guadeloupéen Al Lirvat entourés de musiciens également domiens. Cette brasserie où se côtoyaient, dans une ambiance détendue et joyeuse, soldats américains, prostitués et jazzophiles se nommait « La Cigale ». Pendant vingt ans, de 1955 à 1975, cette boite, aux parfums de Harlem, fut un haut lieu du jazz de la capitale. Al Lirvat s’est éteint, voici un an, à l’âge de 91 ans, après avoir enregistré un centaine de disques, soixante-dix-huit-tours et microsillons, des trésors aujourd’hui introuvables. Raison de plus pour acquérir l’album qu’il a gravé à Paris, en 1955, à la tête de son orchestre de La Cigale où figurent, exceptionnellement, le fougueux saxophoniste américain Benny Waters à la fois disciple de Bechet, de Hawkins. Une réédition que l’on doit aux Editions Frémeaux soucieuses de la sauvegarde de la belle mémoire musicale. C’est toute l’ambivalence de la jam session permanente à la Hampton que l’on retrouve dans ce CD à travers une douzaine de thèmes, pour la plupart des standards, de « Route 66 » à « When the Saints » où la sonorité puissante, chaleureuse et cuivrée du tromboniste leader fait merveille ! Si le présent album révèle tout le talent du jazzman Al Lirvat, il ne faudrait pas oublier l’impulsion déterminante qu’il a donné à la musique antillaise, favorisant l’essor du jazz caribéen dont Michel Sarbady, André Condouant, Alain Jean-Marie, Mario Canonge et quelques autres demeurent aujourd’hui les plus illustres représentants . LE JOURNAL DU DIMANCHE
- "A highly accomplished trombonist from Guadeloupe" par Blues & Rhythm
"Back around the time that this set was originally recorded, Paris was the jazz capital of Europe, attracting many Americans, some of whom settled there – but this CD shows that there was no lack of talent from elsewhere to be found in the French capital. The Brasserie De La Cigale was a prestigious club (though a flyer reproduced in the excellent and detailed booklet states, “We are a ‘café’, not a ‘night club’”) featuring musicians on long residencies and despite being a studio recording, this CD apparently captures the sound and ambience very well. I can certainly believe it. Al Lirvat, who died last year aged 91, was a highly accomplished trombonist from Guadeloupe in the Caribbean, equally at home with biguine as with jazz, though the focus of this set is firmly on the latter. His band comprises fellow Guadeloupeans Childebert Mourinet on alto sax and pianist Pierre Jean-Louis, bassist René James from Madagascar, and Trinidadian brothers Harold (drums) and Georgie Smith (vocals) – oh, and on tenor and soprano saxes and clarinet, Benny Waters.
Brighton, Maryland born Benny Waters had settled in France by the time of this session but he had taught future Duke Ellington baritone saxist Harry Carney, worked with Charlie Johnson’s and Fletcher Henderson’s bands and played on numerous recording sessions prior to World War II; post-war he had toured and recorded for a couple of years with Roy Milton and that influence certainly surfaces on a couple of items on this excellent blowing session. Most obvious of course is ‘Blues In The Groove’, a fine riffing instrumental, though the swinging Lirvat composition ‘No Work Today’ also finds Waters essaying R’n’B licks on his tenor sax. ‘Swinging’ does in fact nicely describe much of this album. There are also a couple of languid ballads, an excellent soprano sax feature for Waters on the opening ‘Summertime’, and Georgie Smith comes across sub-Louis Armstrong with his singing on ‘Yes! The Cigal Sings Again’; he also sings on ‘Saints’, really just an excuse for everyone to take a chorus or two.
This music was originally issued by the largely classical label Urania Records, and it seems most records were sold in the club itself. The sound quality is excellent, and any student of jazz in Europe – or lover of Benny Waters’ music - is recommended to pick up a copy."
by NORMAN DARWEN - BLUES & RHYTHM
- « Un événement musical » par Classica Répertoire
Pigalle, alors haut lieu cinématographique, offrait au promeneur dans les années 1950 et 1960 (et même jusqu’en 1975) toutes sortes d’endroits où il pouvait pour une bière (ou autre chose) écouter de la musique vivante, jouée par des vrais gens sur des vrais instruments. La Cigale  était l’un de ces endroits qui justifiait à lui seul une sortie jusqu’à l’heure du dernier métro. L’orchestre d’Al Lirvat y régnait en petit maître. Le jazz le plus simple (non simpliste), le plus direct, le plus sincère aussi, s’y faisait entendre. Le tromboniste guadeloupéen y était entouré de musiciens pleins de santé: entre autres, Benny Waters (mort à 96 ans), Michel Sardaby (toujours en activité) ou le regretté Robert Mavounzy, mystérieusement décédé. En février 1955 l’animateur d’une petite maison de disques, Uriana, à l’idée d’enregistrer cette formation familière aux Parisiens noctambules. Paraissent ainsi quatre 33 tours 17 cm aux pochettes noir et blanc devenues depuis des raretés insignes, le distributeur Tahlia Disques ayant rapidement fait faillite. On ne saurait donc trop remercier Jean-Pierre Meunier et Patrick Frémeaux de mettre à disposition dans des conditions superlatives l’ensemble de ce qui a été  enregistré et d’apporter toute la documentation souhaitable sur cette formation devenue légendaire qui a conquis au jazz avec entrain et décontraction plusieurs générations. Y sont en particulier reproduites les quatre fameuses pochettes des vinyles Urania (dont seul le UJLP 802 fut un peu distribué). Davantage qu’un événement musical, il s’agit de la résurrection de temps disparus restés chers à tous ceux qui les vécurent, charmeurs à ceux qui en découvrirent les traces émouvantes. CLASSICA REPERTOIRE
- «Tromboniste de valeur et personnage-clef du jazz parisien » par Jazzman
En ces années-là, lorsqu’ un amateur avait dépensé toutes ses économie entre le club de St Germain et le Blue Note, il lui restait une seul solution afin d’assouvir son vice : aller pour le prix d’une consommation écouter les « Antillais » à la Cigale. Sous le signe de l’éclectisme s’y pratiquait un jazz roboratif de première qualité. Nous est offert aujourd’hui l’opportunité de revenir sur ces moments de bonheur et, un demi siècle plus tard, s’imposent toujours la qualité des arrangements d’Al Lirvat (Route 66, I’m in the mood for love, When the saints) et la valeur des solistes. Benny Waters qui, sur Blues in the Groove ou Yes ! The Cigal Sing again damerait le pion à l’illinois Jacquet ; Chidebert Mourinet proche de l’excellent Robert Ma-Vounzy ; Pierre Jean Louis, surprenant pianiste ( Two Baboons) et Al Lirvat lui-même, tromboniste de valeur et personnage-clef du jazz parisien qui révéla Michel Sardaby, Alain Jean Marie et André Condouant. Il est bon de pouvoir lui rendre tribut aujourd’hui.
Alain TERCINET – JAZZMAN
- « Al Lirvat and his cigals band» par Jazz Magazine
De 1955 à 1961, le tromboniste guadeloupéen Al Lirvat a dirigé l’orchestre de la Brasserie de la Cigale, qui comptait dans ces rangs le saxophoniste Benny Waters. Il existe peu d’enregistrements de ce septette, qui naviguait entre middle jazz du dixieland. Celui-ci, datant de 1955, témoigne d’une des facettes du jazz que l’on pouvait entendre alors à Paris.
P.P - JAZZ MAGAZINE
- « Al Lirvat » par Audiovidéo
Voici l’exemple, presque caricatural, de musiciens oubliés par le star system, et qui, pourtant jouaient comme des dieux. Dès la première note, jouée au sax soprano par Benny Waters avec une force qui rappelle celle d’un Sidney Bechet, on est saisi par l’émotion. Dès que l’orchestre commence à se donner, avec une fougue digne des plus grands, on est gagné par le swing. Le tromboniste guadeloupéen Al Lirvat, Childebert Mourinet, dit Chil’ Debeer (as), Pierre Jean-Louis (p), René James (b), Harold Smith (dm), Georgie Smith (voc) animaient la brasserie de la Cigale dans les années cinquante. Summertime, Route 66, When the saint, c’est du plaisir à l’état pur. Frémeaux nous le restitue. Si les droits d’auteur devaient être allongés, comme prévu, à 95 ans pour les ayants droit, qui se souviendrait encore d’eux en 2055 ?
Michel BEDIN - AUDIOVIDEO
- « Al Lirvat and His Cigal’s Band » par Phonoscopies
A la brasserie La Cigale, 124 bd Rochechouart, l’un des lieux mythiques du jazz parisien, se produisit en 1955, et pour des années, un remarquable orchestre de style traditionnel, dirigé par le tromboniste Al Lirvat à la tête d’un sextette où se détachait le clarinettiste et le saxophoniste Benny Waters. Nous avouons l’avoir parfois écouté « à travers la vitre »… PHONOSCOPIES
- « La formule assez originale » par Jazz Classique
« Il est extrêmement émouvant, pour moi, de découvrir cette séance historique d’Al Lirvat, car c’est à La Cigale que j’ai entendu mon premier concert de jazz, l’endroit étant moins pince-fesse que La Huchette ou d’autres clubs du Quartier Latin. De plus, j’y fis mes premiers pas professionnels au mois d’août 1974, à la demande de Francis Weiss, qui avait remplacé le pauvre Robert Mavounzy, disparu tragiquement à la fin du printemps, mais n’avait pu annuler ses vacances familiales. Il me fut donné de fréquenter quotidiennement le plus sympathique, cool, intelligent et plein d’humour des chefs d’orchestre, Albert lui-même, dont je m’inspire, aujourd’hui encore, pour diriger sur scène. Je retrouve, déjà dans ce disque, toutes ces qualités dont le fondement était une modestie à toute épreuve, un art discret pour faire briller ses partenaires, sans oublier de passer la surmultipliée, au moins une fois par set. Au piano, dans l’ombre propice à sa timidité légendaire, se tenait l’immense Alain Jean-Marie, fraîchement débarqué de la Guadeloupe.
Mais revenons en 1955, avec cet orchestre à la formule assez originale : un trombone et deux saxes pour la mélodique, permettant un son relativement moëlleux, bien dans le feeling d’Albert, avec des leads d’alto de Childebert Mourinet, excellent saxophoniste antillais, dont on sent bien qu’il n’a pas joué que du jazz, mais qui donne le meilleur de lui-même, aiguillonné par la présence du phénoménal Benny Waters.
Ancien des orchestres de King Oliver, Clarence Williams, Fletcher Henderson, Charlie Johnson, Stuff Smith, Claude Hopkins, Jimmie Lunceford, Roy Milton et Jimmy Archey, il s’était établi en Europe (Suisse, puis France) en collaborant notamment avec Bill Coleman, puis devint un pilier de cette étonnante brasserie de la Cigale, où se mêlaient Américains et Antillais, pour le plus grand plaisir d’un public dénué de tout sectarisme. On retrouve dans cette séance, le soucis de faire cohabiter les grands standards (Summertime, The Saints, etc.), les chansons populaires (Don’t Blame Me, I’m In The Mood For Love), généralement spécialités du patron, et des compos originales, très influencées par l’univers bop, une couleur antillaise se profilant çà et là. La rythmique, emmenée par un bouillant Pierre Jean- Louis, qui fleure son Bud Powell à cent pas, est très agréable et sonne plus actuelle que l’on pourrait s’attendre. Enfin on apprécie quelques vocaux de Georgie Smith, frère du batteur de la séance, Harold. Ce C.D. est un document exceptionnel, qui fait revivre la musique de cette brasserie avec beaucoup d’honnêteté et de swing.
On doit remercier très chaleureusement Jean – Pierre Meunier pour la formidable qualité de son travail, tant pour la restitution de la musique, que pour les textes du booklet, qui constitue un maillon indispensable de la connaissance du jazz en France.
Je ne peux finir cette chronique sans évoquer, une dernière fois, le swing, la vitalité, le sens de la scène et la grande gentillesse à mon égard (je lui portais ses valises de saxes avec fierté) de Benny qui m’a tant appris, et la chaleureuse et paternelle attitude d’Albert, heureux compositeur de Célestin, que le génial Eddy Louiss me permit d’interpréter au Grand Cabaret de Fort de France devant Aimé Césaire et des milliers d’Antillais, mes frères. »
Par Daniel Huck - JAZZ CLASSIQUE
- « L’orchestre pétille de swing, de punch » par Revue des Médiathèques et des Collections Musicales
« Né en 1916, décédé en juin 2007, le tromboniste (et multi-instrumentiste : guitare, chant) Albert «Al» Lirvat a vécu une très longue et foisonnante carrière musicale. Une vie de musicien aux multiples facettes : trombone soliste, sideman recherché, compositeur talentueux, chef d’orchestre très demandé. Cela dans deux principales esthétiques musicales : la musique antillaise qu’elle soit traditionnelle ou réinterprétée (il est l’inventeur d’un style nommé la biguine wabap mêlant la biguine traditionnelle des Antilles francophones et le jazz) et le jazz. Dans ce dernier domaine, le jazz d’Al Lirvat va du jazz classique au jazz moderne be-bop. Au milieu des années cinquante le propriétaire d’une grande brasserie parisienne nommée « La Cigale » , sise 124 boulevard Rochechouard à Paris, lui confie le soin de monter un orchestre « maison » pour animer  les soirées et un concert régulier le dimanche  en fin d’après-midi. Ainsi Al Lirvat et son sextette animent ce lieu quasiment jusqu’à sa fermeture en septembre 1975. Située dans le quartier des musiciens (Pigalle), La Cigale fut pendant près de vingt ans un haut lieu du jazz parisien. Haut lieu où le sextette d’Al Lirvat  distilla un jazz tant raffiné que bon enfant et dansant. Beaucoup de musiciens de jazz des Antilles françaises firent ici leur début, comme le pianiste guadeloupéen Alain Jean-Marie. Quelques musiciens américains passèrent dans l’orchestre. Et parmi eux le saxophoniste Benny Waters qui joua Fletcher Henderson en 1929. L’opus intitulé Al Lirvat And His Cigal’s Band feat. Benny Waters, réédité de main de maître par le spécialiste des musiques antillaises Jean-Pierre Meunier chez Frémeaux & Associés est un témoignage essentiel du jazz « cigalien ». Enregistré au cours de la première année de résidence à La Cigale, l’orchestre pétille de swing, de punch, de poésie et de raffinement même dû aux arrangements du leader et de son invité américain. Bien sûr ça n’est pas la même chose que Duke Ellington ni même Count Basie. Mais l’orchestre d’Al Lirvat a un son bien à lui, des solistes inventifs. Quelle version de Summertime par Benny Waters au saxophone soprano, hommage pertient à Sidney Bechet ! Quel magnifique thème qu’est When The Saints Go Marchin’in qui donne immédiatement envie de danser. À côté des grands maîtres, il y a les grands petits maîtres. Al Lirvat et Benny Waters sont  de ceux-là. Une réédition jazz indispensable. Vraiment ! »
Par Jean-Claude Quéroy  -  REVUE DES MÉDIATHÈQUES ET DES COLLECTIONS MUSICALES
- « C’est un plaisir » par Jazz Hot
« Nous avons connu La Cigale, un café avec une petite scène où s’exprima l’orchestre du tromboniste guadeloupéen Al Lirvat (1916-2007) dont la disparition récente n’a pas saturé les pages des revues de jazz. Nous nous souvenons qu’il y avait des photos à l’entrée dont celle de Benny Waters. Lirvat a dirigé l’orchestre à La Cigale en 1955-61 et 1969-75. Dans les années 1960, le trompettiste Jacques (Jack) Butler y officia, mais il était déjà en place avant Lirvat, car c’est lui qui a engagé en mars 1954 Benny Waters, arrivé en France en 1952 dans l’orchestre du trombone Jimmy Archey. Il s’illustra avant chez Bill Coleman (1953-54). Cette réédition des rares microsillons 33t-17cm Urania rend justice à Benny Waters, soliste au soprano dans un « Sumertime » qui cherche à rivaliser avec la version géniale de Sidney Bechet. Le plus souvent, ici, il est au ténor dans un style rond et volubile, inimitable, puissant vers de (rares) moments « hurleurs », lui qui est passé dans l’orchestre rhythm & blues de Roy Milton (1947-48) et qui, on le sait moins, fit (comme Guy Lafitte) quelques séances de rock & roll. C’est l’excellent et oublié Harry Perret qui rendra la suite de Benny Waters à La Cigale en 1956. Lorsque nous sommes allés à La Cigale en 1972, l’altiste était le légendaire Robert Mavounzy (il a joué en 1970-74). Il faut souligner dès maintenant que, comme Mavounzy, Lirvat ne fut pas insensible au bebop (à partir de 1948) et que le présent disque n’est pas de la biguine. Il s’agit d’un jazz qui du style mainstream pour l’ancrage, « évoque » le dixieland (« Original Dixieland One-Step ») et touche, plus souvent, au bop dans les riffes, le jeu de l’altiste et du pianiste Pierre Jean-Louis. Un passage chanté par Georgie Smith est même une caricature à peine exagérée des vocalises de Dizzy Gillespie et Joe Carroll, très populaires en France depuis un séjour en 1953 (« Yes, the cigal sings again »). Est-ce cette fréquentation boppisante  (superficiellement) qui vaut à Benny Waters de ne pas figurer dans le Dictionnaire du jazz d’Hugues Panassié ? Childebert Mourinet (1924-19996), lui, est ignoré de tout le monde (ou presque). Né en Guadeloupe, il fut d’abord batteur et trompettiste avant de se consacrer au saxo alto. Ce brillant disciple de Robert Mavounzy a joué à La Cigale pour les trompettistes Hubert Pontat (1952) et Jacques Bulter ( en 1953-54), puis pour Al Lirvat (1955-57). Toutes ses interventions dans ce disque sont du plus haut intérêt. Les arrangements d’Al Lirvat sont simples donc efficaces, et son jeu de trombone est savoureux (« Don’t Blame Me », etc.) : sonorité des tournures bop qui sonnent «  rapportées » (comme si un Al Grey cherchait à imiter Curtis Fuller). C’est un plaisir. Une réédition d’autant plus réussie que le livret (texte de Jean Pierre Meunier et photos rares) est d’un très bon niveau d’information. »
Par Michel Laplace — JAZZ HOT
Liste des crédits sur ce CD :
Al Lirvat, Gershwin Georges , Lirvat Al. , Troup Bobby , Mchugh J. , Waters Benjamin , Fields D., Colombo Joseph , Smith G. , Traditionnel , Nichols Red
CDPisteTitreArtiste principalAuteurDuréeEnregistré en
11SummertimeAl Lirvat 00:03:461955
12Give over the cheatAl Lirvat 00:03:121955
13Route 66Al Lirvat 00:04:431955
14Don't blame meAl Lirvat 00:06:031955
15No work todayAl Lirvat 00:03:251955
16It's wonderful to be in loveAl Lirvat 00:04:111955
17I'm in the mood for loveAl Lirvat 00:06:281955
18Two baboonsAl Lirvat 00:03:241955
19Blues in the grooveAl Lirvat 00:03:391955
110Yes the cigal sings againAl Lirvat 00:05:371955
111When the saints go marchin' inAl Lirvat 00:03:271955
112Original dixieland one stepAl Lirvat 00:02:521955

:

3-5d.gif




Vous pouvez acheter ce produit :
- Chez votre disquaire (distribution Socadisc), chez votre libraire (distribution Frémeaux & Associés) ou par téléphone au 0143749024
- Sur lalibrairiesonore.com Acheter ce produit
- Sur librairie-audio.comAcheter ce produit Pré écoute possible de certains produits!

Egalement disponible aux éditions Frémeaux & Associés :

STELLIO
   
STELLIO
Enfin réunis dans leur intégralité, les premiers enregistrements du clarinettiste légendaire qui...
STELLIO
SWING CARAIBE
   
SWING CARAIBE
Un nouvel éclairage sur l'un des aspects les plus occultés de l'histoire du jazz : la contribution des musiciens...
SWING CARAIBE
SAM CASTENDET - FESTIVAL BIGUINE
   
SAM CASTENDET - FESTIVAL BIGUINE
Nul n’aura célébré la fête antillaise avec autant de franche gaieté, ni poussé la...
SAM CASTENDET - FESTIVAL BIGUINE


Dernière mise à jour :: 19-09-2017 17:11
Fremeaux


Je suis :

Un particulier Un libraire

Un disquaire Une bibliothèque
 meublenatureok.gif

Catalogue Frémeaux
Catalogue Frémeaux
Je souhaite recevoir
le catalogue
Catalogue Frémeaux
Catalogue Frémeaux

Les livres sonores à l'écoute
templatefrmeaux_correc16.jpg
Fremeaux
Grand prix In Honorem
de l'Académie Charles Cros
pour son oeuvre d'éditeur

Fremeaux

SWING PIANO BAR
SWING PIANO BAR
Le piano bar par les plus grands interprètes (piano bar by their greatests performers) : Teddy Wilson, Fats Waller, Earl...

SWING CARAIBE
SWING CARAIBE
Un nouvel éclairage sur l'un des aspects les plus occultés de l'histoire du jazz : la contribution des musiciens...

SUMMIT MEETINGS
SUMMIT MEETINGS
Pendant une douzaine d’années, de 1939 à 1951, les revues américaines METRONOME et ESQUIRE...

SOLIDE
SOLIDE
Claude Barthelemy -guitare, Jean-Luc Ponthieux - basse, Michel Denizet - batterie.

'C’est pourtant ça,...

SIDNEY BECHET - SES PLUS GRANDS SUCCES
SIDNEY BECHET - SES PLUS GRANDS SUCCES
EN CONCERT A L'OLYMPIA LE SAMEDI 24 OCTOBRE 2015, A L'OCCASION DU 60e ANNIVERSAIRE DU CONCERT MYTHIQUE DE...

SAVOIR ECOUTER LE JAZZ - LE DISQUE PEDAGOGIQUE
SAVOIR ECOUTER LE JAZZ - LE DISQUE PEDAGOGIQUE
« Vous croyez que vous savez écouter le jazz, car vous savez ce qu’est un chorus, une ballade, un riff, le...

SAINT GERMAIN DES PRES 1926 -1954
SAINT GERMAIN DES PRES 1926 -1954
“Ça n’a jamais été un vrai quartier. Il n’y avait ni putains ni...

RODOLPHE RAFFALLI QUARTET LIVE ‘96
RODOLPHE RAFFALLI QUARTET LIVE ‘96
Enregistré en 1996 dans le club de jazz le Six-huit, trônant au pied de la cathédrale...

RAY CHARLES - LIVE IN PARIS 20-21 OCTOBRE 1961 / 17-18-20-21 MAI 1962
RAY CHARLES - LIVE IN PARIS 20-21 OCTOBRE 1961 / 17-18-20-21 MAI 1962
Regroupant les concerts parisiens de l’automne 1961 et du printemps 1962, ce coffret 3CD...

RAGTIME BOLLING & BOOGIE
RAGTIME BOLLING & BOOGIE
Il est complètement inutile de présenter Claude Bolling. Tout le monde, que ce soit l’Ancien ou le Nouveau,...

OKAY TEMIZ - SYLVAIN KASSAP
OKAY TEMIZ - SYLVAIN KASSAP
Il m’a semblé indispensable que Temiz et Kassap se rencontrent parce que dans leurs musiques se mêlent le...

NOTE MANOUCHE
NOTE MANOUCHE
Il est des disques – sortis d’on ne sait où, éclos on ne sait comment –...

MODERN'SWING
MODERN'SWING
"Si l’héritage de Django Reinhardt est aujourd’hui unanimement revendiqué,...

MARC BENHAM
MARC BENHAM

Prendre à pleine main l’univers de Fats Waller, pianiste à l’aura...


LES SIX ET DEMI - TOI MA VIE
LES SIX ET DEMI - TOI MA VIE
Produits par Yves Chamberland, accompagnés par les meilleurs musiciens de la scène hexagonale...

LA FETE DES JAZZ
LA FETE DES JAZZ
La Foire de Paris a réussi son pari : mettre le jazz à la portée de ses 800.000 visiteurs. Une...

KING OF ZYDECO - CLIFTON CHENIER
KING OF ZYDECO - CLIFTON CHENIER
Formidable chanteur et accordéoniste noir américain, Clifton Chenier a su forger un genre...

KANSAS CITY JAZZ
KANSAS CITY JAZZ
“A cette époque, je trouvais que Kansas City était un vrai paradis, l’endroit rêvé pour...

JULIEN BRUNETAUD TRIO
JULIEN BRUNETAUD TRIO
Pour son 4ème album, à tout juste 28 ans, à l’orée d’une tournée d’une...

JAZZ VERSIONS FROM THE BIG AND SMALL SCREEN REPERTOIRE
JAZZ VERSIONS FROM THE BIG AND SMALL SCREEN REPERTOIRE
EASY LISTENING JAZZ FOR YOUR HI-FI !

Les grands thèmes du répertoire cinématographique :...

I GOT A BIG FAT WOMAN - TREME BRASS BAND
I GOT A BIG FAT WOMAN - TREME BRASS BAND
Tissu urbain arraché au bayou bordant le célèbre Quartier Français, Tremé...

HUMANIDADE - PATRICK FAVRE TRIO
HUMANIDADE - PATRICK FAVRE TRIO
"Une musique qui n’est pas constamment en contraste, nuancée avec le silence, n’est...

EDDY WAELDO
EDDY WAELDO
A 14 ans seulement, le jeune guitariste manouche Eddy Waeldo enregistre son premier album avec l’accompagnement bienveillant...

DORADO SCHMITT JAZZBAND
DORADO SCHMITT JAZZBAND
Dorado Schmitt n’est plus à présenter, depuis la fin des années 1970, il est le...

CLAUDE BOLLING BIG PIANO ORCHESTRA PLAYS RAY CHARLES
CLAUDE BOLLING BIG PIANO ORCHESTRA PLAYS RAY CHARLES
Enregistré en 1962, cet album est détonnant de vitalité.
A l’heure où la...

CLAUDE BOLLING BIG BAND
CLAUDE BOLLING BIG BAND
En octobre 1956, sous l’impulsion de Frank Ténot, le jeune Claude Bolling, âgé de 26 ans, constituait sa...

CHARLIE PARKER - INTEGRALE VOL 9
CHARLIE PARKER - INTEGRALE VOL 9
« C’est vrai que je pense de Charlie Parker qu’il est indépassable. »

CHARLIE PARKER - INTEGRALE Vol 2
CHARLIE PARKER - INTEGRALE Vol 2
Beaucoup de gens ne comprenaient pas sa musique et quand ils ont commencé à le faire, ils...

CHARLIE PARKER - INTÉGRALE VOL 12
CHARLIE PARKER - INTÉGRALE VOL 12

« Charlie Parker a arraché la musique au plancher des dancings pour l’envoyer dans la...


BIRTH OF BE BOP
BIRTH OF BE BOP
La plus grande révolution que le jazz ait connue ne naquit pas en un seul jour. Nombre d'esquisses passionnantes lui furent...

Logo Radio France  Logo INA
 
Logo RFI
Logo PUF 
 
logo-facebook.gif

Rechercher dans le catalogue Frémeaux
Toutes les catégories :
Advertisement
Titre_Nouveau_Catalogue.gif
Catalogue 2016-2017
Titre__BO_evenement.gif
Pub Net Djam.jpg
Titre_philo&psy.gif
Pub Net Cynthia Fleury.jpg
Titre_Evenement.gif
Pub Net Caveau Huchette.jpg
Titre_Galerie.gif
200_Pub Net - Expo Les gens par Chica.jpg
Titre_DVD.gif
Pub Net Edgar morin.jpg
Titre Essentiel.gif
Pub Net Proust 6V.jpg
Titre_lucferry.gif
Philo-Mytho Ferry
Luc Ferry
Collection Luc Ferry
Inédits
Pub Net Live in Paris 6V Ellington.jpg
Feuille Nouveautés

Dictionnaire des Artistes
Dictionnaire des Artistes
Dictionnaire des Artistes
Présentation

• Pourquoi fremeaux.com ?
• Autorisations Cinéma, TV, musées...
• Une culture d'entreprise
• Charte qualité

Mémoires et études
Edité par Fremeaux et Associés
visuinternetdompublic.gif
Le patrimoine
sonore en
danger!
Interview de
Patrick
Frémeaux

Mémoires et études


Collection Histoire de France
Collection Histoire de France
Titre_Publicite.gif
Pub Net Cat. LibSonore 200pixels.png
Philosophie | Sciences Humaines | Histoire | Livres sonores | Contes | Enfants de 2 A 5 ans | Enfants de 6 A 11 ans | Son de la nature | Collection the quintessence | Jazz
Intégrale Django Reinhardt | Blues | Country & Rockn Roll | Gospel | Chanson française | Les cinglés du music hall | World Music | Classique | Frémeaux & Ass. Télévisions
Mentions légales - Recommander ce site - Ajouter aux favoris - Nous contacter - © 2006 Frémeaux et Associés
20, rue Robert Giraudineau - 94300 VINCENNES - FRANCE - Tél : +33 1 43 74 90 24 - Fax : +33 1 43 65 24 22
templatefrmeaux_correc69.gif