Fremeaux.com
 
RAY CHARLES - THE FREMEAUX ANTHOLOGY 1949-1960
Réf. : FA5350

RAY CHARLES - THE FREMEAUX ANTHOLOGY 1949-1960

BROTHER RAY : THE GENIUS

RAY CHARLES
Direction artistique : JEAN BUZELIN
Label : FREMEAUX & ASSOCIES
Nombre de CD : 3
Vous pouvez acheter ce produit :

- Chez votre libraire ou maison de la presse (Frémeaux & Associés distribution)
- Chez votre disquaire ou à la Fnac (distribution : Socadisc)
- Sur lalibrairiesonore.com
- Sur librairie-audio.com Pré écoute de certains produits!
- Par téléphone au 01.43.74.90.24
Distinctions :
RECOMMANDÉ PAR RTL / * * * * CLASSICA REPERTOIRE / * * * * EXCELLENT SOUL BAG / RECOMMANDÉ PAR FRANCE CULTURE / RECOMMANDÉ PAR TSF / RECOMMANDÉ PAR FRANCE MUSIQUE / * * * * JAZZMAG-JAZZMAN / RECOMMANDÉ PAR LE JAZZ SUR FRANCE BLEU
Ray Charles, The Genius, figure à jamais parmi les plus grands créateurs du XXe siècle, tous genres confondus. Jean Buzelin narre son extraordinaire destin dans un coffret 3 CDs contenant les 46 grands tubes du Rhythm & Blues, universellement connus, qui ont créé la légende, accompagnés de 18 faces jazz à redécouvrir !
Patrick Frémeaux

Ray Charles, The Genius, will forever remain one of the great innovators of the 20th century, in whatever genre. Jean Buzelin tells his extraordinary story in a triple CD album containing the 46 Rhythm & Blues hits that created his legend, along with 18 jazz sides for you to discover!

CD 1 (The R&B Years 1949-1957) :
CONFESSION BLUES • BABY LET ME HOLD YOUR HAND • KISSA ME BABY • ROLL WITH ME BABY • THE SUN S GONNA SHINE AGAIN • MESS AROUND • FEELIN’ SAD • IT SHOULD HAVE BEEN ME • SINNER’S PRAYER • DON’T YOU KNOW • I’VE GOT A WOMAN • COME BACK BABY • A FOOL FOR YOU • THIS LITTLE GIRL OF MINE • BLACKJACK • GREENBACKS • MARY ANN • DROWN IN MY OWN TEARS • HALLELUJAH I LOVE HER SO • LONELY AVENUE • LEAVE MY WOMAN ALONE • AIN’T THAT LOVE • GET ON THE RIGHT TRACK BABY • SWANEE RIVER ROCK.

CD 2 (The R&B Years 1957-1960) :
TALKIN’ ‘BOUT YO • YES INDEED • I HAD A DREAM • YOU BE MY BABY • ROCKHOUSE Pt. I & II • THE RIGHT TIME • THAT’S ENOUGH • WHAT ‘D I SAY Pt. I & II • I BELIEVE TO MY SOUL • I’M MOVIN’ ON • DON’T LET THE SUN CATCH YOU CRYING • JUST FOR A THRILL • TELL THE TRUTH (live) • EARLY IN THE MORNING • MY BABY (I LOVE HER, YES I DO) • STICKS AND STONES • WORRIED LIFE BLUES • GEORGIA ON MY MIND • THEM THAT GOT • RUBY • ONE MINT JULEP • I’VE GOT NEWS FOR YOU.

CD 3 (The Jazzman 1956-1960) :
THE RAY • AIN’T MISBEHAVIN’ • DOODLIN’ Pt. I & II • I WANT A LITTLE GIRL • COSMIC RAY (+ Milt Jackson) • CHARLESVILLE • SOUL MEETING (+ Milt Jackson) • THE SPIRIT FEEL (HOT ROD) (live) • HARD TIMES (David Newman) • SWEET EYES (David Newman) • COME RAIN OR COME SHINE • LET THE GOOD TIMES ROLL • IT HAD TO BE YOU • TWO YEARS OF TORTURE • ALABAMY BOUND • ROSETTA • LET’S GO • I’M GONNA MOVE TO THE OUTSKIRTS OF TOWN.

Droits : DP / Frémeaux & Associés.
Liste des articles de presse consacrés à ce CD :
- "Excellente remastérisation" Par Classica-Répertoire
" Des débuts au sein du Maxin Trio en février 1949 aux faces gravées avec son orchestre en décembre 1960, cette anthologie constitue le florilège pertinent d'une décennie qui vit apparaître et se développer un des plus grands chanteurs du XXe siècle. Tous ses grands succès populaires (What'd I Say, Georgia On My Mind, One Mint Julep, I've Got A Woman, Hallelujah I Love Her So, etc.)sont inclus, mais le sont aussi en belle quantité les titres reconnus des amateurs de rythm and blues et des amateurs de jazz. La particularité fort bienvenue de ce triple album est d'offrir un CD entier représentatif du versant "jazzy" du grand Ray, notamment trois faces en compagnie du vibraphoniste Milt Jackson. Aussi les spectateurs du film Ray qui souhaitent mieux connaître le legs musical du "Genius" devront se précipiter sur ce coffret pourvu d'un livret copieux et documenté. En attendant le suivant, qui devra bien sûr inclure Hit The Road Jack mais aussi le génial Danger Zone."
-CLASSICA-REPERTOIRE
- « Du Ray Charles, corps et âme » par Le Quotidien du médecin
Ray Charles fera encore longtemps l’actualité discographique, surtout à travers des rééditions, souvent augmentées de prise inédites […]. Du jazz, du blues, du gospel, du rhythm and blues, de la soul certes, mais surtout du Ray Charles, corps et âme. Deux éléments qui figurent dans l’anthologie (triple CD) « Ray Charles – 1949-1960/The Frémeaux Anthologie – Brother Ray : The Genius ». (Frémeaux & Associés), conçue par le spécialiste Jean Buzelin. On y retrouve le célèbre chanteur, au visage barré d’épaisses lunettes noires, depuis ses débuts en 1949, avec déjà un titre classé au Top 301 R’n’B. Et jusqu’en 1960, quand il aimait se produire avec la crème des jazzmen de l’époque, comme, outre les fidèles Crawford et Newman, Bob Brookmeyer (trombone à pistons), Clark Terry (Trompette), Paul Gonsalves (saxe Ténor) – l’un des principaux solistes de grand orchestre de Duke Ellington – Freddie Green (guitare), Eddie Jones (contrebasse) – deux piliers du big band de Count Basie – ou encore Roy Haynes (batterie) sous la direction du chef d’orchestre/arrangeur Quincy Jones. Une compilation qui rassemble tous les principaux succès du frère Ray, alors à son apogée. D.P. - LE QUOTIDIEN DU MEDECIN
- "Personne n’avait vraiment osé." par On-Mag
"Cette anthologie, de trois CDs très bien remplis, est consacrée, en ce concerne les deux premiers, aux succès commerciaux les plus gigantesques, en rhythm & blues, en soul music, voire même en pop music, de ce phénomène médiatique qu’était Ray Charles, et, pour le troisième à ce même Ray Charles, mais jouant uniquement du jazz. L’avantage avec Ray Charles, c’est que, tel Midas, tout ce qu’il touchait devenait immédiatement ou du blues ou de la soul.
Le CD1 va de 1949 à 1957. Il ouvre avec « Confession Blues » et un Ray Charles chantant d’une voix se voulant séductrice, à la Nat King Cole. Dès le second morceau « Baby Let Me Hold Your Hand », pourtant, ça y est, il a sa voix, celle qui ne changera plus, prenante, râpeuse, véritable cicatrice de l’âme, blessée et disant sans vraiment le vouloir (la conscience politique lui viendra plus tard) tout ce qui était ressenti par les Afro-Américains et qui se traduira dans les années soixante par les luttes pour les droits civiques. Des blues (« Feeling Sad », « Come Back Baby », « A Fool for You »), des rock and roll (bien que Ray Charles se soit toujours défendu d’en avoir fait, ça y ressemble fort), des airs de rhythm & blues qui se vendirent comme des petits pains (Hallelujah I Love Her So »). Au hasard des titres, on découvre qu’avec lui, jouent de grands jazzmen, comme Wallace Davenport (tp), David « Fathead » Newman (saxes), Panama Francis (dm), Mongo Santamaria (cga). C’est durant cette période qu’il commence à jouer avec les Cookies (« Ain’t That Love »), qui deviendront ses Raelets.
Le CD2 va jusqu’en 1960. Avec ses Cookies-Raelets, il va mettre au point la soul music. « Ain’t That Love » en était déjà. Rappelons pour les novices le sens des termes. Le blues est le versant profane (par opposition au gospel, versant sacré), de la musique afro-américaine. Le rhythm & blues, c’est la chanson populaire afro-américaine, appelée il y a quelques années de là, race records, autrement dit musique pour les Noirs. Le coup de génie de Ray Charles est d’avoir mis des paroles profanes (pour ne pas dire parfois à double sens, voire coquines), sur des airs religieux. Ça s’était déjà fait, avec des gospels où le prêcheur demandait qui avait balancé son whisky dans le puits et autres plaisanteries du même genre. Mais faire ça systématiquement avec des paroles licencieuses, olé-olé, phallocratiques, personne n’avait vraiment osé. Le morceau qui va symboliser ce coup de génie, c’est bien sûr, « What ‘d I Say », classé n°1 partout dans le monde. Il alliait une musique qui était dans toutes les têtes (les Américains vont régulièrement à la messe et l’on y chante) avec des paroles crues de blues. On m’excusera mais je m’en souviens d’autant mieux que c’était le premier disque que j’offrais à une jolie fille (n’est-ce pas, Suzon ?). Ce fut un succès incroyable. Il est ici. Avec lui, tous les succès de ce qu’on appela la soul music (« That’s Enough », « I Believe to My Soul »). Ces succès rapportent beaucoup d’argent, et les marchands de soupe blancs, et leurs (mauvais) conseils, arrivent aussi. D’où des orchestrations avec déluge de violonades et de voix sucrées, mais, heureusement, comme cela s’est passé pour Louis Armstrong, la voix cassée, brisée, terriblement évocatrice, de Ray Charles transcende tout. « Don’t Let the Sun », « Just a Thrill », « Georgie on My Mind » (on aurait préféré la version live avec flûte) sont effroyablement sirupeux, mais la voix de Ray Charles reste là et son swing aussi, qu’il soit au piano ou à l’orgue. Succès commercial immense, Blancs et Noirs confondus. Ce n’est pas pour rien que « Georgia » va en devenir l’hymne national de la Georgie. Il travaille désormais avec un arrangeur de génie, Quincy Jones, ami de longue date, qui lui signe par exemple un « One Mint Julep ») qui arrive n°1 dans les charts. Il joue avec les meilleurs : Clark Terry (tp), Jimmie Cleveland (tb), Urbie Green (tb), Roy Haynes (dm), Thad Jones (tp), Joe Newman (tp), Al Grey ((tb), Marshall Royal (as), Frank Wess (as), Frank Foster (ts), Freddie Green (g).
Le CD3 est consacré au jazz que, parallèlement, Ray Charles a toujours enregistré, quand il le pouvait, avec les meilleurs, comme Milt Jackson (vib), avec Oscar Pettiford (b) par exemple, ou Percy Heath (b) et Kenny Burrell (g). On le trouve avec les précédemment cités en disques 1 et 2, mais aussi avec Ernie Royal (tp), Paul Gonsalves (ts), Zoot Sims (ts). Sur dix des dix-huit pistes que comporte le CD, Ray Charles ne chante pas et il est clair que son jeu de piano est celui d’un excellent pianiste, qu’il aurait pu se contenter d’être. Et déjà, ç’aurait été très bien. Heureusement pour nous et pour lui, il ne l’a pas fait et il nous reste la voix du Genius, comme on l’a surnommé un peu vite, autrement dit, celle d’un peuple entier.
Pour ceux qui ne l’ont pas encore fait, allez voir le film Ray. Malgré ses imperfections, voire ses erreurs, il donne une bonne idée de ce que fut la vie du grand Ray Robinson dit Ray Charles."
par Michel BEDIN - ON-MAG
- « Un parcours bouillonnant raconté ici en trois galettes » Par JAZZ NEWS
" La modification toute récente des lois européennes en matière de droits d’auteur va changer la donne pour les amateurs de vieilleries ; en attendant que soit instauré un délai de soixante-dix ans avant la chute des enregistrements dans le domaine public,  les spécialistes de la réédition continuent de piocher dans le patrimoine musical antérieur à 1961.
Elvis, Louis Jourdan, Billie Holiday… Les icônes ne manquent pas, mais l’exercice n’est pas aussi facile qu’il y parait lorsqu’il s’agit d’un créateur boulimique tel que Charles. Phénix pyromane constamment réinventé, Brother Ray s’est improvisé tour à tour crooner, chanteur de blues, jazzman, allant jusqu’à inventer la musique soul afin de satisfaire ses démons visionnaires. C’est ce parcours bouillonnant qui est raconté ici en trois galettes : les deux premières consacrées aux succès populaires de son répertoire rhythm’n’blues, la troisième dédiée à sa passion du jazz.
L’exercice a été réalisé avec d’avantage de panache par les propriétaires des bandes originales (le magnifique coffret Rhino Pure Genius, en forme de tourne-disques, regroupant les faces Atlantic), mais le coût raisonnable de ce triple volume, tout comme le travail sérieux du compilateur Jean Buzelin, jouera en sa faveur."
Par Sébastien DANCHIN – JAZZ NEWS
- "Une introduction à l'un des artistes les plus marquants du siècle passé"Par Jazz Man- Jazz Magazine
"Voici enfin une anthologie réunissant le Ray Charles des succès populaires et le musicien de jazz, qui ne faisaient qu'un derrière la mobilité du créateur. Autrement dit, une introduction générale à l'un des artistes les plus marquants du siècle passé. Le choix effectué par Jean Buzelin effleure les années Down Beat-Swing Time, puise d'abondance dans la richissime période Atlantic et empiète sur les débuts de l'association du Genius avec ABC-Paramount. Il permet surtout d'entendre se former, s'ancrer, puis s'amplifier et bifurquer à sa guise un style formidablement personnel qui, pour parodier un fumeur de cigare, dut un peu à quelques-uns avat que beaucoup lui dussent bien d'avantage. Les deux Cd consacrés aux hits estampillés R&B sont bien sûr déjà pétris de jazz et de tout ce que Ray Charles avait absorbé d'autre, ce qui n'est pas peu dire. Sa voix d'emblée si adulte, mais passagèrement subjuguée par Nat Cole et Charles Brown, acquiert dès 1951 sa force déchirante et les finesses qu'autorise une oreille infaillible. Le pianiste-claviériste, lui, développe des phrasés adaptés à la fois au chanteur et aux différents types de formations qui l'entourent, à ses choristes féminines, à ses complices instrumentistes (David Newman, Hank Crawford, Phil Guilbeau) puis aux arrangements orchestraux qui seront confiés à Quincy Jones, Raplph Burns et autres Marty Paich. Le troisième CD reflète avec une belle justesse la palette jazzistique de Ray Charles dans les magiques années 1956-60 où le pianiste et chef d'orchestre improvise dans son unique esprit de synthèse et côtoie Milt Jackson, Clark Terry , Kenny Burell, Paul Gonsalves ou Roy Haynes. Le plaisir de la redécouverte est constant au fil de ces faces qui expriment toute l'étendue de la notion de soul."
Par Philippe BAS-RABERIN- JAZZ MAN-JAZZ MAGAZINE
- "If you want a cherry-picked selection of Ray Charles' bluesier material" par New Releases
"Although I don't imagine B&R has any readers unfamiliar with Ray Charles'music, and despite the fact that nearly all of these titles have been reissued many times, I certainly feel able to recommend this release. The three CDs contain material grouped by date or style, but the actual track listing is not strictly chronological, rather presenting tracks in order of release. The result  is a very listenable programme. Although the set opens predictably enough with Downbeat and Swingtime material, drawing its inspiration from Ray's contemporaries, Nat King Cole and Charles Brown, the energy level quickly increases with the arrival of the Atlantic material  - there is Ray's own take  on boogie-woogie with the frenetic "Mess Around", early examples of Ray's mixing of gospel and r&b with "I've Got a Woman"and "This Little Girl Of Mine" (which of course uspet a lot more people than just the often-cited Big Bill Broonzy) and plenty of Brother Ray's impassioned vocals setting the ground for the soul revolution- though this material is firmly in an r&b format, with hints of rock'n'roll cropping up as we move towards 1957.
The second CD finds Mr. Charles branching out even further, and as the CD time-span stretches up to the beginning of the ABC-Paramount contract, yes, we do get "Georgia On My Mind" (though the stage was already set for Ray's incursion into contry with the earlier "I'm Movin'On", a cover of a Hank Snow number). The gospel influence becomes even more pronounced (and "The Right Time" certainly qualifies as "proto-soul" thanks to Margie Hendricks' storming vocal), the big, big hits are there, and there is even a nod to Louis Jordan with "Early In The Morning" (and I  definitely would not include Ray's string-laden "Don't Let The Sun Catch You Crying" in this category!). "Worried Life Blues" gets a fine straight blues treatment, but some of those later titles might not be to everyone taste - though "I've Got News For You" is a fine big-band blues with the Genius on organ.
From the mid-1950s onwards, Ray frequently worked in jazz settings, and this is a format for the final CD. Ray's leanings in this direction can sometimes be heard in the r&b and pop material of the previous two CDs, but many of the titles here are out-and-out-jazz, with such names as Horace Silver, Quincy Jones and Milt Jackson (vibes player with intellectual jazz outfit The Modern Jazz Quartet) prominent. Ray can be heard on piano, organ or (on the track recorded live at 1958's Newport Jazz Festival) alto sax, and he also turns up backing tenor saxman David "Fathead" Newman, the two titles coming from 1958's "Fathead: Ray Charles Present David Newman" LP. Ray sings on eight titles on this CD, and of these, "I Want A Little Girl" (did I imagine a shade of Eddie, "Cleanhead" Vinson in there?), the brassy "Let The Good Times Roll", the cool Percy Mayfield penned "Two Years Of Torture" and the minor hit (number 25 in the r&b charts in 1961) of "I'm Gonna Move To The Outskirts Of Town" - could that be Mr. Jordan's influence once more? - should all be of interrest to many readers.
As I said at the strat of this review though, this is certainly a collection that deserves serious consideration if you want a cherry-picked selection of Ray Charles' bluesier material for your collection. Lovely packaging too..."
Norman DARWEN - NEW RELEASES
- « Tous les tubes qui ont fait la gloire de Ray sont là. » par Les Dernières nouvelles d’Alsace
Aveugle à 7 ans, orphelin à 15, Ray Charles avait appris la musique dans un institut pour non voyants en Floride. Dès le début des années cinquante, il impose son style qui associe paroles profanes et musiques issues du gospel. Au fil des années, il exploite toutes les ressources de sa voix et reçoit treize grammys (l’équivalent des Victoires de la musique en France). Surnommé « The Genious », il reste à jamais l’un des plus grands créateurs du XXe siècle.
Un coffret de trois cd s’intéresse aux années 1949-1960 de la carrière de Ray Charles, la période la plus riche, la plus inventive. Jean Buzelin, à l’origine de la réalisation de ce coffret, a rassemblé les 46 tubes du rhythm and blues enregistrés par Ray Charles durant cette période. De « What I say » à « Hallelouieh I lover her so », sans oublier « Come back baby »… Tous les tubes qui ont fait la gloire de Ray sont là. Titre du coffret : « Brother Ray : The Genious ».
Les Dernières nouvelles d’Alsace – 2011                            
- "Superbe coffret " par Paris Move & Blues Magazine
"L’entreprise encyclopédique initiée par la maison de disques continue pour le plus grand bien du plus grand nombre. Ce superbe coffret contient 64 morceaux dont 46 tubes du Rhythm & Blues et 18 faces jazz. Deux cents minutes pour redécouvrir le Genius et le suivre pas à pas vers ce qui sera ensuite son firmament. Bien sûr que l’on croise des standards inoubliables comme ‘I’Ve Got A Woman’ ou ‘Georgia On My Mind’, mais là n’est pas le plus important.
Ce qui importe justement, ce sont tous les autres titres que l’on a oubliés ou même, peut-être, jamais écoutés. C’est là que se trouve la genèse de l’œuvre. Ce sont tous ‘les exercices de style’ qui ont construit l’édifice sonore devenu patrimoine de l’humanité. N’oublions pas, en effet, que le chanteur-pianiste a su s’approprier tous les genres de musique: blues, jazz, gospel, soul, country & western, et même pop music, plus tard. Mais les concepteurs de ce coffret ont justement choisi de s’arrêter là où le Show Business avait commencé…
Le premier titre date de 1949 et le dernier est publié en 1960. Les musiciens qui l’ont accompagné sont plus d’une centaine, et ce, dans différentes formations. Cela va du Maxim Trio en passant par le Ray Charles Trio, l’orchestre façon Big Band ou le Ray Charles & His Orchestra. Les endroits où les enregistrements ont été captés vont de Seattle à Los Angeles en passant par Hollywood et New York City, où la grande majorité des morceaux a d’ailleurs été enregistrée. Et l’ensemble dure un peu plus de trois heures.
Le plus troublant, à l’écoute de ce triple CD, c’est l’actualité déconcertante de ces morceaux qui ‘datent’ un peu! Ils auraient été créés la semaine dernière, qu’ils seraient les mêmes tant ils sonnent comme des créations contemporaines. Bien sûr que les arrangements diffèrent, que les cuivres ne sonnent plus ainsi, mais rien de suranné ou de vieillot dans l’ouvrage. Le livret qui accompagne le coffret fait une brève référence au film de Taylor Hackford, RAY, en 2005. Dites-vous aussi que ce petit texte autant que le film sont des compléments indispensables à cette récapitulation discographique."
par Dominique BOULAY - PARIS-MOVE & BLUES MAGAZINE
- « Copieuse compilation » par L’Enseignement
"A vingt ans déjà, il y a cette voix au grain reconnaissable entre mille chanteurs de blues. La voix de Ray Charles. On le vérifie dans les deux premiers CD de cette copieuse compilation qui suit Brother Ray (son surnom préféré) /The Genius (son surnom commercial) de 1949 à 1960. Ou la naissance d’une légende  dans l’ordre chronologique : du trio  des débuts dans les clubs de Seattle jusqu’au grand orchestre à cordes avec chœurs. Des premiers succès calibrés pour le public noir – tel I Got A Woman (des paroles profanes sur un hymne religieux, il fallait oser !) –  au classique planétaire Georgia On My Mind. Dans le livret inclus dans le coffret, Jean Buzelin survole la biographie artistique et entre dans le détail des séances d’enregistrement. Sur le troisième CD, Ray Charles chante moins. Au piano ou à l’orgue, il fait jeu égal avec Milt Jackson, Oscar Pettiford et autres pointures qui l’accompagnent. Quel joueur de jazz !  Il aurait pu faire carrière. Mais il y avait cette voix…"
RT – L’ENSEIGNANT
- « C’est une excellente idée et la sélection de Jean Buzelin est sans faute » par Abs Magazine
« Tout a déjà été dit sur Ray Charles, dans des livres, dans des films, dans ce magazine et dans d’autres… Qu’ajouter ? Peut-être qu’il y a des qualificatifs et surnoms qui collent parfaitement à certains artistes ? C’est le cas de Ray Charles, « The Genius », à coup sûr une des personnalités les plus marquantes du monde musical du XXè siècle. JSP (UK) et Frémeaux (Fr) sortent chacun en même temps un coffret de cet artiste hors du commun en se complétant mutuellement, le coffret JSP de deux cd couvrant la période « West Coast – club blues » 1949-1952 et le coffret de 3 cd Frémeaux couvrant la période 1949-1960, soit essentiellement la période r&b et jazz. Et avec un minimum de doublons (trois seulement), cela vaut la peine d’être noté. L’occasion à saisir par ceux qui veulent se faire une collection très représentative du Genius en un minimum de cd et pour les autres aussi. En début de carrière, la passion de Ray Charles pour le trio de Nat King Cole (côté jazz) et pour Charles Brown (côté blues) l’a amené à copier son (ses) maître(s), avec un atout supplémentaire : sa voix unique rauque et râpeuse de bluesman et de chanteur de gospel, ce qui lui a permis de se faire connaître sur un plan national. Jack Lauderdale et sa compagnie Down Beat vont lui permettre de graver ses premiers hits en 1949 (Confession blues, Alone in this city, Ain’t that fine…), mais les meilleurs faces de cette période dite « club blues », en trio, sont les blues qui l’ont enthousiasmé dans ses jeunes années et qu’il coule dans son moule du moment de 1949 (Rockin chair blues, Blues before sunrise et How long blues) et 1950 (Sittin’ on top of the world, I’ve had my fun, See see rider, Late in the evening blues, etc), les autres morceaux étant marqués par la sophistication et la nonchalance propre à ce type de musique destinée à la clientèle de clubs plus ou moins selects de la West Coast (ou de Seattle où démarre la carrière de notre homme). Après l’abandon de la formule trio, un passage dans l’orchestre de Lowell Fulson (1952) et quelques hits de plus gravés en 1950 (Baby let me hold your hand) et 1952 (Kiss me baby…), Charles passe sous contrat Atlantic et commence une période des plus fastes, laquelle, avec des partenaires hors pair (Don Wilkerson, David Newman, Edgar Blanchard, Wallace Davenport, Panama Francis, etc) et avec les Cookies puis les Raeletts (dont les chanteuses spéctaculaires Mary Ann Fisher et ma favorite Margie Hendricks), va lui apporter une gloire internationale on ne peut plus justifiée, avec des classiques du r&b comme I got a woman, What I’d say, Lonely avenue, Yes indeed, My baby, The right time, Tell the truth, le Worried life blues de Big Maceo, et même un hit de country & western comme I’m movin on qu’il arrive à transformer en succès r&b. Dans la foulée, on le sait il va, pour ABC-Paramount, carrément aller vers ce genre de country qu’il adorait écouter dans sa jeunesse et produire des classiques comme Georgia on my mind, Ruby ou I can’t stop loving you (non repris dans cette rétrospective !) et beaucoup d’autres. Chez Frémeaux, on a choisi de consacrer le 3ème cd à Charles le jazzman, c’est une excellente idée et la sélection de Jean Buzelin est sans faute. (Charlesville – un titre qu’il a composé lui-même à sa propre gloire avec Cosmic Ray – et The Ray de Quincy Jones) et combien il est à l’aise en big band avec ses amis de jeunesse (Quincy Jones) et ceux de la maturité (Milt Jackson, David Newman, Hank Crawford,…) : les faces avec Milt Jackson au vibraphone sont mémorables (Soul meeting et Cosmic Ray) mais on retrouve aussi des tubes avec Let the good time roll, Rosetta et autre I’m gonna move to the outskirt of town. Dans le coffret JSP, dix faces du trio de Bill Samuels complètent le cd 2, peu à l’avantage de Samuels, musicien de Chicago qui souffre de la comparaison avec Ray Charles, même s’ils s’expriment dans le même moule « club blues », mais pas dans la même catégorie ; à son actif, on retiendra quand même son humour dans des morceaux très suggestif comme Jockey blues, My bicycle Tillie, That chick’s too young to fry ou ses hits de 1946 (I cover the waterfront et Port wine). »
Par Robert SACRÉ – ABS MAGAZINE
- « Sélection idéale, redécouverte de l’oeuvre garantie » Par Soul Bag
« La preuve que Ray n’a pas attendu d’entrer chez ABC pour verser dans le jazz plus grand public. Les styles, les succès et, pour tout dire, le génie de Ray Charles se moqueraient-ils des labels ? Réponse affirmative quand on se plonge dans l’anthologie Frémeaux & Associés. Sur les deux premiers CD, voici d’abord 46 chansons, dont 30 hits, enregistrées de 1949 à 1960, c’est-à-dire pour trois maisons différentes. Sélection idéale, redécouverte de l’œuvre garantie – avec tout de même un bémol pour le repiquage sonore de quelques faces ABC. Enfin, après le R&B, le jazz, instrumental ou non, remplit le troisième CD. Bien vu, parce qu’on ne saurait apprécier l’art de Ray Charles sans connaître son immense sens du swing et du blues. » Par Julien CRUE – SOUL BAG
- « Découvrir un répertoire moins connu » par le Cri du Coyote
On connaît tous cette voix chaude, constante au cours du temps et à travers les genres musicaux que Ray a abordés (dont un LP de country music). Le livret (24p.) écrit par Jean Buzelin, présente le détail des sessions, mais il raconte également l’enfance et l’évolution de Ray depuis les divers groupes en Floride jusqu’aux vrais débuts de Seattle à Los Angeles, les ensembles de jazz, le passage des charts rhythm & blues à l’université de ses succès. Le tout avec des détails pittoresques comme l’appartenance dans sa jeunesse aux Florida Boys (un groupe de country & western de musiciens blancs !). La carrière est marquée par des étapes comme le Carnegie Hall (1957), le festival de Newport (1958) et la sortie de What’d I Say (1959), sans oublier le travail avec Quincy Jones. Le tout est donné dans la chronologie des sorties de disque. On peut donc apprécier à nouveau certains titres immortels et surtout découvrir un répertoire moins connu (de moi en tout cas), en particulier les titres jazz de la fin des 50’s. Le coffret propose 3 CD : The R’n’B Years sur deux CD (1949-57 et 1957-60, total de 46 titres) et The jazzman sur un CD (1956-60, 18 titres). Bonne compilation. JB-CRI DU COYOTTE
- « A real bonus » by Pipeline
The triple CD overview of Ray Charles the Fremeaux Anthology : Brother Ray The Genius 1949-60 contains the excellent two-part instrumental Rockhouse and the organ version of One Mint Julep. The third CD focuses on Ray the hard-core jazz man that some will find a real bonus. PIPELINE
Liste des crédits sur ce CD :
Ray Charles , S. Sweet , A. Nugetre , Jones Eddie , Mosby Curtis , L. Glenn , Fulson Lowell , R. Richard , Walter Davis , Henry Glover , D. Pomus , Toby Turner , Traditionnel , S. Olivier , Ricky Harper , N. Brown , L. Herman , Snow Hank , J. Greene , J.greene , L. Hardin , D. Raye , L. Pauling , L. Hickman , Dallas Bartley , M. Merriweather , Carmichael Hoagy , S. Gorrell , Mitchell Parish , H. Roemheld , R. Toombs , R. Alfred , Quincy Jones , T.waller , Andy Razaf , Horace Silver , B. Moll , M. Mencher , M. Jackson , P. F. Mitchell , Bennie Crawford , Johnny Mercer , Arlen Harold , F. Moore , S. Theard , I. Jones , G. Kahn , Percy Mayfield , J.morris , R.g. Desylva , Ray Henderson , E. Hines , W. Woode , W. Weldon , R.jacobs
CDPisteTitreArtiste principalAuteurDuréeEnregistré en
11Confession bluesRay Charles Ray Charles 00:02:301949
12Baby let me hold your handRay Charles Ray Charles 00:03:021950
13Kissa me babyRay Charles Ray Charles 00:03:111951
14Roll with me babyRay Charles S. Sweet 00:02:381952
15The sun's gonna shine againRay Charles S. Sweet 00:02:391952
16Mess aroundRay Charles A. Nugetre 00:02:431953
17Feelin' sadRay Charles Jones Eddie 00:02:511953
18It should have been meRay Charles Mosby Curtis 00:02:441953
19Sinner's prayerRay Charles L. Glenn 00:03:231953
110Don't you knowRay Charles Ray Charles 00:03:001953
111I've got a womanRay Charles Ray Charles 00:02:571954
112Come back babyRay Charles Walter Davis 00:03:081954
113A fool for youRay Charles Ray Charles 00:03:031955
114This little girl of mineRay Charles Ray Charles 00:02:331955
115BlackjackRay Charles Ray Charles 00:02:211954
116GreenbacksRay Charles R. Richard 00:02:511954
117Mary annRay Charles R. Richard 00:02:481955
118Drown in my own tearsRay Charles Henry Glover 00:03:221955
119Hallelujah i love her soRay Charles Ray Charles 00:02:361955
120Lonely avenueRay Charles D. Pomus 00:02:371956
121Leave my woman aloneRay Charles Ray Charles 00:02:411956
122Ain't that loveRay Charles Ray Charles 00:02:541956
123Get on the right track babyRay Charles Toby Turner 00:02:201956
124Swanee river rockRay Charles Traditionnel 00:02:191957
21Talkin' bout youRay Charles Ray Charles 00:02:521957
22Yes indeedRay Charles S. Olivier 00:02:151958
23I had a dreamRay Charles Ricky Harper 00:02:551958
24You be my babyRay Charles D. Pomus 00:02:301958
25Rockhouse, pt. i & iiRay Charles Ray Charles 00:04:011956
26The right timeRay Charles N. Brown 00:03:291958
27That's enoughRay Charles Ray Charles 00:02:461957
28What'd i say, pt. i & iiRay Charles Ray Charles 00:05:051959
29I believe to my soulRay Charles Ray Charles 00:03:041959
210I'm movin onRay Charles Snow Hank 00:02:211959
211Don't let the suncatch you cryingRay Charles J. Greene 00:03:461959
212Just for a thrillRay Charles L. Hardin 00:03:261959
213Tell the truthRay Charles L. Pauling 00:03:131959
214Sticks and stonesRay Charles Henry Glover 00:02:481960
215Early in the morningRay Charles L. Hickman 00:03:031958
216My baby (i love her yes i do)Ray Charles Ray Charles 00:02:161959
217Worried life bluesRay Charles M. Merriweather 00:03:061960
218Georgia on my mindRay Charles Carmichael Hoagy 00:03:361960
219Them that gotRay Charles Ricky Harper 00:02:531959
220RubyRay Charles Mitchell Parish 00:03:541960
221One mint julepRay Charles R. Toombs 00:03:071960
222I've got news for youRay Charles R. Alfred 00:04:331960
31The rayRay Charles Quincy Jones 00:03:591956
32Ain't misbehavin'Ray Charles T.waller 00:05:411956
33Doodlin' pt. i & iiRay Charles Horace Silver 00:05:541956
34I want a little girlRay Charles B. Moll 00:02:561957
35Cosmic rayRay Charles Ray Charles 00:05:231957
36CharlesvilleRay Charles Ray Charles 00:04:561957
37Soul meetingRay Charles M. Jackson 00:06:031958
38The spirit feelRay Charles M. Jackson 00:03:431958
39Hard timesRay Charles P. F. Mitchell 00:04:431958
310Sweet eyesRay Charles Bennie Crawford 00:03:461958
311Come rain or come shineRay Charles Johnny Mercer 00:03:421959
312Let the good times rollRay Charles F. Moore 00:02:531959
313It had to be youRay Charles I. Jones 00:02:441959
314Two years of tortureRay Charles Percy Mayfield 00:03:261959
315Alabamy boundRay Charles R.g. Desylva 00:01:551960
316RosettaRay Charles E. Hines 00:02:321960
317Let's goRay Charles Ray Charles 00:02:441960
318I'm gonna move to the outskirts of townRay Charles W. Weldon 00:03:431960

:

3-5d.gif




Vous pouvez acheter ce produit :
- Chez votre disquaire (distribution Socadisc), chez votre libraire (distribution Frémeaux & Associés) ou par téléphone au 0143749024
- Sur lalibrairiesonore.com Acheter ce produit
- Sur librairie-audio.comAcheter ce produit Pré écoute possible de certains produits!

Egalement disponible aux éditions Frémeaux & Associés :

SISTER ROSETTA THARPE
   
SISTER ROSETTA THARPE
La plus grande chanteuse évangéliste de Gospel. Une anthologie en 17 titres de "Rock me" à...
SISTER ROSETTA THARPE
SCREAMIN' JAY HAWKINS
   
SCREAMIN' JAY HAWKINS
LIVE !
included 'I put a spell on you' et 'Constipation blues'
suivi de 2 bonus tracks "What a price I must...
SCREAMIN' JAY HAWKINS
LOUIS JORDAN - Rhythm and Blues
   
LOUIS JORDAN - Rhythm and Blues
Louis Jordan a créé une musique festive au cachet unique qui représente la quintessence du Rhythm and...
LOUIS JORDAN - Rhythm and Blues
CLAUDE BOLLING BIG PIANO ORCHESTRA PLAYS RAY CHARLES
   
CLAUDE BOLLING BIG PIANO ORCHESTRA PLAYS RAY CHARLES
Enregistré en 1962, cet album est détonnant de vitalité.
A l’heure où la...
CLAUDE BOLLING BIG PIANO ORCHESTRA PLAYS RAY CHARLES


Dernière mise à jour :: 25-07-2017 02:44
Fremeaux


Je suis :

Un particulier Un libraire

Un disquaire Une bibliothèque
 meublenatureok.gif

Catalogue Frémeaux
Catalogue Frémeaux
Je souhaite recevoir
le catalogue
Catalogue Frémeaux
Catalogue Frémeaux

Les livres sonores à l'écoute
templatefrmeaux_correc16.jpg
Fremeaux
Grand prix In Honorem
de l'Académie Charles Cros
pour son oeuvre d'éditeur

Fremeaux

VINTAGE JAZZMEN
VINTAGE JAZZMEN
Les Vintage Jazzmen ne rejouent pas la musique de la Nouvelle Orléans, ils la vivent, parce qu'ils sont les témoins...

THEY GIVE A VOICE TO THE SAXES
THEY GIVE A VOICE TO THE SAXES
Le saxophone a été véritablement inventé par le Jazz qui lui a donné sa...

STEPHANE GRAPPELLI - CLAUDE BOLLING BIG BAND
STEPHANE GRAPPELLI - CLAUDE BOLLING BIG BAND
Le film historique de la rencontre entre Stéphane Grappelli et le Big Band de Claude Bolling. Un film superbe de swing et...

RAY CHARLES - LIVE IN PARIS 20-21 OCTOBRE 1961 / 17-18-20-21 MAI 1962
RAY CHARLES - LIVE IN PARIS 20-21 OCTOBRE 1961 / 17-18-20-21 MAI 1962
Regroupant les concerts parisiens de l’automne 1961 et du printemps 1962, ce coffret 3CD...

POISSON NAGEUR
POISSON NAGEUR
« Poisson Nageur » est la version contemporaine du célèbre trio qui réunit...

OMBRE - INTÉGRALE ROMANE VOL. 3
OMBRE - INTÉGRALE  ROMANE VOL. 3
Avec Ombre, troisième volume de son Intégrale, Romane affirme sa place de digne héritier...

MODERN'SWING
MODERN'SWING
"Si l’héritage de Django Reinhardt est aujourd’hui unanimement revendiqué,...

MISTER DJANGO ET MADAME SWING
MISTER DJANGO ET MADAME SWING
Initiation à la musique du génial Django Reinhardt et à sa culture manouche, Mister...

MARY LOU WILLIAMS
MARY LOU WILLIAMS
Grande dame du Jazz et actrice influente de plusieurs décennies de son histoire, du blues à...

L’AME DES POÈTES DISPARUS
L’AME DES POÈTES DISPARUS

Les Pommes de ma douche est un quintet swing irrésistible qui, pour le plus grand plaisir d’un...


LES PRIMITIFS DU FUTUR
LES PRIMITIFS DU FUTUR
Prenant à contre-pied la world music des années 1980-90 et ses cross-overs pop, les Primitifs...

LE JAZZ À L’ÉCRAN (1929-1962)
LE JAZZ À L’ÉCRAN (1929-1962)
« User du jazz comme musique d’accompagnement est très difficile parce qu’une...

JEAN-MARC MONTAUT QUARTET - DRIVE IN
JEAN-MARC MONTAUT QUARTET - DRIVE IN
Le pianiste Jean-Marc Montaut (Pink Turtle), propose un hommage décalé et tout en...

JAZZMEN PLAY THE BLUES 1923-1957
JAZZMEN PLAY THE BLUES 1923-1957
Mode d’expression unique de la communauté noire américaine, le blues est également...

JAZZ ON BIGUINE VOL 2
JAZZ ON BIGUINE VOL 2
“Tu as tout compris ! Ta musique est riche des subtilités de notre biguine. Mais tu as...

JAZZ LADIES 1924-1962 PIANISTS, TRUMPETS, TROMBONES, SAXES, ORGANS… ALL GIRLS BANDS
JAZZ LADIES 1924-1962 PIANISTS, TRUMPETS, TROMBONES, SAXES, ORGANS… ALL GIRLS BANDS
En se limitant en grande partie aux chanteuses, les historiens du jazz ont trop souvent...

JAZZ DANCE MUSIC
JAZZ DANCE MUSIC
"En aucun endroit le jazz ne peut trouver plus pleinement sa vérité, il la trouve dans la danse."

JAZZ - 36 CHEFS D'OEUVRE VOL 2
JAZZ - 36 CHEFS D'OEUVRE VOL 2
La quintessence du jazz distillée en 36 chefs-d'œuvre par Alain Gerber s'expliquant dans un livret de 40 pages....

I GOT A BIG FAT WOMAN - TREME BRASS BAND
I GOT A BIG FAT WOMAN - TREME BRASS BAND
Tissu urbain arraché au bayou bordant le célèbre Quartier Français, Tremé...

FROM CAKE WALK TO RAG TIME
FROM CAKE WALK TO RAG TIME
Des concours de danse aux débits de boissons, c'est une lente évolution qui créera le jazz, musique...

ELLINGTON MOODS
ELLINGTON MOODS
Pour cette ellingtonisation qui ne laisse personne intact mais force chacun à se décanter, Claude Tissendier...

ELLA FITZGERALD - LIVE IN PARIS 1957-1962
ELLA FITZGERALD - LIVE IN PARIS 1957-1962
Ce coffret triple propose une série de concerts enregistrés de 1957 à 1962 à...

DJANGOVISION - INTÉGRALE ROMANE VOL. 8
DJANGOVISION - INTÉGRALE ROMANE VOL. 8
Rendre hommage à Django Reinhardt est une chose relativement aisée et attendue lorsque...

CRAZY SOUND - SAMSON SCHMITT
CRAZY SOUND - SAMSON SCHMITT
Fer de lance de la jeune génération lorraine, icône internationale, Samson Schmitt figure...

COOL JAZZ
COOL JAZZ
Ce style que l'on joue relax au lieu de se cogner le nez sur tout ce que l'on rencontre.'
Lester Young

CLAUDE BOLLING TRIO
CLAUDE BOLLING TRIO
Le programme de concerts de Claude Bolling comporte principalement ses compositions, mais comme tous les jazzmen, il aime...

CLAUDE BOLLING BIG BAND
CLAUDE BOLLING BIG BAND
En octobre 1956, sous l’impulsion de Frank Ténot, le jeune Claude Bolling, âgé de 26 ans, constituait sa...

CHICAGO SOUTH SIDE
CHICAGO SOUTH SIDE
Coffret 2 CD et livret documenté de 56 pages.

Son premier Age d’Or, c’est à Chicago que le...

BILLIE HOLIDAY - LESTER YOUNG
BILLIE HOLIDAY - LESTER YOUNG
Un trésor d'amoureux (Billie et Pres) pour amoureux (vous et moi). Lady Day incarne lumineusement la nuit du jazz, le...

ALEXANDRE LAGOYA - CLAUDE BOLLING
ALEXANDRE LAGOYA - CLAUDE BOLLING
Claude Bolling, compositeur, pianiste, leader de big band, imposera en Europe le respect et la connaissance de la grande musique...

Logo Radio France  Logo INA
 
Logo RFI
Logo PUF 
 
logo-facebook.gif

Rechercher dans le catalogue Frémeaux
Toutes les catégories :
Advertisement
Titre_Nouveau_Catalogue.gif
Catalogue 2016-2017
Titre_Evenement.gif
Pub Net Caveau Huchette.jpg
Titre_Galerie.gif
Pub Net Dernieres acquisitions - Galerie.jpg
Titre_DVD.gif
Pub Net Edgar morin.jpg
Titre_actualites.gif
Pub Net IntDjango.jpg
Titre Essentiel.gif
Pub Net Proust 6V.jpg
Titre_lucferry.gif
Philo-Mytho Ferry
Luc Ferry
Collection Luc Ferry
Inédits
Pub Net Live in Paris 6V Peterson.jpg
Feuille Nouveautés

Dictionnaire des Artistes
Dictionnaire des Artistes
Dictionnaire des Artistes
Présentation

• Pourquoi fremeaux.com ?
• Autorisations Cinéma, TV, musées...
• Une culture d'entreprise
• Charte qualité

Mémoires et études
Edité par Fremeaux et Associés
visuinternetdompublic.gif
Le patrimoine
sonore en
danger!
Interview de
Patrick
Frémeaux

Mémoires et études


Collection Histoire de France
Collection Histoire de France
Titre_Publicite.gif
Pub Net Cat. LibSonore 200pixels.png
Philosophie | Sciences Humaines | Histoire | Livres sonores | Contes | Enfants de 2 A 5 ans | Enfants de 6 A 11 ans | Son de la nature | Collection the quintessence | Jazz
Intégrale Django Reinhardt | Blues | Country & Rockn Roll | Gospel | Chanson française | Les cinglés du music hall | World Music | Classique | Frémeaux & Ass. Télévisions
Mentions légales - Recommander ce site - Ajouter aux favoris - Nous contacter - © 2006 Frémeaux et Associés
20, rue Robert Giraudineau - 94300 VINCENNES - FRANCE - Tél : +33 1 43 74 90 24 - Fax : +33 1 43 65 24 22
templatefrmeaux_correc69.gif