Fremeaux.com
 
INTEGRALE LOUIS ARMSTRONG VOL. 15
Réf. : FA1365

INTEGRALE LOUIS ARMSTRONG VOL. 15

THE KING OF THE ZULUS 1948-1949

LOUIS ARMSTRONG
Direction artistique : DANIEL NEVERS
Label : FREMEAUX & ASSOCIES
Nombre de CD : 3
Vous pouvez acheter ce produit :

- Chez votre libraire ou maison de la presse (Frémeaux & Associés distribution)
- Chez votre disquaire ou à la Fnac (distribution : Socadisc)
- Sur lalibrairiesonore.com
- Sur librairie-audio.com Pré écoute de certains produits!
- Par téléphone au 01.43.74.90.24
Distinctions :
CHOC CLASSICA / INDISPENSABLE JAZZ HOT / RECOMMANDÉ PAR FRANCE MUSIQUE / * * * * JAZZ MAGAZINE / GRAND PRIX RÉÉDITION DU HOT CLUB DE FRANCE / RECOMMANDÉ PAR JAZZ NEWS
« J’ai rencontré Louis pour la première fois à Chicago, quand il venait de quitter l’orchestre de King Oliver. (…) Personne n’a été capable de l’imiter avec succès. Certains essayent de jouer de la trompette comme lui, d’autres de chanter comme lui, mais rien ne se produit. Quand Louis joue, il plane. Quand il chante, il pétille… » 
Bing CROSBY

Les intégrales Frémeaux & Associés réunissent généralement la totalité des enregistrements phonographiques originaux disponibles ainsi que la majorité des documents radiophoniques existants afin de présenter la production d'un artiste de façon exhaustive. L'intégrale Louis Armstrong déroge à cette règle en proposant la sélection la plus complète jamais éditée de l'oeuvre du géant de la musique américaine du XXè siècle, mais en ne prétendant pas réunir l'intégralité des oeuvres enregistrées. 
Patrick FREMEAUX

DIRECTION ARTISTIQUE : DANIEL NEVERS
DROITS : DP / FREMEAUX & ASSOCIES.

“I first met Louis in Chicago, just after he left King Oliver’s band (…) Nobody could copy him. Some were trying to play the trumpet like he does, but nothing happened… It’s so simple: when he sings a sad song you cry, and when he sings a happy song, you laugh.” Bing CROSBY

The Frémeaux & Associés Complete Series usually feature all the original and available phonographic recordings and the majority of existing radio documents for a comprehensive portrayal of the artist. The Louis Armstrong series is an exception to the rule in that the selection of titles by this American wizard is certainly the most complete as published to this day but does not comprise all  his recorded works. Patrick Frémeaux    

CD 1 : LOUIS ARMSTRONG AND THE ALL-STARS (RADIO - CHICAGO, 4/04/1948 : 1 & 2 // PHILADELPHIE, JUIN/JUNE 1948 : 3 - 22) : MUSKRAT RAMBLE • DO YOU KNOW WHAT IT MEANS TO MISS NEW ORLEANS ? • I CRIED FOR YOU • CONFESSIN’ • MILENBERG JOYS • STRUTTIN’ WITH SOME BARBECUE • WHISPERING • ST. LOUIS BLUES • BLUE SKIES • BASIN STREET BLUES • HIGH SOCIETY • SOMEDAY YOU’LL BE SORRY • THE ONE I LOVE BELONGS TO SOMEBODY ELSE • JACK-ARMSTRONG BLUES • TOGETHER • I GOTTA RIGHT TO SING THE BLUES • THAT’S A PLENTY • EAST OF THE SUN (WEST OF THE MOON) • I GOT RHYTHM • I SURRENDER DEAR • DON’T FENCE ME IN • ST. LOUIS BLUES. CD 2 : LOUIS ARMSTRONG AND THE ALL-STARS (RADIO - PHILADELPHIE, 10, 11 & 18/09/1948 : 1 À/ TO 12) : DISCUSSION / TALKING : L. ARMSTRONG, RUSS MORGAN, FRED ROBINS + DO YOU KNOW WHAT IT MEANS TO MISS NEW ORLEANS ? • DISCUSSION & STRUTTIN’ WITH SOME BARBECUE • LITTLE WHITE LIES • BLACK AND BLUE • SHADRACK / WHEN THE SAINTS GO MARCHIN’ IN • BABY WON’T YOU PLEASE COME HOME ? + THEME • MUSKRAT RAMBLE • PANAMA • MAYBE YOU’LL BE THERE • S’POSIN’ • ROYAL GADEN BLUES • LAZY RIVER. “ED SULLIVAN SHOW” (WPTX TV - NEW YORK CITY, 21/11/1948) : INTRO + WHERE THE BLUES WERE BORN IN N.O. • A SONG WAS BORN. “EDDIE CONDON SHOW”(WBBM TV - NEW YORK CITY, 23/11/1948) : KING PORTER STOMP. LOUIS ARMSTRONG AND THE ALL-STARS (RADIO) : BLACK AND BLUE. “PERSONAL AUTOGRAPH SHOW” (RADIO - CHICAGO, DEC 1948) : ROSETTA. CD 3 : PHILCO RADIO TIME (BING CROSBY SHOW) (SAN FRANCISCO, 21/02/1949) : ENTRETIEN / TALKING : B. CROSBY, L. ARMSTRONG, J.TEAGARDEN, J.VENUTI • PANAMA • LAZY RIVER • LAZY BONES • ROCKIN’ CHAIR. LOUIS ARMSTRON AND THE ALL-STARS (RADIO - AFRS “JUBILEE” TRANSCRIPTIONS - LOS ANGELES, MARS/MARCH 1949) : INTRO & THEME : WHEN IT’S SLEEPY TIME DOWN SOUTH • PANAMA • BACK O’ TOWN BLUES • PALE MOON • DON’T FENCE ME IN • BODY AND SOUL • A SONG WAS BORN • WHISPERING • MAHOGANY HALL STOMP • A HUNDRED YEARS FROM TODAY • BLUE SKIES • ROCKIN’ CHAIR • THE SHEIK OF ARABY • CONFESSIN’. LOUIS ARMSTRONG AND THE ALL-STARS (CONCERT - CINCINNATI, 27/04/1949) : AIN’T MISBEHAVIN’.
Liste des articles de presse consacrés à ce CD :
- « Que tous les saints de La Nouvelle-Orléans soient honorés » par Libération
« L'art de Louis Armstrong, retrouvé chez des particuliers qui ont enregistré ses concerts avec leur poste radio en 48/49, retentit de joie pure dans 3 nouveaux CD. L' Intégrale du trompettiste de la Nouvelle-Orléans chez Frémeaux compte maintenant 45 CD. Que tous les saints de La Nouvelle-Orléans soient honorés en ce début de printemps, l’éditeur phonographique Frémeaux et Associés présente le quinzième volume (3 CD par coffret) de l’Intégrale Louis Armstrong, premier génie du jazz. Génie ? Le mot est faible. L’histoire sacre le trompettiste (cornettiste), créateur et premier soliste du jazz. Fondateur d’un art majeur du siècle dernier. Le Louisianais, de 1925 à 1945 invente tout. Sans conteste. Miles Davis : « On ne peut rien jouer à la trompette que Louis Armstrong n’ait déjà joué - y compris le jazz d’aujourd’hui. J’aime la conception moderne du jeu de la trompette, jamais il ne sonne. mal. Il joue sur le temps. Comment mal jouer quand on joue sur le temps avec un tel feeling? » Surenchère de Bing Crosby, chanteur américain contemporain de Satchmo : « J’ai rencontré Louis à Chicago, dans les années vingt. Il venait de quitter King Oliver. Unique. Inimitable. Tout le monde voulait jouer de la trompette comme lui. En vain. Rien ne se passait. C’est clair : quand Louis chante une ballade triste, vous pleurez. Quand il chante un air enjoué, vous avez la banane ». Lionel Hampton avoue qu’il se passait délibérément de manteau en hiver, dans l’espoir d’attraper froid. La laryngite devait permettre au légendaire vibraphoniste d’attraper la voix rauque et chaleureuse de Louis.
Le Volume 15 de la précieuse série couvre la période 1948/49. A l’époque, les big bands se cherchent. L’intérêt du public se tourne naturellement vers les petites formations. Pile poil émerge alors le septet de Louis, The All-Stars. Un plateau de vedettes! Le pianiste Earl Hines, le tromboniste Jack Teagarden, le batteur Sid Catlett, la vocaliste Velma Middleton, le contrebassiste Arvell Shaw. L’équipe au complet enchante les publics de Philadelphie en 48 (plusieurs concerts homériques). Et de San Francisco, Los Angeles, Cincinnati en 49. Enregistrements exceptionnels. Comment diable les sons arrivent-ils jusqu’à nous? En effet, pendant deux ans, aucun studio n’accueille le septet... Le label a confié la recherche des bandes au spécialiste Daniel Nevers. L’Indiana Jones des trésors musicaux a pisté les enregistrements sur laque réalisés par des particuliers. J’avais rencontré Nevers au milieu de son musée, à Maisons-Alfort, aux portes de Paris. L’expert explique : « dans les années vingt, la firme Pyrolac de Créteil invente un procédé de gravure directe pour les particuliers. Un matériel encombrant, fragile. De surcroît pas à portée de toutes les bourses. Les auditeurs avaient la possibilité d’enregistrer de leur propre poste des émissions de radio en direct des studios, des salles, des clubs. Grâce à eux, une part des émissions put être sauvée. Il était possible d’écouter le disque gravé sur le champ. On appelait l’objet une pyrale. En quelque sorte l’équivalent des Polaroïds pour la photo. Le procédé revenait cher. Aux USA, pourtant, il a fait un tabac. Les Américains ont compris l’intérêt des pyrales. Ils ont commercialisé les laques enregistrables à grande échelle ». Les laques en question apparaîssent lors de ventes aux enchères, ou de successions. Daniel Nevers est connecté au réseau. A partir de 1948, la formule du All-Stars se met en place, observe Nevers dans les liner notes. Elle favorise le nouveau départ d’Armstrong, qui triomphe dans le monde entier. Comme tous les génies (j’ai trouvé la formule chez Duke Ellington), Satchmo se copie lui-même. Il adapte les trouvailles de son premier âge d’or. Dizzy Gillespie déclarait au festival de Newport, en 1970 : «si Louis n’avait pas existé, nous ne serions pas là ». Finement observé, cher Dizzy. Car moi non plus, je n’en serais sans doute pas là. » Par Bruno PFEIFFER - LIBERATION
- « Un monument ! » par Classica
L’intégrale Louis Armstrong, entreprise française exceptionnelle, publie le 15e coffret de 3 CD. C’est un monument regroupant pour 1948 et début 1949 les enregistrements du All-Stars le plus prestigieux du grand Louis : Earl Hines, Jack Teagarden, Barney Bigard et le légendaire batteur Sidney Catlett sont alors à ses côtés, captés lors de shows radiophoniques devenus parfois très rares. Les doublons de répertoire, comme cela aurait été normal, sont peu nombreux et le jazz y fleurit avec une décontraction et une suavité qui sont l’apanage des plus grands. Figure devenue éminemment populaire, Armstrong connaît alors une sorte d’apothéose musicale de ses chefs-d’œuvre des années 1920, et sa formation brillante, tour à tour lyrique et débordante de swing, est à connaître et à reconnaître sans réserve.
Par Jean-Pierre JACKSON - CLASSICA
- « Le All stars. Une formidable formation » par Jazz Magazine
Le volume 14 de cette intégrale nous avait fait découvrir les captations, au festival de Nice et à Pleyel, du nouvel « All Stars » de Louis Armstrong dont une grève des enregistrements priva les discophiles. C’est le même orchestre que ce volume 15 nous fait suivre à la trace grâce à la sélection opérée par Daniel Nevers parmi la multitude des enregistrements radio qui accompagnèrent les engagements de cette formidable formation, en évitant les trop nombreux doublons et en retenant les meilleures prises de son (notamment les 14 titres pour les forces armées de mars 1949). Si elles ne relèvent pas de la Hifi naissante, elles rendent justice aux timbres des vents dans les solos – Armstrong (tp), Jack Teagarden (tb) et Barney Bigard (cl) -, à l’équilibre des collectives (en dépit d’une clarinette souvent un peu lointaine) et à la grâce d’une rythmique de rêve (le piano d’Earl Hines hélas encore plus lointain, la souple contrebasse d‘Arvell Shaw et les tambours solaires de Sidney Cattlet). Quarante morceaux sont consacrés au All Stars, entrecoupés de petites parenthèses : l’Ed Sulivan Show où Peanuts Hucko remplace Bigard, Hines se faisant remplacer ensuite par Dick Cary (pour l’Eddie Condon Floor Show) avant de revenir pour un fameux duo accompagné avec Armstrong sur « Rosetta ». Plus quatre extraits d’un orchestre réuni pour une émission fort vivante où le violon de Joe Venuti rivalise avec Teagarden et Armstrong, ce dernier chahutant allègrement bing Crosby sur « Lazy Bones ».
Par Alfred SORDOILLET – JAZZ MAGAZINE
- « Tous les grands titres du répertoire armstrongien sont bien présents » par Le Salon littéraire
« (…) Longtemps considéré comme le roi du jazz, le trompettiste et chanteur de La Nouvelle-Orléans a marqué des générations. Il compte parmi les créateurs éminents d’une musique qu’il a sorti des limbes de la polyphonie, telle que la pratiquaient les orchestres de sa ville natale, pour favoriser l’émergence du soliste. Ainsi ouvrit-il, avec son Hot Five et son Hot Seven, la voie royale empruntée à sa suite par les improvisateurs de talent, tous genres et styles confondus. Publier l’intégralité de son œuvre relève de l’entreprise titanesque. Un pari en passe d’être tenu, grâce, notamment, à la ténacité du label Frémeaux & Associés et à la passion érudite de Daniel Nevers, directeur artistique, auteur du copieux livret et de la discographie. « L’Intégrale Louis Armstrong » en est, en effet à son quinzième volume. Sous-titré « The King Of The Zulus », celui-ci couvre, en trois disques, les années 1948-1949. Une période capitale pour Satchmo renouant, après un passage à vide de plusieurs années, avec une carrière internationale qui le conduira à parcourir le monde. Pour l’heure, il participe à nombre d’émissions de radio et de télévision dans son pays, à Philadelphie, Chicago, San Francisco, Los Angeles ou Cincinnati, en compagnie d’un petit ensemble, son All-Stars, alors constitué de Jack Teagarden (trombone) Barney Bigard (clarinette), Earl Hines (piano), Arvell Shaw (contrebasse) et Sidney Catlett (batterie). Sans oublier la chanteuse Velma Middleton et, ici ou là, quelques intervenants « extérieurs », dont Bing Crosby. De l’avis quasi unanime, le meilleur des ensembles qu’il ait constitué, au cours des ans, jusqu’à sa disparition en 1971. Evidemment, le programme se révélant quelque peu répétitif d’une émission à l’autre et la qualité technique de l’enregistrement n’étant pas toujours au rendez-vous, Daniel Nevers a dû opérer un choix parmi les morceaux sélectionnés. Mais tous les grands titres du répertoire armstrongien sont bien présents. Ainsi peut-on comparer différentes versions des Muskrat Ramble, Black And Blue et autres Do You Know What It Means To Miss New Orleans ou When It’s Sleepy Time Down South. Une musique enracinée. Elle n’a rien perdu de son charme intemporel et demeure, après quelque sept décennies, toujours aussi séduisante. (…) »
Par Jacques ABOUCAYA – LE SALON LITTERAIRE
- « Armstrong se montre impérial » par Jazz News
On n’en finit jamais vraiment avec Louis Armstrong. L’intégrale menée de main de maître par Daniel Nevers nous emmène aujourd’hui à la veille de l’embellie qui fera d’Armstrong un ambassadeur international de l’Amérique avec son fameux All Stars. Comme un symbole, c’est aussi le temps du retour à La Nouvelle-Orléans pour être sacré Roi des Zoulous, au moment du carnaval de 1949. Maître en son domaine, Satchmo y vit un accomplissement personnel quand certains commencent à lui reprocher de jouer au « bon nègre » au service de l’armée de l’entertainment. Il en fallait plus pour le décourager de montrer au grand public ce que le jazz lui doit. Sur scène principalement - en raison des grèves de l’industrie phonographique et de la transition des supports (le format LP pointe le bout de son nez et la notion d’album par la même) – Armstrong se montre impérial, fort de son art et pour tout dire franchement solaire, à défaut d’être invariablement génial.
Par Bruno GUERMONPREZ - JAZZ NEWS
- « Louis Armstrong fut et reste indispensable » par Jazz Hot
« Frémeaux & Associés poursuivent donc cette intégrale faite de coffrets de 3 CDs. Alors que tant de projets du même ordre se sont interrompus, nous ne pouvons que nous en réjouir. Aujourd'hui, Satchmo s'est installé dans les incontournables, au moins comme un nom. Beaucoup le citent encore, mais très peu l'écoutent vraiment. Bien sûr et on n'a cessé de l'écrire, à cette époque, Louis Armstrong n'est plus l'innovateur de «West End Blues» ou de «I Can't Give You Anything But Love», incontournables leçons de trompette et de chant jazz. Mais il n'a alors que 47 ans et à cet âge un trompettiste est à maturité artistique et en pleine possession de ses moyens physiques. En outre, ce premier All-Stars qui s'illustre dans la majorité de ces titres peut être considéré comme le meilleur avec Earl Hines et Sid Catlett, mais aussi Barney Bigard et Jack Teagarden, de grands marqueurs de l'histoire de leur instrument respectif. Ce coffret n'est constitué que d'enregistrements radiophoniques ou pour la TV. En effet, il y eut une deuxième grève pendant l'année 1948 décidée par le syndicat des musiciens qui interdit à ses membres d'enregistrer des disques. Pour cela la maison Capitol est venue à Paris enregistrer ses disques de musiques dites «classiques» (les absents des étiquettes pouvaient être illustres, comme Raymond Sabarich, tp). (…) C'est au cours de cette grève que le statut de chanteur a changé. Il est la vedette! Lorsque les compagnies de disques recommencent à enregistrer les orchestres, elles ont immédiatement constaté qu'ils se vendaient moins que les chanteurs.
Louis Armstrong aurait sans doute pu faire des disques de chanteur, mais la période est aussi celle d'un rebond de sa carrière d'artiste et il est sollicité de toute part. C'est depuis Chicago que nous viennent les deux premiers titres. Dès «Muskrat Ramble», on est frappé par la suprématie d'Earl Hines et de Louis Armstrong (une ampleur de son à la trompette restée inégalée!). Earl Hines est également transcendant dans «Do You Know What It Means» (introduction, accompagnement, bref solo). Deux mois plus tard, le All-Stars est à Philadelphie, et il passe à la radio tous les jours du 2 au 5 juin. Armstrong expose avec autorité «I Cried for You» bien sûr chanté par Velma Middleton. Il est dans une forme éblouissante à la trompette dans «Confessin'», comme il l'est un mois plus tard à Los Angeles (CD3); le morceau est géré de la même façon. Drumming superlatif de Sid Catlett dans «Milenberg Joys», «Struttin' With SBQ» (belle basse d'Arvell Shaw derrière Teagarden)! Arvell Shaw est en vedette dans «Whispering», une routine reprise telle quelle à chaque concert (CD3, 13). Tout ce All-Stars est bon et d'une belle cohésion dans ce «St. Louis Blues» (fin tronquée) du 4 juin, titre repris de façon différente le 12 (plus court, où Satch est seul soliste avec Hines). En dehors d'un bref passage d'orchestre, Earl Hines gère en trio une bonne version de «The One I Love Belongs to Somebody Else» depuis le Ciro's, le 5 juin. Cette émission donne aussi une interprétation du «Jack-Armstrong Blues» qui n'est pas la plus spectaculaire de Louis, mais il est toujours magistral dans le blues. Diffusé sept jours plus tard, la prestation en trio d'Earl Hines dans «East of the Sun» vaut aussi pour le jeu de balais de Sid Catlett.
Le CD2 débute en septembre 1948. On entend des «I Gotta Right to Sing the Blues» non notés qui est un générique de fin (titres 2 et 6). La version de «Black and Blue» est instrumentale alors que celle de décembre contient la partie chantée par Louis; dans les deux cas, la trompette du maître est sublime. A l'inverse, ce même jour de septembre, Louis n'est que chanteur dans «Shadrack». Nouveau à leur répertoire, ce «Maybe You'll Be There» est exposé par Teagarden, mais Louis Armstrong joue admirablement le pont (qualité de la sonorité). La TV du 23 novembre nous laisse, à défaut des images, la prise de son d'un «King Porter Stomp» à la mise en place limite dans la première collective. Dick Cary y prend un solo dans le style d'Earl Hines. Le solo de trompette est plein de drive, poussé par Sid Catlett. Le CD2 se termine sur un bijou: une version de «Rosetta» en quartet! Introduction de Hines, exposé du thème par Louis, excellent solo de piano, échange entre Armstrong et Hines puis coda virtuose du pianiste (pour nos oreilles, le bassiste est Arvell Shaw).
Le CD3 commence le 21 février 1949. L'émission propose deux duos chantés, «Lazy Bones» par Bing Crosby et Louis Armstrong, «Rockin' Chair» par Teagarden et Satchmo. Il y a aussi un «Panama» dont la concision est une leçon pour les instrumentistes actuels (2’ 30”); il aligne une courte intervention de Joe Venuti (qui remplace la clarinette), Louis et Tea. Pas plus long est ce bon «Lazy River» où les seules vedettes sont Louis (scat puis coda à la trompette) et son complice Mr Tea. L'émission suivante depuis Los Angeles commence par un bref «Sleepy Time Down South», générique du All-Stars. On écoutera Earl Hines qui joue derrière chaque annonce. Il faut aussi prêter attention à son accompagnement derrière Teagarden (solo de trombone de «Back O'Town Blues», partie chantée de «A Hundred Years From Today»). Louis ne joue que le point d'orgue de «Pale Moon» interprété en trio par Earl Hines (jeu de balais de Sid Catlett!). Barney Bigard offre un beau «Body and Soul», une de ses «spécialités». Jack Teagarden joue «Goin' Home» de Dvorak en introduction de «A Song Was Born». Le «Mahogany Hall Stomp» bénéficie d'une meilleure qualité d'enregistrement; Louis y est brillant et y reprend son solo historique. Le solo d'Earl Hines dans «Sheik of Araby» dévolu à Teagarden sonne «moderne» dans ce contexte. Le coffret se termine par un «Ain't Misbehavin'» pris sur le vif par un amateur, lors d'un concert à Cincinnati: belle ambiance des concerts de Louis Armstrong qui ne pouvait que déclencher l'enthousiasme. Louis Armstrong fut et reste indispensable. »
Par Michel LAPLACE – JAZZ HOT
- « Armstrong se donne généreusement » par Saisons de Culture
« Ma chance a été d’entrer dans le monde du jazz par l’intermédiaire de Louis Armstrong, ses disques du Hot Five et du Hot Seven, de 1926 à 1929. (…) On les trouve, ces faces, dans les volumes 3, 4 et 5 de l’indispensable intégrale publiée par Frémeaux & Associés, dont le 15e volume paraît à présent. (…) Le début des années quarante vit la fin des grands orchestres, même celui de Louis Armstrong. Mais le succès de celui-ci ne se démentait pas : ayant formé un All Stars avec des musiciens de premier plan comme le tromboniste Jack Teagarden, son vieux complice blanc, le clarinettiste Barney Bigard, ellingtonien notoire, le pianiste Earl Hines avec qui il avait enregistré à la fin des années vingt un chef d’œuvre en duo, Weather Bird, le grand batteur Sid Catllett, qui s’était aussi frotté aux hip cats du bebop, il multipliait les concerts avec un répertoire traditionnel dans de grandes salles classiques, le Town Hall et le Carnegie Hall de New York, le Symphony Hall de Boston, et pour des stations de radio à Chicago, Philadelphie, Los Angeles. Ce sont ces émissions de 1948 et 1949 qui constituent la plus grande part des trois CD formant le volume 15 « The King of the Zulus » de l’Intégrale The Complete Louis Armstrong. On le recommande fortement : Armstrong se donne généreusement à la trompette et au chant, il a retrouvé une sorte de pureté dans l’entertainment. Certes il veut plaire – il l’a toujours voulu – mais il veut plaire d’abord à ses musiciens et à lui-même, c’est-à-dire à la musique. Plus tard, on accusera Louis Armstrong d’oncle tomisme, à cause de ses mimiques, de son éternel sourire, de ses dents blanches, de ses « ya-ba-daah ». C’était d’autant plus injuste qu’il prenait fait et cause pour les droits civiques. Mais cela ne l’empêchait pas de célébrer en chanson It’s a Wonderful World. Et il fut en effet l’un de ceux qui rendaient ce monde merveilleux. »
Par Michel CONTAT – SAISONS DE CULTURE
Liste des crédits sur ce CD :
Ed Ory , Louis Armstrong, Jack Teagarden, Earl Hines, Barney Bigard , L. Alter , A. Lyman , Neiburg , F. Morton , L. Hardin , J. Schonberger , W.c. Handy , I. Berlin , S.p. Williams , P. Steele , Louis Armstrong , R. Henderson , T. Koehler , L. Pollack , Bowman , G. & I. Gershwin , Barris , C. Porter , W. Donaldson , T.w. Waller , Traditionnel , C. Williams , W.h. Tyers , Gallop , P. Denniker , C. Sp. Williams , H. Carmichael , Cappleton , D. Raye , Louis Armstrong, Jack Teagarden, Barney Bigard , E. Hines , Louis Armstrong, Earl Hines , Bing Crosby , Louis Armstrong, Jack Teagarden , L&o René , J.g.m. Glick , Green , J. Young , Snyder
CDPisteTitreArtiste principalAuteurDuréeEnregistré en
11Muskrat rambleLouis Armstrong, Jack Teagarden, Earl Hines, Barney Bigard Ed Ory 00:03:551948
12Do you know what it means to miss new orleansLouis Armstrong, Jack Teagarden, Earl Hines, Barney Bigard L. Alter 00:04:001948
13I cried for youLouis Armstrong, Jack Teagarden, Earl Hines, Barney Bigard A. Lyman 00:04:141948
14Confessin'Louis Armstrong, Jack Teagarden, Earl Hines, Barney Bigard Neiburg 00:04:311948
15Milenberg joysLouis Armstrong, Jack Teagarden, Earl Hines, Barney Bigard F. Morton 00:02:411948
16Struttin' with some barbecueLouis Armstrong, Jack Teagarden, Earl Hines, Barney Bigard L. Hardin 00:04:561948
17WhisperingLouis Armstrong, Jack Teagarden, Earl Hines, Barney Bigard J. Schonberger 00:04:261948
18St. louis bluesLouis Armstrong, Jack Teagarden, Earl Hines, Barney Bigard W.c. Handy 00:03:351948
19Blue skiesLouis Armstrong, Jack Teagarden, Earl Hines, Barney Bigard I. Berlin 00:03:161948
110Basin street bluesLouis Armstrong, Jack Teagarden, Earl Hines, Barney Bigard S.p. Williams 00:03:261948
111High societyLouis Armstrong, Jack Teagarden, Earl Hines, Barney Bigard P. Steele 00:03:461948
112Someday you'll be sorryLouis Armstrong, Jack Teagarden, Earl Hines, Barney Bigard Louis Armstrong 00:03:171948
113The one i love belongs to somebody elseLouis Armstrong, Jack Teagarden, Earl Hines, Barney Bigard Louis Armstrong 00:03:251948
114Jack-armstrong bluesLouis Armstrong, Jack Teagarden, Earl Hines, Barney Bigard Louis Armstrong 00:03:301948
115TogetherLouis Armstrong, Jack Teagarden, Earl Hines, Barney Bigard R. Henderson 00:03:281948
116I gotta right to sing the bluesLouis Armstrong, Jack Teagarden, Earl Hines, Barney Bigard T. Koehler 00:02:581948
117That's a plentyLouis Armstrong, Jack Teagarden, Earl Hines, Barney Bigard L. Pollack 00:03:161948
118East of the sun (west of the moon)Louis Armstrong, Jack Teagarden, Earl Hines, Barney Bigard Bowman 00:02:481948
119I got rhythmLouis Armstrong, Jack Teagarden, Earl Hines, Barney Bigard G. & I. Gershwin 00:01:521948
120I surrender dearLouis Armstrong, Jack Teagarden, Earl Hines, Barney Bigard Barris 00:04:201948
121Don't fence me inLouis Armstrong, Jack Teagarden, Earl Hines, Barney Bigard C. Porter 00:03:561948
122St. louis blues 2Louis Armstrong, Jack Teagarden, Earl Hines, Barney Bigard W.c. Handy 00:01:381948
21Discussion and do you know what it meansto miss new orleansLouis Armstrong, Jack Teagarden, Earl Hines, Barney Bigard L. Alter 00:05:101948
22Discussion and struttin' with some barbecueLouis Armstrong, Jack Teagarden, Earl Hines, Barney Bigard L. Hardin 00:05:041948
23Little white liesLouis Armstrong, Jack Teagarden, Earl Hines, Barney Bigard W. Donaldson 00:03:471948
24Black and blueLouis Armstrong, Jack Teagarden, Earl Hines, Barney Bigard T.w. Waller 00:03:161948
25Shadrack when the saints go marchin' inLouis Armstrong, Jack Teagarden, Earl Hines, Barney Bigard Traditionnel 00:04:481948
26Baby won't you please come homeLouis Armstrong, Jack Teagarden, Earl Hines, Barney Bigard C. Williams 00:05:241948
27Muskrat ramble 2Louis Armstrong, Jack Teagarden, Earl Hines, Barney Bigard Ed Ory 00:05:551948
28PanamaLouis Armstrong, Jack Teagarden, Earl Hines, Barney Bigard W.h. Tyers 00:04:261948
29Maybe you'll be thereLouis Armstrong, Jack Teagarden, Earl Hines, Barney Bigard Gallop 00:05:081948
210S posin'Louis Armstrong, Jack Teagarden, Earl Hines, Barney Bigard P. Denniker 00:03:561948
211Royal gaden bluesLouis Armstrong, Jack Teagarden, Earl Hines, Barney Bigard C. Sp. Williams 00:04:401948
212Lazy riverLouis Armstrong, Jack Teagarden, Earl Hines, Barney Bigard H. Carmichael 00:04:101948
213Intro where the blues were born in n.o.Louis Armstrong, Jack Teagarden, Earl Hines, Barney Bigard Cappleton 00:03:491948
214A song was bornLouis Armstrong, Jack Teagarden, Earl Hines, Barney Bigard D. Raye 00:03:301948
215King porter stompLouis Armstrong, Jack Teagarden, Barney Bigard F. Morton 00:04:171948
216Black and blue 2Louis Armstrong, Jack Teagarden, Earl Hines, Barney Bigard T.w. Waller 00:03:391948
217RosettaLouis Armstrong, Earl Hines E. Hines 00:02:551949
31Entretien/talking : b. crosby l. armstrong, j.teagarden, j.venutiLouis Armstrong, Jack Teagarden Bing Crosby 00:05:361949
32Panama 2Louis Armstrong, Jack Teagarden W.h. Tyers 00:02:301949
33Lazy river 2Louis Armstrong, Jack Teagarden H. Carmichael 00:02:041949
34Lazy bonesLouis Armstrong, Jack Teagarden H. Carmichael 00:02:571949
35Rockin' chairLouis Armstrong, Jack Teagarden H. Carmichael 00:02:551949
36When it's sleepy time down southLouis Armstrong, Jack Teagarden L&o René 00:01:481949
37Panama 3Louis Armstrong, Jack Teagarden W.h. Tyers 00:04:231949
38Back o' town bluesLouis Armstrong, Jack Teagarden Louis Armstrong 00:05:111949
39Pale moonLouis Armstrong, Jack Teagarden J.g.m. Glick 00:03:511949
310Don't fence me in 2Louis Armstrong, Jack Teagarden C. Porter 00:04:491949
311Body and soulLouis Armstrong, Jack Teagarden Green 00:04:511949
312A song was born 2Louis Armstrong, Jack Teagarden D. Raye 00:04:021949
313Whispering 2Louis Armstrong, Jack Teagarden J. Schonberger 00:03:421949
314Mahogany hall stompLouis Armstrong, Jack Teagarden Sp. Williams 00:04:141949
315A hundred years from todayLouis Armstrong, Jack Teagarden J. Young 00:04:421949
316Blue skies 2Louis Armstrong, Jack Teagarden I. Berlin 00:03:151949
317Rockin' chair 2Louis Armstrong, Jack Teagarden H. Carmichael 00:03:171949
318The sheik of arabyLouis Armstrong, Jack Teagarden Snyder 00:03:171949
319Confessin' 2Louis Armstrong, Jack Teagarden Neiburg 00:04:561949
320Ain't misbehavinLouis Armstrong, Jack Teagarden T.w. Waller 00:04:181949

:

3-5d.gif




Vous pouvez acheter ce produit :
- Chez votre disquaire (distribution Socadisc), chez votre libraire (distribution Frémeaux & Associés) ou par téléphone au 0143749024
- Sur lalibrairiesonore.com Acheter ce produit
- Sur librairie-audio.comAcheter ce produit Pré écoute possible de certains produits!

Egalement disponible aux éditions Frémeaux & Associés :

INTEGRALE LOUIS ARMSTRONG VOL 1
   
INTEGRALE LOUIS ARMSTRONG VOL 1
“Le jazz est la seule musique que j’aime. Et la découverte de King Oliver a été capitale pour moi...
INTEGRALE LOUIS ARMSTRONG VOL 1
INTEGRALE LOUIS ARMSTRONG VOL. 10
   
INTEGRALE LOUIS ARMSTRONG VOL. 10
La radio ? Sûr qu’il connaissait, Louis Armstrong. Dès 24-25, quand il jouait chez...
INTEGRALE LOUIS ARMSTRONG VOL. 10
INTEGRALE LOUIS ARMSTRONG VOL. 14
   
INTEGRALE LOUIS ARMSTRONG VOL. 14
«J’ai envie de dire quelques mots, ha !... Ladies and gentlemen, j’ai la grande joie de...
INTEGRALE LOUIS ARMSTRONG VOL. 14



Fremeaux


Je suis :

Un particulier Un libraire

Un disquaire Une bibliothèque
 meublenatureok.gif

Catalogue Frémeaux
Catalogue Frémeaux
Je souhaite recevoir
le catalogue
Catalogue Frémeaux
Catalogue Frémeaux

Les livres sonores à l'écoute
templatefrmeaux_correc16.jpg
Fremeaux
Grand prix In Honorem
de l'Académie Charles Cros
pour son oeuvre d'éditeur

Fremeaux

“ALLO, BALTHAZAR ?! C’EST LE NOUVEAU DISQUE DE BOUVELLE ET ROMANE"
“ALLO, BALTHAZAR ?! C’EST LE NOUVEAU DISQUE DE BOUVELLE ET ROMANE
Cet album est né d’une rencontre. L’un vient du jazz, l’autre du...

SWING PIANO BAR
SWING PIANO BAR
Le piano bar par les plus grands interprètes (piano bar by their greatests performers) : Teddy Wilson, Fats Waller, Earl...

SWING LOW
SWING LOW
Ce qui n’aurait pu rester qu’une rencontre sans lendemain, une idée de producteur, est devenu au fil des...

SWING CARAIBE
SWING CARAIBE
Un nouvel éclairage sur l'un des aspects les plus occultés de l'histoire du jazz : la contribution des musiciens...

SINE - VIVE LE JAZZ!
SINE - VIVE LE JAZZ!
Parmi les 2756 titres du catalogue jazz de Frémeaux & Associés, Siné a choisi (avec amour) 36 de ses...

ON EVIDENCE
ON EVIDENCE
« En priant les Dieux de la Musique que ce disque, suivi d’autres, permette à l’un des altistes les plus...

NEW RELEASE 2012 - CLAUDE BOLLING & FRIENDS
NEW RELEASE 2012 - CLAUDE BOLLING & FRIENDS
Avec Claude Bolling & Friends, le maître du Big Band offre un jazz classique en formation...

MARC DESCHAMPS
MARC DESCHAMPS
Les compositions de Marc Deschamps tissent un univers poétique évoquant, au gré des...

L’ANTHOLOGIE CAVEAU DE LA HUCHETTE 1965-2017
L’ANTHOLOGIE CAVEAU DE LA HUCHETTE 1965-2017
Temple du jazz parisien et dernier club de jazz au monde où l’on danse grâce...

LATCHO DROM - LIVE 2001
LATCHO DROM - LIVE 2001
Live 2001 révèle la quintessence de l’art de Latcho Drom.
Ce florilège des...

LATCHO DROM - LA LEGENDE DU SWING MANOUCHE
LATCHO DROM - LA LEGENDE DU SWING MANOUCHE
"Latcho Drom représente à n’en pas douter un important jalon dans l’histoire...

LA PRIERE DU FUNK (REISSUE)
LA PRIERE DU FUNK (REISSUE)
Ce disque, initialement intitulé «Comme c’est bizarre», a été produit...

KURT WEILL’S SONGS
KURT WEILL’S SONGS
« Lors des années 1950, les artistes américains des mondes du jazz et de la...

KANSAS CITY JAZZ
KANSAS CITY JAZZ
“A cette époque, je trouvais que Kansas City était un vrai paradis, l’endroit rêvé pour...

J’AI TA MAIN 'VOYAGES'
J’AI TA MAIN 'VOYAGES'
Dès la première note, la voix d’Isabelle Carpentier séduit, sa joie de vivre, son amour de la musique...

JUST A GIGOLO - SIR ALI'S GIRLS
JUST A GIGOLO - SIR ALI'S GIRLS
Il y a tout juste vingt ans, maître de l’esprit Nova et des nuits parisiennes, Sir Ali jetait un...

JAZZ FROM CARNEGIE HALL LIVE IN PARIS 1ER OCT. 1958
JAZZ FROM CARNEGIE HALL LIVE IN PARIS 1ER OCT. 1958
Initiée par le producteur britannique Harold Davison, qui voulait concurrencer les...

JAZZ AU CONSERVATOIRE
JAZZ AU CONSERVATOIRE
« Trois pianos ! Rencontre musicale inédite et spectaculaire. Incroyable virtuosité, grande connivence,...

HARRY BELAFONTE
HARRY BELAFONTE
Le Calypso d’Harry Belafonte sera le premier album de l’histoire du disque à atteindre le...

ETNO-FONIA - JAZZ HOT CLUB ROMANIA
ETNO-FONIA - JAZZ HOT CLUB ROMANIA
Le projet Etno-Fonia d’Emy Dragoï plonge ses racines dans le patrimoine des musiques folkloriques...

ELLA FITZGERALD - LIVE IN PARIS 1957-1962
ELLA FITZGERALD - LIVE IN PARIS 1957-1962
Ce coffret triple propose une série de concerts enregistrés de 1957 à 1962 à...

ECUME
ECUME
Le premier disque de Franck Tortiller, 15 ans avant qu'il ne prenne la direction des musiciens de l'Orchestre National de...

DOUDOU A FEU DOUX
DOUDOU A FEU DOUX
Inclus la version swing de "Etre un homme comme vous" du Livre de la Jungle version Disney.

CONTRAPUNCTUS - CESARIUS ALVIM
CONTRAPUNCTUS - CESARIUS ALVIM
Quand on parle à Césarius Alvim ou qu’on entend sa musique, on sait tout de suite que...

CLAUDE BOLLING & YO YO MA
CLAUDE BOLLING & YO YO MA
Claude Bolling nous revient avec une nouvelle composition originale à la hauteur de l’invité de prestige qui...

CHARLIE PARKER - INTÉGRALE VOL 7
CHARLIE PARKER - INTÉGRALE VOL 7
Charlie Parker a réalisé tout ce que j’aurais voulu faire et bien plus encore – il était vraiment...

CESARIUS ALVIM - EDDIE GOMEZ - ERIC LE LANN
CESARIUS ALVIM - EDDIE GOMEZ - ERIC LE LANN
Vous voulez parler musique ? Sauf votre respect, je vous dis : silence.
Silence, réceptacle...

BOOGIE WOOGIE PIANO VOL 2
BOOGIE WOOGIE PIANO VOL 2
À la fin des années 30, l’Amérique se prend d’une véritable folie...

ANTHOLOGIE DES MUSIQUES DE DANSE DU MONDE VOL. 2
ANTHOLOGIE DES MUSIQUES DE DANSE DU MONDE VOL. 2
De tous temps, la danse a été rythmée par la musique, et les danseurs ont toujours...

A MONK'S DREAM
A MONK'S DREAM
La rencontre entre le BBL et Johnny Griffin s’est faite en 1989 lors d’une tournée...

Logo Radio France  Logo INA
 
Logo RFI
Logo PUF 
 
logo-facebook.gif

Rechercher dans le catalogue Frémeaux
Toutes les catégories :
Advertisement
Titre_Nouveau_Catalogue.gif
Pub Net Cat 2018-2019.jpg
Titre Noel 2018.jpg
Pub Net SOUL.jpg
Titre Figure de l'histoire.gif
Pub Net Figures Histoire.jpg
Titre_Galerie.gif
Pub Net - Expo Philo Arts.jpg
Titre Essentiel.gif
Pub Net Proust 6V.jpg
Luc Ferry
Collection Luc Ferry
Inédits
Pub Net Live in Paris 6V Stan Getz.jpg
Feuille Nouveautés

Dictionnaire des Artistes
Dictionnaire des Artistes
Dictionnaire des Artistes
Présentation

• Pourquoi fremeaux.com ?
• Autorisations Cinéma, TV, musées...
• Une culture d'entreprise
• Charte qualité

Mémoires et études
Edité par Fremeaux et Associés
visuinternetdompublic.gif
Le patrimoine
sonore en
danger!
Interview de
Patrick
Frémeaux

Mémoires et études

Titre_DVD.gif

Collection Histoire de France
Collection Histoire de France
Titre_Publicite.gif
Pub Net Cat. LibSonore 200pixels.png
Philosophie | Sciences Humaines | Histoire | Livres sonores | Contes | Enfants de 2 A 5 ans | Enfants de 6 A 11 ans | Son de la nature | Collection the quintessence | Jazz
Intégrale Django Reinhardt | Blues | Country & Rockn Roll | Gospel | Chanson française | Les cinglés du music hall | World Music | Classique | Frémeaux & Ass. Télévisions
Mentions légales - Recommander ce site - Ajouter aux favoris - Nous contacter - © 2006 Frémeaux et Associés
20, rue Robert Giraudineau - 94300 VINCENNES - FRANCE - Tél : +33 1 43 74 90 24 - Fax : +33 1 43 65 24 22
templatefrmeaux_correc69.gif