Fremeaux.com
 
INTEGRALE LOUIS ARMSTRONG VOL 1
Réf. : FA1351

INTEGRALE LOUIS ARMSTRONG VOL 1

CHIMES BLUES 1923-1924

Direction artistique : DANIEL NEVERS
Label : FREMEAUX & ASSOCIES
Nombre de CD : 3
Vous pouvez acheter ce produit :

- Chez votre libraire ou maison de la presse (Frémeaux & Associés distribution)
- Chez votre disquaire ou à la Fnac (distribution : Socadisc)
- Sur lalibrairiesonore.com
- Sur librairie-audio.com Pré écoute de certains produits!
- Par téléphone au 01.43.74.90.24
Distinctions :
R 10 CLASSICA REPERTOIRE / "EXCELLENT" JAZZ CLASSIQUE / * * * * JAZZMAN / R 10 CLASSICA RÉPERTOIRE / INDISPENSABLE JAZZ HOT / GRAND PRIX RÉÉDITION DU HOT CLUB DE FRANCE
“Le jazz est la seule musique que j’aime. Et la découverte de King Oliver a été capitale pour moi (...) Le plus beau disque que je connaisse est le Mabel’s Dream dans la version OkeH. La seconde voix d’Armstrong derrière King Oliver me fait monter les larmes aux yeux.”
Jean-Christophe Averty

Les intégrales Frémeaux & Associés réunissent généralement la totalité des enregistrements phonographiques originaux disponibles ainsi que la majorité des documents radiophoniques existants afin de présenter la production d'un artiste de façon exhaustive. L'intégrale Louis Armstrong déroge à cette règle en proposant la sélection la plus complète jamais éditée de l'oeuvre du géant de la musique américaine du XXè siècle, mais en ne prétendant pas réunir l'intégralité des oeuvres enregistrées. La présente édition est dirigée par Daniel Nevers.
Patrick Frémeaux

Après une superbe intégrale Django, Daniel Nevers et les éditions Frémeaux & Associés se lancent dans une nouvelle aventure, encore plus folle, et tout aussi nécessaire : Louis Armstrong. (..) Côté technique, tout a été fait mieux. Le livret est une totale réussite. Daniel Nevers est un indiscutable érudit et sa présentation plaira autant au microcosme du jazz qu'au grand public. C'est bien le but de l'entreprise : Offrir Armstrong à tous. Bravo !
Guy Chauvier - Jazz Classique

Mesure-t-on bien que, dans l’ordre de la création, Louis Armstrong, au XXè siècle, n’a qu’un égal, Picasso ? Ce gosse pauvre, fils d’une blanchisseuse de La Nouvelle-Orléans placé dans un orphelinat où il apprend à jouer du cornet à pistons, va inventer à lui seul ou presque la musique du siècle, la musique classique américaine.
Michel Contat - Télérama

Classica - Répertoire : Restauration exceptionnelle avec morceaux remis à la tonalité. Notice ♥♥♥ (livret illustré très documenté français anglais de 40 pages) Ce coffret de trois CD devrait faire la une des journaux télévisés : un éditeur français entreprend de publier l’intégrale des enregistrements de Louis Arsmtrong, un des plus grands créateurs du XXè siècle ! Certains documents sont de la plus haute rareté ; ils frottent parfois, malgré une restauration remarquable rendant caduques les éditions précédentes (notamment sur Milestones), à l’exception des anthologies masterisées par John R.T. Davies pour JSP et ceux de Robert Parker pour la BBC. A l’idée des autres chefs-d’œuvre qui vont suivre, on salive. Et on salue bien bas cette entreprise folle et magnifique.
Jean-Pierre Jackson – Classica Répertoire
Ce disque à reçu la note R10 de Classica Répertoire.

Droits audio : Groupe Frémeaux Colombini SAS - The Complete Louis Armstrong.
Liste des articles de presse consacrés à ce CD :
- "Louis Armstrong" by Norman Granz
« One speaks of the sound of jazz, one might just as well say the sound of Louis Armstrong. But Louis was more than that : he was the sound of humanity and hope.  » Norman GRANZ – Pour Louis Armstrong (1976)
- "On salue bien bas cette entreprise folle et magnifique" par Classica Répertoire
"Restauration exceptionnelle avec morceaux remis à la tonalité.
Notice ♥♥♥ (livret illustré très documenté français anglais de 40 pages)Ce coffret de trois CD devrait faire la une des journaux télévisés : un éditeur français entreprend de publier l’intégrale des enregistrements de Louis Arsmtrong, un des plus grands créateurs du XXè siècle ! Ce premier volume très soigné regroupe essentiellement, sous la direction de Daniel Nevers, les faces que Louis grava sur 78 tours en 1923 et 1924 au sein de l’orchestre de King Oliver pour Gennett, Columbia/Okeh et Paramount à Richmond et Chicago, puis avec celui de Fletcher Henderson à New York. C’était avant l’enregistrement électrique, c’est de la véritable gravure directe, sans retouches ni montage, et l’on ne dépasse pas les trois minutes. Certains documents sont de la plus haute rareté ; ils frottent parfois, malgré une restauration remarquable rendant caduques les éditions précédentes (notamment sur Milestones), à l’exception des anthologies masterisées par John R.T. Davies pour JSP et ceux de Robert Parker pour la BBC. Il est possible que les oreilles habituées au luxe digital se hérissent, mais entendre éclore un génie de l’improvisation et peu à peu émerger un des plus beaux sons de trompette ou de cornet qui fut, est tout simplement inestimable. A l’idée des autres chefs-d’œuvre qui vont suivre, on salive. Et on salue bien bas cette entreprise folle et magnifique." Jean-Pierre Jackson – CLASSICA REPERTOIRE. Ce disque à reçu la note R10 de Classica Répertoire.
- "Bravo !" par Jazz Classique
« Après une superbe intégrale Django, Daniel Nevers et les éditions Frémeaux se lancent dans une nouvelle aventure, encore plus folle, et tout aussi nécessaire : Louis Armstrong. Oui, nécessaire, parce que l’œuvre de Louis Armstrong devrait être constamment et intégralement disponible, que Masters Of Jazz a disparu après huit volumes, que Classics n’a pas tout réédité et qu’une bonne partie de ses références Armstrong est épuisée, qu’il est impossible de réunir la totalité de la discographie en jonglant avec les différents labels sans une quantité de doublons et un gaspillage de temps considérables… Nécessaire aussi parce que cette musique sublime aura toujours de nouveaux auditeurs. Mettons les choses au point, la collection Armstrong de Frémeaux rassemblera les enregistrements réalisés sous le nom d’Armstrong et ceux où il apparaît comme sideman, mais il ne s’agit pas vraiment d’une intégrale. Daniel Nevers s’explique : "Sans réellement parler d’intégrale, sans doute peut-on avancer le terme de "sélection très large"… Il nous faudra omettre quelques doubles « prises » peu différentes (notamment du côté de chez Henderson) ou des accompagnements de chanteuses pas toujours bonnes, plutôt mal enregistrées, dans lesquels l’accompagnateur reste d’une regrettable discrétion…" C’est la sagesse même ! De toute façon, les quelques fêlés qui souhaitent posséder tout Louis Armstrong trouveront toujours des éditions spécialement faites pour eux. Et puis, vous savez, une troisième prise, presque semblable aux deux précédentes, inaudible de surcroît, c’est encore meilleur quand on l’attend longtemps… Soyons sérieux (et précis), regardons de plus près le contenu de ces trois premiers CDs et repérons ce que le compilateur a écarté. Pour King Oliver, tout est là. Pour les chanteuses ou les formations de Clarence Williams, il manque la seconde prise de See See Rider avec Ma Rainey mais cette seconde prise, très mal enregistrée, ne présente que de légères nuances avec l’autre, dans la coda notamment. Pour les Henderson, en dehors des titres où la présence de Louis n’est que théorique (titres que n’avait pas retenus non plus l’édition Masters of Jazz), Daniel Nevers n’a pas gardé les secondes prises de Words, Copenhagen, Naughty Man, My Dream Man, trop semblables aux premières. Contrairement à ce qui s’est fait parfois, ces Henderson sont reproduits intégralement. C’est heureux. Isoler un solo n’a de sens que dans le cadre d’un travail précis. On n’apprécie pas pleinement un solo si on le sort de son contexte. Et puis, le contraste entre l’orchestre et Louis est tellement jouissif ! En revanche, quand Nevers publie les deuxième et troisième prises de How Come You Do me, comme elles sont précédées d’une prise entière, il entame huit mesures avant le solo de trompette. J’approuve tous ces choix, en dehors du fait que j’aurais sans doute été plus restrictif encore. Fallait-il vraiment inclure ici le Naughty Man du 7 novembre (le premier) et My Dream Man ? Ces deux morceaux ne contiennent aucun solo de Louis et l’on n’entend sa trompette que fugitivement dans les ensembles. Ce n’est pas intéressant mais cela concerne surtout les spécialistes (qui peuvent trouver ces enregistrements dans les éditions consacrées à Henderson). Côté technique, je n’ai rein à redire. Tout a été fait au mieux. Profitons de l’occasion pour avertir les néophytes : Ecouter le Creole Jazz Band n’est pas évident, surtout si l’on commence par les Gennett de 1923. Mais avec un peu d’entraînement, ça passe. Alors, quand on arrive à la séance Columbia, on finit presque par trouver que c’est bon. A côté, les Henderson, c’est de la vraie hi-fi ! Il y a un dernier point capital pour une production aussi ambitieuse, le livret. C’est une totale réussite. Certains musiciens ou aficionados regretterons peut-être l’approche d’Irakli, plus musicologique, plus centrée sur le héros et sa musique. Nevers, lui, avec un sens assuré du récit et une belle plume, raconte la fin de King Oliver, les orchestres avec lesquels Louis joua mais n’enregistra pas, prend prétexte du fait qu’Henderson fut un temps présenté comme le « Paul Witheman noir » pour s’attarder sur le chef d’orchestre blanc… Il n’est peut-être pas un chercheur aussi pointu qu’Irakli mais c’est un indiscutable érudit et sa présentation plaira autant au microcosme du jazz qu’au grand public. C’est bien là le but de l’entreprise : offrir Armstrong à tous. Bravo ! » Guy Chauvier - Jazz Classique
- "Une histoire chaleureuse et magique" par Les Inrockuptibles
« C’était au temps où La Nouvelle-Orléans s’apprêtait à esquisser les premiers pas du charleston. Noir et pauvre, Louis Popa Armstrong apprend le cornet dans une maison de correction, ce qui ne justifie en rien ce type d’établissements, mais lui permet ensuite de glisser son pavillon sous les jupes des filles des bordels de Storyville, de recevoir les conseils de King Oliver, de se produire sur les bateaux à aube et d’accompagner Ma Rainey ou Bessie Smith.  
Le reste, comme on peut l’écrire paresseusement, appartient à l’histoire : un vibrato inégalable, l’invention intuitive du rôle de soliste de jazz (tous derrière, et lui devant), le statut d’improvisateur de génie, et un sens inné de la déstructuration de la mesure (Armstrong adorait poser son chant légèrement en avant ou en retard, en tout état de cause jamais où l’attendait l’orthodoxie). Et, donc, sans oublier, grâce à un organe de papier de verre comme pierre philosophale, la capacité à transformer le moindre nanar (Hello Dolly) en sublime page de l’épopée du jazz.
Bien plus tard, certains (en général ni noirs, ni pauvres, ni repris de justice) voudront transformer “Satchmo” en symbole d’une négritude propre sur elle, en droite lignée de La Case de l’oncle Tom. Alors que ce type se contentait de faire son boulot (ici généralement un demi-chorus généreusement accordé par ses premiers chefs, King Oliver ou Fletcher Henderson), lumineux et sublime comme un enfant innocent. Personne ne pouvait alors le suivre (combien sont-ils à regretter qu’Armstrong n’ait pas vraiment côtoyé d’instrumentistes de sa trempe, carbonisant la concurrence de sa trompette d’or ?). Et les premières pages de la légende proposées ici sautillent par-dessus les superlatifs (on est d’accord, on est bien en présence d’un chef-d’œuvre) pour nous conter une histoire chaleureuse et magique. »  Christian Larrède - Les Inrockuptibles
- "Divine surprise pour un heureux événement!" par le Hot Club de France
« Divine surprise pour un heureux événement ! Frémeaux se lance dans la publication de l’intégrale du génie du jazz : Louis Armstrong. Voici une quinzaine d’années, ce même projet avait connu un début d’exécution sous l’étiquette ‘Masters of Jazz’ mais les embûches de la production firent que cette édition complète ne dépassa pas le volume 7 et l’année 1925 ! Tous les amateurs de jazz seront ravis d’apprendre que cette entreprise essentielle revient d’actualité grâce à Frémeaux, surtout connaissant le sérieux et la compétence qu’il apporte à l’élaboration de son catalogue ; On ne s’étonnera pas de constater que le contenu de ce coffret correspond, à quelques variantes anodines près, aux trois premiers volumes Masters of Jazz MJCD 1, 2 et 21 (cf. Bulletins 396, 397, 407).
Louis Armstrong n’a pas encore 22 ans lorsqu’il inaugure son œuvre discographique comme membre du King Oliver Creole Jazz Band. Cette série historique, qui occupe le CD1 et plus de la moitié du CD2, a connu de multiples rééditions (en CD Classics, Music Memoria, BBC, Hervin…) chroniqués en leur temps. Inutile donc de revenir en détail sur la musique de ces enregistrements légendaires dans lesquels le jeune Armstrong manifeste déjà des qualités hors du commun. En totale connivence avec son maître, sa partie de cornet s’intègre idéalement à l’ensemble et aussi dans ces fameux breaks à deux voix qui apparaissent dès Weather bird rag.
Lors de la séance initiale, Louis Armstrong prend deux chorus en solo dans Chimes blues qui laissent apparaître déjà son admirable maîtrise. Dans Foggie Moore, vers la fin il assure brillamment la direction de la collective ce qui permet d’apprécier la différence de son jeu et de celui de King Oliver. Il utilise un slide whistle (sifflet à coulisse ou jazzoflûte) pour un solo de 16 mesures dans Sobbin’ blues et de 32 mesures dans Buddy’s habits. Dans Tears, il aligne une série de breaks étincelants qui ne laissent aucun doute sur la maturité de son style. Il se trouve très en valeur dans le chorus final de Riverside blues et propose un superbe contre-chant à King Oliver dans Mabel’s dream.
Après ces enregistrements, Louis Armstrong quitte Chicago pour New York où il rejoint l’orchestre de Fletcher Henderson. En raison d’un entourage moins familier et moins favorable, les interprétations valent uniquement par les interventions du cornet de Louis, autant de flambées de swing éclairant un environnement musical sautillant et bredouillant. Il éclabousse de sa classe des partenaires encore balbutiants.
Dans les quatre dernières plages du CD2, un détachement de l’orchestre Fletcher Henderson accompagne Ma Rainey dont le chant majestueux reçoit une réplique magnifique du cornet. A noter que Charlie Dixon joue du banjo (très présent) et non de la batterie comme indiqué dans la discographie du livret.
Le CD3 réunit la production de diverses séances dont celles du Clarence Williams’s Blue Five où Louis retrouve quelques collègues louisianais : le chef au piano, Buddy Christian au banjo et Sidney Bechet d’abord à la clarinette puis au soprano dans Texas Moaner blues où le cornet joue avec une flamme éloquente. Ils accompagnent ensuite la chanteuse Virginia Liston, la partie de clarinette dans Early in the morning et de soprano dans You’ve got the right key bouscule un peu celle de cornet. A quelques plages de là, cette fois avec Buster Bailey au soprano et la chanteuse Eva Taylor, le quintette donne Of all the wrongs you done to me où Louis détaille superbement son discours et Everybody loves my baby où il souffle un chorus final époustouflant qui fera date. En quartette, le groupe accompagne Margaret Johnson dans les deux dernières plages, Changeable daddy of mine met le cornet davantage en valeur.
L’arrivée de Lil Armstrong, à la place de Clarence Williams dans le groupe qui accompagnait Eva Taylor, entraîne évidemment un changement de dénomination, il devient Red Onion Jazz Babies pour de nouvelles versions de Everybody loves my baby (plage 8), chanté par Josephine Beatty alias Alberta Hunter, qui sonne de façon nettement moins impressionnante, en raison notamment d’un tempo plus lent, et de Of all the wrongs you’ve done to me (plage 12) également en retrait malgré la belle partie de cornet. L’orchestre reprend aussi Texas moaner blues (plage 11) chanté ici et sans interruption par Josephine Beatty. La production de séances Fletcher Henderson complète le CD3, ce qui nous confronte de nouveau à une musique désuète et sautillante, illuminée çà et là par une intervention fulgurante de Louis Armstrong. En réalité cela illustre parfaitement l’impact de cette extraordinaire personnalité sur un entourage tâtonnant, une influence qui va se communiquer à toute la musique de jazz. La sélection correspond essentiellement à l’importance des solos de cornet : Shanghai shuffle, One of these days, Naughty man (plages 16 et 19) et surtout The meanest king of blues où il intervient le plus copieusement. Il existe trois prises de How come you do me mais le réalisateur a pris l’astucieuse initiative de ne conserver que le passage où Louis se trouve en évidence, nous épargnant ainsi le reste des prises 2 et 3 (plage 18).
Surtout ne pas négliger ces premières pierres d’un monument gigantesque ! » André Vasset – Bulletin du Hot Club de France
- "Une vie après la vie..." par Jazz Magazine
"Malgré tous les ouvrages consacrés à ce sujet, on ne sait toujours pas s’il existe une vie après la vie. Heureusement, il existe des certitudes auxquelles on peut se raccrocher. Ainsi, on est certain qu’il existait un Armstrong avant Armstrong. Qu’on ne se méprenne pas : il n’est nullement question ici de (p)réincarnation ou d’homonymie. Plus simplement, Armstrong a enregistré des dizaines et des dizaines de plages publiées sous d’autres noms que le sien (et pour lesquels il n’était parfois même pas crédité). Les deux premiers volumes de cette intégrale en présentent pas moins de 135… Parmi ses principaux employeurs, King Oliver, bien sûr, Fletcher Henderson, Clarence Williams, mais aussi une poignée de chanteuses, dont Ma Rainey et Bessie Smith. A côté de titres qui passionneront surtout les spécialistes, quelques curiosités et surtout de bons, voire de grands morceaux. On pourra ainsi citer, pour le volume 1, "Chimes Blues", "Mabel’s Dream" et "Tears" avec King Oliver, "Shangaï Shuffle" avec Fletcher Henderson, "Texas Moaner Blues" et deux autres titre avec Clarence Williams et Sidney Bechet, ou encore les quatre seuls titres sur lesquels Louis accompagne Ma Rainey. Le volume 2 rassemble deux des trois séances d’enregistrement avec Bessie Smith (soit dix titres, dont une des plus belles versions de "Saint-Louis Blues" jamais enregistrées, suivie d’un superbe "Reckless Blues"), mais aussi "Cake Walking Babies From Home" et "Pickin’ On Your Baby", ainsi que cinq autres titres en compagnie de Bechet avec le Clarence Williams’ Blue Five, ou encore "When You Do What You Do" avec l’orchestre de Fletcher Henderson dans lequel, pour la petite histoire, jouait aussi un certain Coleman Hawkins. Largement de quoi patienter, donc, en attendant la sortie du volume 3 de cette intégrale (avis aux amateurs : profitez donc des soldes pour acquérir un nouveau meuble de rangement…). Abordant l’année 1926, il nous proposera les chefs-d’œuvre enregistrés par le premier Hot Five. Un dernier détail concernant cette collection : Daniel Nevers, dans un des copieux livrets accompagnant ces disques, précise avec quelque coquetterie qu’il s’agira plus d’une "large sélection" que d’une véritable intégrale, quelques titres ayant été omis, pour différentes raisons : qualité technique médiocre, prises indiscernables de celles présentées ou encore enregistrements sur lesquels Armstrong, bien que "probablement présent" est inaudible… Quoi qu’il en soit, cette collection, nous promet son (sérieux) éditeur, proposera "la sélection la plus complète jamais éditée de l’œuvre du géant de la musique américaine du XXème siècle". Une excellente nouvelle, non ?"
Patrick Pommier - Jazz Magazine
- « Les principes fondateurs du jazz » par Jazz Hot
Indispensable ! La « Librairie sonore » Frémeaux & Associés se lance après d’autres dans une intégrale Louis Armstrong. Celle du label Classics, en CD séparés, se poursuit, à l’occasion. Celle avec livrets signés Irakli et des prises rares sur Masters of Jazz est interrompue. Il y en eut d’autres. Et selon cet état de fait, ce sont les premiers épisodes qui sont le plus souvent réédités. Episodes discographiques, car Louis Armstrong a déjà 22 ans lorsqu’il commence à enregistrer en second rôle aux côtés de son idole King Oliver, inspiration du moment qu’il n’a jamais renié. Louis Armstrong avait déjà une bonne expérience pratique, non exclusivement jazz ; d’ailleurs le jazzman exclusif n’existait pas à l’époque. En revanche, cette période enregistrée, 1923-24, correspond à sa présence dans le phénomène de maturation d’un genre alors nouveau, appelé jazz. Nous avons là le Creole Jazz Band de King Oliver (CD1, et 14 titres du CD2), symbole d’une transition bien concrétisée entre brass band et ce qu’on appelle alors jazz-band. Puis, c’est la naissance du rôle de « soliste hot », attraction des orchestres de danse (ici, Fletcher Henderson) et une partie du « blues boom » animé par des chanteuses, plus ou moins de Vaudeville, auprès desquelles les souffleurs apprennent à imiter les inflexions vocales. Cette réédition offre « Chimes Blues », « Froogie Moore » avec Oliver (1923), « Everybody Loves My Baby » avec Clarence Williams’ Blues Five (1924) et “One of These Days” avec Fletcher Henderson (1924), indispensables à toute discothèque de jazz. Le Creole Jazz Band est l’un des orchestres les plus copiés à travers le monde, depuis le pseudo « revival » d’après guerre, parfois de façon experte. Il est bon de temps à autre de réécouter la source inspiratrice, ne serait-ce que pour s’imprégner des principes fondateurs du jazz que les théories fumeuses dans l’actualité ignorent volontiers. On redécouvre l’avance solistique initiale de la clarinette (Johnny Dodds : « Canal Street Blues », « Mandy Lee Blues », « High Society », « Buddy’s Habits », etc.), mais aussi les vrais débuts solistiquement jazz du cornet grâce à King Oliver (avec plunger : les « Dippermouth Blues », « Sweet Loving Man ») et surtout à Louis Armstrong (« Chimes Blues » gravé un jour avant le « Dippermouth Blues » de son maître). Beaucoup des caractéristiques du jeu de Louis Armstrong sont présentes dans son solo sur « Froggie Moore » (6 avril 1923) et les breaks de « Tears » (octobre 1923) : beau timbre, puissance, autorité. Il est un instrumentiste techniquement plus à l’aise que Joe Oliver (solos du King dans les « Mabel’s Dreams »). La batterie (Baby Dodds) est encore sous l’influence du ragtime (« Weather Bird Rag » qui sonne très répété, notamment le break à deux cornets) et le trombone (Honore Dutrey) aussi sobre qu’issu des harmonies (les « Snake Rag » dominés par les passages répétés à deux cornets, et « Jazzin’ Babies Blues » ou « Riverside Blues » - beau solo de Louis Armstrong). Le swing est déjà présent chez Oliver, Armstrong et Johnny Dodds, mais l’improvisation était le dernier de leurs soucis. Des évidences auditives doivent s’imposer d’elles-mêmes lorsqu’on passe du solide « New Orleans Stomp » par King Oliver au « Manda » par Fletcher Henderson gravé un an plus tard (seul le solo de Louis Armstrong est du parfait swing). Avec l’Orchestre Fletcher Henderson on a la preuve que sans la survenue du jazz, rien n’aurait différencié les bons instrumentistes des deux communautés séparées. On a aussi la preuve que Louis Armstrong, musicien complet, savait tout jouer (travail de section de trompette dont il est troisième pupitre qui dans l’ensemble est plus classique que jazz). Charlie Green (tb) est un excellent musicien (solo écrit de « Tell Me Dreamy Eyes »). Le contraste jeu straight versus solo hot est voulu et Louis Armstrong tient son rôle. L’effet est spectaculaire. A l’inverse de la production d’Oliver, celle d’Henderson fait ici l’objet d’une sélection (les faces où Armstrong prend un solo). Pour « How Come You Do Me Like You Do », seule la prise 1 est entière, les rares prises 2 et 3 (de la collection Irakli) sont des extraits regroupés (titre 18, CD 3). Il y a ici les faces de Louis Armstrong avec Ma Rainey (grand « See See Rider »), Virginia Liston, Eva Taylor, Alberta Hunter (alias Josephine Beatty) et Margaret Johnson (d’après l’exemplaire uné de Charles Delaunay : « Changeable Daddy of Mine » où Louis Armstrong se donne au fast fingering qui donnera une fraction de cadence pour « West End Blues ») et bien sûr le « Texas Moaner Blues » de Clarence Williams où Louis Armstrong et Sidney Bechet sont éblouissants (du jazz à maturité le 17 octobre 1924). L’amateur de jazz sérieux a déjà tout. Le néophyte a la chance de trouver là une édition facile d’accès d’une bonne qualité de repiquage.
Michel LAPLACE – JAZZ HOT
- « Pour / Contre » par Jazzman
Champagne ! Je trinque à l’intégrale Armstrong entreprise par Daniel Nevers.
-Pour moi, ce sera un verre d’eau. L’intégrale entamée par Irakli chez Masters of Jazz n’avait pas franchi février 1926 après huit volumes dont la publication s’est étalée sur huit ans. Nous serions morts avant d’en voir la fin. 
-Eh bien, en trois livraisons, Nevers atteint déjà novembre 1926 et les Hot Five.
-Avec une présentation à la lance à incendie. Un titre oublié sur le premier disque du volume 3 (Sunshine Baby dont l’absence fausse les crédits à partir de la plage 15). Un Muskrat Ramble qui tourne trop vite. Et cette pingrerie qui consiste à mettre trois CD dans des boîtiers du siècle dernier conçus pour en contenir quatre. Combien de mètres de rayonnages prévoyez-vous pour l’intégrale terminée ? A l’âge de la compression, de la dématérialisation, du retour à la pochette cartonnée, de la crise du logement !
-Nouveau riche ! Qui donc publie aujourd’hui les faces historiques de King Oliver de 1923 ? Les débuts d’Armstrong en studio ! Estimons-nous heureux de pourvoir les entendre. On ne rase pas les églises romanes faute de fonds pour les entretenir !
-Moi, je trinque à Archeophone qui vient de publier « Off the Record : The Complete 1923 Jazz Band Recordings » rassemblant en deux disques l’intégrale des enregistrements de Louis Armstrong avec King Oliver avec une qualité de transfert sonore inégalée. Quant aux Hot Five, ne sont-ils pas disponibles dans un formidable coffret de 4 CD Sony pour un prix proche de celui du coffret de 3 CD de Frémeaux ? Sans m’obliger à acquérir toutes ces chanteuses qui encombrent les premières années d’Armstrong.
-M’enfin ! C’est la loi de l’intégrale.
-L’intégrale Frémeaux n’est même pas intégrale.
-Vous en aviez trop, vous n’en avez plus assez ! Frémeaux nous épargne les alternate identiques à la master take et les séances de chanteuses où Louis est inaudible.
-Il est pourtant très présent sur Thunderstorm Blues ou If I Lose hélas retranchés d’une séance avec Maggie Jones. Quant à l’immense solo de Mandy, Make Up Your Mind, n’est-il pas capital de nous révéler qu’Armstrong « improvise » à l’identique sur les deux prises ? Une telle intégrale s’adresse au collectionneur. Le propre du collectionneur et de collectionner.
-Pisse-vinaigre ! Souhaiteriez-vous que cette intégrale devienne introuvable comme les Masters of Jazz ou qu’elle soit bradée ou mise aux enchères comme les intégrales Classics ?
-Laissez donc ce champagne. Il vous faut un remontant. Garçon, deux Vieux système !
Frankie LABERGE et Brankie FERGEROT - JAZZMAN
Liste des crédits sur ce CD :
Johnson , Armstrong Louis, Oliver Joseph Joe King, Melrose W, Bloom , Smith , Oliver Joseph Joe King , Bros Spike, Morton F, Piron A J, Hardin Lillian, Burton , Kassel , Jones Rm, Smith I, Jones Jm, Dorsey T, Robinson , Nelson A, Straight C, Newton I, Dorsey T A, Le Roy W, Thomas G, Picou A, Sissle N, Blake E, King R, Creamer H, Gordon , Kahn , Spitalny, Henderson R, Desylva, Conley L L, Rodenich G, Arant L, Rainey Gertrude Ma, Barnes F, Williams C, Overstreet W B, Higgins B, Green E, Spencer , Davis C, Payton L, Smith C, E Dowell, Palmer J, Williams S, Rodemich G , Dixon Charlie, Redman Donald Don, Hofman D A, Dale F, Katzman I, Bergere R, Austin G, Higgins W, Shafer B, Wooding S
CDPisteTitreArtiste principalAuteurDuréeEnregistré en
11Just goneArmstrong LouisJohnson 00:02:451923
12Canal street bluesArmstrong LouisArmstrong Louis00:02:281923
13Mandy lee bluesArmstrong LouisMelrose W00:02:111923
14 i m going away to wear you off my mindArmstrong LouisSmith 00:02:531923
15Chimes bluesArmstrong LouisOliver Joseph Joe King00:02:531923
16Wheather bird ragArmstrong LouisArmstrong Louis00:02:441923
17Dipper mouth blues 1Armstrong LouisOliver Joseph Joe King 00:02:311923
18Froggy mooreArmstrong LouisBros Spike00:03:031923
19Snake rag 1Armstrong LouisOliver Joseph Joe King00:03:031923
110Snake rag 2Armstrong LouisPiron A J00:03:181923
111Sweet loving manArmstrong LouisHardin Lillian00:02:471923
112High society ragArmstrong LouisOliver Joseph Joe King00:02:561923
113Sobbin bluesArmstrong LouisBurton 00:03:151923
114Where did you stay last nightArmstrong LouisPiron A J00:02:321923
115Dipper mouth blues 2Armstrong LouisArmstrong Louis00:02:151923
116Jazzin babies bluesArmstrong LouisJones Rm00:03:051923
117Mabel s dream 1Armstrong LouisSmith I00:02:511923
118Mabel s dream 2Armstrong LouisSmith I00:02:501923
119The southern stomps 1Armstrong LouisJones Jm00:02:421923
120The southern stomps 2Armstrong LouisJones Jm00:02:441923
121Riverside blues 1Armstrong LouisJones Rm00:02:591923
122Zulus ballArmstrong LouisRobinson 00:02:351923
123Workingman blues 1Armstrong LouisHardin Lillian00:02:111923
21Alligator hopArmstrong LouisPiron A J00:02:261923
22Krooked bluesArmstrong LouisJohnson 00:02:561923
23Buddy s habitsArmstrong LouisNelson A00:03:021923
24TearsArmstrong LouisHardin Lillian00:03:101923
25I ain t gonna tell nobodyArmstrong LouisJones Rm00:03:191923
26Room rent bluesArmstrong LouisNewton I00:02:501923
27Riverside blues 2Armstrong LouisJones Rm00:02:521923
28Sweet baby dollArmstrong LouisLe Roy W00:02:521923
29Working man blues 2Armstrong LouisOliver Joseph Joe King00:02:571923
210Mabel s dream 3Armstrong LouisSmith I00:02:521923
211Chatanooga stompArmstrong LouisPicou A00:02:591923
212London cafe bluesArmstrong LouisMorton F00:02:451923
213Camp meeting bluesArmstrong LouisOliver Joseph Joe King00:02:591923
214New orleans stompArmstrong LouisPicou A00:02:571923
215MandaArmstrong LouisSissle N00:03:131924
216Go long muleArmstrong LouisKing R00:03:071924
217Tell me dreamy eyesArmstrong LouisGordon 00:03:041924
218My rose marieArmstrong LouisKing R00:02:461924
219Shangai shuffle 1Armstrong LouisConley L L00:03:131924
220See see rider bluesArmstrong LouisArant L00:03:121924
221Jelly bean bluesArmstrong LouisArant L00:03:091924
222Countin the blues 1Armstrong LouisRainey Gertrude Ma00:03:101924
223Countin the blues 2Armstrong LouisRainey Gertrude Ma00:03:071924
31Texas moaner blues 1Armstrong LouisBarnes F00:03:161924
32Early in the morningArmstrong LouisOverstreet W B00:03:001924
33You ve got the right key but the wrong keyholeArmstrong LouisGreen E00:03:251924
34WordsArmstrong LouisSpencer 00:03:011924
35CopenhagenArmstrong LouisMelrose W00:02:581924
36Of all the wrongs you done to me 1Armstrong LouisPayton L00:02:541924
37Everybody loves my baby 1Armstrong LouisPalmer J00:02:361924
38Everybody loves my baby 2Armstrong LouisPalmer J00:02:411924
39Shangai shuffle 2Armstrong LouisConley L L00:02:481924
310Naughty manArmstrong LouisDixon Charlie00:03:161924
311Texas moaner blues 2Armstrong LouisBarnes F00:02:561924
312Of all the wrongs you ve done to me 2Armstrong LouisPayton L00:02:421924
313One of these daysArmstrong LouisHofman D A00:02:491924
314My dream manArmstrong LouisDale F00:03:011924
315The meanest kind of bluesArmstrong LouisKatzman I00:03:041924
316Naughty man 1Armstrong LouisDixon Charlie00:02:571924
317How come you do me like you do 1Armstrong LouisBergere R00:03:081924
318How come you do me like you do 2Armstrong LouisBergere R00:02:511924
319Naughty man 2Armstrong LouisDixon Charlie00:02:411924
320Papa mama s all alone bluesArmstrong LouisHiggins W00:02:361924
321Changeable daddy of mineArmstrong LouisShafer B00:02:411924

:

3-5d.gif


Vous pouvez acheter ce produit :
- Chez votre disquaire (distribution Socadisc), chez votre libraire (distribution Frémeaux & Associés) ou par téléphone au 0143749024
- Sur lalibrairiesonore.com Acheter ce produit
- Sur librairie-audio.comAcheter ce produit Pré écoute possible de certains produits!

Egalement disponible aux éditions Frémeaux & Associés :

INTEGRALE LOUIS ARMSTRONG VOL 2
   
INTEGRALE LOUIS ARMSTRONG VOL 2
“Si Louis Armstrong, inventeur du swing et organisateur de l’improvisation en solo, n’avait...
INTEGRALE LOUIS ARMSTRONG VOL 2
INTEGRALE LOUIS ARMSTRONG VOL 4
   
INTEGRALE LOUIS ARMSTRONG VOL 4
“Armstrong joue, en 1925, plus rapidement et plus haut que tous les autres trompettistes. A la...
INTEGRALE LOUIS ARMSTRONG VOL 4


Dernière mise à jour :: 22-09-2019 16:28
Fremeaux


Je suis :

Un particulier Un libraire

Un disquaire Une bibliothèque
 meublenatureok.gif

Catalogue Frémeaux
Catalogue Frémeaux
Je souhaite recevoir
le catalogue
Catalogue Frémeaux
Catalogue Frémeaux

Les livres sonores à l'écoute
templatefrmeaux_correc16.jpg
Fremeaux
Grand prix In Honorem
de l'Académie Charles Cros
pour son oeuvre d'éditeur

Fremeaux

“ALLO, BALTHAZAR ?! C’EST LE NOUVEAU DISQUE DE BOUVELLE ET ROMANE"
“ALLO, BALTHAZAR ?! C’EST LE NOUVEAU DISQUE DE BOUVELLE ET ROMANE
Cet album est né d’une rencontre. L’un vient du jazz, l’autre du...

UNDER THE MAGNOLIAS
UNDER THE MAGNOLIAS
Deuxième album produit par Patrick Tandin, lors de la création du label La Lichère, ce disque de Richard Raux...

TCHA LIMBERGER TRIO WITH MOZES ROSENBERG - LIVE
TCHA LIMBERGER TRIO WITH MOZES ROSENBERG - LIVE
Tcha Limberger est un violoniste incontournable. Celui qui s’est embarqué sur des terrains monde...

SWING PIANO BAR
SWING PIANO BAR
Le piano bar par les plus grands interprètes (piano bar by their greatests performers) : Teddy Wilson, Fats Waller, Earl...

STEPHANE GRAPPELLI - CLAUDE BOLLING BIG BAND
STEPHANE GRAPPELLI - CLAUDE BOLLING BIG BAND
Claude Bolling “drive” ici un big-band qui s’y connaît, sur des arrangements efficaces,...

SIDNEY BECHET - THE QUINTESSENCE VOL. 2
SIDNEY BECHET - THE QUINTESSENCE VOL. 2
« On voit bien qu’il est fou de son art, cet homme, que la musique est pour lui fonction vitale....

ROMANE, PIERRE & RICHARD MANETTI
ROMANE, PIERRE & RICHARD MANETTI
Romane est l’un des plus grands guitaristes français et le compositeur de jazz manouche le plus...

PICCOLO 17 10 2001
PICCOLO  17 10 2001
Sans œillères stylistiques, le parcours des Montreuillois, tous deux anciens du collectif Incidences, témoigne...

NEW ORLEANS REVIVAL 1940-1954
NEW ORLEANS REVIVAL 1940-1954
Si la musique syncopée est jouée dans tous les Etats-Unis depuis le début du XXe siècle, c’est...

NATALE - JAZZ MA CHERIE
NATALE - JAZZ MA CHERIE
Ce disque est le plus bel hommage, tout en dentelle, offert par une chanteuse au jazz. Tout est...

MODERN'SWING
MODERN'SWING
"Si l’héritage de Django Reinhardt est aujourd’hui unanimement revendiqué,...

MARCEL LOEFFLER - SECRETS
MARCEL LOEFFLER - SECRETS
Marcel Loeffler nous emmène dans un univers feutré, où s’entremêlent douceur...

MAKARA
MAKARA
Cette formation suisse regroupe trois claviers et un cuivre, tous sensibles à un discours aérien, mais...

LE JAZZ À L’ÉCRAN (1929-1962)
LE JAZZ À L’ÉCRAN (1929-1962)
« User du jazz comme musique d’accompagnement est très difficile parce qu’une...

LATCHO DROM - DEBORAH - 1999
LATCHO DROM - DEBORAH - 1999
 Latcho Drom a trois CD à son actif lorsque le groupe enregistre Deborah, en 1999. Disque de...

J’AI TA MAIN 'VOYAGES'
J’AI TA MAIN 'VOYAGES'
Dès la première note, la voix d’Isabelle Carpentier séduit, sa joie de vivre, son amour de la musique...

JAZZ WEST COAST
JAZZ WEST COAST
Nous n’avons jamais eu l’intention de jouer quelque chose de différent et de...

INTÉGRALE VOL. 13 “I REMEMBER YOU” 1953-1954
INTÉGRALE VOL. 13 “I REMEMBER YOU” 1953-1954
« Bird jette son génie par les fenêtres. Et puis un jour son instrument. Et...

HORACE SILVER - LIVE IN PARIS
HORACE SILVER - LIVE IN PARIS

Cofondateur des Jazz Messengers avec Art Blakey, Horace Silver est un pianiste qui a marqué...


GYPSY GUITAR MASTERS - INTÉGRALE ROMANE VOL. 11
GYPSY GUITAR MASTERS - INTÉGRALE ROMANE VOL. 11
CD+DVD

GUS VS TONY
GUS VS TONY
Ce disque rend hommage aux deux monuments de l’accordéon : Gus Viseur et Tony...

GUS VISEUR 1942-1952
GUS VISEUR 1942-1952
Ce deuxième volume consacré à Gus Viseur est le complément indispensable au...

ELLINGTON MOODS
ELLINGTON MOODS
Pour cette ellingtonisation qui ne laisse personne intact mais force chacun à se décanter, Claude Tissendier...

CUBA JAZZ
CUBA JAZZ
Enregistrées avant la révolution, au coeur de l’âge d’or de la musique...

CHARLIE PARKER - INTÉGRALE VOL 8
CHARLIE PARKER - INTÉGRALE VOL 8
« Mélodie. S’il fallait sous la torture, et une torture féroce, n’en garder...

CHARLIE PARKER - INTEGRALE VOL 5
CHARLIE PARKER - INTEGRALE VOL 5
Bird était un peu comme un soleil qui nous donnait de l’énergie…Dans...

CHARLIE PARKER - INTEGRALE VOL 11
CHARLIE PARKER - INTEGRALE VOL 11
«Il y avait quelque chose d’inéluctable dans la façon dont jouait Bird, quelque chose de très...

ANTHOLOGIE DES MUSIQUES DE DANSE DU MONDE VOL.1 EUROPE ET AMERIQUE DU NORD
ANTHOLOGIE DES MUSIQUES DE DANSE DU MONDE VOL.1 EUROPE ET AMERIQUE DU NORD
De tous temps, la danse a été rythmée par la musique, et les danseurs ont toujours...

ADAMAH - DO MONTEBELLO
ADAMAH - DO MONTEBELLO
Voici le premier disque de Do Montebello, artiste à l’âme vagabonde, dont la poésie...

L’INTÉGRALE PARIS MUSETTE 1990-1997
  L’INTÉGRALE PARIS MUSETTE 1990-1997
Les 3 CD « Paris Musette » sont devenus les disques de référence de...

Logo Radio France  Logo INA
 
Logo RFI
Logo PUF 
 
logo-facebook.gif

Rechercher dans le catalogue Frémeaux
Toutes les catégories :
Advertisement
Titre_Nouveau_Catalogue.gif
Pub Net Cat 2018-2019.jpg
Titre_Galerie.gif
NET - Expo Chica - Galerie F&A.jpg
Titre Noel 2018.jpg
NET Proust.jpg
Titre Soul.gif
NET Soul.jpg
Titre Figure de l'histoire.gif
Pub Net Figures Histoire.jpg
Luc Ferry
Collection Luc Ferry
Inédits
Pub Net Live in Paris 6V Stan Getz.jpg
Feuille Nouveautés

Dictionnaire des Artistes
Dictionnaire des Artistes
Dictionnaire des Artistes
Présentation

• Pourquoi fremeaux.com ?
• Autorisations Cinéma, TV, musées...
• Une culture d'entreprise
• Charte qualité

Mémoires et études
Edité par Fremeaux et Associés
visuinternetdompublic.gif
Le patrimoine
sonore en
danger!
Interview de
Patrick
Frémeaux

Mémoires et études

Titre_DVD.gif

Collection Histoire de France
Collection Histoire de France
Titre_Publicite.gif
Pub Net Cat. LibSonore 200pixels.png
Philosophie | Sciences Humaines | Histoire | Livres sonores | Contes | Enfants de 2 A 5 ans | Enfants de 6 A 11 ans | Son de la nature | Collection the quintessence | Jazz
Intégrale Django Reinhardt | Blues | Country & Rockn Roll | Gospel | Chanson française | Les cinglés du music hall | World Music | Classique | Frémeaux & Ass. Télévisions
Mentions légales - Recommander ce site - Ajouter aux favoris - Nous contacter - © 2006 Frémeaux et Associés
20, rue Robert Giraudineau - 94300 VINCENNES - FRANCE - Tél : +33 1 43 74 90 24 - Fax : +33 1 43 65 24 22
templatefrmeaux_correc69.gif